Ahmadineyad déclare que les pays ennemis ne peuvent imposer leurs décisions à l'abri des institutions de l'ONU  27/04/2006



"Les pays ennemis ne peuvent nous imposer leurs décisions erronées en se cachant derrière l'Organisation Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA) et derrière le Conseil de Sécurité ", a déclaré le président de la République Islamique d'Iran.

Mahmoud Ahmadinejad a répondu aux questions des journalistes mercredi avant sa rencontre avec son homologue soudanais, Umar Hasan Al-Bashir, et a répondu aujourd'hui à un journaliste soudanais sur la possible position que prendrait le Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le dossier nucléaire iranien : "Une décision illégitime et qui bafoue nos droits ne pourra pas se parer d’un caractère légitime sous la couverture du Conseil de Sécurité et de l'AIEA."

Après avoir souligné que "la technologie nucléaire est nôtre droit" Mahmoud Ahmadinejad a poursuivi : "nous sommes des partisans de la paix et de la sécurité pour toutes les nations, mais, quant à nos droits évidents et légitimes, nous ne sommes pas disposés à y renoncer ».


Après avoir rappelé que l’Iran est le seul pays dont les activités nucléaires sont totalement transparentes et claires, Mahmoud Ahmadinejad a réitéré de nouveau que "nous sommes disposés à dialoguer sur non déviation de nos activités nucléaires qui restent des activités nucléaires à des fins civiles."

"Pendant les 30 dernières années nous avons été membres de l'AIEA nous avons rempli nos devoirs comme le stipule la loi, et nous souhaitons continuer à progresser uniquement dans le cadre des normes de l'agence" a affirmé le chef d’Etat iranien.

"Selon les normes et les lois du Traité de Non-prolifération (TNP) ce traité implique de nous soutenir, de nous donner la technologie nécessaire et de respecter nos droits, mais, non seulement personne ne nous a aidé mais en plus personne n'a défendu nos droits, tandis que la raison de l'existence et le but de l'instauration de l'AIEA est précisément d’adopter ce type de démarche et d’attitude."

Le président iranien a rappelé : "si les organismes internationaux respectent nos droits légitimes nous respecterons également leurs décisions, mais si ces décisions bafouent nos droits les plus légitimes, pour nous elles ne vaudront rien."

Mahmoud Ahmadinejad a qualifié ce litige sur le dossier nucléaire iranien "de test pour savoir ce qu’il bon de faire pour les institutions internationales" en spécifiant : "avec le cas atomique iranien on éclaircira si ce sont les garants des droits des nations ou s’ils agissent comme instruments de quelques puissances puissantes."

le président iranien a conclu : "Ces connaissances nucléaires nous les avons obtenu par nous-mêmes, personne ne nous les a données pour maintenant les reprendre. Ceci est une réalité acceptée par ces pays qui s'opposent à nous, mais ils veulent nous détruire avantage par une guerre psychologique et médiatique "



IRNA

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires