France-Algerie: les harkis reclament 40 milliards d'euros pour préjudices subis  11/09/2018

France-Algerie: les harkis reclament 40 milliards d'euros pour préjudices subis


















Les Harkis ayant combattu aux côtés de la France contre leurs compatriotes durant la guerre d'indépendance viennent de réclamer à la France la somme de 40 milliards d'euros pour préjudice subi.

Des associations Harkis, militaires autochtones d'Algérie qui servaient de supplétifs aux côtés des Français réclament 40 milliards d'euros de dédommagement à l'Etat français pour des préjudices subis par la première génération et les générations suivantes. Après le départ des Français, les Harkis ont été obligés de laisser leurs biens en Algérie après l'indépendance. A cela, il faut ajouter le préjudice subi de la part de la France une fois sur le sol français.
" Au sein du Comité de liaison, nous avons effectué notre propre chiffrage, nos propres calculs, avec des femmes et des hommes habilités à réaliser ce type de chiffrage. On a cherché à comprendre la réalité des demandes, on a discuté avec des spécialistes et on est arrivé à un montant compris entre 37 et 40 milliards [...]. Dans ce chiffrage il y a tout ce que nous avons perdu, tout ce que nous avons abandonné la-bàs (en Algérie), les pertes humaines aussi, la vie dans les camps d'Algérie et ensuite en France", a expliqué le porte-parole du Comité de liaison des Harkis, Mohamed Badi.
La sortie des Harkis intervient au moment où le président français Emmanuel Macron se prépare à prononcer un discours, le 25 septembre, en faveur des Harkis, notamment la responsabilité de l'Etat français dans les accords d'Evian de mars 1962.
D'autres Harkis souhaitent plutôt une loi gravant dans le marbre la responsabilité de la France, et la création d'un "fonds de réparation et de solidarité " de 40 millions d'euros pour les anciens supplétifs de l'armée française et leurs enfants.
A titre de rappel, les Européens qui ont quitté l'Algérie près 1962, ont été indemnisés. Une espèce de deux poids, deux mesures. L'autre revendication des Harkis concerne le retour dans leur pays natal, l'Algérie. Un souhait que refuse le gouvernement algérien, du fait du rôle joué par les Harkis pendant la lutte d'indépendance.
http://www.lesdepechesdebrazzaville.fr/node/88783

Le niet de l’ONM aux Harkis et pieds noirs

DIA- 10 juillet 2018: L’Organisation nationale des moudjahidines (ONM) a réagi à ce qui se dit sur le retour des harkis et des pieds noirs en Algérie, affirmant que cette question a été tranchée par l’Etat algérien. Des voix se sont élevées dernièrement appelant au retour des harkis dans leur pays d’origine et à la restitution des biens immobiliers au profit des pieds noirs.
Dans un communiqué rendu public ce mardi, l’ONM s’est opposée farouchement à toutes ces options, considérant que les harkis qui ont trahi l’Algérie, pays de leurs ancêtres, ont choisi de vivre en France au lendemain de l’indépendance. Pour l’ONM, l’affaire des harkis ne concerne pas l’Algérie, mais la France qui est devenue leur pays d’adoption.
Mieux encore, l’ONM a comparé les harkis à ceux qui sont appelés en France et en Europe les «collaborateurs», c’est-à-dire ceux qui s’étaient alliés avec les nazis, lors de la deuxième Guerre mondiale. Ces collaborateurs sont, à ce jour poursuivis et persécutés.
Pour ce qui est de la restitution des biens au profit des pieds noirs, c’est-à-dire les Français nés en Algérie et ayant des biens en Algérie, l’ONM se demande de quels biens parlent ces pieds noirs. L’ONM a rappelé que les Algériens sont les propriétaires légitimes des biens que réclament les pieds noirs. Ces derniers ont spolié les Algériens de leurs biens durant l’occupation française, a rappelé l’ONM dans son communiqué.
L’Organisation a rappelé que l’Etat algérien a promulgué des lois sur ces biens qui sont devenus la propriété des Algériens dans le cadre des lois des «biens vacants».
En somme, pour l’ONM le dossier des harkis et des pieds noirs est définitivement clos et personne ne peut marchander avec ce dossier qui ne concerne que la France !

http://dia-algerie.com/niet-de-lonm-aux-harkis-pieds-noirs/

Commentaires

1.Posté par oh-daz le 11/09/2018 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une annonce en bois, pour faire un peu oublier aux français leurs feuilles d'impôts et leur pouvoir d'achat qui
dégringole...et en passant, on entretien "l'arabophobie" avec des débats ou ça sue la haine....les auteurs de cette annonce,
eux mêmes, feraient une crise cardiaque si leurs enfants et petits enfants se mettaient a apprendre l'arabe..

2.Posté par Boukalbouza le 12/09/2018 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cette histoire de harkis n'est pas terminée, c'est un fond de commerce des politiques français pour glané des voix des élections.
comment la France accorde 40 Milliards d'euros (représente l'équivalent toute une richesse d'un état pauvre africain comme le mali) au moment où dix millions de français de souches pauvres sous le seuil de la pauvreté absolu, sans parler des centaines de milliers de sans abris (SDF) c'est dingue cette histoire.

3.Posté par Hannibal Barca le 12/09/2018 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oh-daz
Parfaitement encore une Tromperie/subterfuge pour attiser encore et encore : la haine, Alors que pas même 100 e ne leur sera versé, Je vois déja les demeurés islamofolles (tel les Fdesion ect compagnie s'empresser de relayer la désinfo

4.Posté par Harki le 13/09/2018 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'ONM devrait s'occuper davantage de ses concitoyens en investissant dans le matériel médical en particulier à l'hôpital Mustapha d'Alger qui oblige ses patients à se fournir en matériel médical.
Nous les harkis nous payons nos impôts en France et vos chers responsables se font soigner chez nous ainsi que tous ceux qui peuvent échapper à l'emprise de ces soi-disants libérateurs d'une Algérie livrée à l'asservissement et à la misère morale de tout son peuple.
Nous les harkis avons l'honneur de résister à l'Etat Français tant qu'il ne reconnaîtra pas sa responsabilité dans l'octroi de l'indépendance et le massacre qui s'en est suivi.
Pour le reste nous vivons bien en France avec nos concitoyens français qui comprennent enfin le drame que nous avons subi.
Nous n'avons aucune haine à partager avec ces voleurs de terre et de patrimoine déshéritants des femmes et des enfants innocents de tout crime à considérer que justice doive être rendue.
Osons donc la mise en place d'un conseil bi national de remise en perspective de l'histoire d'Algerie y compris pour aller jusqu'à la détermination de la responsabilité des engagés dans le conflit.
Tous les arguments avancés par l'ONM et Boukalbouza et consorts jusque là sont chargés de ressentiment et vont bien à tous les serviles d'un régime FLN qui les a formaté au grand désespoir de toute là jeunesses algérienne dont le seul horizon est le franchissement de la Méditerranée.
À votre disposition messieurs qui vous nommez grands.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires