Un policier filmé en train de piétiner le cou d'une femme noire au Brésil  14/07/2020

Un policier filmé en train de piétiner le cou d'une femme noire au Brésil












La vidéo d'un policier piétinant le cou d'une femme noire pour l'immobiliser a causé une grande indignation lundi au Brésil, où la violence policière est très répandue. Plusieurs policiers ont été suspendus après la diffusion d’une vidéo de la scène.

La scène s'est déroulée le 30 mai, dans un quartier populaire du sud de Sao Paulo, mais les images ont fait le tour du pays après avoir été diffusées dimanche soir par l'émission «Fantastico», programme à grande audience de TV Globo, relate l’AFP.

Sur ces images, filmées à l'aide d'un téléphone mobile, on peut voir une femme noire, face contre terre, tenter de se débattre, alors qu'un policier exerce une forte pression sur son cou avec un pied.

Au bout de quelques secondes, il lève son autre pied pour peser de tout son poids sur le cou de la victime.

«Plus je me débattais, plus il appuyait sur mon cou», a expliqué cette Brésilienne de 51 ans lors d'un entretien à TV Globo. Son identité n'a pas été révélée et son visage apparaît flouté.

Travaillant dans un petit bar du quartier, elle raconte avoir tenté d'intervenir alors qu'un ami était brutalisé par des policiers. Elle dit aussi avoir subi d'autres violences qui n'apparaissent pas dans la vidéo.


«Je lui ai dit d'arrêter, il m'a poussée contre la grille du bar, m'a donné trois coups de poing, m'a fait tomber et m'a cassé la jambe», explique-t-elle.
«Après, il a mis un genou contre mon cou et un autre sur mes côtes. Je me suis évanouie quatre fois», poursuit-elle.
Suspension des policiers

Le gouvernement de l'État a annoncé dimanche que les policiers avaient été suspendus de leurs fonctions et qu'une enquête avait été ouverte.

«Les scènes montrées par l'émission Fantastico sont répugnantes, cette conduite violente de certains policiers est inacceptable», a tweeté le gouverneur Joao Doria dans la foulée de la diffusion du reportage.

En juin, le gouvernement de Sao Paulo a annoncé la mise en place d'un programme de formation pour tenter d'éviter les abus de la part des forces de l'ordre.
Mais les violences policières se sont poursuivies dans tout le Brésil, malgré la pandémie de coronavirus et l'important écho médiatique de la mobilisation antiraciste mondiale qui a suivi la mort fin mai de George Floyd sous le genou d'un policier blanc à Minneapolis, aux États-Unis.

Dans ce pays de 212 millions d'habitants, plus de la moitié de la population est noire ou métis et les inégalités raciales restent très présentes dans la société.

https://fr.sputniknews.com/international/202007141044101003-un-policier-filme-en-train-de-pietiner-le-cou-dune-femme-noire-au-bresil--video-choc/

Commentaires

1.Posté par je hais les cookies le 14/07/2020 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

n'aurai-il pas fait la même chose à une femme blanche ? Vu ce qui s'est passé en France depuis 2 ans, je ne doute pas que c'est tout aussi possible de la part de cette engeance !

2.Posté par Saber le 14/07/2020 18:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

n'aurai-il pas fait la même chose à une femme blanche ?

Pour ces robots abrutis par un pouvoir occulte ne font aucune différence concernant la couleur de peau des gens mais ils n'oseront jamais s'attaquer à des riches contrairement aux cas des pauvres.

3.Posté par jehaisesciookies le 14/07/2020 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voilà ! le vrai racisme ambiant c'est le racisme anti-pauvres. Et d'ailleurs si on observe bien , la racisme "thnique" se ramène toujurs en gratant un peu à un racisme social. D'ailleurs remarquez les riches Cheiks arrivant avec leurs femmes voilées dans les palaces ont-ils jamais été traités de "bougnoules", que non ils ont toujurs eu droit à tous les égards, autre exemple la bourgeoisie, autrefois très raciste, se pique maintenant d'nti-racisme ostentatoire, eueuh, envers les noirs et les "arabes, car maintenant dans les "salons où l'on cause, entre edeux peits fours, ils fréquentent de distingués hommes d'affaires africains, des universitaires "beurs", des financiers homosexuels, des ambitieuses femmes d'affaires aux dents longues. Aussi ils sont adoubés "gens biens" ils sont de beau monde maintenant et le eau monde les respecte. (Et méprise ceux qui dans le petit peuple continuent à les mal voir) Mais il n'y a pas d'universitaires tziganes, mas de financiers tziganes, pas de directeurs de jurneaux tziganes, pas de riches chanteurs de roc tziganes, donc cet anti-racisme ne les inclue pas ! à leur sujet on peut toujours dire autant de mal qu'avant pas de problème !
Aux Etats-Unis les noirs étaient tous des esclaves (un noir pas esclave devait constamment justifier de son statut !) aussi ils étaient méprisés, comme les esclaves du monde romain (qui eux n'étaient pas d'une race différente de celle de leurs maîtres) De même les irlandais, qui étaient tous des immigrants pauvres. Etc.
Et de nos jour les ennemis de Trump quels argument utilisent-ils ? ils montrent que es électeurs de Trump sont majoritairement des hommes, ravalès au rang de "race inférieure" par les féministes hystériques, des pauvres, ou des gens qui n'ont pas de diplômes universitaire, on revient au racisme de classe des bourgeois pecneux !
Les policiers aux mettent tous les péquins de civils, de la chair à bavures, dans le même sac, y compris les journalistes ou les universitaires, et je pense qu'un Maïsto, tout PDG qu'il est ne trouverait pas grâce aux yeux de ces machine à tuer, à l'exception peut-être des très riches pour l'intêrrêt de qui ils "travaillent" !

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires