Le chef de l’armée algérienne appelle les manifestants à dégager des représentants  20/05/2019

Le chef de l’armée algérienne appelle les manifestants à dégager des représentants























Le chef de l’armée algérienne a appelé les manifestants à structurer leur mouvement et à dégager des représentants à même de porter leurs revendications dans un dialogue avec les institutions de l’État, selon un communiqué de la Défense. Auparavant, trois personnalités nationales avaient demandé à l’armée d’ouvrir un dialogue avec les manifestants.

En visite d'inspection, ce 20 mai, dans la 4e région militaire, à Ouargla, dans le sud-est de l'Algérie, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a appelé le mouvement populaire de contestation, qui a débuté le 22 février dans le pays, à s'organiser et à se structurer pour faire émerger une direction apte à le représenter, selon un communiqué du ministère algérien de la Défense nationale (MDN).Cet appel intervient après celui lancé, le 18 mai, par trois hautes personnalités nationales au commandement de l'ANP pour ouvrir un dialogue «franc et honnête» avec des figures représentatives du mouvement citoyen. Le chef de l'armée a réitéré l'attachement de l'institution militaire à l'élection présidentielle, sans pour autant notifier la date du 4 juillet à laquelle elles sont normalement prévues.

Dans le cadre de la relation qu'entretient le peuple avec son armée, «il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d'organisation et d'encadrement efficace pour faire émerger de vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité pour transmettre les revendications légitimes de ces marches», a indiqué le communiqué du MDN.

Pour le chef de l'ANP, ceci est le seul moyen pour éviter «toute forme d'anarchie et de tomber dans le piège de l'infiltration par des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telle que l'exigence du départ collectif de tous les cadres de l'État, sous prétexte qu'ils représentent les symboles du système».

Ainsi, vu la situation de blocage dans laquelle se trouve le pays, «il devient impératif de revoir la manière d'organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable», qui «œuvrent à transmettre les revendications populaires dans le cadre d'un dialogue sérieux et constructif avec les institutions de l'État», a ajouté le chef de l'ANP.

Le 18 mai, Ali Yahia Abdennour, avocat et militant des droits humains, Ahmed Taleb Ibrahimi, ancien ministre des Affaires étrangères, et Rachid Benyelles, général à la retraite, ont appelé le commandement de l'ANP à nouer un dialogue «franc et honnête» avec des représentants du mouvement populaire, des partis et des forces politiques et sociales qui le soutiennent.

https://fr.sputniknews.com/afrique/201905201041186068-armee-algerienne-manifestants-dialogue-representants/

Commentaires

1.Posté par Algiers le 20/05/2019 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gaid essaye de piéger les manifestants. Car le temps est compté, et il a peur des manifestations, sachant qu'une bavure peut tout basculer.
Pour moi il insulte tout le monde et veut dire c'est moi RAB dzair et dazou maahoum

2.Posté par benz le 21/05/2019 00:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le hirak doit se poursuivre comme il a commencé: sans représentants

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires