La présidentielle du 12 décembre vue par le Financial Times  09/12/2019

La présidentielle du 12 décembre vue par le Financial Times













Le journal britannique Financial Times a estimé, ce dimanche 8 décembre, que la campagne des candidats aux élections présidentielles prévues le 12 décembre prochain a été « une expérience humiliante dans l’ensemble ».

« Pour les cinq candidats en lice à l’élection présidentielle algérienne de jeudi, la campagne a été une expérience essentiellement humiliante », affirme le prestigieux journal des milieux d’affaires dans un article consacré à la crise politique en Algérie.

« Les candidats ont eu du mal à remplir les sales, des foules en colère les ont chahutés lors des rassemblements et leurs affiches de campagne ont été recouvertes de sacs à ordures », relate le journal britannique dans son article titré « les Algériens vont boycotter le premier scrutin depuis la chute de Bouteflika ».

« Ce sera le premier scrutin depuis les manifestants qui ont renversé le président malade Abdelaziz Bouteflika en avril après vingt ans au pouvoir, mais de nombreux électeurs prévoient de rester à l’écart », affirme le Financial Times, l’une des publications les plus importantes sur la scène internationale. « Les cinq prétendants sont tous vus comme des candidats du régime et les favoris, Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis, ont tous les deux servi comme Premier ministre », explique le FT.

Le journal britannique précise que « pour la plupart des Algériens, les élections ne sont rien de plus qu’un mécanisme pour prolonger un système politique opaque et autoritaire mis en place après l’indépendance de la France en 1962 ». Il rappelle que « depuis l’indépendance, l’armée algérienne est le principal arbitre du pouvoir dans le système politique, choisissant les présidents et contrôlant les principales décisions politiques et économiques derrière une façade de leadership civil ».

https://www.tsa-algerie.com/la-presidentielle-du-12-decembre-vue-par-le-financial-times/

Commentaires

1.Posté par Naceur le 09/12/2019 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@« Ce sera le premier scrutin depuis les manifestants qui ont renversé le président malade Abdelaziz Bouteflika en avril après vingt ans au pouvoir,

Les manifestants n’ont jamais renversé Boutefllika qui n'était qu'une momie otage du clan des prédateurs actuellement à la prison
Sans l'armée la Issaba serait encore en place

2.Posté par mourad le 09/12/2019 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Messieurs du Financial Times vous allez être déçus.

Attendez le 12 puis ce qui adviendra après cette date.



3.Posté par Margote le 10/12/2019 04:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Courage et honneur à tous les algériens vous allez gagner contre tous ces charognards qui espèrent voir votre beau pays de nouveau à feu et à sang !
je suis de tout cœur avec les algériens
pour la première fois une élection où il y a plus d'un candidat c'est déjà une grande victoire
vive l'Algérie libre grande nation capable de sauver toute l'Afrique enfin

4.Posté par mouatène le 10/12/2019 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous pouvez gueuler ou meme hurler, le 12 décembre 2019 sera la date de départ du renouveau algérien. avec la justice algérienne indépendant qui est entrain de construire la démocratie des temps moderne, l'espoir est grand. rendez vous le 13 décembre. à bientot.

5.Posté par oh-daz le 10/12/2019 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils en veulent tous a l'armée, qui a le "tort" de très bien protéger le pays et son peuple...

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires