Antisionisme et antisémitisme : la résolution polémique proposée par un député LREM crée des remous  02/12/2019

Antisionisme et antisémitisme : la résolution polémique proposée par un député LREM crée des remous
























Des associations appellent les députés à ne pas voter la résolution «visant à lutter contre l'antisémitisme» proposée par le député Sylvain Maillard, accusée d'entraver la critique d'Israël. Un rassemblement est organisé devant l'Assemblée.

Enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 12 novembre 2019, la proposition de résolution «visant à lutter contre l'antisémitisme» présentée par le député macroniste Sylvain Maillard fait l'objet de vives critiques alors qu'elle doit être soumise au vote de l'Hémicycle ce 3 décembre. Plusieurs associations appellent ainsi les députés à rejeter ce texte. Un rassemblement a lieu ce 2 décembre devant l'Assemblée nationale, durant lequel plusieurs organisations se rassemblent pour faire valoir leur point de vue.



Un combat «détourné au service de la politique de l’Etat d’Israël» ?

De fait, les opposants à la résolution pointent notamment un passage qui assimile certaines positions antisionistes à de l'antisémitisme. «Les actes antisionistes peuvent parfois occulter des réalités antisémites. Critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté́ juive dans son ensemble [...] De telles dérives font de plus en plus de l’antisionisme "une des formes contemporaines de l’antisémitisme", pour reprendre les mots du Président de la République. Pointer de telles dérives n’empêche par ailleurs aucunement la libre critique de la politique et des prises de positions des gouvernements israéliens», peut-on lire dans le texte disponible sur le site de l'Assemblée nationale.

«Notre groupe d'étude [sur l'antisémitisme] à l'Assemblée nationale portera une initiative forte dans les prochains jours pour que l'antisionisme soit reconnu et puni en France pour ce qu'il est : de l'antisémitisme !», avait déjà annoncé sur Twitter le député Sylvain Maillard le 16 février 2019, réagissant aux invectives adressées le même jour au philosophe Alain Finkielkraut, en marge du cortège de Gilets jaunes défilant à Paris à l'occasion de l'acte 14 du mouvement. Au sein même de LREM, le président Emmanuel Macron lui-même avait dans un premier temps exprimé son opposition à une telle initiative (avant de revenir finalement sur sa position lors du dîner du Crif le 20 février).

Evoquant «un exposé des motifs très contestable» dans un communiqué publié en juin, la ligue des droits de l'homme s'indigne du fait que le combat contre l'antisémitisme puisse être «détourné au service de la politique de l'Etat d’Israël». «L'objectif [de la résolution] est de censurer les critiques du régime israélien», pointe de son côté l'union juive française pour la paix. Pour sa part l'association France Palestine solidarité souligne que «l’antisionisme est une opinion politique, longtemps majoritaire dans les communautés juives européennes».

https://francais.rt.com/france/68463-antisionisme-antisemitisme-resolution-polemique-proposee-depute-lrem-maillard-cree-remous


Pékin suspend les demandes de visite de récupération des navires de guerre américains  02/12/2019

Pékin suspend les demandes de visite de récupération des navires de guerre américains





















La Chine a annoncé lundi la suspension immédiate des escales de récupération de navires de guerre américains à Hong Kong et des sanctions contre plusieurs organisations non-gouvernementales américaines.

Ces sanctions sont prises en réponse à l'adoption aux Etats-Unis d'une loi de soutien aux manifestations qui secouent le territoire autonome chinois depuis six mois, a annoncé à la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Dès la semaine dernière, le régime communiste avait annoncé qu'il prendrait des mesures de représailles à la signature par le Président américain de cette loi sur les droits de l'homme et la démocratie à Hong Kong.

Pékin considère ce texte comme une ingérence dans ses affaires intérieures.

En réaction, le gouvernement a décidé de «suspendre les demandes de visite de récupération des navires de guerre américains, à compter d'aujourd'hui», a annoncé Mme Hua.

Des bâtiments américains mouillent régulièrement à Hong Kong, dans le cadre de visites permettant notamment aux marins de «récupérer» dans l'ancienne colonie britannique.

Pékin avait déjà bloqué deux visites de bâtiments américains en août dernier, selon la marine américaine. Une visite de l'US Navy avait eu lieu précédemment en avril, avant le début en juin des manifestations à Hong Kong.

Le gouvernement chinois va par ailleurs «imposer des sanctions aux ONG qui se sont mal comportées» à Hong Kong, notamment des associations actives dans le domaine des droits de l'homme: le National Endowment for Democracy, le National Democratic Institute for International Affairs, l'International Republican Institute, Human Rights Watch et Freedom House, a détaillé Mme Hua, sans préciser en quoi consisteraient ces sanctions.

Pékin a qualifié la semaine dernière la loi américaine sur Hong Kong «d'abomination absolue».

Ce texte menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique si les droits des manifestants ne sont pas respectés.

Donald Trump a également approuvé une mesure interdisant la vente à la police hongkongaise de matériel destiné à réprimer les manifestations.

https://fr.sputniknews.com/international/201912021042517549-pekin-suspend-les-demandes-de-visite-de-recuperation-des-navires-de-guerre-americains/

Juifs au nez crochu, rats et sacs d’argent: le carnaval d’une ville belge retiré du patrimoine de l’Unesco  02/12/2019

Juifs au nez crochu, rats et sacs d’argent: le carnaval d’une ville belge retiré du patrimoine de l’Unesco























Le maire de la ville belge d'Alost, cité flamande située entre Gand et Bruxelles, a annoncé dimanche le retrait par ses soins de la liste du patrimoine de l'humanité de l'Unesco de son carnaval annuel, accusé d'antisémitisme, rapporte l’AFP.

La polémique avait surgi en mars lorsque le maire d'Alost (Aalst en flamand), Christoph D'Haese, avait défendu un char de carnaval représentant des Juifs orthodoxes au nez crochu, entourés de rats et juchés sur des sacs d'argent.

La scène avait suscité un tollé de l'UE et d'organisations juives, les autorités locales défendant pour leur part «un rituel de transgression» permettant de rire de tout.

Le carnaval attire à Alost des dizaines de milliers de personnes pendant les trois jours précédant le mercredi des Cendres, une célébration catholique.



Christoph D'Haese a expliqué sur des médias locaux avoir décidé le retrait du carnaval de la liste de l'Unesco, en apprenant que l'organisation avait prévu de le faire mi-décembre, après l'échec de discussions pour trouver un accord.

«Les citoyens d'Alost ont souffert d'accusations grotesques», a-t-il dénoncé dans un communiqué cité par l'agence Belga.

«Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Tous ceux qui soutiennent cela le font de mauvaise foi. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire», a-t-il ajouté.

Le carnaval d'Alost était inscrit depuis 2010 sur la liste du patrimoine immatériel de l'Unesco.

Les dirigeants d'Alost ont préféré «sauter avant d'être poussés», a commenté dans un communiqué le responsable de l'Association des Juifs d'Europe, basée à Bruxelles.

«Malgré des critiques générales, des représentations clairement grotesques et antisémites (...), le maire d'Alost a persisté dans une attitude de défi et de moquerie», a dénoncé le président de l'association, le rabbin Menachem Margolin.

https://fr.sputniknews.com/international/201912021042516684-juifs-au-nez-crochu-rats-et-sacs-dargent-le-carnaval-dune-ville-belge-retire-du-patrimoine-de/

Militaires morts au Mali: Charlie Hebdo s’explique après l’indignation de l’armée française  02/12/2019

Militaires morts au Mali: Charlie Hebdo s’explique après l’indignation de l’armée française























Le directeur de Charlie Hebdo a défendu «l'esprit satirique» du journal tout en reconnaissant «l'importance du travail (des) soldats français pour lutter contre le terrorisme», dans une lettre au chef d'état-major de l'Armée de terre, qui avait critiqué la publication de dessins sur la mort des 13 militaires français au Mali, relate l'AFP.

À la veille de l'hommage national aux militaires tués dans un accident d'hélicoptères, Riss écrit que «notre journal se doit de rester fidèle à son esprit satirique, parfois provocateur».

«Cependant, je tenais à vous dire que nous sommes conscients de l'importance du travail effectué par les soldats français pour lutter contre le terrorisme,» poursuit le patron de l'hebdomadaire, lui-même blessé en janvier 2015 lors de l'attaque terroriste contre le journal.

Après l'accident des militaires, l'hebdomadaire à la longue tradition antimilitariste a publié en ligne cinq dessins associant ces décès à une campagne de recrutement récemment lancée par l'armée française. L'un montre ainsi le président Emmanuel Macron debout devant un cercueil recouvert du drapeau bleu-blanc-rouge et surmonté d'un des slogans de cette campagne: «J'ai rejoint les rangs pour sortir du lot».



Dans une lettre ouverte à Riss, le général Thierry Burkhard, patron de l'armée de terre, à laquelle appartenaient les victimes engagées dans l'opération anti-jihadistes Barkhane, s'était indigné que «le temps du deuil de ces familles a été sali par des caricatures terriblement outrageantes dont votre journal a assuré la diffusion».

Il avait, «avec sincérité et humilité», invité Riss «à (se) joindre à nous ce jour-là, pour leur témoigner vous aussi, qui avez souffert dans votre chair de l'idéologie et de la terreur, la reconnaissance qu'ils méritent».

Dans sa réponse, transmise à l'AFP, Riss «exprime (ses) condoléances aux familles et aux proches endeuillés» et remercie le général pour son invitation à la cérémonie aux Invalides, «à laquelle (il) ne pourra cependant pas assister».

«Nous savons que leur mission (des soldats français) est difficile et qu'ils font face à des ennemis sans pitié. Ces dessins n'avaient pas pour but de douter de leur courage et de leur détermination», ajoute-t-il.

«Mais notre journal se doit de rester fidèle à son esprit satirique, parfois provocateur. Cela ne signifie nullement qu'il mésestime le dévouement de ceux qui se battent pour défendre des valeurs au service de tous. Nous tenions à vous le dire ainsi qu'aux familles des victimes» conclut-il.

https://fr.sputniknews.com/france/201912021042516455-militaires-morts-au-mali-charlie-hebdo-sexplique-apres-lindignation-de-larmee-francaise/

Colombie: neuvième jour de contestations  02/12/2019

Colombie: neuvième jour de contestations
























Neuvième jour de contestations antigouvernementales en Colombie, où les autorités mènent un dialogue national élargi suite à la crise que traverse le pays.

Les manifestations, dont l’ampleur a diminué, se poursuivent, samedi, dans plusieurs villes, notamment la capitale Bogota, avec une mobilisation estudiantine dans les rues.

Des centaines de personnes, dont des indigènes de régions éloignées et des étudiants de l'université nationale, ont défilé dans la capitale.

Des funérailles ont eu lieu dans la zone où le jeune manifestant Dylan Mauricio Cruz a été tué par les tirs de la police la semaine dernière.

L’autopsie du jeune âgé de 18 ans a révélé qu’il a été abattu par “Bean bag”, une munition utilisée aux Etats-Unis, au Chili et en Israël.

À Barranquilla, dans le nord du pays, la police anti-émeute a arrêté puis relâché trois reporters du journal El Heraldo. Des vidéos de l’arrestation musclée ont été relayées sur les réseaux sociaux.

Selon la presse locale, la police a fait recours à des munitions illégales contre les manifestants, notamment du gaz lacrymogènes, dans la ville de Tonga, au nord-ouest de la capitale.

De son côté le gouvernement a annoncé, dans un communiqué rendu public, la tenue de la cinquième réunion du dialogue national, dans le palais présidentiel, avec la participation des délégués de 170 régions parmi les plus touchées par le conflit armé dans le pays.

Le gouvernement a promis la poursuite de la réforme agraire et la lutte contre la culture de la coca et ce après avoir approuvé de nombreux projets d'infrastructure dans ces régions.

Les manifestations ont démarré en Colombie lors de la grève générale du 21 novembre contre les réformes gouvernementales touchant aux salaires et aux retraites.

Vendredi, des centaines de milliers de colombiens ont défié le couvre feu à Bogotá et manifesté devant la résidence du président, Duque.

Les manifestants revendiquent l’amélioration de la situation des travailleurs, la lutte contre le trafic de drogue, la protection des indigènes, l’amélioration de la qualité de l’enseignement ainsi que le renforcement des garanties sociales. Certains réclament également la consolidation de l’accord de paix conclu avec les FARC en 2016.

Les contestations Colombie s'inscrivent dans un climat de haute tension en Amérique latine, marqué par des crises allant de l'Équateur à la Bolivie, au Chili et au Venezuela.

https://www.aa.com.tr/fr/monde/colombie-neuvi%C3%A8me-jour-de-contestations/1659957

Riyad : L'Arabie saoudite prend officiellement la présidence du G20 pour la session 2020  02/12/2019

Riyad : L'Arabie saoudite prend officiellement la présidence du G20 pour la session 2020
























Le royaume d'Arabie saoudite a pris, dimanche, la présidence du G20 et se prépare au sommet des dirigeants, qui se tiendra à Riyad les 21 et 22 novembre 2020, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).

La présidence saoudienne du G20 se concentrera sur "la concrétisation des opportunités du 21ème siècle pour tous", et ce, en responsabilisant les personnes, en créant les conditions dans lesquelles toutes les personnes, en particulier les femmes et les jeunes, peuvent vivre, travailler et prospérer.

Protéger la planète, en encourageant les efforts collectifs en matière de sécurité alimentaire et hydrique, de climat, d'énergie et d'environnement.

Façonner de nouvelles frontières, en adoptant des stratégies audacieuses et à long terme pour partager les avantages de l’innovation et du progrès technologique.

Le Royaume organisera, dans la période précédant le sommet, plus de 100 réunions et conférences, au niveau ministériel, ainsi que des représentants du gouvernement et des groupes de communication.

Le Japon avait accueilli le sommet du G20 à Osaka les 28 et 29 juin.

Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l'Union européenne, dont les ministres, les chefs des banques centrales et les chefs d'État se réunissent annuellement.

Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d'un dialogue élargi tenant compte du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays.

Le G20 représente 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % du produit mondial brut

Le groupe comprend les États-Unis, la Turquie, le Canada, le Mexique, le Brésil, l'Argentine, la France, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie, l'Afrique du Sud, l'Arabie saoudite, la Russie, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Inde, l'Indonésie, l'Australie et l'Union européenne.

https://www.aa.com.tr/fr/monde/riyad-larabie-saoudite-prend-officiellement-la-pr%C3%A9sidence-du-g20-pour-la-session-2020/1660522

Le ciblage du contenu palestinien sur les sites Web a augmenté en novembre  01/12/2019

Le ciblage du contenu palestinien sur les sites Web a augmenté en novembre






















Le Centre "Sada Social" a déclaré qu'il y avait une grave escalade des violations des contenus palestiniens par la gestion des réseaux sociaux.

Dans une déclaration, le Centre "Sada social"a documenté le nombre de violations doublé au cours du mois de novembre 2019, et a enregistré plus de 223 violations, ce qui représente le pourcentage le plus élevé de violations subies par le contenu palestinien en un mois.

Il a révélé que les réseaux sociaux ont intensifié leurs violations contre le contenu palestinien, à leur tête la gestion de Facebook par 134 violations diverses, notamment la suppression de pages et de comptes, l'interdiction et la suppression de publications, ainsi que la prévention de la publication et la restriction d'accès.

Dans une violation grave, la première du genre, l'administration de WhatsApp a interdit l'accès à plus de 77 activistes, journalistes et utilisateurs palestiniens sans aucune justification légale. Certain nombre d'entre eux ont été renvoyés après que le Centre a contacté l'administration.

L'administration de Twitter a également supprimé 8 comptes palestiniens, dont les plus importants étaient les Comptes: " du réseau Quds News, du réseau Quds - Urgent, du réseau Quds en anglais , de Youssef Isleih , de Yahya Helles, de Samir Al Khairy et de Raka".

Sada Social a enregistré 4 violations de l'application d'Instagram et une violation de YouTube.

https://french.palinfo.com/54893
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Le Parlement accepte la démission du gouvernement en Irak  01/12/2019

Le Parlement accepte la démission du gouvernement en Irak




























Le Parlement irakien a accepté dimanche la démission du gouvernement d'Adel Abdel Mahdi, le chef de l'Assemblée. Il va demander au président de la République de désigner un nouveau Premier ministre.

Ce vote intervient deux jours après que M. Abdel Mahdi a annoncé son intention de démissionner. Le grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité chiite du pays, a réclamé son remplacement à l'issue de deux mois de manifestations endeuillées par plus de 420 morts et des violences qui se poursuivent toujours dimanche avec un nouveau mort à Bagdad.

Peu après ce décès sous les balles des forces de l'ordre, un tribunal du sud a condamné à la mort par pendaison un officier de police pour avoir tué deux manifestants, il y a un mois à Kout, au sud de Bagdad.

C'est la première fois que l'Etat punit un de ses hommes alors que Bagdad accuse régulièrement "des tireurs non identifiés" de tirer indifféremment sur les manifestants et les forces de sécurité.

A Kout, comme ailleurs dans le sud tribal et chiite, la répression n'a pas entamé la mobilisation dimanche, après deux mois d'une contestation contre le pouvoir et son parrain iranien endeuillée par plus de 420 morts. Des milliers de personnes ont aussi été blessées.

Processions funéraires

Les défilés du jour se sont transformées en processions funéraires, y compris à Mossoul, la grande ville sunnite du nord, où des centaines d'étudiants vêtus de noir se sont rassemblés.

Les provinces sunnites, reprises au groupe Etat islamique (EI) il y a deux ans, s'étaient tenues à l'écart du mouvement jusqu'ici. Si leurs habitants se plaignent des mêmes maux que dans le sud, ils redoutent d'être taxés de nostalgiques du pouvoir de Saddam Hussein ou de celui de l'EI, accusations déjà portées ailleurs contre les manifestants par leurs détracteurs.

Vendredi dernier, déjà, une autre province sunnite, celle de Salaheddine, au nord de Bagdad, avait déclaré trois jours de deuil. Dimanche, huit provinces du sud chiite ont également observé un deuil. Les autorités locales y ont même décrété un jour chômé pour les fonctionnaires.

"Tout changer"

Même si le Parlement approuve la démission du gouvernement d'Adel Abdel Mahdi, pour les manifestants, c'est tout le système politique installé par les Etats-Unis après la chute de Saddam Hussein en 2003 et désormais sous mainmise iranienne qu'il faut changer.

Ils réclament le renouvellement complet d'une classe politique qui a déjà fait s'évaporer dans les vapeurs de la corruption l'équivalent de deux fois le PIB de l'un des pays les plus riches en pétrole au monde.

https://www.swissinfo.ch/fre/toute-l-actu-en-bref/le-parlement-accepte-la-d%C3%A9mission-du-gouvernement-en-irak/45404828

La France élargit sa liste noire des paradis fiscaux  01/12/2019

La France élargit sa liste noire des paradis fiscaux























La France a décidé d'ajouter Anguilla, les îles Vierges, les Bahamas et les Seychelles à sa liste noire des paradis fiscaux, a annoncé le ministre chargé du Budget à la veille de la publication d'un rapport sur la lutte contre la fraude fiscale, relate l’AFP.

«Avant le rapport de la Cour des comptes sur la fraude fiscale, je vous annonce que nous allons inscrire sur la liste noire des paradis fiscaux quatre nouveaux pays: Anguilla, les îles Vierges, les Bahamas et les Seychelles, qui ne sont pas assez coopératifs en matière de transparence financière», a déclaré Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics, au Journal du Dimanche.

Selon lui, «la liste de la France sera donc plus dure que celle de l'Union européenne».

Sept pays figuraient jusqu'ici sur la liste française: Bruneï, Nauru, Niue, le Panama, les îles Marshall, le Guatemala et le Botswana.

L'UE inclut pour sa part dans sa liste noire les Samoa américaines, les Fidji, Guam, Oman, le Samoa, Trinité-et-Tobago, les Îles Vierges américaines et le Vanuatu.

https://fr.sputniknews.com/france/201912011042513317-la-france-elargit-sa-liste-noire-des-paradis-fiscaux/

L’armée de terre s’indigne des «caricatures outrageantes» de Charlie Hebdo sur la mort des militaires au Mali  01/12/2019

L’armée de terre s’indigne des «caricatures outrageantes» de Charlie Hebdo sur la mort des militaires au Mali























Les caricatures de Charlie Hebdo sur le décès des 13 soldats français au Mali ont suscité la «profonde indignation» du chef d’état-major de l’armée de terre, qu’il a exprimée dans une lettre ouverte publiée le 30 novembre. L’une des familles des soldats tués a décidé de porter plainte, affirme l’entourage proche du général cité par Le Monde.

L’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a réagi à la mort des 13 soldats français au Mali en publiant plusieurs caricatures qui ont suscité l’indignation du chef d’état-major de l’armée de terre, le général Thierry Burkhard. Dans une lettre ouverte publiée ce 30 novembre, il s’adresse au directeur du journal, Riss, pour faire part de sa colère et pour l’inviter à la cérémonie d’hommage national aux Invalides.



Les caricatures en question représentent des objets liés à la mort (un cercueil recouvert d’un drapeau tricolore à côté d’Emmanuel Macron, une tombe décorée d’ordres, une couronne de fleurs de deuil suivie de «merci»), avec des inscriptions reprenant des slogans de la dernière campagne de recrutement de l’armée de terre.



Parmi ces dernières figurent: «Je protège mon pays, je progresse dans ma vie», «J’ai rejoint les rangs pour sortir du lot», «J’ai soif d’aventures pour ceux qui ont faim de liberté».
«Le temps du deuil sali»

Selon le chef d’état-major, ces «caricatures terriblement outrageantes» salissent «le temps du deuil» des familles touchées. «Si l’indignation m’a d’abord gagné, c’est surtout une peine immense qui m’envahit en pensant au nouveau chagrin que vous infligez à ces familles déjà dans la souffrance», déplore M.Burkhard en manifestant son «indignation profonde». Le général s’interroge sur les raisons pour lesquelles les militaires sont ainsi méprisés:

«Qu’avons-nous donc fait, soldats de l’armée de terre, pour mériter un tel mépris? Qu’ai-je manqué moi-même, chef d’état-major de l’armée de terre, dans l’explication du sens profond de notre engagement, pour qu’avec une telle désinvolture soient raillés ceux qui ont donné leur vie afin que soient justement défendues nos libertés fondamentales?»

Une famille porte plainte

Citées par Le Monde, certaines personnes proches de Thierry Burhard estiment que «ce ne sont pas les caricatures en tant que telles qui nous choquent, nous connaissons l’antimilitarisme de Charlie, mais cette façon de s’en prendre aux familles» dont l’une a l’intention de porter plainte, affirme la source.

La lettre ouverte du chef d’état-major se termine par une invitation à venir assister à la cérémonie qui aura lieu aux Invalides pour rendre un dernier hommage aux militaires tués et pour «leur témoigner vous aussi, qui avez souffert dans votre chair de l’idéologie et de la terreur, la reconnaissance qu’ils méritent».

https://fr.sputniknews.com/france/201911301042512977-larmee-de-terre-sindigne-des-caricatures-outrageantes-de-charlie-hebdo-sur-la-mort-des-militaires/

Face à la colère du peuple, le Président malien appelle à ne pas «mordre la main» de la France  01/12/2019

Face à la colère du peuple, le Président malien appelle à ne pas «mordre la main» de la France























Alors que des voix continuent à s'élever pour réclamer le départ des troupes françaises en les accusant de ne s'intéresser qu'aux richesses naturelles du Mali, le Président de ce pays a appelé la population à ne pas «mordre la main» de la France.

Le Président Ibrahim Boubacar Keïta a appelé les Maliens à ne pas «mordre la main» de ceux qui leur viennent en aide, dont la France, face aux expressions d'hostilité à la présence de forces étrangères dans le pays en guerre, raconte l'AFP.

Dans un message diffusé samedi soir, il a aussi annoncé le lancement officiel le 14 décembre d'un débat national pour dégager les solutions à la crise non seulement sécuritaire, mais multiforme, à laquelle le pays fait face depuis des années.

Responsables et experts conviennent qu'il n'y aura pas d'issue au conflit dans le Sahel par la seule force des armes et sans action politique, alors que se propagent le djihadisme et les violences qui ont déjà fait des milliers de morts.

Treize soldats français sont morts lundi dans la collision de leurs deux hélicoptères lors d'une opération de combat de nuit dans le sud du Mali.

Le Président malien a indiqué qu'il se rendrait à l'hommage rendu lundi par la France à ces soldats. «Je m'incline devant (leur) mémoire», a-t-il dit.

«Nous n'avons aucune raison de nous glorifier d'avoir tendu la main à ceux qui en avaient besoin hier», a assuré M. Keïta en référence à l'engagement de soldats maliens dans les deux Guerres mondiales ou dans les missions de paix, «mais nous n'avons non plus aucune raison de mordre la main de ceux qui nous tendent les leurs aujourd'hui».

Il a par ailleurs fixé au 14 décembre le lancement officiel du dialogue national dit inclusif qu'il a mis sur les rails en mai et qui a donné lieu à des mois de consultations. Il est censé mettre les Maliens autour de la table et établir une feuille de route.

Le Président malien a laissé entendre que ce lancement prendrait la forme d'un congrès et a appelé «toutes les forces vives de la Nation» à prendre part à ce dialogue, «entré dans la dernière ligne droite».

L'initiative s'est heurtée jusqu'alors à la non-participation d'acteurs importants, comme la principale formation d'opposition, le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie.

«Nous devrions saisir l'opportunité offerte de la mise à plat, et du diagnostic profond», a ajouté M. Keïta. Les conclusions et résolutions issues de ce dialogue seront mises en oeuvre par un mécanisme indépendant, a-t-il assuré.

https://fr.sputniknews.com/international/201912011042513683-face-a-la-colere-du-peuple-le-president-malien-appelle-a-ne-pas-mordre-la-main-de-la-france/

Palestine occupée: Des colons agressent le député arabe Ahmed Tibi  01/12/2019

Palestine occupée: Des colons agressent le député arabe Ahmed Tibi























Des colons israéliens ont agressé le député arabe de la Knesset, Ahmed Tibi, lors de sa participation à une activité culturelle dans la ville de Ramet Hashroun, près de Tel-Aviv.

Tibi a tweeté qu’il a été agressé par des coups de bâton sur sa tête alors qu’il participait à une activité culturelle et qu’on a jeté sur lui des saletés en quittant la salle du congrès. Il a assuré que ces agressions sont le résultat direct des incitations de Benjamin Netanyahu et qu’il fera entendre sa voix dans tous les lieux en dépit des menaces des extrémistes.

Le président de la liste arabe unie, Aymen Ouda, a indiqué qu’aucun ne doute que Netanyahu se trouve derrière cette agression et que les incitations du chef du Likoud pourraient mener à un nouvel assassinat politique en Israel.

Rappelons que la liste arabe unie, est une coalition de quatre partis arabe à l’intérieur des terres palestiniennes occupées en 1948, il s’agit du Front démocratique de paix et d’égalité, le rassemblement national démocratique, la liste arabe unie et le mouvement arabe du changement.

Hébron : le martyr d'un palestinien par les balles d'occupation

Le ministère de la santé palestinien a déclaré que les services de liaison civile palestinienne l’ont informé du martyr d’un citoyen palestinien près de Beit Oura, au sud d’Hébron, par les balles des forces d'occupation israélienne.

Des sources locales ont précisé que le martyr est le jeune Badoui Khaled (18 ans), et que les forces d'occupation ont arrêté aussi deux autres palestiniens, sous prétexte qu’ils ont jeté des cocktails Molotov.

Le Croissant Rouge palestinien a déclaré de son côté que l’armée israélienne l’a empêché d’accéder à la région des tirs de feu au niveau du carrefour de Beit Aoua, près d’Hébron.

Il est à noter que les forces d’occupation ferment depuis quelques semaines l’entrée du village de Beit Aoua obligeant les habitants des villages du sud d’Hébron de prendre des détours pour accéder à Beit Aoua.


https://french.palinfo.com/54891
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

https://french.palinfo.com/54890
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Annulation de la vente de biens du patriarcat à des colons à Jérusalem occupée  30/11/2019

Annulation de la vente de biens du patriarcat à des colons à Jérusalem occupée

























La Cour centrale israélienne de Jérusalem occupée a annulé la décision approuvant la vente des biens de l'église orthodoxe grecque (patriarcat), dans la vieille ville, par l'association colonialiste Ateret Cohanim.

Le tribunal a accepté la demande du Patriarcat de reconsidérer le verdict précédent, après ne pas avoir répondu à la demande du Patriarcat, par le biais de fausses sociétés étrangères, prétendant acheter des biens qu'Ateret Cohanim avait mis en place afin de contrôler les biens du Patriarcat.

Il est à noter que les fausses sociétés étrangères ont affirmé avoir acheté les hôtels Petra et Imperial à la porte d'Hébron, ainsi qu'un autre bâtiment dans le quartier chrétien de la vieille ville, il y a 14 ans.

Cette affaire touche la rue palestinienne en général, la communauté orthodoxe arabe et le patriarcat grec à Jérusalem en particulier, car elle a provoqué le renversement de l'ancien patriarche Irenius I.

Une société écran étrangère avait demandé au tribunal de reporter l'audience en alléguant la maladie de son avocat, mais le juge du tribunal, Gila Knavi-Steinitz, avait accepté de rendre la décision en l'absence d'un règlement de la défense.

Le juge a également décidé d'imposer une amende de 50 000 shekels aux sociétés étrangères, au profit du Patriarcat et au titre des frais d'avocats et de justice.

https://french.palinfo.com/54885
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

La résolution du Parlement européen est une tentative de perturber le processus électoral en Algérie  30/11/2019

La résolution du Parlement européen est une tentative de perturber le processus électoral en Algérie




























L'expert en sécurité et l'universitaire, Mohamed Salim Hamadi a affirmé jeudi que la résolution du Parlement européen sur la situation en Algérie était une tentative pour titiller les sentiments de l'opinion publique en Europe dans le but de perturber le processus électoral en Algérie et induire en erreur l'opinion publique algérienne concernant le caractère pacifique des manifestations.

Réagissant à l'issue de la réunion du Parlement européen sur la situation en Algérie, le professeur des relations internationales à l'université d'Alger a déclaré à l'APS qu'il ne fallait pas s'étonner de ce genre de résolutions intervenant suite à l'appel de l'eurodéputé Raphael Glucksmann (extrême droite française) considéré comme le mentor des révolutions dans le monde arabe et l'un des responsables du chaos qui sévit dans la région arabe. Il soutient également les séparatistes et les politiciens extrémistes en Europe". "Cet appel émane d'une personnalité qui représente la franc-maçonnerie et le sionisme en Europe et qui oeuvre à saper la stabilité des pays en brandissant des slogans pour les libertés et la démocratie", a-t-il précisé, soulignant que la réunion était "symbolique" dans l'objectif de soutenir certaines parties qui ne représentent pas le peuple algérien à l'intérieur comme à l'étranger.

Cette résolution, poursuit M. Hamadi, reflète les déclarations de certains parlementaires français qui "misaient sur les manifestations en Algérie pour qu'ils puissent présenter la question algérienne dans les foras internationaux, exercer la pression sur les autorités algériennes ou d'appuyer certaines minorités les incitant à s'opposer contre le pouvoir". Soulignant que "le Parlement européen avait commis une erreur monumentale lorsqu'il avait dit que le sang doit cesser en Algérie", l'expert en sécurité a qualifié ces propos de fallacieux contraires à la réalité des manifestations pacifiques en Algérie. Ces dernières ont affirmé leur caractère pacifique au monde entier et que le peuple algérien est en parfaite harmonie".

https://www.lexpressiondz.com/info-en-continu/la-resolution-du-parlement-europeen-est-une-tentative-de-perturber-le-processus-electoral-en-algerie-319588

La France compte emprunter entre 3,6 et 4,8 mds euros à court terme  30/11/2019

La France compte emprunter entre 3,6 et 4,8 mds euros à court terme












La France entend emprunter entre 3,6 et 4,8 milliards d'euros à court terme lundi sur les marchés, a annoncé vendredi l'Agence France Trésor (AFT), chargée de placer la dette française auprès des investisseurs. Dans le détail, le Trésor a l'intention de lever entre 2,4 et 2,8 milliards d'euros à trois mois (13 semaines), échéance pour laquelle le taux avait atteint -0,623% lors de la dernière opération comparable le 25 novembre.
Le pays veut aussi émettre entre 600 millions et 1 milliard d'euros à six mois (22 semaines), échéance pour laquelle le taux s'était établi à -0,619% lundi dernier.

Enfin, le Trésor veut emprunter entre 600 et 1 milliard d'euros à un an (48 semaines), échéance pour laquelle le taux s'était élevé à -0,576% la semaine passée. A court et moyen terme, voire sur certaines échéances de long terme, la France emprunte à des taux négatifs, ce qui signifie que les investisseurs, qui cherchent à tout prix des placements sûrs, sont prêts à perdre de l'argent en lui prêtant. Emprunter sur ces échéances devient donc rémunérateur pour le Trésor.

https://www.lexpressiondz.com/info-en-continu/la-france-compte-emprunter-entre-3-6-et-4-8-mds-euros-a-court-terme-319590

Une vingtaine de rédactions refusent de participer au Conseil de déontologie journalistique  30/11/2019

Une vingtaine de rédactions refusent de participer au Conseil de déontologie journalistique
























A l'initiative du gouvernement, un Conseil de déontologie journalistique et de médiation va voir le jour le 2 décembre. 19 rédactions, dont l'AFP, Europe 1, Le Figaro, TF1 ou Mediapart s'opposent au projet et refusent d'y participer.

Sous l'impulsion du gouvernement macronien, un Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) sera lancé officiellement le 2 décembre avec son assemblée générale fondatrice. A l'instar de l'AFP, France Inter, TF1, Europe 1, Le Figaro ou Mediapart, 19 sociétés de journalistes et de rédacteurs refusent d'y participer et le font savoir le 29 novembre à travers un communiqué. «C'est un machin gouvernemental monté par des apparatchiks qui veulent donner des leçons aux autres et qui répondent aux ordres d'Emmanuel Macron», s'est insurgé auprès de l'AFP le 29 novembre Etienne Gernelle, directeur du Point.

Dans un texte commun, les rédactions expriment ainsi leur inquiétude face à ce projet : «La liberté de critiquer les médias est essentielle en démocratie. Il appartient aux citoyens de saisir les instances existantes, notamment la justice, quand ils estiment qu’il y a faute ou dérapage.» Ils assurent de fait que «si on défend le pluralisme de la presse, il faut aussi défendre la diversité des approches». «Nous ne sommes pas identiques et c’est très bien ainsi», ajoute la tribune qui argumente : «Le pire service à rendre aux médias aujourd’hui serait de les contraindre à se plier à une norme artificielle de déontologie. Ce sont les lecteurs qui jugent les journalistes, pas les journalistes qui se jugent entre eux.»

«La manière dont se crée aujourd’hui ce CDJM ne nous inspire pas confiance», ajoutent ces organisations, rappelant la loi sur les fausses nouvelles en période électorale et la loi sur le secret des affaires, qui dérogent selon elles à la loi de 1881. L'assemblée du 2 décembre réunira des représentants d'organisations professionnelles, comme la FNPS (Fédération de la presse spécialisée), le SPIIL (presse en ligne), la FFAP (agences de presse), des syndicats de journalistes comme le SNJ (numéro un dans la profession) et la CFDT, mais aussi des écoles de journalisme, associations de lecteurs et autres clubs de la presse, d'après une liste communiquée par l'Observatoire de la déontologie de l'information (ODI), qui joue un rôle moteur dans ce projet.

Interrogé par l'AFP le 29 novembre, le patron de l'ODI Patrick Eveno a cherché à rassurer sur les intentions du CDJM : «Ce ne sera pas un conseil de l'ordre, ni un organe de censure, il n'interviendra jamais sur les choix rédactionnels.»

Quoique n'ayant pas été convié à l'assemblée générale, RT France s'oppose à toute initiative visant à établir une «liste blanche» de médias choisis par le pouvoir en excluant des médias alternatifs, une telle approche portant atteinte au pluralisme d'opinions.

https://francais.rt.com/france/68436-vingtaine-redactions-refusent-participer-conseil-deontologique-journalistique

«A la communauté internationale d’agir» : le dirigeant d’HWR expulsé d’Israël témoigne pour RT  30/11/2019

«A la communauté internationale d’agir» : le dirigeant d’HWR expulsé d’Israël témoigne pour RT
























Dans une interview accordée à RT, Omar Shakir est revenu sur son expulsion d'Israël le 25 novembre. Selon lui, la stratégie de l'Etat hébreu vise à interdire, sous des prétextes fallacieux, aux ONG de travailler sur le terrain.

Expulsé d’Israël le 25 novembre, parce qu'accusé par le gouvernement de soutenir la campagne internationale «Boycott, désinvestissement et sanctions» (BDS) visant l’Etat hébreu, le directeur de l’ONG Human Rights Watch (HWR) pour Israël et la Palestine, Omar Shakir, a tiré la sonnette d’alarme pour RT.

«Depuis trois ans déjà, le gouvernement israélien essaie d’expulser Human Rights Watch sous différents prétextes. Récemment, le gouvernement israélien nous a accusé de préconiser le boycott d’Israël, se focalisant sur notre travail dans le domaine des colonies illégales», a-t-il souligné, précisant que l’organisation ne prenait pas «position sur le boycott d’Israël» mais que son «travail dans le monde entier consiste à établir les faits attestant de violations [des droits de l’homme] commises par tous les acteurs».

Pour le responsable de 41 ans, la stratégie israélienne est «claire». «Cela vise à montrer aux autres [ONG] que s’ils couvrent des abus dans le domaine de droits de l’homme, ils risquent de faire face à des sanctions. Cet acte montre à quel point Israël ne veut même plus faire semblant de respecter les normes internationales les plus élémentaires», s’est-il insurgé, se désolant qu’«en dépit des critiques venues de nombreux pays du monde entier, Israël m’expulse […] et m’empêche de réaliser mon travail de défense des droits de l’homme».

Pour Omar Shakir, «le gouvernement prévoit non seulement de continuer les répressions continues contre les organisations des droits de l’homme, mais ils comptent poursuivre leur politique d’abus de la force que nous exposons et mettons en lumière.» Le 9 mai 2018, le ministère israélien de l'Intérieur avait annoncé mettre fin au permis de séjour du directeur de l’ONG sur la foi d'informations selon lesquelles il était «depuis des années un militant du BDS soutenant le boycott d'Israël de manière active».

Bête noire des autorités israéliennes, le BDS est une campagne mondiale de boycott économique, culturel ou scientifique d'Israël destinée à obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens. Le gouvernement israélien considère qu'il s'agit d'une menace stratégique et dénonce l'entreprise de boycott comme une remise en cause de la légitimité d'Israël. Il accuse le BDS d'antisémitisme, ce que le mouvement dément. La Cour suprême israélienne avait finalement donné son aval à l’expulsion du dirigeant le 5 novembre. Après avoir épuisé tous les recours, il a finalement été contraint de quitter le pays le 25 novembre.

https://francais.rt.com/international/68430-a-communaute-internationale-dagir-dirigeant-hwr-expulse-israel-temoigne-rt

Attaque de Londres: l'assaillant était un ex-prisonnier condamné pour terrorisme  30/11/2019

Attaque de Londres: l'assaillant était un ex-prisonnier condamné pour terrorisme























L'homme qui a tué deux personnes vendredi lors d'une attaque terroriste au couteau sur le pont de Londres avant d'être abattu par la police était Usman Khan, 28 ans, un ex-prisonnier condamné pour terrorisme, a annoncé samedi le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu.

«Cet individu était connu des autorités, ayant été condamné en 2012 pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018», a indiqué le responsable dans un communiqué, précisant qu'une perquisition était en cours dans un lieu du comté de Staffordshire, dans le centre de l'Angleterre, où il résidait.

D'après l'agence de presse PA, il avait été condamné à 16 ans de prison pour son appartenance à un groupe qui avait voulu commettre un attentat à la bombe à la bourse de Londres, le London Stock Exchange, et établir un camp d'entraînement terroriste au Pakistan, raconte l'AFP.

Avant le début d'une réunion du comité de crise du gouvernement («Cobra») dans la soirée, le Premier ministre Boris Johnson a dit avoir souligné «depuis longtemps» que «c'est une erreur de permettre aux criminels violents de sortir de prison de manière anticipée».

Cette attaque, qualifiée de «terroriste» et survenue à l'endroit même où un attentat s'était déjà déroulé en 2017, à moins de deux semaines des élections législatives anticipées au Royaume-Uni, a coûté la vie à un homme et à une femme.

Trois personnes, un homme et deux femmes, ont été blessées. L'une se trouvait vendredi soir dans un état «critique mais stable», une autre dans «un état stable» et une troisième a subi des «blessures moins graves», a précisé le patron du service public de santé britannique (NHS), Simon Steven.

Appelant toutefois le public à rester «vigilant», il a invité à «continuer à éviter» la zone, où se trouvent de nombreux bureaux et lieux de sortie, qui restera bouclée «un certain temps».

Selon la police, l'homme a participé vendredi à une conférence organisée dans le Fishmonger's Hall, un bâtiment à l'extrémité nord du pont de Londres et à l'intérieur duquel l'attaque a commencé. Il a ensuite poursuivi sur le pont, avant d'être arrêté par des civils puis abattu par la police, cinq minutes après qu'elle a été appelée, à 13H58 (locales et GMT).

Le journal The Times a précisé que l'homme portait un bracelet électronique lorsqu'il avait pris part à cette conférence sur la réhabilitation de prisonniers organisée par l'université de Cambridge.

Cette attaque, survenue aussi à quelques jours d'un sommet de l'Otan réunissant à Londres mardi et mercredi de nombreux chefs d'État, a chamboulé la campagne électorale en vue des élections du 12 décembre. Les partis conservateur, travailliste et libéral-démocrate l'ont temporairement mise entre parenthèses.

Plusieurs passants ont été salués en «héros» par la police et des responsables politiques pour s'être rués sur l'assaillant et s'être battus avec lui, selon des vidéos enregistrées par des témoins et diffusées sur les réseaux sociaux.

«On a fait tout ce qu'on pouvait pour essayer de lui arracher son couteau afin qu'il ne blesse personne d'autre», a expliqué à la BBC Stevie Hurst, un guide figurant parmi ceux qui sont intervenus.

https://fr.sputniknews.com/international/201911301042509961-attaque-de-londres-lassaillant-etait-un-ex-prisonnier-condamne-pour-terrorisme-/

«Avancée sans précédent»: l’Otan augmente ses dépenses de 400 milliards jusqu’en 2024  30/11/2019

«Avancée sans précédent»: l’Otan augmente ses dépenses de 400 milliards jusqu’en 2024























À l’approche de la réunion entre les dirigeants des pays de l’Otan à Londres, le secrétaire général de l’Organisation a estimé que les pays alliés d’Europe et le Canada auront dépensé d’ici 2024 environ 400 milliards de dollars de plus qu’en 2016 pour la défense.

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a annoncé dans un communiqué paru sur le site officiel de l’Alliance ce 29 novembre que les pays alliés d’Europe ainsi que le Canada avaient augmenté leur budget de défense de 4,6% en 2019 et qu’ils allaient investir 130 milliards de dollars de plus par rapport au budget de 2016. Selon ses estimations, l’augmentation cumulée des dépenses pour la défense totalisera 400 milliards de dollars d’ici la fin de 2024.

«Il s’agit d’une avancée sans précédent, qui rend l’Otan plus forte», a commenté M.Stoltenberg. Il a également souligné qu’un plus grand nombre de pays alliés avaient respecté la directive selon laquelle ils doivent consacrer 2% de leur PIB à la défense d’ici 2024. Cette année, neuf alliés ont déjà atteint cet objectif, contre seulement trois il y a quelques années, a-t-il indiqué, précisant que la majorité des pays de l’Otan avaient un plan en place à cet effet.

«Nous sommes donc sur la bonne voie, mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous devons poursuivre sur notre lancée», a-t-il poursuivi.

La prochaine réunion de l’Otan

Les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Otan se réuniront à Londres les 3 et 4 décembre pour marquer le 70e anniversaire de l’Alliance. Des discussions stratégiques sur la Russie, l’avenir du contrôle des armes et la montée en puissance de la Chine sont au programme.

«En des temps incertains, nous avons besoin d'institutions multinationales fortes, comme l’Otan. Nous devons donc continuer de les renforcer jour après jour, pour préserver la sécurité de l’ensemble de nos citoyens. Et c’est ce que nous allons faire à la réunion des dirigeants de la semaine prochaine», a conclu Stoltenberg.

https://fr.sputniknews.com/international/201911291042509656-avancee-sans-precedent-lotan-augmente-ses-depenses-de-400-milliards-jusquen-2024/

Délogement violent de militants du «Block Friday» par la police lyonnaise – vidéo  30/11/2019

Délogement violent de militants du «Block Friday» par la police lyonnaise – vidéo























Pour dénoncer le Black Friday et les conséquences climatiques de la surconsommation, des militants écologistes ont mené des actions contre le géant mondial du commerce en ligne Amazon. Près de Lyon, un camp de ces militants a été délogé par les forces de l’ordre, comme en témoignent les séquences postées en ligne.

À Saint-Priest, près de Lyon, une centaine de militants écologistes ont brièvement bloqué le 29 novembre deux entrées d’un entrepôt Amazon pour dénoncer les conséquences climatiques de la surconsommation.

Le camp des écologistes a été évacué par les forces de l’ordre, a annoncé la police et les organisateurs. Partagées sur Twitter, les images ont été vues des milliers de fois.





Sur les séquences, les forces de l’ordre, équipées de casques, de gilets pare-balles et de boucliers, attrapent les militants et les traînent. D’autres images témoignent du recours au gaz lacrymogène.





Il s’agissait d’actions organisées par Youth for Climate Lyon, Lyon Climat et Extinction Rebellion.

Actions dans d’autres villes en France

À Bordeaux, les militants se sont fait déloger d’un Apple Store par la police, qui leur a donné des coups de matraques comme en témoignent les vidéos filmées sur place.







À Toulouse, une action contre un magasin Primark a été tenue pour dénoncer «l'industrie textile qui est la 2ème industrie la plus polluante.»



À Caen, des centaines de lycéens se sont mobilisés contre le Black Friday.



Des blocages ont également eu lieu à Paris:



https://fr.sputniknews.com/france/201911301042510275-delogement-violent-de-militants-du-block-friday-par-la-police-lyonnaise--video/

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3695


Publicité

Brèves



Commentaires