Une sénatrice française souhaite «contrôler» davantage l'allocation de rentrée scolaire  25/08/2019

Une sénatrice française souhaite «contrôler» davantage l'allocation de rentrée scolaire





























Alors que la rentrée scolaire se profile, la sénatrice PS Samia Ghali a dénoncé lundi 19 août sur l’antenne de RMC l’utilisation détournée de l’allocation de rentrée scolaire à laquelle certaines familles peuvent avoir droit. Elle souhaite que la somme restante après l’achat de fournitures soit redistribuée à des écoles pour des dépenses communes.

Alors que les vacances d'été touchent à leur fin et que la rentrée doit avoir lieu le 2 septembre prochain, la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône Samia Ghali a dénoncé lundi 19 août sur l’antenne de RMC l’utilisation détournée de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) à laquelle certaines familles peuvent avoir recours.

L'allocation de rentrée scolaire a été versée mardi 20 août à trois millions de familles françaises modestes pour permettre l'achat des fournitures. En fonction de l'âge des enfants, entre 368 et 402 euros sont distribués aux familles éligibles.

Samia Ghali souhaite que des contrôles soient effectués afin de savoir comment les Français les plus modestes dépensent cette somme.

«On a des familles qui vont profiter de la rentrée scolaire pour acheter ce qu’il faut et pour d’autres, cette allocation ne va malheureusement pas servir à acheter des cahiers ou des stylos», lance-t-elle.

Selon la sénatrice, certains enfants viennent à l’école sans matériel scolaire et les enseignants sont parfois obligés de payer de leur poche les fournitures manquantes. «Quand un enfant, dont les parents touchent l’allocation de rentrée scolaire, arrive à l’école sans matériel, il faut un signalement de l’Éducation nationale. Il faut demander à la famille pourquoi leur enfant n’a pas les fournitures adéquates [...]. Il faut ensuite voir si cette famille est en difficulté et comment on peut mieux l’accompagner», estime Samia Ghali.

«Il faut vérifier à quoi sert l'argent», a demandé l'élue des Bouches-du-Rhône. Selon elle, il faudrait même donner cette allocation «en fonction de factures qui justifient l'achat de matériel scolaire». Elle propose de reverser une partie directement dans la caisse des écoles pour permettre d'acheter du matériel commun. «Il n’y aurait plus de listes de fournitures pour les parents et ça éviterait la course aux marques», argumente Samia Ghali.

Cependant, la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) s’oppose à cette vision des choses. «Nous ne sommes pas favorables à un système qui jette de la suspicion sur les familles. Nous considérons que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et savent ce qui est bon pour eux. Responsabiliser, c’est faire confiance». «Les gens qui ont des revenus modestes essaient de s’en sortir. L’immense majorité des parents, notamment les mères seules, utilisent cet argent pour financer les études de leurs enfants. Il y a les fournitures mais aussi les tenues de sport, les cartes de transport... Bien sûr, il est possible que certaines familles achètent des écrans géants mais c’est minoritaire. Il ne faut pas stigmatiser les familles», explique Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP.

https://fr.sputniknews.com/france/201908251041984531-une-senatrice-francaise-souhaite-controler-davantage-lallocation-de-rentree-scolaire/

Commentaires

1.Posté par JBL1960 le 26/08/2019 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Corinne Guillemot, qui fait partie de la majorité socialiste au département, a été suspendue de ses fonctions : elle est soupçonnée d’avoir touché le Revenu de Solidarité Active, malgré son indemnité d’élu. L’intéressée se défend en expliquant que son compagnon a fait la demande à son insu.

Une conseillère départementale se retrouve dans la tourmente : Corinne Guillemot, élue socialiste du canton de Bordeaux-Nord, a été suspendue de ses fonctions par le président Jean-Luc Gleyze. Elle est soupçonnée d’avoir touché, malgré son indemnité, le RSA, le Revenu de Solidarité Active.

Corinne Guillemot percevait depuis le printemps dernier une allocation mensuelle de 800 euros, et une allocation logement de 380 euros par mois. Or, son indemnité de conseillère départementale tourne autour de deux mille euros par mois, et elle perçoit également des revenus pour les cours qu’elle dispense dans une école de commerce privée de Bordeaux.

Dans les colonnes de nos confrères de Sud-Ouest, l’intéressée se défend de toute malhonnêteté

Ce n’est pas moi qui ai fait la demande de RSA, c’est mon compagnon, sans emploi, qui l’a fait à mon insu. Et je ne vérifie jamais mes comptes – Corinne Guillemot à Sud-Ouest ► Dans ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/08/02/on-nest-pas-sorti-de-la-cuisine-a-jupiter/

Mieux, ou pire, c'est selon : Élue PS : 340 000€ détournés, 4000€ d’amende !
https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/08/29037-13895077_1015536035220855_956805888870542211_n.jpg

C'est en dernière partie de ce billet d'analyse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/01/intouchables/

Et j'en ai plein en réserve, comme ce Sénateur qui voulait échanger sa fille avec une collègue pour contourner la loi ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/09/28/in-de-crot-ta-bles/

Y'a surement des cas où les parents achètent autre chose avec l'argent des bourses, mais j'en connais pas, et je suis pas la seule ► https://www.liberation.fr/france/2015/09/02/non-l-allocation-de-rentree-scolaire-ne-sert-pas-a-acheter-des-televiseurs_1374280

2.Posté par Peter le 26/08/2019 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est toujours la méme odeur de pourriture qui se manifeste dés que les sous roulent !

3.Posté par je hais les cookies le 26/08/2019 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les bourgeois seront toujours les bourgeois !
toujours aussi puants ! on revient aux propos du temps de Zola !
Mais les syndicats eux ont évolué : ils ont céssé d'être des syndicats !! et sont devenus des bourgeois (enfin je parle de la direction des fédaérations, pas des rares syndiqués de base qui restent, et qui d'ailleurs ont bien envie de déchirer leurs cartes et de la jeter à la figure des dirigeants !
Et la raison , ben c'est là aussi le FRIC ! les syndicats ne sont plus financés par leurs adhérents (4% seulement !!!! hallucinant !!!)
mais par des subventions du gouvernement et de l'UE, du grand capital quoi ! pas étonnant que ce sont devenus des traitres ! totalement déconnectés du peuple

4.Posté par JBL1960 le 27/08/2019 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@jehaislescookies = Puis-je vous proposer la (re)lecture de l'essentiel de Raoul Vaneigem, dernier des situationnistes, avec lequel je suis en parfait accord ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/05/lessentiel-et-indispensable-de-raoul-vaneigem-pour-r71-depuis-2012-comme-pour-mezigue-publication-de-mai-2019.pdf

P. 10 La gratuité est l’arme absolue de la vie contre l’économie, 11/2011
P. 16 Vive la Commune ! 12/2007
P. 20 La Vie a tous les droits, la prédation n’en a aucun, 10/2008

Dont je vous livre la conclusion : La gratuité est une arme qui ne tue pas. C’est en toute légitimité que nous avons le droit de refuser de payer les taxes, les impôts, les péages en tous genres que nous imposent l’État et les mafias financières qui le gèrent. Car jadis affecté (en partie) au bien public, cet argent sert désormais à renflouer les malversations bancaires.

Agir individuellement tomberait aussitôt sous le matraquage des lois édictées par le profit. Agir ensemble en revanche assure l’impunité.

« Ne payons plus » est une réponse appropriée à ceux qui nous paupérisent pour s’enrichir. Ne payons plus les trains, les transports en commun. Ne payons plus l’État, ne payons plus ses taxes et ses impôts. Décrétons l’autonomie de lieux de vie où coopératives et inventivité solidaire jettent les bases d’une société d’abondance et de gratuité.

Les zapatistes du Chiapas ont montré que de petites collectivités autonomes et fédérées pouvaient cultiver la terre par et pour tous et toutes, assurer des soins médicaux, produire une énergie naturelle, renouvelable et gratuite (une option parfaitement ignorée par les mafias écologiques). Il est primordial que la gratuité pénètre, à l’instar de la vie, dans nos mœurs et dans nos mentalités, dont elle a été bannie, exclue, interdite pendant des millénaires. Pas d’illusions cependant : le combat contre les chaînes dont nous nous sommes entravés sciemment risque d’être très long. Ce qui est une bonne raison pour s’y vouer immédiatement.


Comme je m'en explique dans ce billet de présentation ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/05/25/lessentiel-de-raoul-vaneigem-depuis-2011-12-pour-r71-version-pdf/ Ce qui répond bien à la problématique posée, non ?
JBL

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires