Egypte: une présidentielle "ni libre ni équitable", selon 14 organisations  13/02/2018

Egypte: une présidentielle "ni libre ni équitable", selon 14 organisations












Quatorze organisations de défense des droits de l'Homme ont qualifié l'élection présidentielle fin mars en Egypte de "ni libre ni équitable", a annoncé Human Rights Watch dans un communiqué mardi.

"Le gouvernement égyptien a piétiné les conditions minimales pour que des élections libres et équitables aient lieu les 26-28 mars 2018", estiment les organisations citées dans le communiqué.

Selon ce communiqué, "le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi ne cesse d'étouffer les libertés fondamentales. Il a également arrêté des candidats potentiels et effectué des rafles parmi leurs partisans".

Le texte rassemble des organisations régionales comme le Cairo Institute for Human Rights Studies, ou internationales comme Human Rights Watch ou Reporters sans Frontières.

Selon les signataires, "les alliés de l'Egypte devraient aujourd'hui dénoncer publiquement la mascarade que sont ces élections". Le texte vise notamment les États-Unis, l'Union européenne et les États européens, accusés de fournir des aides financières sans demander de comptes sur les droits humains.

Il dénonce l'absence de "droit des individus à la participation politique et à la liberté d'expression, d'association, et de rassemblement pacifique" et les emprisonnements d'opposants ou de candidats potentiels.

Plusieurs adversaires potentiels de M. Sissi à la présidentielle ont été écartés ou découragés ces dernières semaines.

L'ancien chef d'état-major Sami Anan a été exclu de l'élection en janvier peu après l'annonce de sa candidature. Il est poursuivi par la justice militaire pour s'être engagé dans la course "sans l'autorisation des forces armées".

L'ex-Premier ministre Ahmed Chafiq a déclaré début janvier qu'il n'était plus candidat, contrairement à ce qu'il avait annoncé plus tôt depuis les Emirats arabes unis où il vivait. A son arrivée en Egypte, il avait disparu pendant environ 24 heures avant d'annoncer qu'il réexaminait ses intentions.

Enfin, l'ancien député devenu dissident Mohamed Anouar El-Sadate et l'avocat défenseur des droits de l'Homme Khaled Ali ont tour à tour renoncé à se présenter, dénonçant des pressions sur leurs équipes de campagne respectives.

Seul candidat en lice face à M. Sissi, Moussa Mostafa Moussa est un soutien notoire du président sortant.

Dans ces conditions, plusieurs partis d'opposition ont appelé fin janvier au boycott de l'élection. Dès le lendemain, le président Sissi s'en est pris sans les nommer à ceux qui menacent la "sécurité" du pays.

https://www.lorientlejour.com/article/1099747/egypte-une-presidentielle-ni-libre-ni-equitable-selon-14-organisations.html

Commentaires

1.Posté par YYY le 15/02/2018 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mac Jordan et Sisi l’impératrice sous l’apres-sion.
Après les passages de Mike Pence et Tillerson les im-pressions marquent.

https://www.romandie.com/news/Egypte-la-police-arrete-l-ancien-candidat-a-la-presidentielle-Abdel-Moneim-Aboul-Foutouh-responsables/890540.rom

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires