Algérie: un ex-candidat à la présidentielle, le général Ghediri écroué  14/06/2019

Algérie: un ex-candidat à la présidentielle, le général Ghediri écroué














Le général algérien à la retraite Ali Ghediri, ex-candidat déclaré contre Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle du 18 avril finalement annulée, a été écroué jeudi pour «atteintes à l'économie nationale et au moral de l'armée», a annoncé vendredi son chargé de communication à l'AFP.

«Après avoir été entendu (jeudi) par le juge d'instruction (...), Ali Ghediri a été écroué à la prison d'El Harrach», dans la banlieue d'Alger, a déclaré Nabil Maizi. «Il est accusé de participation à la remise à des agents étrangers d'informations portant atteinte à l'économie nationale. Et de participation en temps de paix à un projet visant à porter atteinte au moral de l'armée afin de nuire à la Défense nationale», a-t-il ajouté, sans préciser quels faits lui sont reprochés.

Novice en politique et sans structure derrière lui, quasi-inconnu des Algériens, le général Ghediri avait débarqué fin 2018 de façon fracassante sur la scène politique algérienne: après avoir multiplié les déclarations, indiquant vouloir «rompre avec le système» et «édifier une IIe République», il avait déposé sa candidature à la présidentielle du 18 avril face à Abdelaziz Bouteflika. Fin 2018, il s'était attiré les foudres du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, après l'avoir appelé implicitement à empêcher un 5e mandat du président Bouteflika, 82 ans, affaibli les séquelles d'un AVC en 2013.

La volonté de Bouteflika, 82 ans, de briguer un 5e mandat a déclenché un mouvement populaire inédit de contestation contre le »système« au pouvoir en Algérie, qui a contraint le chef de l'Etat à renoncer, à annuler la présidentielle du 18 avril, puis finalement à démissionner le 2 avril. Depuis cette démission, la justice algérienne a lancé plusieurs enquêtes sur des faits de corruption visant surtout d'anciens proches de Bouteflika.

Elle a écroué de puissants hommes d'affaires, la plupart soupçonnés d'avoir profité de leurs liens avec l'ex-président ou son entourage pour obtenir des avantages ou des marchés publics, avant de s'attaquer plus récemment à d'ex-hauts responsables en plaçant en détention préventive deux anciens premier ministre de Bouteflika et un ancien ministre.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/algerie-un-ex-candidat-a-la-presidentielle-le-general-ghediri-ecroue-20190614

Commentaires

1.Posté par Abdelkader le 14/06/2019 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce général kamikaze Ali Ghediri ex candidat à l'élection présidentielle, propulsé et parachuté par les extrémistes xénophobes et racistes et les services secrets français, financé avec l'argent sale tâche du sang des innocents algériens victimes du terrorisme, l'argent des hommes d'affaires véreux partisans de la politique criminelle néo capitalistes des prédateurs des richesses du peuple algérien.
Ali Ghediri arrêté pour intelligence avec les puissances étrangères et haute trahison.

2.Posté par Saber le 14/06/2019 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est étonnant et formidable c'est la douceur avec laquelle s'opère cette éradication d'un vieux système tentaculaire corrompu.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires