«L’armée saoudienne a besoin de femmes»  23/01/2020

«L’armée saoudienne a besoin de femmes»























Les Saoudiennes sont désormais acceptées dans l’armée, bien qu’elles ne puissent accéder qu’aux rangs de soldat de première classe, caporal, sergent et sergent-chef dans le royaume qui applique une version rigoriste de l’islam. Sputnik s’en est entretenu avec une spécialiste.

Autorisées déjà à intégrer des postes au sein des forces de sécurité, les Saoudiennes s’engagent désormais au sein des forces terrestres, aériennes, maritimes, des missiles stratégiques et des services médicaux. Le chef d’état-major de l’armée d’Arabie saoudite, le général Fayyad al-Ruwaili, a inaugurée dimanche 19 janvier la toute première section composée à 100% de femmes.

Les Saoudiennes à la conquête de nouveaux métiers

«Le gouvernement saoudien accorde un soutien multiformes aux femmes qui sont à la conquête de nouvelles sphères d’activité professionnelle. De ce fait, l’opinion se rend de mieux en mieux compte que le principal critère dans le recrutement d’un collaborateur est son efficacité et non son sexe», a déclaré à Sputnik Nuf al-Gamidi, spécialiste saoudienne du développement économique et de l’élargissement des droits pour les femmes.

Et d’ajouter que dans l’armée, les Saoudiennes serviraient de préférence là où le travail avec la population féminine est nécessaire, qu’il s’agisse des contrôles d’identité, des fouilles corporelles ou des interrogatoires.

«Pour cela, l’armée saoudienne a besoin de femmes. […] Il y aura beaucoup de touristes, et il importe de garantir la sécurité dans lieux de grands rassemblements de personnes. Aussi, les collaboratrices des forces de sécurité seront-elles très demandées», a résumé l’experte.

En octobre 2019, l’Arabie saoudite a accordé aux femmes la possibilité de servir dans l’armée, initiative qui s’inscrit dans le programme Vision 2030 du prince héritier Mohammed ben Salmane visant à transformer l'économie saoudienne.

Plusieurs réformes visant à octroyer des droits aux femmes ont été engagées ces dernières années, comme l'autorisation de conduire ou de voyager à l'étranger sans l'accord préalable de leur «gardien» (père, mari, fils ou autre parent masculin).

https://fr.sputniknews.com/defense/202001221042948551-larmee-saoudienne-a-besoin-de-femmes/

Commentaires

1.Posté par saidab le 23/01/2020 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De tout temps, "on" a libéré les femmes pour s'attirer leurs faveurs (politiques !!) dans des états où les pouvoirs manquent de moyens pour renforcer leurs pouvoirs. Les femmes se croient libérées mais en fait elles deviennent des outils politique pour leur propre asservissement. Considérez ce que les femmes sont devenues dans les pays occidentaux : les féministes sont parvenu(e)s à déviriliser les hommes jusqu'à les dédaigner. Des hommes de plus en plus nombreux sont tellement peu hommes qu'ils prennent des hommes pour compagnons. Et les femmes leur préfèrent des femmes !! Les sot(te)s !

2.Posté par hakim bey le 24/01/2020 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Selon moi, le nerf de la guerre n'a jamais été l'argent, mais plutôt le régime matrimonial et plus généralement les alliances familiales et tribales. En disant cela, je pense avoir tout dit, est-il nécessaire d'expliquer pourquoi les alliances sont synonymes d'unions comme les divorces sont synonymes de désunions.

Ajoutez à cela qu'Emmanuel Todd a démontré qu'il y avait un lien direct entre le système de valeur d'un peuple et celui des familles qui le composent. Ainsi, en changeant les valeurs de la famille dans le sens que l'on veut par exemple celui de l'individualisme, du narcissisme, du matérialisme et du mercantilisme, alors vous aurez toute une société qui sera orientée dans ce sens. C'est pourquoi, le régime matrimonial est de plus en plus défavorable aux pères de famille quant au contraire, il est de plus en plus à l'égard des mères de famille. L'homme développe des valeurs d'entraide UNIVERSELLE, alors que pour la femme est quasi limité à la famille ce qui ne permet évidemment pas la constitution de la notion de nation.

À ce propos, un parallèle peut-être fait entre le féminisme bourgeois qui est anti-patriarcal et la matriarchisation de la cellule familiale. À noté tout de même une chose qui semble au premier abord paradoxale, mais qui n'en est rien, c'est le fait que les féministes bourgeoises sont pour le patriarcat dans leur propre famille et tout particulièrement dans la haute finance quand au contraire elles militent énergiquement pour casser l'autorité des hommes dans la classe laborieuse en poussant leur femme à s'émanciper d'eux.

CQFD !

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires