«La violence de l'État, c'est une violence qui est légitime», estime l'ancien patron de la DGSI  24/01/2020

«La violence de l'État, c'est une violence qui est légitime», estime l'ancien patron de la DGSI























Alors que plusieurs vidéos largement partagées sur le Web montrent un policier frapper un manifestant à terre et alors qu’un livreur est décédé à Paris à la suite de son interpellation, Laurent Nuñez, invité sur BFMTV-RMC, estime que «les policiers ne sont pas violents».

Invité sur BFMTV-RMC ce 23 janvier, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez s'est refusé à employer l’expression «violences policières». Selon lui, il faut «réfuter ce terme de violences policières, parce qu'il laisse à penser qu'il y a un système organisé qui voudrait que la police soit répressive pour faire taire une contestation».

«Les policiers, évidemment, ne sont pas violents. La violence de l'État, c'est une violence qui est légitime, c'est-à-dire qu'elle est très encadrée. [...] C'est ce qu'on appelle la violence légale», a-t-il déclaré.


En commentant les derniers incidents survenus lors des manifestations précédentes, notamment le drame du livreur décédé à Paris après une interpellation musclée, ou encore un manifestant à terre frappé par un policier, l'ancien patron de la DGSI précise:

«Il faut que la réponse soit toujours proportionnée, qu'elle soit juste et nécessaire, et surtout, quand il y a des fautes, comme cela peut arriver, il y a bien évidemment le plus souvent saisine de l'autorité judiciaire ou il peut y avoir des sanctions administratives».

Les violences des dernières manifs

Cédric Chouviat, un livreur à scooter de 42 ans, a été interpellé le 3 janvier sur le quai Branly sous prétexte qu’il était en train de téléphoner. Selon une source policière, son comportement était «irrespectueux et agressif» envers les forces de l’ordre, c’est pourquoi elles ont procédé à un plaquage ventral qui a entraîné «un malaise cardiaque».

Deux jours après les faits, l’homme est décédé. L’autopsie a permis d’établir qu’il avait été victime d'une asphyxie «avec fracture du larynx».

Quant à l’homme immobilisé au sol, le visage en sang car il avait été frappé à la tête par un policier le 18 janvier, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «faire toute la lumière sur cette action».

https://fr.sputniknews.com/france/202001241042953928-la-violence-de-letat-cest-une-violence-qui-est-legitime-estime-lancien-patron-de-la-dgsi/

Commentaires

1.Posté par oh-daz le 24/01/2020 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

digne du sketch "les chasseurs" du trio sympathique _les inconnus_ :
il y aurait donc : la bonne violence et la mauvaise violence.......les bons violents et les mauvais violents...("-")

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires