Le rapport de l'AIEA sur le 'dossier nucléaire' iranien sera remis vendredi au Conseil de sécurité  28/04/2006




Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohammed El-Baradei, remettra vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU un rapport sur le "dossier nucléaire" iranien.

C'est le 28 avril qu'expire le délai accordé à Téhéran par le Conseil de sécurité pour rétablir le moratoire sur l'enrichissement et le retraitement de l'uranium.

Dans une résolution adoptée à la fin du mois de mars à New York, le Conseil de sécurité exhortait Téhéran à rétablir le moratoire sur l'enrichissement et le retraitement de l'uranium et à reprendre la coopération avec les inspecteurs de l'AIEA. Un délai de 30 jours avait alors été imparti au directeur général de l'AIEA pour rendre compte au Conseil de sécurité de l'ONU de l'application ou non par Téhéran des résolutions du Conseil des gouverneurs de l'agence.

En attendant, l'Iran continue de repousser les accusations de vouloir développer un programme nucléaire militaire et de rejeter les appels à rétablir le moratoire sur l'enrichissement et le retraitement de l'uranium.

Les Etats-Unis continuent de réclamer l'introduction de sanctions internationales contre Téhéran si celui-ci ne cesse pas ses activités en matière d'enrichissement de l'uranium. Avant même que le rapport de l'AIEA ne soit déposé les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont commencé l'élaboration d'un projet de résolution du Conseil de sécurité obligeant l'Iran à mettre un terme à ses recherches nucléaires.

Moscou et Pékin se prononcent toujours pour un règlement diplomatique du problème. Jeudi le président russe a déclaré que la question du développement de l'électronucléaire de l'Iran et de la levée des préoccupations de la communauté internationale face à la prolifération des armes de destruction massive devait être réglée par la négociation.

"Notre position est claire et bien connue, nous sommes opposés à la prolifération des armes de destruction massive, y compris par l'Iran. Cependant, nous estimons que l'Iran doit pouvoir développer des technologies modernes et un électronucléaire civils", a déclaré Vladimir Poutine au cours d'une conférence de presse donnée à Tomsk (Sibérie occidentale) dans le cadre des consultations russo-allemandes.




Ria-Novosti

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires