Selon l'avocat de la famille d'Adama Traoré, l'IGGN n'est pas indépendante et doit être dessaisie  05/06/2020

Selon l'avocat de la famille d'Adama Traoré, l'IGGN n'est pas indépendante et doit être dessaisie













L’avocat de la famille d'Adama Traoré met en doute l'impartialité du directeur de la Gendarmerie nationale qui a apporté son soutien dans une lettre envoyée le 3 juin aux gendarmes ayant interpellé le jeune homme noir en 2016. Selon lui, Christian Rodriguez exerce «des pressions sur une enquête judiciaire en cours».

Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille d'Adama Traoré, a demandé jeudi 4 juin le dessaisissement de l'Inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN) dans l'enquête sur la mort du jeune homme noir lors d'une interpellation en juillet 2016, rapporte Le Parisien.

Dans un courrier adressé à des juges d'instruction du tribunal judiciaire de Paris, il explique que l'IGGN n'est pas indépendante car, selon Yassine Bouzrou, Christian Rodriguez, patron de la Gendarmerie nationale, «a affirmé "tout son soutien et toute sa confiance" aux gendarmes mis en cause dans le décès de Monsieur Adama Traoré».

«En exerçant des pressions sur une enquête judiciaire en cours, le DGGN bafoue la constitution française et le principe de la séparation des pouvoirs», a indiqué l’avocat au Parisien.

Selon M.Bouzrou, «toutes les investigations utiles à la manifestation de la vérité n'ont pas été diligentées par les enquêteurs de l'IGGN» et «il existe des soupçons de subornation de témoins dans cette affaire».
Il ne faisait l'objet d'aucune enquête

En outre, il accuse le patron de la Gendarmerie nationale de «mentir», car ce dernier rappelle dans sa lettre envoyée le 3 juin aux gendarmes que l'interpellation d’Adama Traoré s'est déroulée «dans un cadre légitime, sous la direction des magistrats». Cependant, selon l'avocat de la famille de la victime, Adama Traoré n'était pas recherché le 19 juillet 2016 et ne faisait l'objet d'aucune enquête diligentée par un magistrat.

«La seule interpellation programmée, le 19 juillet 2016, était celle de son frère, Bagui Traoré, et même cette interpellation n'était pas organisée sous la direction d'un magistrat, elle avait été décidée dans le cadre d'une enquête de flagrance par un officier de police judiciaire».

Une nouvelle expertise médicale

La responsabilité des gendarmes dans la mort d'Adama Traoré est indiquée par une nouvelle expertise réalisée le 2 juin à la demande de sa famille. Dans le nouveau rapport, un médecin, qui a travaillé à partir des autres expertises et de documents médicaux, selon l'avocat de la famille, considère pour sa part qu'Adama Traoré est mort d'un syndrome asphyxique faisant suite à un œdème cardiogénique.

Il attribue ce dernier «à une asphyxie positionnelle induite par le plaquage ventral», revenant à pointer la technique d'interpellation des gendarmes, selon le document dont l'AFP a pu consulter les conclusions.

https://fr.sputniknews.com/france/202006051043899533-selon-lavocat-de-la-famille-dadama-traore-liggn-nest-pas-independante-et-doit-etre-dessaisie/

Commentaires

1.Posté par Léon le 05/06/2020 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons en France, un Etat raciste. Qu'est-ce à dire ?

Cazeneuve, le socialiste (voilà où mène le réformisme, à la servitude), se charge non seulement de protéger mais comble du cynisme, de décorer des policiers qui ont volontairement tué un homme par des techniques d'étouffement.

Les juges dont la mission est de condamner des meurtres à des peines de prison, se chargent pour des raisons de dépendance et carrière, d’exécuter les consignes orales du gouvernement.
La fonction première de la police et des juges est de réprimer toutes formes de contestations sociales qui représenteraient une menace pour l'Etat ? Quel Etat ? Un Etat bourgeois pourri et corrompu. Le poisson pourrit toujours par la tête.
La structure sociologique des juges est représentative des classes bourgeoises. Combien de juges d'instruction français parmi les enfants originaires des ex-colonies d'Afrique et d'Asie ?

Que ce soit les Gilets jaunes ou les citoyens des banlieues, ils sont la classe des exploités, des opprimés. Pour l'Etat bourgeois, il est vital de maintenir sous le joug de la peur ces classes et de les terroriser en les brutalisant lorsqu'ils disputent aux capitalistes, dans la rue, la répartition des richesses !

Le racisme de l'Etat bourgeois est aussi un moyen de donner en pâture aux exploités originaires du pays, les immigrés et leurs enfants, et de créer chez eux une illusoire compensation : un sentiment de supériorité et de communion avec leur exploiteur bourgeois.

Il n'y a pas d'Etat policier, c'est une erreur ! Il y a un Etat bourgeois sénile et raciste ! La police n'est qu'une milice mal rétribuée dont la mission est d'assurer le désordre bourgeois. Désordres qui naissent des conflits engendrés par l'exploitation et l'abrutissement au travail salarié.

Merci à l'éveilleur des consciences Raoul Vaneighen. Oui, u[Rien n'est fini, tout commence. ]u

Son dernier ouvrage, Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande, Libertalia, 2019. résonne au courage de la vie hautaine, qui se rit des entraves des anguilles d'argent.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires