Syrie: un haut responsable de l'ONU accuse Damas de planifier "l'apocalypse"  07/03/2018

Syrie: un haut responsable de l'ONU accuse Damas de planifier "l'apocalypse"











Le Haut commissaire aux droits de l'homme accuse le régime syrien de planifier «l'apocalypse» dans son pays, ajoutant que le conflit était entré dans une nouvelle «phase d'horreur». La Ghouta orientale est décrite par le secrétaire général de l'ONU comme un enfer sur terre.

Le gouvernement syrien est «franchement ridicule» lorsqu'il prétend protéger les civils, selon le Haut commissaire aux droits de l'homme. Pour la première fois, celui-ci a estimé mercredi à Genève le nombre de victimes à plus de 400'000 en sept ans de conflit.

«Les tentatives récentes de justifier des attaques indiscriminées et brutales contre des centaines de milliers de civils» par des combats contre quelques centaines de rebelles sont «légalement et moralement insupportables», a ajouté Zeid Raad al-Hussein.

Devant le Conseil des droits de l'homme, il a ciblé une nouvelle détérioration de la situation, notamment dans la Ghouta orientale.

En 2017, plus de 1000 bombardements ont été observés, a dit le Haut commissaire. Alors que les estimations récentes mentionnaient plutôt 350'000 tués, celui qui ne sera plus en fonction fin août a souligné que plus de 400'000 personnes avaient été tuées dans le conflit en Syrie. Et un million de personnes blessées.

Autre préoccupation, Zeid Raad al-Hussein a répété ses «fortes suspicions» de possibles actes de génocide contre les Rohingyas en Birmanie depuis août dernier. Cette semaine, le sous-secrétaire général de l'ONU aux droits de l'homme Andrew Gilmour, après sa visite au Bangladesh où se sont réfugiées environ 900'000 personnes, a affirmé que le «nettoyage ethnique» se poursuivait.

Présidentielle vénézuélienne ciblée

Le Haut commissaire estime «grandement insuffisante» l'annonce de poursuites contre sept soldats et trois policiers. Il a à nouveau appelé le Conseil à demander à l'Assemblée générale un mécanisme indépendant pour préparer les actes d'accusation contre les responsables. Il semble aussi que les discriminations continuent contre d'autres groupes dans d'autres Etats birmans.

Sur le Venezuela aussi, Zeid Raad al-Hussein reste préoccupé. Il a répété que de possibles «crimes contre l'humanité» avaient été perpétrés et a estimé que les conditions pour une présidentielle équitable n'étaient pas rassemblées. Des indications laissent penser que des centaines d'exécutions extrajudiciaires ont eu lieu dans ce pays.

Le Haut commissaire appelle à nouveau à une Commission d'enquête internationale.

Zeid Raad al-Hussein est revenu sur son rapport sur les entreprises actives dans les territoires palestiniens qui doit être débattu par le Conseil. Après avoir renoncé à les nommer, il promet de nouveaux détails sur 206 sociétés sur lesquelles son bureau s'est prononcé.

Burundi, Turquie ou encore Russie

Il déplore aussi la dégradation de la situation des conditions économiques dans plusieurs Etats africains confrontés à des conflits. Parmi les nombreux pays dans le monde visés par le Haut commissaire, des violations graves des droits de l'homme ont toujours lieu «en totale impunité» au Burundi. Zeid Raad al-Hussein dénonce «de récentes menaces» contre son personnel dans ce pays comme «inacceptable».

Il a aussi visé la détérioration des droits en Turquie où les détentions, les mauvais traitements et d'autres mesures arbitraires semblent continuer. Et de regretter encore que les souhaits lancés par la Chine sur les droits de l'homme ne se reflètent pas dans la situation observée dans ce pays. Le Haut commissaire a encore demandé aux autorités maldiviennes de rétablir entièrement l'Etat de droit.

Il a par ailleurs salué le mouvement lancé contre le harcèlement et les violences sexuelles dont sont victimes les femmes dans le monde. En Russie, il appelle les autorités à mener des investigations rapides et de poursuivre les responsables de la campagne de violences contre des défenseurs des droits de l'homme. Et à honorer les droits fondamentaux dans le contexte de la présidentielle prévue dans une dizaine de jours. (ats/nxp)

https://www.tdg.ch/monde/damas-accuse-planifier-apocalypse/story/16173912

Commentaires

1.Posté par oh-daz le 07/03/2018 23:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui ! l'apocalypse pour les envahisseurs des u s-sion et laquais...

2.Posté par yukof le 08/03/2018 00:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Combien de mort en Syrie pour qu'on arrete d'imposer une famille alaouite à 80 % de musulmans qui ne l'ont jamais choisis ? Les musulmans sont-ils condamnés à etre dominés éternellement par des gens étrangers à leurs religion et soutenu depuis l'étranger ?

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires