Le nombre de policiers s’ôtant la vie avec leur arme continue d’augmenter  17/04/2019

Le nombre de policiers s’ôtant la vie avec leur arme continue d’augmenter
























Dans la nuit du 15 au 16 avril, un policier s’est ôté la vie à Metz, en Moselle. Par ailleurs, un policier municipal s’est donné la mort ce même jour, à Béziers dans l’Hérault.

Un policier, âgé d'une quarantaine d'années et père d'un enfant de quatre ans, a mis fin à ses jours dans la nuit du 15 au 16 avril à Metz, rapporte Actu 17.

Toujours selon le média, le fonctionnaire était affecté au centre de rétention administrative (CRA) de Metz, un service de la Direction zonale de la Police aux frontières (DZPAF Est).



Le même jour, le corps d'un policier municipal, âgé de 52 ans, a été découvert au poste de police situé rue du 4 Septembre, à Béziers. L'homme s'est ôté la vie avec son arme de service, selon des sources judiciaires. Ce brigadier-chef principal affecté à la brigade de nuit était marié et père d'une fille de 18 ans.

Le nombre de représentants des forces de l'ordre à s'être donné la mort depuis le début de cette année avoisine 30 personnes. Au moins 35 policiers et 33 gendarmes auraient mis fin à leurs jours en 2018. En 2017, ce chiffre s'élevait à 51 agents.

Auparavant, le ministre de l'Intérieur avait annoncé la mise en place d'«une cellule de vigilance» pour remédier au problème des représentants des forces de l'ordre qui se donnaient la mort.

https://fr.sputniknews.com/france/201904171040778024-nombre-de-policiers-s-otant-la-vie-avec-leur-arme-continue-augmenter/

Commentaires

1.Posté par Bob le 17/04/2019 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne vois que ça, le secteur est bouché, comme dirait la conseillère pôle emploi ! Ha ha ha !

2.Posté par kiki le 18/04/2019 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En mêmes temps, ces policiers tirent sur les gilets jaunes pour les empêcher de se libérer de 40 ans de répressions et de macron,
ils risque pas de trouver un soutiens chez les français.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires