Libye : polémique suite à l’absence de la Tunisie à la conférence de Berlin  18/01/2020

Libye : polémique suite à l’absence de la Tunisie à la conférence de Berlin













La conférence internationale sur la Libye prévue ce dimanche 19 janvier à Berlin (Allemagne) s’effectuera sans la présence de la Tunisie. Cette absence suscite la polémique en Tunisie, considéré comme le premier pays potentiellement susceptible d’être victime des éventuelles retombées d’un chaos généralisé chez son voisin, rapportent plusieurs médias tunisiens.

Cité par le média tunisien Gnet News, l’ambassadeur de Tunisie en Allemagne, Ahmed Chafra, a exprimé la semaine dernière « le grand étonnement » de son pays suite à la décision de l’exclure de cette conférence, à laquelle ont pourtant été invités l’Égypte et l’Algérie, qui sera représentée par le président Abdelmadjid Tebboune.

« Du côté de la présidence et du ministère des Affaires étrangères, c’est silence radio. Aucune réaction officielle n’a été exprimée envers ce geste discourtois, voire inamical de l’Allemagne », précise la même source, qui rapporte en outre que l’ambassadeur d’Allemagne à Tunis, Andreas Reinicke, a imputé les causes de l’absence de la Tunisie de Berlin à « des propositions sécuritaires des Nations-Unies, ayant appelé à écarter les parties agissantes en Libye de la conférence ».

« La présence de la Tunisie est nécessaire à la conférence de Berlin et la Tunisie voudrait y participer, mais le nombre de participants est limité, et c’est pour cela que la Tunisie n’était pas présente », a indiqué l’ambassadeur allemand.

Les premières rumeurs d’une éventuelle exclusion de la Tunisie de la conférence de Berlin sont apparues après qu’il ait été annoncé que le président Kaïs Saïed a reçu le 6 janvier un appel téléphonique de la chancelière allemande Angela Merkel, rapporte le média tunisien Webdo, qui a indiqué que l’entretien a porté sur les développements dans la région et notamment le dossier libyen.

« Il a été question de l’obligation d’y trouver une solution tout en insistant sur la notion de légitimité internationale », a affirmé un communiqué de la présidence tunisienne, confirmant par la suite que le président démocratiquement élu de la Tunisie n’avait pas été invité à la conférence. Le même jour, Abdelmadjid Tebboune recevait pourtant en parallèle un appel de la chancelière Merkel pour l’inviter à assister à ladite conférence.

L’absence de la Tunisie a été remarquée par l’un des principaux acteurs de la crise libyenne, à savoir le gouvernement d’union nationale (GNA). Le ministère des Affaires étrangères libyen du gouvernement reconnu par l’ONU a en effet appelé ce vendredi à la participation de la Tunisie au sommet de Berlin, rapporte Webdo.

Cet appel a été adressé à l’ambassadeur allemand en Libye lui précisant que la participation de la Tunisie est extrêmement importante au succès du sommet, d’autant plus qu’il s’agit d’un pays voisin, selon la même source.

« La non-participation (pour ne pas dire exclusion) de la Tunisie (présidente en exercice de la Ligue des États Arabes et représentante des pays arabes au Conseil de sécurité des Nations Unies), à la conférence de Berlin sur la Libye, pays frontalier limitrophe, doit nous inciter à nous poser de nombreuses questions sur notre rôle et notre poids sur la scène internationale ainsi que sur l’état de nos relations bilatérales avec l’Allemagne », a estimé le diplomate Elyes Kasri, ancien ambassadeur de la Tunisie en Allemagne, cité par le média tunisien Kapitalis.

« Les Allemands agissant d’habitude rationnellement, cette décision nécessite une profonde introspection et réévaluation de notre part », a fait savoir le diplomate tunisien, évoquant son « obligation de réserve » l’empêchant d’ « en dire plus ».

Pour Kapitalis, la raison de l’exclusion pourrait se trouver dans l’affaire Moncef Kartas, un expert onusien allemand d’origine tunisien poursuivi pour espionnage par la justice tunisienne, une poursuite qualifiée de « douteuse » par l’Allemagne « qui exigea sa libération immédiate et l’abandon des charges retenues contre lui ».

Emprisonné en avril dernier malgré son immunité diplomatique, Moncef Kartas a été libéré deux mois plus tard et est rentré en Allemagne, rapportait la Deutsche Welle le 22 mai, précisant que la justice tunisienne avait cependant indiqué que « l’affaire n’est pas close ».

Malgré son exclusion de la conférence, la Tunisie continue de se préparer à une éventuelle escalade militaire en Libye et à un potentiel afflux massif de réfugiés en résultant, rapporte ce vendredi le média français Francetvinfo.

Ainsi, un plan d’urgence coordonné par l’ONU serait déclenché si plus de 300 personnes par jour arrivaient en Tunisie, indique la même source qui précise que le gouvernement tunisien a décidé que l’hébergement se ferait dans un camp situé dans une zone désertique du Sud tunisien, à 75 km de la frontière libyenne. Ce camp, qui pourrait accueillir jusqu’à 25 000 personnes dans un premier temps, serait installé à Bir Fatnassia, non loin d’installations militaires dans le gouvernorat de Tataouine.

« La Tunisie a une attitude exemplaire en matière de respect des obligations internationales concernant « l’accueil de migrants. Elle continue avec beaucoup de courage à garder ses portes ouvertes », a affirmé dans ce cadre Diego Zorrilla, coordinateur de l’ONU.

https://www.tsa-algerie.com/libye-polemique-suite-a-labsence-de-la-tunisie-a-la-conference-de-berlin/

Commentaires

1.Posté par Adam le 19/01/2020 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est clair les tunisiens ne veulent pas assister à la réunion, c'est la seule explication possible, ça sent la duperie à 1000 km. Y a raison de croire plutôt qu'on veut enfoncer l'Egypte et l'Algérie dans le conflit Lybien. Comment accepter de s'assoir à une table avec des gens à deux visages ?! au double langage ?!!

N'y a t-il pas, à cette table, les représentant de pays qui soutiennent Hafter et en même temps le GNA ?!

2.Posté par Margote le 19/01/2020 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pourquoi Berlin ? Genève, Tunis, Alger OUI de quoi je me mêle l'EU
C'est à la Tunisie que revient le droit de réunir les protagonistes de cet enfer libyen ! Elle est la plus menacée par ce conflit qui n'aurait jamais être si l'EU avait punis dès l'automne 2011, les criminels sarko bhl clinton qui ont armées des idiots traitres à leur pays, un pays qui était un exemple pour toute l'Afrique, Kadhafi était la barrière de sécurité de toute l'Afrique, l'avenir de l'Afrique libérée de ses voleurs, de ses colonisateurs masqués !
SANS LA TUNISIE LA LOGIQUE SERAIT LE BOYCOTT CETTE CONFÉRENCE DE GUlIGNOLS

3.Posté par hakim bey le 19/01/2020 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ma première réflexion c’est de me demander pourquoi l’Allemagne se charge d’un problème qui la regarde de loin derrière la Tunisie pour les menaces terroristes ou de l’Italie pour l’immigration clandestine ou plus généralement du Monde Arabe.
Plus tard, dans l’article nous verrons avant même que l’auteur en ait fait la remarque qu’il y a tout de même quelque chose d’étrange dans la sémantique prétendument utilisée par une allemande pur jus. Une approche particulièrement sémite dans la façon d’amener la Tunisie là où elle voudrait qu’elle soit, c’est-à-dire à faire un choix qui n’est en vérité pas nécessaire.

Cette immixtion de la part de l’Allemagne est d’autant plus anachronique dans la mesure où l’on penserait à juste titre que les Allemands ont une approche plus péremptoire que malicieuse. Ce qui est d’autant plus déconcertant qu’on les sait êtres inféodés à la mouvance terroriste atlantico-sioniste et n’avoir par ailleurs une aucune sympathie pour le Monde Arabe.
C’est pourquoi l’auteur nous a amenés à prendre conscience en nous citant « le diplomate Elyes Kasri » que l’Allemagne agit bizarrement :
« Les Allemands agissant d’habitude rationnellement, cette décision nécessite une profonde introspection et réévaluation de notre part », a fait savoir le diplomate tunisien, évoquant son « obligation de réserve » l’empêchant d’ « en dire plus ».

À partir d’une première analyse, une analyse de forme, on peut dès lors, analyser le fond. Et là encore, l’auteur nous apporte non pas la preuve parce qu’il est toujours difficile de prouver une intention malveillante, mais une éclairante démonstration d’une stratégie qui semblerait être une injonction paradoxale.
En effet, tout le fond de l’affaire réside dans l’acceptation de la Tunisie au ralliement de la cause du GNA, et ce bien que la Tunisie se soit déjà prononcée en affirmant qu’elle restait neutre à une époque pas si lointaine de quelques semaines. Comme quoi les mondialistes ne lâchent pas si facilement. Ce qui n’est pas une surprise.

En l’espèce, l’injonction paradoxale consiste dans un premier temps à poser le cadre mental dans lequel le sujet devra faire un choix qui désapprouve, mais se sentira de devoir le faire. En l’occurrence le risque d’un isolement pour la Tunisie et en opposition à l’affection que « la communauté internationale » semble porter à l’Algérie. Le Gabon serait en quelque sorte là pour donner à cette conférence une portée extraterritoriale à un conflit pourtant circonscrit.
Il faut par ailleurs rappeler que l’Allemagne n’a aucune autorité pour agir ainsi et plus étrange encore, ce n’est pas dans sa mentalité que de constituer autour d’elle les bons copains et d’exclure les mauvais bons, ceux qui n'accepte pas le parcours initiatique de la confrérie.

Pour démonstration, voici ce que l’auteur de l’article nous invite à comprendre :
« (…) le président Kaïs Saïed a reçu le 6 janvier un appel téléphonique de la chancelière allemande Angela Merkel, rapporte le média tunisien Webdo, qui a indiqué que l’entretien a porté sur les développements dans la région et notamment le dossier libyen. »…
(…) « Le même jour, Abdelmadjid Tebboune recevait pourtant en parallèle un appel de la chancelière Merkel pour l’inviter à assister à ladite conférence. ».
Et à la présidence tunisienne de répondre comme pour rappeler l’illégitimité de l’Allemagne : « Il a été question de l’obligation d’y trouver une solution tout en insistant sur la notion de légitimité internationale. ».

Après que le piège mental soit posé, il ne restera plus qu’à habillement et délicatement pousser le sujet à faire délibérément le choix qu’il sait le mettre en danger. Pour ce faire, Merkel – si c’est bien elle qui est derrière tout ça – va jouer le rôle du méchant flic, rôle pour lequel elle devrait paraître légitime compte tenu de l’image qu’on les Allemands, quant le rôle du gentil flic sera joué par le GNA.
Pour exemple l’attitude diamétralement opposée de Merkel et du GNA qui doit au final conduire la Tunisie à faire le choix prédéfini :
« Du côté de la présidence et du ministère des Affaires étrangères, c’est silence radio. Aucune réaction officielle n’a été exprimée envers ce geste discourtois, voire inamical de l’Allemagne »…
[(…) Le ministère des Affaires étrangères libyen du gouvernement reconnu par l’ONU a en effet appelé ce vendredi à la participation de la Tunisie au sommet de Berlin, rapporte Webdo.

Cet appel a été adressé à l’ambassadeur allemand en Libye lui précisant que la participation de la Tunisie est extrêmement importante au succès du sommet, d’autant plus qu’il s’agit d’un pays voisin, selon la même source.]

Or, le choix pour la Tunisie n’est pas celui d’intégrer dans sa politique extérieure comme intérieure la réalité d’une situation sécuritaire toujours plus aggravée par l’occident, mais le choix d’adhérer ou pas à un package de mesure conservatoire qui sera particulièrement contraignant pour la Tunisie. Alors qu’en fait, comme l’auteur de l’article l’explique judicieusement et nous montre que la Tunisie fait ses choix et en conformité avec les standards de l’ONU :

[Malgré son exclusion de la conférence, la Tunisie continue de se préparer à une éventuelle escalade militaire en Libye et à un potentiel afflux massif de réfugiés en résultant, rapporte ce vendredi le média français Francetvinfo.

Ainsi, un plan d’urgence coordonné par l’ONU serait déclenché si plus de 300 personnes par jour arrivaient en Tunisie, indique la même source qui précise que le gouvernement tunisien a décidé que l’hébergement se ferait dans un camp situé dans une zone désertique du Sud tunisien, à 75 km de la frontière libyenne. Ce camp, qui pourrait accueillir jusqu’à 25 000 personnes dans un premier temps, serait installé à Bir Fatnassia, non loin d’installations militaires dans le gouvernorat de Tataouine.

« La Tunisie a une attitude exemplaire en matière de respect des obligations internationales concernant « l’accueil de migrants. Elle continue avec beaucoup de courage à garder ses portes ouvertes », a affirmé dans ce cadre Diego Zorrilla, coordinateur de l’ONU.]

4.Posté par Margote le 19/01/2020 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

apparemment Berlin a finit par invité Kaïs Saïed qui a bien sur refusé, parfait !
Merci Monsieur Kaïs Saïed et RESPECT !
Pourquoi les pays arabes font encore confiance à l'EU ?
l'UE se délecte du chaos du monde arabe, l'UE/USA/ISRAEL le trio infernal, sont complices de crimes contre l'humanité
les pays arabes doivent se réveiller enfin
j’espère que le président tunisien sera le président arabe qui réunira le monde arabe car sa division a causé sa perte

5.Posté par YYY le 19/01/2020 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merkel: Victoria Kazmierczak
Elle est le premier enfant de Horst Kasner , né Kazmierczak en 1926 à Berlin-Pankow et décédé en 2011 à Templin
Et de Herlind Kasner, juive polonaise née Jentzsch en 1928 à Elbing, au nord de la Pologne dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, à l’époque en Prusse-Occidentale....
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Qui-est-vraiment-Angela-Merkel-42656.html

L'effarante inauguration d'un Parlement JUIF Européen !
https://www.youtube.com/watch?v=gUJeAZ3r6m0

6.Posté par saidab le 19/01/2020 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour les liens YYY

7.Posté par hakim bey le 20/01/2020 05:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@YYY

Pareillement, merci pour les liens.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires