La chloroquine et ses dérivés réservés aux « programmes d’urgence », insiste l’UE  02/04/2020

La chloroquine et ses dérivés réservés aux « programmes d’urgence », insiste l’UE




























Le traitement contre le paludisme chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine ne doivent être utilisés pour traiter le Covid-19 que dans le cadre d’essais cliniques ou de « programmes d’urgence », a averti mercredi l’Agence européenne du médicament (EMA).

Plusieurs pays dans le monde ont ouvert la possibilité d’administrer à des patients atteints par le coronavirus ces médicaments connus pour avoir des propriétés antivirales, sans attendre les résultats d’essais cliniques actuellement menés sur leur efficacité.

Si des études préliminaires en France et en Chine ont conclu à des résultats prometteurs, l’efficacité de la chloroquine et de l’hydroxycholoroquine « reste à démontrer », et ces molécules ne doivent être utilisées dans le traitement du Covid-19 qu’en cas d’absolue nécessité, insiste l’autorité de régulation européenne.

« Il est très important que les patients et les professionnels de santé n’utilisent la chloroquine et de l’hydroxycholoroquine que dans les indications autorisées ou dans le cadre d’essais cliniques ou de programmes d’urgence au niveau national pour le traitement du Covid-19 », détaille-t-elle.

En effet, tant la chloroquine, dérivé synthétique de la quinine, que l’hydroxychloroquine, utilisée habituellement pour le traitement du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde, peuvent avoir de graves effets secondaires, en particulier s’ils sont pris en quantité supérieure à la dose recommandée ou en association avec d’autres médicaments.

« Ils ne doivent pas être utilisés sans ordonnance et sans surveillance médicale; et les prescriptions ne doivent pas se faire en dehors des indications autorisées sauf dans le cadre d’un essai clinique ou de protocoles validés dans chaque pays », ajoute l’EMA.

L’engouement suscité par l’espoir placé dans ces traitements fait aussi craindre l’apparition de tensions d’approvisionnement pour les patients habituellement traités par hydroxychloroquine.

https://www.journaldemontreal.com/2020/04/01/la-chloroquine-et-ses-derives-reserves-aux--programmes-durgence--insiste-lue

Commentaires

1.Posté par jehasis les cookie le 03/04/2020 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce sont des substances qui sont prescrites aux ..... voyageurs en préventif ! depuis 4à ans !
des substances dont les effets négatifs (tous les médicaments en ont, comme si vos ne le saviez pas !) sont bien connus et gérés par les médecins.
L'expérience montre qu'il est trs très important de commencer le traitement dès la détection de la présence de virus, et en plus ça arrête la contagion, et surtout pas pour les cas graves, où ça ne sert plus à rien !
Sur ordonnance médicale, c'est évident,
Mais cette campagne des autorités (financées par qui ? il serai interessant de se poser la question des conflits d'interêt, en france aussi .....) ne s'attaque à ce traitement bon marché, que .... justement parce qu'il est bon marché. Ach ! les profits escomptés par Big Pharma, et qu'ils verraient s'envoler si on guérit les gens par un traitement bon marché ! le vaccin, bernique! hou là là !

vous savez, pour comprendre le monde, et même les comportement apparemment "idéalistes" de gens, il faut toujours en passer par l'analyse marxiste ! La maximisation du profit, les inêterets dans rapports de production, et tout ça !

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires