L’Algérie écroue un puissant homme d’affaire et dix ministres proches de Bouteflika  02/07/2020

L’Algérie écroue un puissant homme d’affaire et dix ministres proches de Bouteflika













L’ex-patron des patrons algériens, Ali Haddad, a été condamné par le tribunal d’Alger à 18 ans de prison ferme pour corruption. Ses quatre frères, deux ex-Premiers ministres et huit ministres ont également écopé dans le cadre de la même affaire de peines de prison allant de deux à 20 ans, a informé TSA.

Mercredi 1er juillet, la chambre correctionnelle du tribunal de Sidi M’Hamed, à Alger, a jugé l’affaire de l’ancien président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, un proche de Saïd Bouteflika, frère cadet de l’ex-Président déchu, «pour corruption». Ses quatre frères, les deux ex-Premiers ministres d’Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et huit ministres ont été également jugés dans le cadre de cette affaire. Ils ont tous écopé de lourdes peines de prison ferme assorties d’importantes amendes.

Ainsi, le tribunal de Sidi M’Hamed a condamné Ali Haddad à 18 ans de réclusion criminelle et huit millions de dinars (55.000 euros) d’amende avec saisie de ses biens, a indiqué Tout sur l’Algérie (TSA).

Selon le journal francophone El Watan, le condamné, qui possède 55 entreprises, a bénéficié illégalement entre 2000 et 2019 de 275 marchés publics, pour une valeur totale de 100 milliards de dinars (700 millions d’euros). Son groupe de travaux publics ETRHB a également «bénéficié de 57 biens fonciers dans 19 wilayas, d’une valeur de 1.000 milliards de dinars [près de sept milliards d’euros, ndlr]», ajoute le média.

Ses frères Omar, Meziane, Sofiane et Mohamed ont écopé, quant à eux, de quatre ans de prison ferme et huit millions de dinars chacun avec saisie de leurs biens également, selon TSA.
Les ministres

Les deux ex-Premiers ministres et huit ministres ont été condamnés dans le cadre de cette affaire «pour blanchiment d’argent, pressions sur des fonctionnaires afin d’obtenir d’indus avantages, corruption de fonctionnaires et financement occulte de campagne électorale», a rapporté TSA.

Ils ont été poursuivis dans des affaires en lien avec plusieurs grands projets d’infrastructures publiques, «dont l’autoroute Boudouaou-Zéralda, la pénétrante de l’aéroport international d’Alger, l’autoroute Est-Ouest [de près de 1.200 kilomètres, ndlr]», écrit TSA.

Ainsi, les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été condamnés à une peine 12 ans de prison ferme assortie d’un million de dinars (6.900 euros) d’amende.

Concernant les huit anciens ministres, Abdelkader Kadi a été condamné à cinq ans de prison ferme et 500.000 dinars (3.450 euros) d’amende, Boudjemaa Talai et Amara Benyounès à trois ans et 500.000 dinars, Abdelghani Zaalane à trois ans, Amar Ghoul à 10 ans, Mahdjoub Bedda et Youcef Yousfi à deux ans.

Abdeslam Bouchouareb, actuellement en fuite à l’étranger, a été condamné par contumace à 20 ans de prison.

Depuis plusieurs mois, des voix se lèvent en Algérie, appelant la justice à juger l’ex-Président Abdelaziz Bouteflika «au moins symboliquement», vu son état de santé. En effet, lors du procès, les 10 ex-responsables du gouvernement ont affirmé qu’ils avaient juste «exécuté ses ordres et ses consignes».

https://fr.sputniknews.com/maghreb/202007021044046280-lalgerie-ecroue-un-puissant-homme-daffaire-et-dix-ministres-proches-de-bouteflika-/

Commentaires

1.Posté par oh-daz le 02/07/2020 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pendant ce temps, en france :
https://fr.sputniknews.com/france/202007021044046628-francois-fillon-nira-pas-en-prison-en-depit-de-sa-condamnation-a-5-ans-et-voici-pourquoi/
Et c'est ça! qui se permet d'envoyer ses coyotes fouiller dans les poubelles d'Alger !!.....

2.Posté par Vegatrone le 02/07/2020 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ali Haddad, comme Ali et 40 voleurs avec tahkout le beau gosse, Sellal le comique, Ouyahia l'ogre qui a vendu les usines a 1 DA symbolique, avec les DRS sous les coulisses. Le problème de l'Algérie après 62 les HOMMES sont morts, qu'est ce qui reste ???????? Des Ali et compagnies.

3.Posté par manny le 03/07/2020 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nouvelle épisode ! les fils de colons et les fils de la France juge leur frères et soeurs ! blanc bonnet et bonnet blanc ! on prend les mêmes et on recommence ! quel cinéma ! c'est reparti pour un tour Tebboune et sa clique vont taper dans la caisse c'est l'Algérie qui paie pourquoi s'en privé ! une fois les caisse vide et la nationalité de maman la France en poche on va allez couler des jours heureux a Neuilly ou Paris avec les frangins et frangines dèja en place !

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires