BlackRock : la médiatrice européenne ouvre une enquête sur un contrat conclu avec la Commission  08/07/2020

BlackRock : la médiatrice européenne ouvre une enquête sur un contrat conclu avec la Commission












Emily O’Reilly avait reçu une plainte d’eurodéputés s’inquiétant que ce fonds surpuissant se voie confier une mission portant précisément sur la surveillance bancaire.

La médiatrice de l’Union européenne (UE), Emily O’Reilly, a décidé, lundi 6 juillet, d’ouvrir une enquête sur un contrat conclu par la Commission européenne avec la société américaine BlackRock, qui est l’institution financière la plus puissante au monde – elle possède quelque 6 300 milliards de dollars (5 500 milliards d’euros) d’actifs, dont un tiers en Europe.

Chargée du contrôle du fonctionnement de l’UE, Emily O’Reilly avait, dès le mois d’avril, reçu une plainte de députés européens s’inquiétant que ce fonds surpuissant, qui est notamment actionnaire ou auteur de missions d’audit pour des banques, se voie confier une mission portant précisément sur la surveillance bancaire. Et plus précisément sur l’incorporation dans celle-ci de « facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance ».



Le soupçon des élus était renforcé par le fait que BlackRock avait décroché ce marché en rentrant une offre d’un coût très inférieur à celui de ses huit concurrents. De quoi attiser l’idée que « ce n’est pas le gain sur la prestation qui intéresse la société, mais le fait de participer, en amont, à la définition des critères de ses futurs investissements », comme le note l’eurodéputé français Pascal Durand du groupe Renew Europe et initiateur d’une question écrite à la Commission.
« Flagrant conflit d’intérêts »

A la mi-juin, Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission, chargé de la stabilité financière, répondait à cette interpellation cosignée par 84 eurodéputés. Le contrat a, selon lui, été établi en fonction du meilleur rapport qualité-prix. Et le responsable letton affirmait que rien ne permettait de remettre en question la capacité de BlackRock à « fournir le service proposé ». La Commission, poursuivait-il, n’a donc « aucune raison valable » d’annuler la procédure d’adjudication mais « restera vigilante ». Et le rapport final sera rendu public, assurait M. Dombrovskis.

« Ce n’est pas suffisant, cela ne lève pas les inquiétudes quant au flagrant conflit d’intérêts », souligne l’eurodéputé Damien Carême, du groupe des Verts. Pour lui, impossible de croire en la « ségrégation physique » entre les services d’étude de BlackRock et ceux chargés de ses investissements, comme le promettait la Commission.

En mai, le collectif de journalistes Investigate Europe ajoutait au trouble en notant que M. Dombrovskis, à l’origine d’un produit paneuropéen de retraite individuelle, une nouvelle catégorie d’épargne-retraite pour des salariés du public et du privé, avait confié à l’entreprise américaine la gestion de l’épargne des participants impliqués dans une phase de test.

Pour Pascal Durand, les questions soulevées par ces affaires interrogent à la fois sur l’application effective du Green Deal pour le secteur financier et sur le rôle d’un acteur extra-européen dans les orientations politiques définies à Bruxelles.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/07/07/blackrock-la-mediatrice-europeenne-ouvre-une-enquete-sur-un-contrat-conclu-avec-la-commission_6045522_3234.html

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires