L'Iran prêt à se servir de ses exportations de pétrole comme arme en cas de pressions internationales  18/04/2007

Téhéran pourrait se servir de ses exportations de pétrole comme arme si la communauté internationale exerçait des pressions sur l'Iran, a déclaré mercredi le ministre iranien du Pétrole Kazem Vaziri Hamaneh.

"Tout État a le droit d'utiliser tous les moyens pour se protéger en cas de danger ou d'agression extérieure", a déclaré le ministre commentant l'éventuelle réaction de Téhéran à l'adoption d'une nouvelle résolution sur l'Iran par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le ministre a confirmé que l'Iran était prêt à poursuivre ses exportations de produits énergétiques sur le marché mondial et qu'il saluait les investissements étrangers dans son industrie pétrogazière.
Ria Novosti

L’affaire nucléaire iranienne  18/04/2007

Le Secrétaire du Conseil de la Sécurité russe, Igor Iavanonv a déclaré que le retard pris dans la construction de la centrale atomique de Bouchehr était dû aux questions financières et techniques, rejetant toute politisation de l’affaire. « La Russie est contre des sanctions dures contre l’Iran pour résoudre l’affaire nucléaire de ce pays » a-t-il ajouté. A noter que la partie russe a retardé, jusqu’à présent, pour diverses raisons, la construction de la centrale atomique de Bouchehr, entamée, en 1995.

En vertu d’un dernier accord, intervenu, entre les responsables iraniens et russes, cette centrale doit être mise en service, avant septembre 2007. Pour ce faire, des négociations sont en cours entre la partie russse et l’Organisation iranienne de l’énergie atomique pour lever les obstacles d’ordre technique et financier.

Ceci dit, il ya ceux qui estiment que le retard pris dans la construction de cette dite centrale s’explique entre autres par des pressions exercées par les Etats-Unis contre la Russie. Ceci dit, les tergiversations des Etats-Unis et de certians pays occidentaux dans le processus des activités nucléaires iraniennes sont à la lune des médias et de la presse. Pour le quotidien libanais, Daily Star, il y a peu de chances que des sanctions soient un moyen efficace contre le peuple iranien, déterminé à faire valoir ses droits nucléaires. « Les Etats-Unis cherchent à faire coire que leur objectif est d’affaiblir le gouvernement et non pas le peuple iranien » ajouté ce quotidien. Le nucléaire ianien a oocupé, également, dans le débat élecoral, en France. Le candidat de l’UMP, Nicolas Sarkozy dit que le dossier nucléaire iranien doit être, toujous, examiné, au Conseil de Sécurité de l’ONU. Cependant, le candidat du front national, Jean-Marie Le Pen a adopté une position différente de celle des autres candidats à l’élection présidentielle et défend le droit de l’Iran au nucléaire.
IRIB

PRÉSENTATION HISTORIQUE D’UN MILITANT DE LA PAIX SYRIEN À LA KNESSET  18/04/2007

Pour la première fois dans son histoire, le Parlement israélien a entendu un message de paix en provenance de Damas. Ibrahim Suleiman, un natif syrien naturalisé américain, et le Dr Alon Liel, ancien haut fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères, ont informé la commission de la Défense et des Affaires étrangères de la position du gouvernement syrien.

« La Syrie est prête à parler de paix, déclara Suleiman lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion. Je mets au défi le gouvernement israélien de répondre à l’appel de paix du président Bachar et de s’asseoir [autour de la même table]. Je pense que cela peut arriver dans les six [prochains] mois. »

Ibrahim Suleiman et Alon Liel ont tous deux informé la Commission de la Knesset des entretiens secrets qu’ils avaient tenus entre 2004 et 2006. Le premier, qui serait en bonnes relations avec la famille Assad, a présenté différentes possibilités pour un accord prévoyant la restitution à la Syrie du plateau du Golan en échange d’un accord de paix complet, de la normalisation des relations et d’une coopération économique. Il aurait également précisé que le président Assad avait nommé un comité chargé de conduire des pourparlers avec Israël, dirigé par un général de l’Armée syrienne. En outre, il a transmis des messages venant du ministre syrien des Affaires étrangères Walid Moallem.

« Je crois, dit Suleiman, que seules des négociations secrètes entre Israël et la Syrie, loin des yeux des médias, mèneront à la paix ». Remerciant la Commission pour son invitation, il s’est dit « très content d’être venu. J’espère que les deux côtés commenceront à se rencontrer et que nous, en tant que canal privé, pourrons disparaître. Ma présence ici rend tout cela possible. »

Pendant son séjour, Suleiman a également passé une soirée avec un groupe d’Israéliens favorables à la paix avec la Syrie et s’est entretenu avec des représentants de la Fondation de coopération économique, un institut profondément impliqué dans le processus de paix informel, dirigé par Yossi Beilin, le président du Parti Meretz-Yahad.

Cependant, ni le ministère des Affaires étrangères ni le bureau du Premier ministre ne l’ont reçu, de peur de donner l’impression de négocier. Sa visite avait été précédée par celle de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, qui a profité de sa présence en Israël et en Syrie pour promouvoir la paix entre les deux pays - s’attirant les foudres du vice-Président Dick Cheney. Mme Pelosi a balayé ses attaques d’un revers de la main, mais apparemment, le Premier ministre Ehoud Olmert a préféré éviter ce genre de reproche.
Solidarité et Progrès

Algérie : Des manifestations monstres contre le terrorisme  18/04/2007

Ils étaient des millions les Algériens à descendre dans les rues d’Alger, pour manifester, haut et fort, leurs protestations contre les attaques terroristes.

Les habitants des autres villes algériennes ont, aussi, manifesté contre le terrorisme et toutes sortes de violences et exprimé leur soutien aux règlements négociés des problèmes du pays.

Les manifestants ont tenu à soutenir les réformes, effectuées, par le Président Bouteflika, dans le sens de la concorde nationale.
IRIB

Un rassemblement de Juifs anti-sionistes devant le siège de l'ONU  18/04/2007

Un groupe de Juifs anti-sionistes s'est rassemblé devant le siège de l'ONU, pour soutenir la République islamique d'Iran et réclamer la disparition du régime sioniste. "Le régime sioniste a été créé contrairement aux enseignements de la Thora, pour réaliser des objectifs politiques.", ont souligné ces Juifs anti-sionistes. "L'anti-sionisme n'a rien à voir avec l'anti-sémitisme.", ont-ils encore précisé, avant de rendre hommage au Guide suprême de la Révolution islamique et au Président de la République iranienne. "Plus de 25.000 Juifs vivent en toute quiétude et en toute tranquillité, en Iran, et nous demandons aux Juifs qui croient aux enseignements de la Thora de rester fidèles aux nations, auprès desquelles ils vivent."
IRIB

Boroujerdi : « Que le gouvernement français annonce les résultats de ses enquêtes sur le meurtre de deux ressortissants iraniens »  18/04/2007

« Que le gouvernement français annonce les résultatq de ses enquêtes sur le meurtre de deux ressortissants iraniens. », a déclaré le Président de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis islamique, Alaedin Boroujerdi, en allusion à la mort de Murad Amon et de Kasra Vafadari. « La politique de dissimulation du gouvernement français, dans cette affaire, refusant de mettre à la disposition de l’Iran les résultats de ses enquêtes, est injustifiable. », a déploré M. Boroujerdi.

« Le gouvernement français doit arrêter les auteurs de ce crime, les châtier et verser des indemnités aux familles des victimes. », a-t-il renchéri.
IRIB

Mahmoud Ahmadinejad : l'armée iranienne coupera la main de tout agresseur  18/04/2007

" L'armée iranienne a une mission défensive et non offensive ; mais elle est totalement prête à faire face à tout agresseur et lui coupera la main", a déclaré le président Ahmadinejad à l'occasion de la journée de l'armée a Téhéran.

"L'armée et les forces militaires doivent être chaque jour plus prêtes qu'avant", a-t-il ajouté.


"Notre peuple tend la main de l'amitié à tous les peuples. Nous voulons des relations amicales et justes avec tous les peuples sauf avec le régime sioniste", a poursuivi le président iranien.


"Ils pensaient qu'avec les sanctions sur les ventes d'armes, nous serions paralysés, mais nous avons réussi à produire tous nos besoins en armement", a ajouté le président Ahmadinejad.


Le Président iranien, a souligné que le peuple iranien s'opposait à l'injustice, partout, dans le monde, et à toute sorte d'agression.


"Le peuple iranien aspire à la paix et souhaite la stabilité. Ce sont nos exigences principales.", a-t-il souligné
IRNA

Les sanctions occidentales n'empêchent pas l'Iran de posséder des armes ultra-performantes (Ahmadinejad)  18/04/2007

Malgré plusieurs années d'embargo occidental sur les livraisons de matériels de guerre à l'Iran, ce pays dispose d'armes ultra-performantes.

"Certaines puissances arrogantes pensaient qu'en soumettant l'Iran à des sanctions sur les livraisons de matériels de guerre elles affaibliraient notre armée, cependant les développements des jeunes chercheurs iraniens ont permis de fournir à nos forces armées tout ce dont elle ont besoin", a déclaré le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui a prononcé mercredi à la radio un discours à l'occasion de la Journée nationale de l'armée de la République islamique.

Selon le président, grâce au travail des spécialistes du complexe militaro-industriel l'armée iranienne possède ce qui se fait de mieux en matière d'armements et de matériels de guerre.

"Aujourd'hui notre armée est autosuffisante", a déclaré le président iranien en indiquant que l'Iran se prononçait pour la paix et la stabilité dans la région et dans le monde et qu'il était disposé à coopérer avec tous les Etats excepté "le régime fallacieux d'Israël". Le président iranien a également déclaré que les forces armées du pays étaient en mesure de repousser toute agression extérieure.

"L'armée de l'Iran est prête à faire face à un agresseur et à lui couper les mains (en cas d'attaque contre l'Iran). Le peuple iranien est opposé à l'agression et à la violence et il s'opposera à tout Etat appliquant une telle politique", a déclaré Mahmoud Ahmadinejad.

Les matériels de guerre les plus récents ont été montrés lors du défilé qui s'est tenu dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de l'armée de la République islamique. Le public a notamment pu voir des missiles de portées diverses, dont des missiles thermiques, des drones (avions sans pilote), des avions et des hélicoptères de combat, des chars et des blindés légers, des vedettes lance-missiles et des moyens de lutte électronique.
Ria Novosti

L'Iran possède des armements ultramodernes malgré les sanctions de l'Occident (Ahmadinejad)  18/04/2007

L'Iran possède des armements et des technologies militaires ultramodernes malgré les sanctions prises par l'Occident depuis plusieurs années interdisant les livraisons d'armes à Téhéran, a déclaré mercredi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

"Certaines puissances hautaines estimaient qu'en prenant des sanctions contre l'Iran interdisant de lui livrer des armements, elles affaibliraient notre armée, mais les jeunes chercheurs iraniens ont su satisfaire les besoins militaires de nos forces armées dans tous les domaines", a affirmé le président dans son discours prononcé à l'occasion de la Journée nationale de l'armée de la République Islamique.

Selon le président iranien, grâce au travail des spécialistes du complexe militaro-industriel de l'Iran, l'armée iranienne est aujourd'hui dotée des armements et du matériel de guerre les plus modernes.

"Aujourd'hui, notre armée subvient elle-même à ses besoins", a ajouté Mahmoud Ahmadinejad.

Il a également indiqué que l'Iran se prononçait pour la paix et la stabilité dans la région et dans le monde, et qu'il était prêt à coopérer avec tous les Etats, sauf le "régime fallacieux d'Israël". Le président a par ailleurs répété que les forces armées de l'Iran étaient capables de repousser n'importe quelle agression extérieure.
Ria Novosti

Nucléaire: l'Iran continue d'installer des centrifugeuses à Natanz (vice-président)  17/04/2007

L'Iran installe de nouvelles centrifugeuses à l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, a annoncé mardi à Téhéran le vice-président et directeur de l'Organisation iranienne pour l'énergie atomique Gholamreza Agazadeh.

"A présent, la procédure d'installation de centrifugeuses d'enrichissement d'uranium à Natanz se poursuit", a indiqué M.Agazadeh à l'agence iranienne ISNA.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé début avril que l'Iran avait abordé la phase industrielle de production du combustible nucléaire.

Le programme nucléaire iranien préoccupe la communauté internationale qui doute du caractère pacifique du programme. Le 24 mars dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté la résolution 1747 durcissant les sanctions appliquées à l'Iran qui avait ignoré les résolutions 1696 et 1737 qui exhortaient Téhéran à introduire un moratoire sur les travaux d'enrichissement d'uranium.
Ria Novosti

Ukraine: le premier ministre pourrait envisager la procédure de destitution du président  17/04/2007

Le premier ministre ukrainien Viktor Ianoukovitch n'a pas exclu mardi à Strasbourg l'impeachment du président Viktor Iouchtchenko si la Cour constitutionnelle d'Ukraine qualifiait d'inconstitutionnel son décret de dissolution du parlement.

"Si la Cour constitutionnelle ne statue pas en faveur du président, cela aura des conséquences négatives pour Viktor Iouchtchenko, une des variantes étant le lancement de la procédure de destitution", a notamment déclaré le chef du gouvernement ukrainien, intervenant devant les journalistes à l'issue de sa rencontre avec le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), René van der Linden.

Mardi, la Cour constitutionnelle d'Ukraine a entamé l'examen de la question de la légitimité du décret du président Iouchtchenko sur la dissolution de la Rada suprême (parlement ukrainien) et l'annonce d'élections législatives anticipées.

"A l'heure actuelle, nous attendons le verdict de la Cour constitutionnelle, a dit Viktor Iouchtchenko. Nous estimons que toute controverse doit être réglée à la table des négociations".

Et d'ajouter que Viktor Iouchtchenko aurait pu désamorcer la crise avant même la réunion de la Cour constitutionnelle, en révoquant notamment son décret sur les élections parlementaires anticipées du 27 mai prochain pour trouver par la suite en commun une issue à la crise actuelle.

"Nous sommes convaincus que les élections doivent avoir lieu dans les délais définis par la Constitution", a insisté Viktor Ianoukovitch.

"Nous ne prônons aucune mesure déstabilisatrice ni politique ni économique", a signalé le premier ministre ukrainien, rappelant qu'au départ il n'était question d'aucune procédure de mise en accusation du président.
Ria Novosti

Blix: Les membres du Conseil de sécurité bafouent les droits des autres  17/04/2007

L'ancien inspecteur de l'ONU pour le désarmement en critiquant la politique de deux poids deux mesures du Conseil de sécurité dans le domaine nucléaire a déclaré: "Au lieu du désarmement nucléaire, les membres du Conseil cherchent à bafouer le droit nucléaire des autres." Selon presse TV, Blix, en visite en Espagne, a fustigé la décision des Etats-Unis de développer leurs ADM, leur demandant d'y renoncer. Et Hans Blix d'ajouter: Si vraiment l'Amérique souhaite la non-prolifération des armements nulcéaires, elle doit interrompre totalement leur prolifération. Blix qui assume la présidence de la Ccommission indépendante des armes de destrcution massive en Suède a qualifié d'illogique l'arrêt de l'enrichissement d'uranium comme préalable à la reprise des pourparlers avec l'Iran et a déclaré: La supension de l'enrichissement en tant que préalable affectera le prestige de Téhéran.
IRIB

Des Browne présente ses excuses  17/04/2007

Le Secrétaire britannique à la Défense s'est excusé mercredi devant la Chambre des communes, avant de reconnaître qu'il avait eu tort d'avoir autorisé les marins britanniques arrêtés dans les eaux territoriales iraniennes à monnayer leur récit. Les 15 marins britanniques arrêtés dans les eaux territoriales iraniennes ont été relâchés après 12 jours, et de retour à leur pays, ils ont été autorisés de vendre leurs mémoires aux médias. Des Browne avait auparavant déclaré qu'il n'était pas impliqué dans l'autorisation de la vente des mémoires des marins, mais il accepte sa part de responsabilité en tant que ministre de la Défense.
IRIB

Virginia Tech: le gouverneur de Virginie décrète l'état d'urgence  17/04/2007

Le gouverneur de l'Etat de Virginie, Tim Kaine, a décrété l'état d'urgence suite à la tragédie qui s'est produite à l'Université Virginia Tech à Blacksburg et a fait 33 morts et une trentaine de blessés plus ou moins graves.

Le président George W. Bush a fait une déclaration spéciale depuis la Maison Blanche.

"Notre pays est choqué et attristé par la nouvelle de la fusillade de Virginia Tech aujourd'hui", a-t-il dit en annonçant qu'il s'était entretenu personnellement avec le gouverneur de l'Etat de Virginie, Tim Kaine, et le président de l'Université Virginia Tech, Charles Steiger.

"Je leur ai dit que Laura, moi-même et beaucoup de gens dans le pays partagent le chagrin de ceux qui ont perdu des êtres chers à Virginia Tech et prient Dieu de réconforter ceux qui souffrent aujourd'hui" a déclaré le président en soulignant que l'administration qu'il dirigeait et le gouvernement fédéral américain étaient prêts à accorder toute l'aide nécessaire aux autorités de l'Etat.

Selon des sources officielles, la fusillade qui a éclaté sur le campus de l'Université Virginia Tech a fait au moins 33 morts et une trentaine de blessés.

Le nom du tireur, qui s'est suicidé, n'a pas été révélé, mais selon les médias il s'agirait d'un jeune homme âgé d'environ vingt ans, d'aspect asiatique. L'individu n'avait aucun papiers d'identité sur lui.

L'homme a tiré les premiers coups de feu dans une classe d'allemand. Il a d'abord abattu le professeur d'une balle dans la tête puis a dirigé son arme sur les étudiants. Un témoin a déclaré avoir entendu une cinquantaine de détonations. Selon Erin Sheenan, une étudiante de première année, "le tireur était habillé d'une manière étrange, presque comme un scout. Il portait deux gilets, un brun et un noir". Sheenan a réussi à se sauver en compagnie de trois autres étudiants.
Ria Novosti

Le Kremlin souligne le caractère manifeste des propos de Berezovski sur le renversement du pouvoir en Russie  17/04/2007

Le Kremlin explique sa vive réaction aux propos tenus par Boris Berezovski par la forme pour la première fois manifeste sous laquelle ce dernier a présenté ses plans de renversement du pouvoir en Russie par la violence.

"Nous avions entendu maintes fois les appels de Boris Berezovski à renverser le régime en Russie en recourant à la violence... Mais les déclarations faites à la presse britannique en Grande-Bretagne, plus précisément au quotidien The Guardian, ont pris pour la première fois une forme aussi évidente. Le caractère criminel de son acte est indéniable", a déclaré Dmitri Peskov, premier adjoint au porte-parole du président russe, dans une interview à la chaîne de télévision Russia Today. Son interview sera retransmise mardi.

Dmitri Peskov a précisé n'avoir pas l'intention d'exagérer le sens des propos de Boris Berezovski et la signification de ses menaces.

"Mais le fait que ses menaces partent du territoire britannique rend une réaction de notre part nécessaire et inévitable", a-t-il dit.

De l'avis de Dmitri Peskov, Boris Berezovski est trop éloigné de la réalité: "La Russie a radicalement changé depuis que cet homme a quitté notre pays. C'est un Etat tout à fait nouveau et, à mon avis, bien moins vulnérable aux menaces extérieures".

M. Peskov a qualifié de bluff les affirmations de Boris Berezovski selon lesquelles le milliardaire fugitif finançait "des gens proches du président Poutine".

"En revanche, je suis certain qu'il entretient des contacts avec des centres ou des mouvements politiques proches des milieux d'opposition", a-t-il poursuivi.

Il a en outre déclaré ignorer pourquoi la Grande-Bretagne avait jugé insuffisantes les preuves fournies par la Russie pour l'extradition de Boris Berezovski.

Moscou comprend, a-t-il poursuivi, que le tribunal britannique est tout à fait indépendant, et que la décision éventuellement prise par le gouvernement sur l'extradition de Boris Berezovski sera transmise au tribunal.

La Russie poursuivra "ses tentatives d'assurer son retour (Berezovski) à Moscou pour mener à bien les procédures qui s'imposent". "Nous jugeons important de prouver que l'enquête et la condamnation sont inévitables", a souligné Dmitri Peskov.
Ria Novosti

Le Kremlin souligne le caractère manifeste des propos de Berezovski sur le renversement du pouvoir en Russie  17/04/2007

Le Kremlin explique sa vive réaction aux propos tenus par Boris Berezovski par la forme pour la première fois manifeste sous laquelle ce dernier a présenté ses plans de renversement du pouvoir en Russie par la violence.

"Nous avions entendu maintes fois les appels de Boris Berezovski à renverser le régime en Russie en recourant à la violence... Mais les déclarations faites à la presse britannique en Grande-Bretagne, plus précisément au quotidien The Guardian, ont pris pour la première fois une forme aussi évidente. Le caractère criminel de son acte est indéniable", a déclaré Dmitri Peskov, premier adjoint au porte-parole du président russe, dans une interview à la chaîne de télévision Russia Today. Son interview sera retransmise mardi.

Dmitri Peskov a précisé n'avoir pas l'intention d'exagérer le sens des propos de Boris Berezovski et la signification de ses menaces.

"Mais le fait que ses menaces partent du territoire britannique rend une réaction de notre part nécessaire et inévitable", a-t-il dit.

De l'avis de Dmitri Peskov, Boris Berezovski est trop éloigné de la réalité: "La Russie a radicalement changé depuis que cet homme a quitté notre pays. C'est un Etat tout à fait nouveau et, à mon avis, bien moins vulnérable aux menaces extérieures".

M. Peskov a qualifié de bluff les affirmations de Boris Berezovski selon lesquelles le milliardaire fugitif finançait "des gens proches du président Poutine".

"En revanche, je suis certain qu'il entretient des contacts avec des centres ou des mouvements politiques proches des milieux d'opposition", a-t-il poursuivi.

Il a en outre déclaré ignorer pourquoi la Grande-Bretagne avait jugé insuffisantes les preuves fournies par la Russie pour l'extradition de Boris Berezovski.

Moscou comprend, a-t-il poursuivi, que le tribunal britannique est tout à fait indépendant, et que la décision éventuellement prise par le gouvernement sur l'extradition de Boris Berezovski sera transmise au tribunal.

La Russie poursuivra "ses tentatives d'assurer son retour (Berezovski) à Moscou pour mener à bien les procédures qui s'imposent". "Nous jugeons important de prouver que l'enquête et la condamnation sont inévitables", a souligné Dmitri Peskov.
Ria Novosti

Le président de la commission de politique étrangère du parlement iranien : aucune possibilité de dialogue n’existe avec les USA  17/04/2007

Le président de la commission chargée de la sécurité nationale et la politique étrangère du parlement iranien, Alaeddine Boroujerdi, a déclaré, dans une entrevue avec l’IRNA, que « les positions que le gouvernement des Etats Unis adopte en ce qui concerne l’Iran, fait qu’il est impossible d’envisager qu'un politicien américain se rende à Téhéran ni qu’il puisse y avoir la moindre négociation avec Washington."

"Un pays qui a attaqué et kidnappé des représentants de la République Islamique d'Iran, qui les maintiennent prisonniers et qui, bafoue ainsi la Convention de Vienne, en n’hésitant pas à utiliser la torture comme il l’a fait contre Jalal Sharafi, deuxième secrétaire de l'ambassade d'’Iran en Irak, ne peut envisager la visite d’un de ces responsables en Iran et ni le début de négociations dans la conjoncture actuelle, cela n’aurait aucun sens" a-t-il déclaré.


Il y a quelques jours, les médias ont écrit que la présidente du Congrès des USA, Nancy Pelosi, avait manifesté son intention de se rendre à Téhéran afin d’entreprendre des négociations avec les autorités iraniennes.
IRIB

L'Iran ne reculera pas sur son droit de posséder des technologies nucléaires (Ahmadinejad)  16/04/2007

L'Iran ne cédera pas "d'un iota" son droit de posséder des technologies nucléaires, a déclaré lundi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad cité par Reuters.

L'Iran a annoncé la semaine dernière le début de la production de combustible nucléaire à l'échelle industrielle et a menacé, si la pression exercée sur lui ne cessait pas, de reconsidérer sa participation au Traité de non-prolifération des armes nucléaires.

Le 24 mars, le Conseil de sécurité de l'ONU a unanimement adopté une résolution durcissant les sanctions contre l'Iran.

Les sanctions ont été durcies à cause du refus de l'Iran d'appliquer la résolution 1737 du 23 décembre 2006 exigeant la suspension de l'enrichissement de l'uranium susceptible d'assurer, selon la communauté internationale, des conditions pour la création de l'arme nucléaire par Téhéran.
Ria Novosti

Le danger d'attentat nucléaire aux Etats-Unis est très réel (Cheney)  16/04/2007

Le vice-président des Etats-Unis, Richard Cheney, a annoncé qu'il lisait les rapports quotidiens du renseignement américain et que le danger de voir des terroristes faire exploser une charge nucléaire dans une ville américaine était "très réel".

"Le plus grand péril qui nous menace maintenant, c'est une réitération de l'attentat du 11 septembre au coeur d'une de nos villes avec des terroristes armés non pas de billets d'avion et de tranchets, mais d'une charge nucléaire", a déclaré Richard Cheney qui s'exprimait dimanche à la chaîne de télévision CBS.

"Il s'agit-là d'un danger très réel. Il doit être au coeur de nos préoccupations", a indiqué le vice-président des Etats-Unis.

"Nous avons réussi à empêcher de nouveaux attentats, mais la chose n'est pas facile. Il ne s'agit pas simplement de réussite, parce qu'en la matière il est impossible de miser sur elle. Nous avons réussi parce que les gens qui sont chargés du problème sont d'excellents professionnels, qui consacrent beaucoup de temps à cela et qui, si vous voulez, se sont totalement investis dans leur métier", a dit Richard Cheney.
Ria Novosti

La France va changer de modèle socio-économique (expert russe)  16/04/2007

La France va se délester du modèle socio-politique qui avait pris corps après la guerre, a déclaré le professeur Youri Roubinski, directeur du Centre d'études françaises à l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie, au cours d'un entretien avec des journalistes de RIA Novosti. D'après le chercheur, une nouvelle génération s'insère dans la vie socio-politique de la France et d'importants changements vont se produire dans ce pays.

Le "duel opposant Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal" indique bien que l'on assiste à un changement de génération, a fait remarquer Youri Roubinski.

"L'idéologisation propre à la France cède la place au pragmatisme", a dit le directeur du Centre d'études françaises, pour lequel la présidentielle actuelle fournira une réponse à la question de savoir si la France va continuer de vivre à l'ancienne ou se moderniser. Une question à laquelle s'ensuivra inévitablement une autre: "qui payera la note et à combien se montera-t-elle?", a ajouté l'expert.
Ria Novosti



Publicité

Brèves



Commentaires