Manifestations du 5 décembre : en première ligne, les pompiers font reculer la police  06/12/2019

Manifestations du 5 décembre : en première ligne, les pompiers font reculer la police























Alors que la France a connu sa première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, les pompiers ont rejoint la contestation. En tête de cortège, ils se sont placés entre la police et les manifestants, sous les acclamations de la foule.

C’est l’une des images à retenir de la grande journée de mobilisation qu’a connu l’Hexagone le 5 décembre. Alors que 800 000 personnes ont défilé, selon le ministère de l’Intérieur (1,2 millions d’après la CGT), sur tout le territoire contre la future réforme des retraites voulue par le gouvernement, les pompiers ont largement été acclamés dans plusieurs villes. Ils se sont même parfois placés entre les manifestants et la police.

Sur des images captées par notre journaliste présent à Paris, Fabien Rives, on peut voir une colonne de soldats du feu en tête de cortège, portée par les applaudissements de la foule.



Une autre prise de vue montre les sapeur-pompiers avancer vers la police mains en l’air, forçant les gardiens de la paix à reculer.



Les pompiers ont été très largement acclamés par une foule scandant «Les pompiers avec nous», comme on peut le constater sur les images de Julie Garnier, oratrice nationale de La France insoumise (LFI).



Mobilisés depuis le 2 décembre sur la place de la République à Paris, les sapeurs-pompiers ont donc testé une nouvelle méthode de contestation. Mains levées pour afficher leur non-violence, ils ont défilé en tête de cortège, faisant face aux forces de l’ordre, ce qui leur a valu de nombreuses acclamations.

Lors de leur dernière manifestation, le 15 octobre dernier, des heurts avaient éclaté entre pompiers et policiers. Sur Twitter, les soldats du feu ont reçu le soutien du député, président du groupe LFI à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon. «Bravo les pompiers qui ont brisé la nasse/[le] traquenard du préfet Lallement à République», a déclaré l’ancien sénateur de l’Essonne.

Heurts avec la police à Lille

Mais si les pompiers étaient bien présents dans la capitale pour cette première grande journée de mobilisation contre la réforme, ils se sont aussi fait remarquer dans d’autres villes de France au cours des quelques 250 rassemblements organisés. Selon la CGT du voyagiste allemand TUI, des pompiers ont été ciblées par les forces de l’ordre à Lille.



Par ailleurs, à Rennes, une cinquantaine de sapeurs-pompiers a fait irruption dans la cours de la préfecture de Bretagne rapporte 20 minutes. Après quelques minutes passés dans l’enceinte du bâtiment, ils ont finalement décidé de rebrousser chemin, sans qu’aucun dégât n’ait été constaté note la préfecture.



A Toulon, ou encore à Avignon, se sont répétées les mêmes scènes montrant les soldats du feu rejoignant les différents cortèges, le plus souvent applaudis et encouragés par la foule.



Mobilisés depuis quelques mois, mais plus encore depuis début décembre, les pompiers réclament des moyens supplémentaires mais aussi une plus grande reconnaissance de la part des instances étatiques. Ils demandent à pouvoir bénéficier d’une prime de risque à l’instar de membres de la police nationale.

https://francais.rt.com/france/68716-manifestations-5-decembre-premiere-ligne-pompiers-reculer-police




Commentaires

21.Posté par jehaislescookies le 06/12/2019 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pendant ce temps-là paris croule sous les bouchons :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/avec-la-greve-du-6-decembre-7-fois-plus-de-bouchons-a-paris_fr_5dea0a2ee4b0d50f32b180df

ah ! ces esclaves du grand capital ! non seulement ils ne font pas grève (alors que si tous les français décidaient de rester chez eu durant une semaine, la flicaille ne pourrait rien faire, et en une semaine le régime tomberait, serait obligé d'aller à Canossa comme le chilien) mais ils se démènent pour complaire à leur patron et souffrent des heures, dans la peur de se faire virer, avatar de la pensée religieuse ! autrefois il y en avait des milliers qui se donnait la discipline, des coups de fouets, de peur de ne pas aller au Paradis.
Sans doute qu'ils n'ont pas le choix, tellement on a rendu les gens esclaves maintenant.
Mai, encore une fois si tout les français avaient chacune de son côté suffisamment de culture politique et économique (car là ils veraaient que on a largmement assez d'argent pour assurer les retraites, on en a même trop, c'est simplement l'avidité du grand capital qui veut toujours plus de profit et qui profite de son rapport de force pour pousser sur l'adversaire, ils font la même chose entre eux, alors !) et si tous décidaient de rester chez eux, le patronat ne pourrait pas les licencier ! ils s'auraient plus de main-d'oeuvre !

22.Posté par saidab le 06/12/2019 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo les pompiers ! Et les policiers qui ont reculé aussi ! Il nous faut faire tous un effort de bonne volonté pour que les liens se resserrent entre les différents corps de métiers et la population. Si seulement une majorité de Français comprenaient cette né essité et levaient les mains avec les pompiers. Ou reculaient avec les policiers ... Rien n'est impossible ...

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires