La visite aux Etats-Unis du Chef de la diplomatie turque  05/07/2006


Le Ministre turc des Affaires étrangères, Abdallah Gül s’est rendu aux Etats-Unis, pour une visite officielle de 3 jours afin de s’entretenir avec les responsables américains de la coopération bilatérale et des évolutions régionales. Avant de prendre l’avion pour les Etats-Unis, le Chef de la diplomatie turque a indiqué aux journalistes qu’il présentera les détails du document de la coopération stratégique entre les Etats-Unis et la Turquie, au cours de sa rencontre avec Condoleeza Rice. Ce document donnera une nouvelle orientation à la coopération turco américaine, basée sur la vision générale de Washington sur le Moyen-Orient. Certains analystes voient dans ce document une rénovation de la coopération stratégique Ankara-Washington, entamée au lendemain de la seconde guerre mondiale et poursuivie jusqu’à la guerre américaine contre l’Irak. pour l’Instant, les Etats-Unis et la Turquie veulent redéfinir leur coopération stratégique. La Turquie tente d’entrer dans l’Union européenne et croit occuper, désormais, une position supérieure dans la politique régionale américaine, par rapport à la période de la guerre froide. Les responsables d’Ankara estiment avoir beaucoup de capacités de marchandages dans leurs négociations avec les Américains. Ils cherchent, donc, à leur arracher des concessions pour justifier, en fait, la nécessité de l’élaboration et de l’application du document de la nouvelle coopération stratégique. Par ailleurs, les responsables turcs sont inquiets des évolutions irakiennes. Les activités des Kurdes qui jouissent, désormais, d’une liberté d’action relative sont devenues un sujet de préoccupation pour Ankara. En fait, les responsables turcs estiment que la politique américaine à l’égard de l’Irak a affaiblit leur position dans le processus des évolutions irakiennes. A cela s’ajoute les protestations des citoyens turcs contre la politique interventionniste américaine, ce qui peut être considéré comme un levier de pression sur la nouvelle coopération turco américaine. Ceci étant, les Etats-Unis ont besoin de la Turquie pour réaliser leur projet du Grand Moyen-Orient et ainsi que leur politique à l’égard de l’Iran et de son dossier nucléaire. Au cours de l’année dernière, les responsables américains ont effectué, plusieurs visites, en Turquie, dont la plupart d’entre elles étaient liées à l’Iran. La semaine dernière, le Ministre turc des Affaires étrangères a effectué une visite en Iran, ce qui a focalisé toutes les attentions. En tout état de cause, les Etats-Unis cherchent à rallier la position d’Ankara à leur politique envers l’affaire nucléaire iranienne. La Turquie soutient, explicitement, les activités nucléaires civiles iraniennes, car selon elle, cela est considéré comme un soutien aux droits de tous les pays en voie de développement, en matière de la technologie nucléaire civile.
IRIB

La vente d'armes américaines au Pakistan  05/07/2006



36 avions F16, des DSA ultrasophistiqués de type Winder, des dizaines de bombes pesant jusqu'à 500 pounds, c'est le prix que veut payer Washington pour reconquérir la confiance d'Islamabad. Le projet de vente de cet énorme arsenal militaire, d'une valeur estimé à 5 milliards de dollars vient d'ailleurs de faire son entrée au Congrès américain à la faveur du soutien explicite du Président Bush. Côté indien, la déception le dispute à la rancoeur. "Cette décision, murmure la Nouvelle Delhi, n'aide en rien au règlement de nos différends avec le Pakistan". En effet, l'accord nucléaire signé au mois de mars entre Américains et Indiens avait persuadé ces derniers d'avoir pris le dessus dans la course au rapprochement avec les Etats-Unis. Mais voilà que les choses prennent une tout autre tournure. Pour de nombreux analystes, ce nouveaux coup de théâtre semble destiné à maintenir la balance entre l'Inde et le Pakistan dans les liens stratégiques qui les unit à Washington. Ce rééquilibrage apparait vital aux dirigeants de la Maison Blanche, surtout en ces temps difficiles où Quaidistes et Talibans partent avec une égale facilité à l'assaut des provinces méridionales de l'Afghanistan, depuis, dit-on, leurs multiples bases arrières au Pakistan. La nouvelle livraison d'armes à Islamabad ferait donc partie de la stratégie anti-terroriste de Bush. Or cette version des faits semble trop parfaite pour être vraie. Derrière le geste d'apaisement de Washington, se cache, à vrai dire, la volonté de barrer la route à la Chine, second fournisseur d'armements au Pakistan. Et puis un contrat de 5 milliards de dollars conclu dans un secteur sensible acquis à la cause républicaine ne fera aucun mal à l'approche des élections américaines de novembre. Reste que ce double jeu n'est pas du goût de tout le monde. En Inde, de nombreux voix dénoncent dors et déjà l'hypocrisie de l'administartion Bush allant jusqu'à réclamer une révision de l'accord nucléaire indo-américain.
IRIB

Le Conseil de sécurité se réunit en urgence  05/07/2006

Le Conseil de sécurité des Nations Unies tient ce mercredi matin une réunion d'urgence derrière les portes closes pour examiner les conséquences du tir de missiles nord-cooréens. Selon l'ambassadeur français à l'Onu dont le pays assume la présidente tournante du Conseil, l'avant texte d'une résolution sera abordé au cours de cette séance.Les deux missiles testés, ce mercredi, se seraient abimés dans la mer du Japon au large de la côte Ouest de l'île Hokkaido.
IRIB

L'attaque contre le bâtiment du Ministère palestinien de l'Intérieur  05/07/2006


Les avions du régime sioniste ont bombardé, aujourd'hui, tôt dans la matinée, le bâtiment du Ministère palestinien de l'Intérieur. Une partie du bâtiment a été détruite et plusieurs effectifs qui le protégeaient, ont été blessés, au cours de ce bombardement" a-t-on appris de sources d'information, à Gaza. Les avions du régime sioniste ont visé, également, une école du Hamas, au nord de la ville de Gaza. Aucun rapport ne nous est encore parvenu sur les pertes éventuelles de cette attaque. Et dans le cadre de leur offensive contre Gaza, sous prétexte de libérer un soldat israélien, capturé au cours d'un affrontement avec les combattants palestiniens, les militaires du régime sioniste ont arrêté, le Porte-parole du Hamas, en Cisjordanie et l'ont transféré dans un lieu inconnu. Et la résidence du Président du Conseil législatif palestinien, à Ramallah, est, actuellement, totalement, encerclé par les militaires sionistes. Rappelons que le groupe palestinien qui détient le soldat israélien réclame la libération d'un millier de prisonniers palestiniens dont des femmes et des enfants, pour libérer ce soldat.
IRIB

L'ambassadeur d'Iran réclame la fin des attaques sionistes sur Gaza  05/07/2006



L'ambassadeur d'Iran au Liban, Mohammad Reza Sheibani a demandé lundi qu'il est urgent que les pays islamiques et arabes réagissent aux attaques sionistes pour les obliger à mettre fin aux raids lancés sur la bande de Gaza.

C’est à la sortie de sa réunion avec le ministre libanais des Affaires étrangères Fawzi Salloukh que le diplomate iranien a fait ces déclarations.


Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki dans une conversation téléphonique avec son homologue libanais il y a de cela quelques jours s’est entretenu des derniers développements des crimes commis par le régime sionistes en Palestine.


Lors de sa réunion avec le ministre libanais des Affaires étrangères, l'ambassadeur iranien a a souhaité la finalisation des accords précédents signés entre les deux pays.


Il a également souligné le besoin d'échange de visite de responsables des deux pays afin d'aider à soutenir les relations mutuelles.


S’enquérant auprès du ministre libanais des diplomates iraniens enlevés au Liban, il a invité le ministre libanais à poursuivre sérieusement l’enquête.


Quatre diplomates iraniens ont été enlevés en 1982 par le régime sioniste au Liban et jusqu'à aujourd’hui l’Iran ne dispose d’aucune nouvelles quant à ce qu’il est advenu d’eux.
IRNA

Berne a condamné les crimes commis par les sionistes dans les territoires occupés palestiniens  04/07/2006

Berne a condamné les crimes commis par les sionistes dans les territoires occupés palestiniens

FARS - La Suisse a considéré les exactions de l'armée sioniste dans la bande de Gaza et le massacre des civils palestiniens comme exemple manifeste de la violation des lois et des conventions internationales. Selon l'agence de presse iranienne FARS, le ministère suisse des affaires étrangères a publié un communiqué dans lequel la sanction collective contre la population est considérée comme allant à l'encontre des conventions de Genève. Le communiqué poursuit: "La riposte militaire israélienne n'a pas la même proportion que l'arrestation d'un soldat israélien dans les régions palestiniennes, ce qui constitue selon les conventions de Genève, une sanction collective contre la population, strictement interdit selon les lois internationales."
FARS

Mottaki: l'Iran ne changera pas d'avis pour la date qu'il s'est fixé pour répondre au paquet de propositions européennes  04/07/2006

Mottaki: l'Iran ne changera pas d'avis pour la date qu'il s'est fixé pour répondre au paquet de propositions européennes

IRIB - Le ministre iranien des affaires étrangères, Manoutchehr Mottaki a annoncé mardi que l'Iran ne changera pas d'avis au sujet de la date qu'il s'est fixé pour répondre au paquet de propositions européennes. Lors d'une conférence de presse conjointe à Téhéran avec son homologue qatari, Mottaki a déclaré aux journalistes que Téhéran répondra fin août aux propositions européennes, afin d'avoir assez de temps pour les examiner minutieusement. Le chef de la diplomatie iranienne a ajouté qu'en attendant, les négociations pourraient se poursuivre entre l'Iran et les 5+1. Au cours de cette conférence de presse, le ministre qatari des affaires étrangères, Cheikh Hamad Ben Djassem al-Thani dont le pays est l'un des membres non permanent du conseil de sécurité des Nations Unies a déclaré qu'au lieu de se précipiter pour obtenir la réponse de la RII au paquet de propositions, les pays européens doivent s'efforcer de trouver les moyens permettant la solution pacifique et équitable pour le dossier nucléaire iranien.
IRIB

Des hélicoptères israéliens frappent la ville de Gaza  04/07/2006

Des hélicoptères israéliens frappent la ville de Gaza

Des hélicoptères militaires israéliens Apache ont tiré mardi à l'aube un missile air-sol sur l'Université islamique de Gaza, selon des sources de sécurité et des témoins palestiniens.

Le missile est tombé près de la principale salle de conférence au sein de l'université, causant de sévères dégâts au bâtiment du conseil des étudiants de l'université.

L'Université islamique est considérée comme l'une des institutions éducatives gérées par le Hamas.

Lundi tard dans la nuit, un Palestinien a été tué et deux autres blessés par les fragments d'une roquette tirée par un drone de reconnaissance de l'armée israélienne contre la ville de Beit Hanoun (nord de Gaza), selon des témoins et des médecins.

Depuis le 28 juin, Israël a mené une opération d'envergure aérienne et terrestre contre la bande de Gaza en vue de libérer un soldat israélien enlevé le 25 juin par des militants palestiniens.


Source: xinhua

Kofi Annan fustige les exactions du régime sioniste  04/07/2006



En réaction à l'offensive d'envergure du régime sioniste contre la bande de Gaza, qui a mis en marche sa machine de guerre infernale, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan a stigmatisé les raids israéliens qui sont à leur 7ème journée consécutive. En marge du Sommet de l'Union africaine, à Banjul, en Gambie, dans un point de presse, Kofi Annan a qualifié d'insensées ces attaques notamment celles contre le bureau du Premier ministre de l'Autorité autonome, Ismaël Haniyeh et les a condamnées.

De même, Annan a blâmé l'enlèvement par des militaires du régime sioniste, des membres du cabinet élu du peuple palestinien et du Parlement palestinien.

La condamnation des actes du régime sioniste par le secrétaire général de l'ONU, les organisations et les organismes internationaux et divers pays démontre l'indignation internationale des exactions inhumaines

allant à l'encontre des lois et des règlements internationaux du régime sioniste.

Bien que cette prise de position du Secrétaire général de l'Onu condamnant le régime sioniste soit déterminant, néanmoins les observateurs politiques ne les considèrent pas comme suffisantes et pensent que l'ONU doit mettre à l'ordre du jour de ses travaux des démarches plus sérieuses et immédiates pour empêcher le régime sioniste de commettre ses crimes.

Dans le cadre du tollé général critiquant l'incompétance de l'ONU et les organisations concernées pour prendre des mesures sérieuses afin d'empêcher le régime sioniste de commettre des crimes à l'encontre du peuple palestinien, l'opinion publique critique le laxisme du secrétaire général des Nations Unies pour n'avoir pas condamné à temps les dernières exactions du régime sioniste.

En même temps, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa a critiqué, également, l'état de paralysie du Conseil de sécurité de l'ONU pour faire face au régime sioniste.

Amr Moussa a estimé que cet état de laxisme a remis en question le prestige du Conseil de sécurité. Ceci étant, il semblerait que le Conseil de sécurité n'ait pas accepté la demande de l'observateur permanent palestinien à l'ONU pour l'adoption d'une résolution condamnant la vaste offensive du régime sioniste contre les Palestiniens.

Dans ce contexte on ne doit pas oublier le rôle de Washington, conduisant les Nations unies à l'apathie qui restent de marbre devant les questions majeures internationales et les crises; et elles ne peuvent pas agir dans le cadre de leurs engagements qui sont d'assurer, conformément à la charte des Nations Unies, la paix, la stabilité et la sécurité internationales.

Dans de telles conditions l'opinion publique attend du secrétaire général de l'ONU de mettre au grand jour les atermoiements de Washigton.

De même, il doit réunir les conditions nécessaires à réanimer cette organisation favorisant la réalisation de ses objectifs afin de recouvrer le droit des nations opprimées du monde conformément à la Charte de l'ONU.
IRIB

Poutine met en garde contre les risques d'un 'conflit de civilisations'  04/07/2006

Poutine met en garde contre les risques d'un 'conflit de civilisations'
Le président russe Vladimir Poutine a appelé, lundi à Moscou, à prendre conscience des risques d'un éventuel "conflit de civilisations en dénonçant ceux qui souhaiteraient mettre aux prises chrétiens et musulmans.

"On cherche quasiment à imposer au monde un conflit de civilisations, et nous devons prendre conscience des conséquences catastrophiques qu'une telle confrontation pourrait engendrer", a-t-il déclaré dans un discours lors du Sommet des chefs religieux qui tient ses assises à Moscou.

Il y a un quart de siècle, Moscou avait accueilli une Conférence mondiale des religions pour la paix qui avait constitué un progrès important vers la fin de la confrontation globale et de la guerre froide, a rappelé Vladimir Poutine.

Aujourd'hui, le monde fait face à de nouvelles menaces: on cherche à le diviser selon le critère religieux ou ethnique, à enfoncer le coin entre les chrétiens et les musulmans, a estimé le président russe.
RIA Novosti

Poutine insiste sur l'égalité des religions devant la loi  04/07/2006

Le président russe Vladimir Poutine a estimé lundi à Moscou que les rapports entre l'Etat et les religions devaient se fonder sur l'égalité de toutes les associations religieuses devant la loi.

"Dans la Russie contemporaine, la tolérance est une base de la paix civile, un facteur du progrès social", a-t-il déclaré dans un discours au Sommet mondial des chefs religieux qui tient ses assises à Moscou.

"Les rapports entre les associations religieuses et l'Etat se bâtissent dans notre pays sur les principes de la liberté de conscience, de l'égalité des associations religieuses devant la loi et de la non-ingérence de l'Etat dans leurs activités", a souligné le président, avant d'ajouter: "Tel est le principe fondamental de notre coopération avec les différentes confessions".

"Nous apprécions beaucoup les efforts sociaux, éducatifs et pacificateurs déployés par le clergé russe, nous appuyons tous azimuts le dialogue interreligieux et interethnique", a-t-il relevé, soulignant le grand rôle joué par le Conseil interreligieux de Russie qui regroupe les représentants du christianisme, de l'islam, du judaïsme et du bouddhisme.

"Nous estimons qu'un dialogue aussi constructif s'impose sur l'échiquier international", a-t-il dit.

Une coalition anti-extrémiste, telle une "alliance de civilisations" (idée avancée par la Turquie et l'Espagne), pourrait devenir un mécanisme efficace de coopération entre les communautés chrétienne et musulmane, a-t-il estimé.
RIA Novosti

L'administration Bush attendra la réponse de l'Iran à l'offre des Six jusqu'au 12 juillet  04/07/2006

L'administration Bush a prévenu l'Iran qu'elle recourirait aux actions au Conseil de sécurité de l'ONU, si Téhéran ne répondait pas avant le 12 juillet aux propositions des Six.

Selon la chaîne de télévision CBS, cette déclaration a été faite lundi par Nicholas Burns, sous-Secrétaire d'Etat américain pour les problèmes politiques.

Nicholas Burns, "numéro trois" du Département d'Etat, a fait savoir que la date du 12 juillet serait le début d'une rencontre des ministres des Affaires étrangères des Six avec la participation de la Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, ainsi que des ministres des Affaires étrangères de Russie, de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne et de Chine.

Si l'Iran ne répond pas aux propositions des Six, "la pression de la communauté internationale sur l'Iran sera immense", a prévenu le sous-Secrétaire d'Etat américain, en ajoutant que l'administration Bush en tirerait aussi des conclusions.

"Nous devrons en tirer des conclusions et, probablement, envisager une série de mesures ayant trait aux actions au Conseil de sécurité de l'ONU, car, vers ce moment (le 12 juillet), cinq semaines données pour la réponse à l'offre faite le 1er juin s'écouleraient", a déclaré Nicholas Burns.

Il a refusé de préciser les actions des Etats-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU en cas de refus de l'Iran de répondre dans les délais prévus.
RIA Novosti

Oussama ben Laden se cacherait en ex-URSS (expert américain)  04/07/2006

Oussama ben Laden se cacherait en ex-URSS (expert américain)
Richard Clarke, ancien coordinateur pour la lutte anti-terroriste de la Maison Blanche, a supposé lundi au micro de la radio publique nationale (NPR) que le leader d'Al-Qaïda Oussama ben Laden s'était réfugié sur le territoire de l'ex-URSS dans un des Etats d'Asie centrale.

"Vous le recherchez au Pakistan, mais il se peut qu'il ne s'y trouve pas", a-t-il déclaré.

Parmi les autres endroits où peut se trouver ben Laden, Richard Clarke a cité la Somalie et l'Iran. La NPR a appris qu'à la fin de l'année dernière l'administration Bush avait discrètement dissout un service spécial de la CIA chargé de faire la "chasse" à ben Laden. La radio n'a pas éclairci les causes de cette décision.

Avant de prendre sa retraite en 2003, Richard Clarke avait travaillé pendant près de dix ans au Conseil de sécurité nationale auprès du président américain et était, de 2001 à 2003, conseiller spécial du président américain pour la lutte anti-terroriste.

Avant d'arriver à la Maison Blanche, Richard Clarke avait assumé, entre 1985 et 1988, les fonctions d'assistant adjoint du secrétaire d'Etat américain au renseignement et, entre 1989 et 1992, celles de sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires politiques et militaires.
RIA Novosti

Assefi : « le régime sioniste périra dans le feu qu’il a lui-même allumé »  04/07/2006

 Assefi : « le régime sioniste périra dans le feu qu’il a lui-même allumé »


Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hamid Reza Assefi, a clamé après avoir condamné les abus du régime sioniste dans la Bande de Gaza et l’enlèvement de responsables palestiniennes, qui ce régime périra dans les flammes que ce dernier a lui même allumé.

Hamid Reza Assefi a qualifié de « très amers » les événements arrivés récemment dans les territoires occupés, en disant qu'ils sont « un effet des politiques erronées et agressives du régime sioniste.”

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a énuméré certaines des causes qui ont provoqué cette réaction du régime sioniste comme la conclusion des élections libres en Palestine qui ont eu comme résultat l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement populaire, son isolement chaque fois plus grand de la scène internationale et le fait que le peuple palestinien poursuive sa résistance ; il a indiqué que ce régime essaye de déstabiliser l'économie et les infrastructures de Gaza, et que la communauté internationale devrait presser Tel-Aviv pour qu'il renonce à saboter l'arrivée de l’ aide alimentaire, de médicaments et d’essence destinés aux palestiniens.


Après avoir rappelé que le régime sioniste toujours su profiter du silence des institutions internationales, il a demandé aux pays musulmans et aux institutions internationales de ne pas permettre une chose semblable.

IRNA

Le président iranien jure de poursuivre le programme nucléaire  03/07/2006



Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que son pays continuerait les activités d'enrichissement d'uranium, a rapporté samedi l'agence de presse officielle IRNA.

"Le gouvernement iranien et la nation ont pris leur décision et passeront sans aucun doute cette période avec succès", a indiqué M. Ahmadinejad, qui se trouve à Banjul, capitale de la Gambie, où se déroule le 7e sommet de l'Union africaine, lors de sa rencontre vendredi avec son homologue ivoirien Laurent Gbagbo.

A cette occasion, le président iranien a condamné certaines " puissances arrogantes" qui empêchent des pays d'exercer leurs droits.

Le président Gbagbo a exprimé son soutien au programme nucléaire iranien, mettant en avant que l'accès à l'énergie nucléaire à but pacifique est un droit inaliénable et légitime du peuple iranien.

Jeudi, des pays occidentaux ont fait une pression plus forte sur l'Iran, lui demandant de répondre formellement en une semaine aux propositions avancées par six pays, qui exigent la suspension des activités d'enrichissement d'uranium.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne Javier Solana et le négociateur en chef iranien sur le dossier nucléaire Ali Larijani doivent se rencontrer mercredi prochain pour se pencher sur les "ambiguïtés" des propositions des six sur lesquelles Téhéran réclame des clarifications.

Soldat israélien pris en otage: ultimatum de 24 heures lancé par les ravisseurs  03/07/2006

Soldat israélien pris en otage: ultimatum de 24 heures lancé par les ravisseurs
Les groupes palestiniens détenant le soldat israélien Gilad Shalit ont fixé à Israël un ultimatum expirant mardi matin à 6 h, heure locale.

Le caporal israélien, 19 ans, a été pris en otage le 25 juin dernier par des ravisseurs palestiniens qui ont exigé en échange de sa libération la mise en liberté de plus de 8.000 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Selon les médias israéliens, l'enlèvement du soldat Shalit a été organisé par trois groupes palestiniens: les Brigades Ezzedine al-Qassam (branche armée du HAMAS), les Comités de la résistance populaire et l'Armée de l'Islam, groupe peu connu.
RIA Novosti

Irak: Tollé général contre le nouveau scandale des GIs  03/07/2006

Irak: Tollé général contre le nouveau scandale des GIs


IRIB - Pour le Comité des Oulémas irakiens, le viol d'une jeune femme irakienne par des militaires américains, qui l'ont ensuite tuée avec toute sa famille, entâche à jamais Washington. Dimanche, un soldat américain a fait révéler au journaliste de l'Associated Press que 5 de ses compagnons d'arme ont agressé une maison d'habitation, dans le quartier de Mahmoudiyah, à Bagdad, où ils ont enlevé une femme irakienne. Ils l'ont violée avant de brûler le corp inerte de leur victime. Pour dissimuler le crime, les soldats américains ont ensuite massacré la famille toute entière de la femme irakienne dont un enfant, selon les termes de leur propre compagnon d'arme qui a fait ces révélations à AP. Le crime a fait déferler une vague d'indignation auprès des Irakiens. "Que le monde entier sache que la vraie image de l'Amérique s'est trahie par la conduite honteuse de ses Marines et que les slogans américains sur la défense de la liberté et des principes de l'humanbité ne sont que de purs mensonges", indique le communiqué du Comité des Oulémas irakiens.
IRIB

L'escalade continue à Gaza  03/07/2006

L'escalade continue à Gaza

Le Premier ministre du régime sioniste, Ehud Olmert, a ouvert la réunion du dimanche 2 juillet de son cabinet, en ordonnant à l'armée d'intensifier ses attaques contre la bande de Gaza.

Les sources de sécurité du régime de Tel-Aviv ont révélé que Ehud Olmert, bénéficiant du soutien généreux de Washington, a donné de nouvelles instructions à l'armée israélienne pour intensifier et renforcer l'action manu militari contre la bande de Gaza. Par ailleurs, il a chargé le chef du Mossad de prendre pour cible les responsables et les commandants du Mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, Hamas, dans les territoires occupés palestiniens, au Liban et en Syrie. Les Palestiniens résidant dans la bande de Gaza connaissent, ces derniers jours, des conditions de vie les plus intenables. Les maisons d'habitation, dans leur grande majorité, sont privées de l'eau potable et de l'électricité. Pour comble, les Sionistes empêchent l'acheminent des aides alimentaires et en médicaments aux habitants de cette région, théatre d'une tragédie humaine. Les centrales énergétiques, les ponts, les passages, les bâtiments qui abritent les Ministères et même le siège de Premier ministre ont été rasés, dans les raids par terre et air de l'armée sioniste.

Dans ce contexte de violence sans fin, l'armée israélienne se prépare à mener une autre vaste offensive contre la Bande de Gaza, pour le mettre à feu et à sang, d'autant plus que le Conseil de sécurité des Nations Unies, sous pression des Etats-Unis, s'abstient, comme toujours, à adopter une mesure efficace, à ce propos. Les responsables israéliens prétextent, cette fois-ci, le rapt d'un soldats israélien, pour justifier cette nouvelle vague d'offensive contre Gaza, tandis que 8 000 prisonniers palestiniens croupissent, depuis longtemps, dans ses geôles. Les combattants palestiniens ont subordonné la libération de ce soldat de l'armée sioniste, à celle d'un millier de femmes, enfants et personnes âgées qui se trouvent, pour le moment, dans les prisons israéliennes. En réalité, il revient à la communauté internationale de faire pression sur les responsables israéliens pour libérer, dans les plus brefs délais, les prisonniers palestiniens.

Conformément à un plan orchestré et sous prétexte de l'enlèvement du soldat israélien par les combattants palestiniens, l'armée sioniste a mené une vaste attaque contre le siège du gouvernement, issu du Hamas et, en enlevant 8 ministres et 25 parlementaires palestiniens, s'évertue à renverser le nouveau gouvernement palestinien. Ceci étant, un nombre de responsables du Mouvement Fatah, se sont rangés aux côtés du Hamas, ont passé à l'action, à l'encontre du régime occupant Qods.

Il va sans dire que les tentatives du cabinet d'Olmert de semer la discorde entre les groupes palestiniens sont, toutes, tombées à l'eau.

Les exactions les plus inhumaines des Sionistes n'ont nullement affaibli le gouvernement de la résistance. Fort de l'appui de la vox populi et d'une nouvelle stratégie, le gouvernement palestinien est plus que jamais au devant de la scène.

Dans des moments si difficile, il incombe à la communauté internationale de réagir aux nouvelles exactions de l'armée sioniste et de venir à bout de l'hécatombe des Palestiniens, sur les territoires occupés.
IRIB

Les Etats-Unis et les messages de Ben Laden  03/07/2006

Les Etats-Unis et les messages de Ben Laden


« Le chef du réseau Al-Qaïda utilise les médias pour justifier la violence en Irak ,» a ainsi réagi la Maison Blanche à un message attribué à Ben Landen et diffusé sur un site internet. Dans son message, Ben Laden fait à la fois l’élogue du chef d’Al-Qaïda, en Irak, Abou Moussab Zarqaoui, mort, tout récemment et menace les chiites irakiens. De l’avis des analystes, la publication de ce message au ton menaçant profite avant tout aux autorités de la Maison Blanche, très critiquées, pour leur bilan en Irak. C’est ainsi qu’elles peuvent faire suggérer que la violence et les menaces persistent toujours et que les forces américaines devront rester sur place. N’oublions pas qu'au tournant du 11 septembre 2001, les Etats-Uni ont, toujours, usé des menaces d’Al-Qaïda et des groupes qui lui sont liés, pour justifier leur politique et leurs actions, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme. Mais, il y a des analystes, selon lesquels, les services sercrets américains et britanniques plannifent et commettent des opérations terrorites en Irak et les attribuent ensuite à la nébleuse Al-Qaïda pour occulter, ainsi à l’opinion publique mondiale ce que font les occupants, en Irak. Le point intéressent c’est que depuis la guerre contre l’Afghanistan,les messages de Ben Landen tombent toujours juste au bon moment; à chaque fois que l’administration Bush se trouvait dans une situation difficile ou pour mieux dire dans l'embarras, Oussama ben Laden apparaissait sur le petit écran. La publication d’un message de Ben Landen avant le scrutin présidentiel 2004 a pesé de tout son poids et contribué, considéralement, à la réélection de George W. Bush. Ben Landen fait, exacement, ce que veulent les Etats-Unis. L’Ambassadeur américain, en Irak a parlé, à plusieurs reprises, des confrontations interconfessionnelles en Irak, alors que le gouvernement irakien appelle à la réconciliation nationale. Et les messages mençants de Ben Landen sur le fond de la mise en doute par les autorités américaines de la compétence du gouvernement irakien à mettre un terme aux violences, ne visent qu'à justifier la poursuite de l’occupation de l’Irak.
IRIB

Les Etats-Unis sont hostiles à toute résolution contre le régime sioniste  01/07/2006

Les Etats-Unis sont hostiles à toute résolution contre le régime sioniste
L’Ambassadeur des Etats-Unis, auprès de l’ONU a déclaré, vendredi, aux journalistes que son pays était contre toute résolution du Conseil de Sécurité, qui fustigerait le régime sioniste. « A ce stade, on n’a même pas préparé le projet d’une résolution et l’adoption de toute résolution (contre Israël) est illogique » a indiqué, John Bolton, celui qu’Israël considère, publiquement, comme le sixième agent de son personnel à l’ONU. « Le Qatar, membre du Conseil de Sécurité a demandé une réunion urgente du Conseil. C’est pourquoi, cette réunion a eu lieu », a ajouté, Bolton, pour qui les crimes du régime sioniste contre le peuple innocent palestinien relève de légitime défense.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires