Moscou espère que l'Iran acceptera les propositions du groupe des Six  03/06/2006


Les ministres des Affaires étrangères des Six ont fait des propositions à l'Iran et la Russie espère qu'elles seront acceptées par Téhéran, a déclaré à la presse le chef de la diplomatie russe.

Jeudi le problème nucléaire a été examiné à Vienne par les chefs de diplomatie de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la France, des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie.


Ces propositions concernent le programme nucléaire iranien, la coopération économique et commerciale avec Téhéran et les garanties de sécurité, a indiqué Sergueï Lavrov qui s'exprimait devant la presse.


Dans le même temps le ministre russe s'est refusé à livrer les détails des propositions au motif qu'il était nécessaire préalablement de les porter à la connaissance de la partie iranienne.


Les participants à la rencontre de Vienne ont proposé à l'Iran de reprendre les négociations sur la base de l'arrêt par l'Iran de ses activités d'enrichissement d'uranium.


"Dans ce cas le Conseil de sécurité de l'ONU suspendrait ses actions (concernant le dossier iranien), a indiqué Sergueï Lavrov en ajoutant que la Russie espérait que l'Iran répondrait favorablement à ces propositions.



irna

Mottaki : Javier Solana sera dans les 48 H à Téhéran  03/06/2006



Le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki a annoncé que le Haut représentant de l'UE pour la politique extérieure, Javier Solana, se rendra à Téhéran dans les 48 heures pour remettre les nouvelles propositions des grandes puissances.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France - et l'Allemagne sont tombés d'accord pour faire de nouvelles propositions à l'Iran.


Manouchehr Mottaki a réaffirmé que l'Iran refusait de suspendre l'enrichissement de l'uranium pour négocier. "Les négociations doivent être sans conditions préalables. Aucune condition pour les négociations n'est acceptable, notamment la condition qui a été posée", a-t-il déclaré lors d'un point de presse.


Interrogé sur les propositions du groupe 5+1, M. Mottaki a déclaré que les autorités iraniennes "avaient besoin d'examiner ces propositions élaborées à Vienne par les six pays concernant le règlement du problème nucléaire " pour donner leur réponse.


« L'Iran est prêt à examiner les propositions » a déclaré samedi le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki.


"L'Iran examinera avec la plus grande attention ces propositions et fera savoir ce qu'il en pense", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse tenue à Téhéran.


Le ministre iranien des Affaires étrangèresa précisé que l'Union européenne avait demandé à Téhéran d'autoriser Javier Solana à se rendre en Iran. "L'Iran a donné son accord", a indiqué Manouchehr Mottaki.


Jeudi le dossier nucléaire iranien avait été examiné à Vienne par les ministres des Affaires de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la France, des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie. Dans une déclaration conjointe les Six avaient annoncé qu'ils s'étaient mis d'accord sur des propositions en vue de régler le problème nucléaire iranien.


ria-novosti

IRAN/NUCLEAIRE: 02/06 - Point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  02/06/2006



(Serguëi Lavrov a dit aujourd'hui que l'accord qui est intervenu hier entre le P5 plus l'Allemagne écartait toute possibilité de recours à la force vis-à-vis de l'Iran. Est-ce que vous pouvez le confirmer ?)


Ce qui s'est passé hier à Vienne, c'est cette réunion des trois ministres européens avec leurs homologues américain, chinois et russe. Je crois que cette réunion a été un succès puisqu'elle traduit l'unité de la communauté internationale et préserve l'unité de la démarche de la communauté internationale sur ce dossier iranien, ce qui est très important.

Le principal résultat de cette réunion, comme vous l'avez vu, est que l'on s'est mis d'accord sur un ensemble de propositions qui vont maintenant être transmises aux Iraniens et qui nous semblent susceptibles de permettre une relance des négociations et une relance du processus diplomatique sur cette question nucléaire. C'est l'acquis principal de la réunion d'hier.

Pour répondre un peu plus précisément à votre question, nous nous plaçons délibérément dans une approche diplomatique et multilatérale de cette question nucléaire iranienne. Nous l'avons toujours dit. Pour ce qui est de l'option militaire, je n'ai rien de nouveau à dire. Vous savez que le Premier ministre, M. Dominique de Villepin, avait eu l'occasion de s'exprimer sur cette question. Je vous renvoie à ce qu'il avait dit à propos de cette option. Encore une fois, tout le sens de ce qui a été fait hier est bien de rester dans le cadre diplomatique et d'offrir aux Iraniens la possibilité de saisir la proposition qui leur est faite par les Européens pour revenir à la table des négociations et pour aboutir à une solution diplomatique.

(En restant dans le cadre diplomatique, avez-vous maintenant des assurances claires de la Russie et de la Chine qu'elles soutiendront des sanctions en cas de refus persistant de l'Iran, ou est-ce que cela n'est pas si clair que ça aujourd'hui ?)


C'est une question à poser aux Russes et aux Chinois. Mme Beckett, qui a rendu compte hier des travaux des Six, a dit très clairement que les ministres avaient parlé à la fois des propositions qui seraient faites aux Iraniens pour relancer ce processus de négociation et puis avaient évoqué également les mesures qui pourraient être prises par le Conseil de sécurité dans l'hypothèse où les Iraniens n'iraient pas dans le sens des propositions faites par les Européens. Nous avons le sentiment que, sur ce point, il y a un accord également de la part des Russes et des Chinois.

(C'est un sentiment, mais ce n'est pas un engagement ferme de la Russie et de la Chine.)


Ce qu'a dit Mme Beckett hier, elle l'a dit au nom des Six. Cela engage également les Russes et les Chinois.

(Les Iraniens ont d'emblée répondu à vos propositions en disant qu'il n'était pas question pour eux de suspendre l'enrichissement. Est-ce que c'est une condition sine qua non pour l'établissement d'un nouveau dialogue ou il y a moyen de s'arranger avec cela ?)


Sur ce que disent les Iraniens ou ce qu'ils ont dit, je crois qu'il faut être très prudent. Dans cette affaire, nous souhaitons qu'il n'y ait pas de précipitation de la part des autorités iraniennes. Il y a eu cette réunion hier. Encore une fois, il y a un ensemble de propositions qui ne sont pas encore connues des Iraniens, qui vont leur être présentées.

Ce que nous souhaitons, c'est que les autorités iraniennes prennent le temps de la réflexion, regardent ces propositions très attentivement et ensuite nous apportent une réponse. Nous souhaitons d'ailleurs aussi que les autorités iraniennes prennent en considération l'offre de dialogue qui a été faite par les Etats-Unis. Même si elle ne vient pas de nous, nous considérons, comme cela a été dit par le ministre et par le Premier ministre, que cette offre de dialogue direct est importante, qu'elle renforce le poids des propositions européennes, qu'elle renforce la crédibilité des Européens.

En ce qui concerne la suspension, il y a une position de la communauté internationale qui est connue, qui figure dans les résolutions de l'AIEA, dans la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité des Nations unies qui évoquent en effet la suspension des activités liées à l'enrichissement, ce n'est pas quelque chose de nouveau.

(C'est une condition sine qua non pour l'établissement du dialogue ?)


Les propositions vont être faites aux Iraniens. Mme Beckett hier a rappelé que la communauté internationale considérait que pour qu'il y ait une reprise sur le fond des négociations, il fallait qu'il y ait un retour à la suspension des activités liées à l'enrichissement.

(Sait-on quand ces propositions seront dévoilées ? Quand est-ce qu'une délégation ira à Téhéran ?)


Nous allons avoir maintenant des contacts avec les Iraniens pour voir quand cela peut se faire. L'idée est de le faire relativement vite mais en tenant compte des contraintes des uns et des autres. Nous sommes en train de chercher une date.

(Quelle est la position de la France sur la venue éventuelle du président iranien en Allemagne, donc dans l'espace Schengen, lors de la Coupe du monde de football ? J'ai compris que les Allemands suggéraient qu'il pourrait venir. La France a-t-elle une position ferme et claire là-dessus ?)


Premier point, je ne sais pas s'il a l'intention de venir ou non. Il y a un certain nombre d'informations un peu contradictoires à ce sujet.
Deuxièmement, ce sont les Allemands qui sont les hôtes de cette Coupe du monde, c'est donc à eux d'avoir une réflexion à ce sujet. C'est un sujet sur lequel ils peuvent être amenés à consulter leurs partenaires européens, mais il n'est pas forcément très utile d'avoir une expression publique à ce sujet. C'est un sujet sur lequel nous pouvons mener une réflexion, mais encore faudrait-il que la question se pose, ce qui n'est pas forcément sûr.

(Mais il serait le bienvenu ? Parce qu'il peut être poursuivi pour des déclarations intempestives.)


Il y a cet aspect qui relève plus de la législation allemande.
En effet, à l'égard d'un certain type de déclarations, il existe une législation. C'est donc une question qui se pose davantage pour les autorités allemandes. C'est aussi une question que les autorités iraniennes peuvent se poser de leur côté.

(Quelles sont les différences entre les propositions américaines et européennes ?)


Il y a des propositions européennes qui ont été soumises hier à nos partenaires, qui sont soutenues par nos trois partenaires, Américains, Chinois et Russes. Ces propositions vont être présentées aux Iraniens. Par ailleurs, il y a l'offre américaine d'un dialogue, mais là je vous renvoie plutôt à ce qu'ont dit les autorités américaines. Ce ne sont pas des propositions qui sont en compétition avec les propositions européennes. Ce que proposent les Américains, c'est la possibilité, à un moment donné, de se joindre à la négociation, à un dialogue direct avec l'Iran. Il y a des propositions de contenu qui ont été faites par les Européens et puis, sur la méthode, il y a une proposition américaine qui est de dire qu'à un moment donné ils pourraient ouvrir un dialogue direct avec l'Iran. Ce sont deux choses différentes, mais complémentaires d'une certaine façon.

(Il y a un peu trop de discrétion s'agissant du troisième volet des propositions européennes. Je parle de l'aspect sécuritaire de cette offre.
En savez-vous plus aujourd'hui ? Pouvez-vous nous aider à comprendre dans quel sens cela va aller ?)


Sur le contenu des propositions, nous souhaitons conserver une très grande discrétion jusqu'à ce qu'elles soient présentées aux Iraniens. Je crois qu'il est normal que ce soit ceux qui sont les destinataires de ces propositions qui en aient la primeur. Cela dit, vous avez vu comme moi qu'il y a un certain nombre de choses qui ont été dites sur le contenu de ces propositions, je n'ai rien à ajouter à cela, mais je ne souhaite pas entrer plus dans le détail de ces propositions tant qu'elles n'ont pas été présentées aux Iraniens.

(On a compris qu'il s'agissait d'une proposition de création d'un forum du genre CSCE et qui engloberait les cinq pays du Conseil de sécurité plus l'Iran, l'Irak et les pays du CCG. Nous a-t-on donné une fausse information ?)


Encore une fois, au lendemain de cette réunion de Vienne et à l'heure où nous allons présenter les propositions aux Iraniens, je ne souhaite pas entrer dans le détail de ces propositions. C'est ce qui a été convenu entre les six pays hier et nous sommes donc tous tenus par cette discipline.

Les six attendront une réponse de l'Iran à leurs offres jusqu'au G8 de Saint-Pétersbourg  02/06/2006



WASHINGTON, 2 juin - RIA Novosti. Les représentants des pays qui ont participé aux pourparlers des six sur l'Iran transmettront à Téhéran leurs propositions élaborées à Vienne, a fait savoir vendredi le Washington Post.

Les six attendront une réponse de l'Iran jusqu'au début du sommet du G8 qui s'ouvrira mi-juillet à Saint-Pétersbourg, annonce le quotidien, se référant à un porte-parole de l'administration américaine qui a souhaité garder l'anonymat.

Le représentant de l'administration Bush a également fait savoir que les six avaient convenu de ne pas révéler les détails des propositions élaborées dans la capitale autrichienne tant qu'elles ne seraient pas transmises à l'Iran. Ainsi, l'Iran aura le temps d'étudier les offres des six", lit-on dans le journal.

ria-novosti

La réunion des six s’est achevée sans nouvelles mesures concrètes  02/06/2006

 La réunion des six s’est achevée sans nouvelles mesures concrètes

Les ministres de six grands pays réunis à Vienne ont achevé leur réunion de Jeudi sans de nouvelles mesures réellement incitatives à faire à l’Iran.

Cette réunion dans les derniers jours après les déclarations récentes de Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat américaine focalisent la quasi-totalité des médias occidentaux.


C’est dans cette conjoncture que des dizaines de journalistes sont restés toute la nuit devant les portes de l’ambassade de Grande-Bretagne dans l’attente d’un accord final sur le programme nucléaire iranien.


Les premières phrases du ministre britannique des Affaires étrangères ont fait part du peu d’avancées et sont revenues sur les mêmes demandes faites à la République Islamique d’Iran de mettre un terme à l’enrichissement d’uranium ce qui mettraient fin à toutes les mesures entreprises par es puissances occidentales devant le Conseil de sécurité.


Nous soutenons un dialogue juste et impartial, mais nous ne discuterons pas de nos droits inaliénables et légitimes" a déclaré hier le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki lors d'une conférence de presse.


L'Iran considère que son enrichissement d'uranium est un droit inaliénable et légitime.


"Nous sommes prêts à discuter de nos préoccupations communes. Par conséquent, si les conditions sont telles que nous l'avons exprimé, c'est-à-dire justes et impartiales, nous sommes prêts à discuter avec toutes les parties", a ajouté M. Mottaki.


Le chef de la diplomatie iranienne avait déclaré que l’Iran est prêt au dialogue dans des conditiond équitables mais que l’Iran ne renoncera jamais à ces droits nucléaires.


Les discussions de Vienne réunissaient les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Russie et de la Chine - tous membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - ainsi que l'Allemagne et le chef de la diplomatie européenne.


La rencontre de Vienne a duré plus de trois heures et demie, elle s'est tenue à huis clos à l'ambassade de Grande-Bretagne à Vienne.


irna

Le directeur général de l’Irna (agence de presse iranienne) :les Etats-Unis jouent avec l’opinion publique internationale  02/06/2006



Le directeur général de l’agence de presse de la République Islamique d’Iran, IRNA, a déclaré concernant la proposition du secrétaire d’Etat américain, Condeleeza Rice à l’Iran que les Etats-Unis ne cherchent pas à résoudre le problème mais en réalité en annonçant des propositions déjà faites jouent avec l’opinion publique de la communauté internationale.

Il a déclaré que si les Etats-Unis avaient réellement l’intention de résoudre le problème, ils commenceraient par respecter les lois internationales notamment les règlements du TNP et également le droit de l’Iran et le problème pourra être résolu de lui même.


Le directeur général de l’IRNA a précisé que les responsables américains jouent avec les mots et par leur pouvoir médiatique essaie de détourner l’opinion publique de la communauté internationale des vérités du programme nucléaire iranien à des fins pacifiques.


Il a poursuivi que les responsables iraniens avaient déjà annoncé qu’ils étaient prêts à des négociations avec les Etats-Unis à propos de l’Irak et ont démontré leur bonne volonté de différentes manières ; or les responsables américains qui manquent de volonté, de stabilité dans leur choix se sont abstenus.

irna

IRAN/NUCLEAIRE:Point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  01/06/2006

Je vous rappelle la déclaration faite par le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, hier :

Début de citation : ''Je salue la disponibilité des Etats-Unis, et éventuellement d'autres partenaires, à se joindre à la négociation engagée par l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France avec l'Iran. Cela renforce la crédibilité de la démarche européenne et des propositions que les Européens veulent présenter à l'Iran avec le soutien de la communauté internationale.

La réunion qui se tiendra demain à Vienne sera l'occasion de trouver un accord pour offrir à l'Iran une voie permettant de reprendre la négociation. Les propositions que nous comptons faire à cette occasion seront substantielles, grâce notamment à un engagement accru de nos partenaires.

Nous espérons que les autorités iraniennes prendront le temps nécessaire pour examiner ces propositions et y donneront suite dans un esprit constructif". Fin de citation.

Je vous confirme par ailleurs que le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, participera ce jour à la réunion et au dîner qui se tiennent à Vienne sur le dossier nucléaire iranien.

(Pouvez-vous confirmer que les Européens se rendront à Téhéran, après la réunion d'aujourd'hui à Vienne, pour présenter leurs propositions aux Iraniens ? S'agit-il d'une délégation au niveau des hauts fonctionnaires ?)


Les ministres discuteront ce soir à la fois de l'offre qui pourrait être présentée à l'Iran et de la façon dont elle devrait l'être. Je n'ai donc pas, à ce stade, de réponse précise à vous donner.

(Est-ce que M. Douste-Blazy fera des déclarations à la presse suite à la réunion à Vienne ? Si oui, pourriez-vous nous communiquer le lieu et l'heure afin de pouvoir prendre nos dispositions ?)


Un point de presse est envisagé après le dîner. Les modalités précises de ce point de presse vous seront précisées par les autorités britanniques, qui sont les hôtes de la réunion et du dîner.

La France demande aux pays producteurs d'accroître l'extraction de pétrole et de gaz  01/06/2006

La France demande aux pays producteurs d'accroître l'extraction de pétrole et de gaz
11:01 | 01/ 06/ 2006




PARIS, 1er juin - RIA Novosti. Le ministre délégué à l'Industrie, François Loos, a demandé aux pays producteurs de pétrole et de gaz d'augmenter leur extraction.

"Nous voudrions que les pays producteurs extraient le plus possible de pétrole et de gaz", a-t-il déclaré mercredi à Paris devant la 6e Conférence internationale annuelle "Sommet de la CEI pour le pétrole et le gaz: Russie, Ukraine, Caspienne et Asie centrale".

S'adressant aux participants au forum, le ministre français a mis l'accent sur l'importance d'un "dialogue totalement ouvert" sur le problème des ressources énergétiques. Il s'est également prononcé en faveur de la création de capacités de production supplémentaires et de réserves stratégiques de carburant.

Dans le même temps François Loos a relevé qu'une "approche plus consciente de la consommation d'énergie est nécessaire".

Le ministre a rappelé à l'auditoire les grandes lignes de la stratégie énergétique française bâtie sur la diversité des sources d'approvisionnement.

Il a notamment préconisé une plus grande utilisation du carburant diesel ainsi que l'acheminement du gaz naturel liquéfié pour lequel la France entend construire de nouveaux terminaux.

Les biocarburants sont un autre volet du secteur énergétique sur lequel la France travaille activement. François Loos a annoncé que la France entendait porter à 10% le taux d'incorporation des biocarburants dans la consommation d'énergie.

Le ministre a mis l'accent sur l'importance que la France conférait au nucléaire qui entre pour environ 80% dans la production de courant. François Loos a rappelé que la France travaillait sur des réacteurs nucléaires de quatrième génération qui devraient entrer en service en 2020. "La Russie partage notre conception de l'utilisation de l'énergie nucléaire", a déclaré le ministre français.




ria-novosti

Nucléaire iranien: George Bush ne renonce pas à la variante militaire  01/06/2006





WASHINGTON, 1er juin - RIA Novosti. La proposition américaine de rallier les négociations de l'UE-3 avec l'Iran ne signifie pas que George Bush ait abandonné l'idée d'un règlement musclé du problème nucléaire iranien, a déclaré la Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

"Rien n'indique que le président renonce à la possibilité d'un recours à la force", a-t-elle indiqué dans une interview à la chaîne de télévision CBS.

"Nous laissons entendre clairement que le président se réserve la possibilité d'employer la force, mais nous estimons toujours que la diplomatie devra parcourir un long chemin", a ajouté Mme Rice.

De plus, elle a réfuté toute possibilité d'octroi par les Etats-Unis à l'Iran de garanties en matière de sécurité.

"Les Iraniens n'occupent pas une position permettant de parler de garanties en matière de sécurité", a-t-elle affirmé, soulignant que, de l'avis des Etats-Unis, c'était le "comportement iranien" qui nuisait à la sécurité dans la région, et que seul un changement de ce comportement était en mesure de stabiliser la situation.




ria-novosti

El Bareadei : l'Iran ne pose pas de danger nucléaire  01/06/2006



L'Iran ne pose pas de danger nucléaire et le monde doit agir avec précaution pour éviter les erreurs commises en Irak et en Corée du Nord, a déclaré Mohamed El-Baradei, directeur général de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique.

Nous sommes d'avis qu'il n'y a aucune menace, a déclaré El-Baradei à propos de l'Iran, lors d'une conférence organisée par le Monterey Institute of International Studies.


"Regardez ce qui ce passe en ce moment au Moyen-Orient, c'est un chaos total. On ne peut jeter de l'huile sur ce feu".


La récente expérience en Irak montre qu'il faut être "très prudent dans l'évaluation des informations disponibles", a poursuivi le chef de l'AIEA. Il ne faut pas non plus pousser un pays à des représailles comme les sanctions internationales l'ont fait dans le cas de la Corée du Nord.


L'administration Bush a déclenché une intervention en Irak en 2003 en affirmant que le président Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive. Nulle trace de ces armes n'a été trouvée en Irak.


"Je me demande chaque jour si c'est ainsi qu'il faut agir pour se débarrasser de chaque dictateur", a affirmé El-Baradei.


On ignore si l'Iran a l'intention de réorienter son programme d'énergie nucléaire civile pour produire des armes, mais il est certain que cela ne risque pas d'arriver dans l'immédiat, a estimé le directeur général de l'AIEA.


Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l'Allemagne doivent se réunir jeudi à Vienne pour peaufiner un ensemble de propositions

ElBaradei s'est dit convaincu qu'une majorité de dirigeants iraniens continuent d'être intéressés par une solution négociée et des relations normales avec le monde.


"Il serait terrible" de tenter de durcir les sanctions, ce qui pourrait pousser l'Iran à riposter, a averti El-Baradei.


irna

BREVS MONDIALES  01/06/2006



PAYS-BAS : Un rapport commandité par le Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie, portant sur les causes de la mort, le 11 mars 2006, dans sa cellule de l'ancien président yougoslave, Slobodan Milosevic (photo), a été rendu public mercredi 31 mai 2006 et conclut que l'ancien président serbe "est mort de causes naturelles, à savoir une crise cardiaque" et exclut "toute cause criminelle". L'ancien président yougoslave Slobodan Milosevic a été retrouvé mort samedi 11 mars 2006 dans sa cellule du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPYI), dont le siège est à La Haye. Son procès avait débuté le 12 février 2002. Slobodan Milosevic, 64 ans, répondait de 66 chefs d’accusation de crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour son rôle dans les guerres de Croatie (1991-1995), Bosnie (1992-1995) et Kosovo (1998-1999). Lire notre édition du 13 mars 2006


BULGARIE : Le ministre de l'Intérieur Rumen Petkov a annoncé qu'au cours d'une opération menée conjointement avec la police italienne un réseau international de traite de femmes et d'enfants à destination de l'Europe occidentale a été démantelé. 30 personnes ont été arrêtées dans les villes bulgares de Pleven et Gabrovo.


ETATS-UNIS : Le quotidien "Washington Times" a révélé dans son édition du mardi 23 mai 2006 que l'administration Bush a imposé, dans la plus grande discrétion, de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de la Corée du Nord au début du mois de mai 2006 en empêchant les sociétés américaines d’enregistrer leurs bateaux-cargos, citernes et de pêche sous pavillon nord-coréen. Le journal a également indiqué que les sanctions étaient entrées en vigueur le 8 mai 2006 après avoir été annoncées par le Bureau du département du trésor de capitaux étrangers. Les sanctions américaines "interdisent aux entreprises américaines ou étrangères basées aux Etats-Unis d’avoir, d’assurer, de vendre ou d’opérer sous pavillon nord-coréen". Selon la CIA (Central Intelligence Agency, service de renseignements américains), 84 navires, qui ne sont pas nord-coréens, dont 11 navires dont les propriétaires sont des petites et moyennes entreprises américaines, battent pavillon nord-coréen. Les Etats-Unis, qui interdisent à leurs entreprises ce genre de pratique, auraient demandé à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande d’appliquer une politique similaire. ** La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice a annoncé mercredi 31 mai 2006 que "dès que l'Iran aura suspendu, de façon vérifiable, ses activités d'enrichissement et de retraitement d'uranium, les Etats-Unis rejoindront leurs collègues européens à la table des négociations et rencontreront des représentants iraniens".


CANADA : De nouvelles lois antitabac sont entrées en vigueur, à minuit mardi 30 mai 2006, au Québec et en Ontario, les 2 provinces les plus peuplées du Canada. Il sera interdit de fumer dans tous les lieux publics, y compris les bars et les restaurants. De nombreux restaurateurs ont indiqué qu'ils n'appliqueraient pas cette nouvelle législation.


GUATEMALA : L'ancien dictateur, le général Romeo Lucas Garcias, au pouvoir de 1978 à 1982, accusé d'atteintes aux droits de l'homme pendant la guerre civile qui a duré 36 ans et fait 200 000 morts, est décédé samedi 27 mai 2006 à l'âge de 81 ans d'une insuffisance respiratoire, au Venezuela où il avait fui. En 2005, Romeo Lucas Garcia a été assigné à résidence après avoir fait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par un juge espagnol l'accusant de crimes de guerre, mais les tribunaux vénézuéliens se sont prononcés contre son extradition.


IRAK : Face à la recrudescence des violences dans tout le pays qui ont fait une cinquantaine de morts, mercredi 31 mai 2006, le Premier ministre Nouri al-Maliki a décrété l'état d'urgence à Bassorah, dans le sud du pays. ** Des soldats américains ont ouvert le feu "par erreur" sur un véhicule civil à un point de contrôle dans le nord de Bagdad la capitale, tuant 2 femmes. L'une d'entre elles, âgée de 35 ans, était enceinte et se rendait à l'hôpital. ** Lors du procès de l'ancien président déchu Saddam Hussein portant sur la répression du village de Doujaïl, où 148 villageois chiites ont été tués après une attaque contre le convoi de l'ex-président en 1982, et qui se poursuit à Bagdad devant le Tribunal Spécial Irakien, tribunal d'exception mis en place par l’ancien administrateur américain Paul Bremer, le 10 décembre 2003, 3 jours avant sa capture, les avocats de la défense ont demandé suspension du procès accusant le procureur général, Jaafar al Moussaoui, de s'être rendu à Doujaïl avant le procès pour demander à des habitants de témoigner contre les anciens dirigeants irakiens. Des témoins ont affirmé que plusieurs personnes de 148 habitants de Doujail n'avaient pas été exécutés et étaient toujours en vie. La prochaine audience a été fixée au 5 juin 2006.


ISRAEL : En visite à Sdérot, ville du sud du pays, touchée par des tirs de roquettes artisanales lancées par des résistants palestiniens depuis la Bande de Gaza, le ministre de la Défense, Amir Peretz, a indiqué : "Nous trouverons les moyens de lancer des opérations qui empêcheront les organisations (palestiniennes) de tirer sur Sdérot. La population (palestinienne) doit comprendre que ces groupes vont lui amener une catastrophe".


SRI LANKA : Alors que l'Union européenne a placé lundi 29 mai 2006 les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) sur sa liste des organisations terroristes et privé les membres des LTTE de visas européens, S. Puleedevan, membre de la direction des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) a accusé l'Union européenne "de ne rien faire pour améliorer les perspectives de paix" ajoutant : "Elle va au contraire perturber l'égalité de statut entre les protagonistes, laquelle est absolument fondamentale au processus de paix". Les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne ont déjà placé les Tigres sur leurs listes respectives des organisations terroristes.


BANGLADESH : 7 Islamistes ont été condamnés à mort lundi 29 mai 2006 après avoir été reconnus coupables de la mort de 2 juges dans un attentat à la bombe le 14 novembre 2005. Ils seront pendus jusqu'à ce que mort s'en suive.


INDONESIE : Après le violent séisme d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, évaluée par des experts américains, qui a frappé samedi 27 mai 2006 la région de Yogyakarta sur l'île de Java, un dernier bilan fait état de 5 200 morts, de plus de 20 000 blessés et 200 000 sans abris. L'aide internationale s'organise. La Croix-Rouge Française a annoncé mercredi 31 mai 2006 qu'elle va dépêcher une équipe médicale et 40 tonnes de matériel sur les lieux du séisme. Le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) a offert 22 camions afin d'assurer l'approvisionnement de 320 000 litres d'eau potable par jour. L'agence prévoit aussi une campagne de vaccination contre la rougeole ainsi qu'une distribution de vitamine A.


MAROC : Selon un communiqué officiel, le roi Mohammed VI, président en exercice du Comité Al-Qods (Jérusalem), chargé de la préservation du patrimoine arabo- islamique de la ville sainte, a ordonné dimanche 28 mai 2006 l'envoi de plus de 210 tonnes d'aide humanitaire au peuple palestinien ainsi que des médicaments et des matériels hospitaliers d'une valeur de 360 000 euros. Le Maroc, qui préside le Comité Al-Qods, chargé par l'Organisation de la Conférence islamique (OCI) de préserver le caractère arabo-musulman de la ville sainte, avait décidé en 1999 de fermer sa représentation diplomatique à Tel Aviv pour protester contre la situation dans les territoires occupés. Environ 500 000 Israéliens d'origine marocaine vivent en Israël.


TUNISIE : Le président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Mahmoud Abbas, a entamé mardi 30 mai 2006 une "visite de travail et de fraternité" de 3 jours en Tunisie, au cours de laquelle il devait avoir des entretiens avec son hôte le président Zine El-Abidine Ben Ali et rencontrer des dirigeants du mouvement Fatah établis à Tunis. Les discussions devraient porter notamment "sur les moyens permettant de relancer les négociations israélo-palestiniennes interrompues à la suite de la victoire du Hamas" aux élections législatives du 25 janvier 2006.


NIGER : Le Fonds des nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) a publié un rapport à Niamey la capitale qui indique qu'au moins 15 % des enfants nigériens âgés de 0 à 5 ans souffrent de malnutrition de malnutrition aiguë et 50 % souffrent de retard de croissance, en raison de carences alimentaires et en soins de santé. Selon l'UNICEF, la malnutrition aiguë sévit dans tous les Etats du Sahel où environ 1,4 million d'enfants de moins de 5 ans en souffrent, au Niger, au Burkina Faso, au Mali et en Mauritanie. Le taux d'allaitement maternelle demeure faible au Niger avec à peine 1,2 % des bébés nourris exclusivement au sein jusqu’à l'âge de 6 mois. Le gouvernement a annoncé la gratuité des soins de santé pour tous les enfants âgés de 0 à 5 ans grâce un Plan appuyé par l'OMS, Organisation Mondiale de la Santé, et l'UNICEF visant à "réduire de 50 %" la mortalité infantile et maternelle d'ici 2010. Le Niger connaît la plus forte croissance démographique au monde, avec un taux annuel de 3,5 %, soit 8 enfants en moyenne par femme mais détient aussi les plus forts taux de mortalité maternelle et néonatales soit 7 pour 1 000 femmes et 278 pour 1 000 enfants, selon des statistiques officielles. ** La réunion ministérielle de la Conférence des ministres de l'Education nationale ayant le français en partage (CONFEMEN) se tiendra à Niamey au Niger, les 1er et 2 juin 2006. La CONFEMEN rassemble les ministres francophones de l'Education en Afrique (plus
de 40 pays) afin d'organiser la coopération éducative entre les pays membres et intégrer les systèmes éducatifs dans les processus de développement. La France apporte son concours à la CONFEMEN par une contribution statutaire de 180 000 euros par an.


TANZANIE : Suspendu depuis le 7 avril 2006, le procès du colonel Théoneste Bagosora, considéré comme l'architecte du génocide rwandais de 1994, à l'époque le directeur de cabinet du ministère rwandais de la Défense, a repris lundi 29 mai 2006 devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui siège à Arusha, la capitale. Il devrait durer jusqu'au 15 juillet 2006. Une quarantaine de témoins à décharge seront entendus durant cette période. A l'ouverture de son procès le 24 octobre 2005, il avait "contesté la thèse selon laquelle j'ai été l'ordonnateur des massacres. Je veux que la postérité connaisse la vérité sur le génocide de 1994". Le génocide qui a débuté en avril 2004 a coûté la vie à près d'un million de Rwandais, tutsis et hutus modérés.


RDC : La Mission de l'Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC) (MONUC) a annoncé lundi 29 mai 2006 dans un communiqué qu'un "casque bleu népalais est mort dimanche au combat, lors d'un accrochage survenu dans la région de Tsupu (district de l'Ituri), à environ 100 kilomètres de Bunia, dans le nord-est du pays. 7 autres soldats népalais se sont trouvés en difficulté et ont rompu le contact avec leur unité". Le communiqué précise que "l'accrochage a eu lieu alors que les Casques bleus de la MONUC prêtaient main-forte aux Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans une attaque menée contre les milices qui sévissent dans cette partie du pays. 3 soldats népalais blessés durant cet incident et immédiatement évacués vers l'hôpital militaire marocain de la MONUC à Bunia sont désormais hors de danger".


GUINEE EQUATORIALE : 19 des 20 compagnies du pays ont été interdites vol par les autorités pour non-respect des normes de sécurité.
SANTE : Le directeur régional de l'OMS, Organisation Mondiale de la Santé pour l'Afrique, Luís Gomes Sambo, a appelé mercredi les gouvernements à ratifier la Convention cadre de Lutte anti-tabac et à l'exécuter totalement, à l'occasion de la Journée mondiale sans Tabac, célébrée le 31 mai, qui se tient sous le thème: "le tabac est mortel, dans toutes ses formes et sous un quelconque déguisement". Selon Luis Sambo, jusqu'à present, 27 pays, représentant plus de la moitié de la région africaine, ont déjà ratifié cette Convention, soulignant que le défaut du tabac est une épidémie mondiale qui affecte, avec une gravité progressive, les pays et les régions qui se courbent face à l'influence de cette drogue. ** L'agence des Nations Unies pour la lutte contre le sida (UNAIDS) a publié mardi 30 mai 2006 son Rapport 2006 sur l'épidémie mondiale de sida qui révèle que 38,6 millions de personnes vivent actuellement avec le VIH dans le monde. Quelque 4,1 millions de personnes ont contracté une infection par le VIH et 2,8 millions de personnes sont mortes de maladies associées au SIDA en 2005. Plus de 25 millions de personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida, depuis l'apparition de l'épidémie en 1981.




La citation du jour : "Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté". Confucius - Philosophe chinois (551-479 av. J.-C.)



fil-info-france.com

L'US Navy ne dispose pas d'informations sur le survol d'un porte-avions américain par un drone iranien  31/05/2006






WASHINGTON, 31 mai - RIA Novosti. L'US Navy ne dispose d'aucune information sur un incident qui se serait produit entre un avion sans-pilote iranien et le porte-avions "Ronald Reagan", a déclaré le porte-parole de la marine de guerre américaine, Herb Josey.

"Nous ne disposons d'aucune information comme quoi un drone iranien aurait survolé le porte-avions américain "Ronald Reagan", a indiqué Herb Josey.

L'agence d'information iranienne FARS se référant au chef du corps des gardiens de la Révolution islamique, le général Rahim Safavi, avait annoncé qu'un avion sans-pilote avait évolué pendant 25 minutes au-dessus d'un porte-avions américain et ensuite regagné sa base.

"Pendant 25 minutes notre drone a survolé le "Ronald Reagan" dans le Golfe persique sans que les Américains ne s'en aperçoivent", écrit l'agence citant les propos de Rahim Safavi qui n'a toutefois pas précisé quand l'incident avait eu lieu.

Toujours selon le chef des gardiens de la révolution, au bout de 25 minutes l'avion a été détecté par le système d'alerte américain. Quatre chasseurs et deux hélicoptères ont pris l'air pour intercepter et abattre le drone, mais il était déjà trop tard, celui-ci avait déjà rejoint sa base en Iran.

"Cet incident démontre les carences des forces armées américaines déployées dans la région du Golfe", a fait remarquer Rahim Safavi.




ria-nivosti

Khatami : le despotisme et le colonialisme sont les causes du retard des nations islamiques  31/05/2006


L'ancien président et directeur du centre international pour le dialogue, Mohammad Khatami, a déclaré lundi que le despotisme et le colonialisme constituent deux des principaux facteurs du retard des pays islamiques.

Khatami a tenu ces propos au cours d’une allocution prononcée dans le cadre d’une conférence intitulée « défi face au monde islamique et manières de favoriser le progrès dans les pays islamiques » à la bibliothèque de poésie arabe, en présence de penseurs et d’auteurs koweitiens.


Mohammad Khatami a souligné que "parmi les défis face auxquels le monde islamique est empêtré aujourd'hui, apparaît la nécessité d'accepter les réalités amères du jour, la disparition des ressources, pillées par l'Occident qui cherche à nuire à l'équilibre des forces du monde islamique et enfin les extrémismes."

Il a poursuivi que les efforts menés afin de changer les régimes despotiques et de les remplacer par des systèmes politiques démocratiques nécessitaient de préparer les sociétés à la démocratie et de convaincre les sociétés islamiques de rejeter n'importe quel type d'ingérence étrangère tout comme les régimes à la solde des puissances occidentales et de tirer profit des connaissances offertes par Dieu afin de renforcer le monde islamique scientifiquement, car ce sont les seules manières de se débarrasser du despotisme et du néo--colonialisme.




irna

BREVES MONDIALES  31/05/2006



JORDANIE : L'ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Shihane" et ex-sénateur, Jihad Momani, et le rédacteur en chef du tabloïd "al-Mehwar", Hicham al-Khalidi, ont été condamnés mardi 30 mai 2006 à 2 mois de prison pour "atteinte au sentiment religieux". Ils avaient publié les caricatures du Prophète Mahomet initialement publiées en septembre 2005 par le quotidien danois "Jyllands-Posten". Le roi Abdallah II de Jordanie (photo) avait déclaré qu'il "ne tolérerait aucune insulte à la religion musulmane ou à toute autre religion divine". Il avait indiqué qu'une insulte à Mahomet était "un crime que ne pouvait justifier le prétexte de la liberté d'expression".


IRAK : Le ministère de l'Intérieur a annoncé mardi 30 mai 2006 qu'une "voiture piégée a explosé à proximité d'un marché très fréquenté, dans la ville d'al-Husseiniyah, à une vingtaine de kilomètres au nord de Bagdad" la capitale, faisant 22 morts et 58 blessés. ** Un autre attentat à la voiture piégée a été également perpétré à Hilla, à 100 kilomètres au sud de Bagdad tuant 12 personnes et en blessant 32 autres. ** 1 500 soldats américains supplémentaires, en provenance du Koweit, ont été déployés pour renforcer les troupes qui tentent de restaurer l'ordre dans la province sunnite rebelle d'Al-Anbar, dans l'ouest du pays.


ISRAEL : Khawla Haniyeh, 17 ans, fille du premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a été arrêtée lundi 29 mai 2006 par la police israélienne "munie d'un faux document d'identité" afin de rendre visite à un détenu, a déclaré la porte-parole de l'administration pénitentiaire de la prison d'Eshel près de Beersheva, dans le sud d'Israël, Orit Stelzer. Les autorités israéliennes autorisent seulement les parents proches des prisonniers sécuritaires palestiniens à leur rendre visite. Selon des sources sécuritaires palestiniennes, la fille du premier ministre est allée rendre visite à "son fiancé".


UNION EUROPEENNE : JUSTICE : La Cour européenne de Justice (CEJ), dont le siège est à Strasbourg en France, a invalidé mardi 30 mai 2006 l'accord conclu en 2004 entre l'Union européenne et les Etats-Unis sur le transfert aux autorités américaines de données personnelles des passagers aériens se rendant outre-Atlantique. Après les attentats du 11 septembre 2001, Washington a obligé les transporteurs aériens assurant des liaisons vers les Etats-Unis à leur fournir un accès aux données contenues dans leur système de réservation. Depuis mars 2003, les compagnies sont contraintes de laisser les autorités américaines accéder à ces données, sous peine d'amendes ou de contrôles plus fouillés des passagers.


ETATS-UNIS : Le quotidien "The New York Times" a révélé dans son édition du lundi 29 mai 2006, citant un haut responsable militaire sous couvert d'anonymat, que le Pentagone a présenté au Congrès un projet visant à la mise au point d'une "nouvelle arme conventionnelle capable d’être prête en moins d’une heure pour attaquer des cibles à longue distance. Le Congrès doit donner son accord sur ce projet évalué à 500 millions de dollars sur 5 ans. Le Pentagone souhaite un premier déblocage de fonds de 127 millions de dollars pour commencer à concrétiser ce projet.
** GUANTANAMO : Un responsable militaire américain a annoncé que plus de 70 prisonniers de la prison de la base navale américaine de Guantanamo, à Cuba, ont débuté lundi 29 mai 2006 une grève de la faim pour "attirer l'attention des médias et de faire pression sur les Etats-Unis" sur leurs conditions de détention. L'armée américaine n'a pas publié le nom des grévistes de la faim. De nombreux détenus, capturés en Afghanistan, qui ne sont pas considérés comme des "prisonniers de guerre" mais comme des "combattants ennemis", sont emprisonnés illégalement depuis janvier 2002 sans avoir été ni inculpés ni avoir bénéficié des services d'un avocat. Plus de détails : Guantanamo ou le scandale des droits humains ; De Kaboul à Cuba : le statut des prisonniers de Guantanamo en droit international ; Amnesty International estime que Guantanamo est devenu "le goulag de notre époque" ; La situation des détenus de Guantanamo ; Il faut fermer Guantanamo" ; "Stop Torture"


CHILI : Plusieurs milliers d'étudiants sont descendus mardi 30 mai 2006 dans les rues de la capitale Santiago pour demander une amélioration de leurs conditions avec entre autres la gratuité des transports et des examens d'entrée, davantage d'enseignants et une remise à neuf des bâtiments scolaires. La police est intervenue à coups de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les étudiants occupent depuis presque 15 jours les universités pour dénoncer le peu de moyens que le gouvernement accorde à l'éducation nationale.


ROYAUME-UNI : Le plus grand syndicat d’enseignants d’université en Grande-Bretagne "National Association of Teachers in Further and Higher Education", NATFHE, a adopté, lundi 29 mai 2006, une résolution encourageant un boycott des universités israéliennes et des institutions universitaires qui ne prennent pas publiquement de position explicite contre "la politique d'apartheid" et "la politique discriminatoire dans le domaine de l'éducation de leur pays". NDLR. Apartheid qui signifie en afrikaans "Vivre à part" est un système ségrégationniste basé sur la prétendue supériorité raciale. Et, la mise en place de l'apartheid en Afrique du Sud correspond à la date de la création de l’Etat d’Israël : 1948. Mais il s'agit d'un amalgame honteux pour les sionistes ou d'une confusion historique pour les historiens juifs. Le régime d'apartheid d'Afrique du Sud fut boycotté par la Communauté internationale avec plus ou moins de ferveur. La thèse de la politique d'apartheid en Israël s'est renforcée dans l'opinion publique depuis le 9 juillet 2004, quand la Cour internationale de Justice de La Haye, la plus haute instance judiciaire des Nations unies, a déclaré illégale la construction d'un mur "de sécurité" en territoire palestinien, demandé son démantèlement et enjoint la communauté internationale à faire respecter par Israël le droit international humanitaire incorporé dans la Convention de Genève.


POLOGNE : Le porte-parole du gouvernement Konrad Ciesiolkiewicz a annoncé dimanche 28 mai 2006 avoir demandé "de l'aide aux autorités américaines" pour fermer un site internet nationaliste, hébergé sur un serveur américain et que "les services polonais n’étaient pas en mesure de fermer". Konrad Ciesiolkiewicz a indiqué que le site contenait "des textes nazis", une pratique "illégale selon la loi et la Constitution de la Pologne et qui provoque la haine".


GRECE : Un attentat à la bombe a été perpétré mardi 30 mai 2005 à Athènes près du domicile du ministre grec de la Culture, George Voulgarakis. Aucune victime n'est à déplorer mais plusieurs véhicules ont été endommagés. Ancien ministre de l'Ordre public devenu ministre de la Culture, il avait été impliqué dans une affaire d'enlèvements et d'interrogatoires illégaux d'immigrés pakistanais après les attentats de Londres au Royaume-Uni en juillet 2005.


SUISSE : Après le décès brutal, le 22 mai 2006, du directeur général de l'OMS, le Docteur Lee Jong-wook, le Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a décidé que le nouveau Directeur général de l’Organisation serait élu lors d'une réunion extraordinaire de l'Organisation qui se tiendra du 6 au 8 novembre 2006.


SANTE : Journée mondiale sans tabac avec pour thème "Le tabac : mortel sous toutes ses formes". L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 1,3 milliard le nombre des fumeurs dans le monde. La moitié en mourront. La consommation de tabac tue 5 millions de personnes par an (un décès d'adulte sur 10) et le nombre de décès pourrait passer à 10 millions en 2020.


COREE DU SUD : Kim Woo-chong, 69 ans, le fondateur et président du conglomérat en faillite Daewoo a été condamné mardi 30 mai 2006 par le tribunal central de Séoul, la capitale à 10 ans de prison pour fraude et détournement de fonds en liaison avec la faillite de son empire en 1999 avec une dette de 80 milliards de dollars. Il a été également condamné à verser une amende de 10 millions de won (8 300 euros) et à rembourser 22,5 milliards de dollars. Kim Woo-chong était notamment accusé d'avoir ordonné à ses cadres de gonfler les actifs du groupe de 41 milliards de dollars afin d'obtenir un prêt de 9,9 milliards de dollars. 7 anciens responsables de Daewoo avaient été condamnés en 2001 jusqu'à 7 ans de prison pour détournements de fonds. 4 d'entre eux ont bénéficié d'une grâce présidentielle.


CHINE : Plusieurs experts ont révélé que "la pollution du Yangtse", plus long fleuve de Chine avec 6 300 kilomètres, et troisième au monde, le Yangtse, "devient si préoccupante qu'elle menace l'approvisionnement en eau potable de la plus grande ville du pays, Shanghaï". Les experts ont ajouté que "le nombre d'espèces animales était passé de 126 au milieu des années 1980 à 52 en 2002". Le tiers de la pollution provient des engrais chimiques, des pesticides et autres rejets agricoles, le reste venant des villes, du secteur industriel et des bateaux. Lu Jianjian, professeur d'une université de l'Est de la Chine, estime à 25 milliards de tonnes les déchets déversés dans le fleuve chaque année, plus de 40 % du total du pays ajoutant que "plus de 80 % de l'eau qui arrive dans le Yangtse n'est pas traitée".


AFGHANISTAN : 4 Afghans, dont 3 femmes, travaillant pour l'ONG internationale Action Aid ont été abattues par un groupe d'hommes armés dans le nord du pays, dans le district de Mingajik, dans la province de Jawzjan.


TIMOR ESTE : Le président Xanana Gusmao a annoncé mardi 30 mai 2006, qu'il assumerait les secteurs de la Défense et de la Sécurité nationale jusque là aux mains du premier ministre Mari Alkatiri, accusé par ses détracteurs de n'avoir pas su empêcher le déclenchement des troubles. Les pouvoirs d'urgence ont été décrétés pour une période de 30 jours, qui pourrait éventuellement se prolonger. Les pillages et les incendies se poursuivent à Dili la capitale malgré le déploiement de troupes étrangères.




La citation du jour : "La seule liberté que nous concède la vie, c'est de choisir nos remords". Jean Rostand - Biologiste et écrivain français (1894-1977)


Fil-Info-france.com

Téhéran ne pourra exercer son droit légitime au nucléaire civil qu'en coopérant avec l'AIEA (Lavrov)  30/05/2006


BERLIN, 30 mars - RIA Novosti. Serguei Lavrov a déclaré que Téhéran ne pourrait exercer son droit légitime au développement du nucléaire civil que si l'Iran coopérait entièrement avec l'AIEA.

"Nous voudrions régler ce problème par voie diplomatique, mais cela implique l'entière coopération de l'Iran avec l'AIEA", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Selon lui, la déclaration adoptée lors de la rencontre jeudi à Berlin de la troïka européenne (Grande-Bretagne, France, Allemagne), des représentants de la Russie, des Etats-Unis et de la Chine exprime l'inquiétude de la communauté mondiale face au programme nucléaire iranien.


Ria-Novosti

IRAN: Le président signale 3 erreurs historiques de l'Europe envers l’Iran  30/05/2006



Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que le soutien de l'Europe à la dictature de les Shah d'Iran, son soutien à Saddam dans la guerre imposée par l’Irak à l’Iran et son attitude en ce qui concerne la question nucléaire iranienne au cours des deux dernières années sont trois erreurs historiques faites à l’encontre des iraniens.

Selon un rapport publié par le service de presse présidentiel, le chef d’Etat supérieur a tenu ces propos au cours d’un interview exclusive avec le quotidien allemeand, Spiegel.


Le président a souligné que "les Européens devraient noter que s'ils défendent le droit inaliénable de l'Iran à accéder à la technologie nucléaire dans des buts pacifiques, ce sera dans leur propre intérêt.


"Cependant, s'ils ont l'intention d'aller dans le sens des propos tenus par des responsables américains à notre encontre et d’affronter la nation iranienne, ce sera contre leurs propres intérêts, compte tenu de la détermination de notre nation puissante défendant son droit.


Il a rappelé qu’ en dépit de la coopération étendue de l'Iran avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, AIEA, y comprisdansle cadre des inspections des installations nucléaires de l'Iran à maintes et maintes reprises, la mise à disposition de plus de 1.000 documents sur les activités nucléaires du pays et l’installation de caméras de l'AIEA et étant donné qu'aucune déviation du programme nucl aire civil iranien n'a été jamais dénoncée par l'agence, quelques états eux-mêmes ayant accès à l'énergie nucléaire et aux armes expriment leur inquiétude quant à une éventuelle déviation par l’Iran de son programme nucléaire.


Ahmadinejad a évoqué également les plus de cinq millions de Palestiniens qui sont toujours sans foyer depuis ces 60 dernières années et a fait valoir la la nécessité d'arrêter le génocide du régime sioniste dans les territoires occupées.


Un peu plus loin dans son entrevue, le président iranien a souligné l'échec des USA en Irak et a déclaré que l'Iran recherche avant tout la sécurité, la tranquilité et le bien-être des irakiens.


"Nous sommes particulièrement touchés par la perte de vies humaines en Irak, même celle des troupes américaines. Par conséquent, nous sommes disposés à discuter de la sécurité de l'Irak, si les USA changent leur approche et cessent d'insulter la nation iranienne, "a t’il ajouté.


irna

PROCÈS CONTRE M. MAX GALLO POUR « CONTESTATION DE CRIME CONTRE L’HUMANITÉ »  30/05/2006

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
29 mai 2006


Le 4 décembre 2004, invité par le journal télévisé du 12/14 de France 3, Monsieur Max Gallo répondit à une journaliste qui l’interrogeait sur le rétablissement en 1802 de l’esclavage des nègres par Bonaparte en Guadeloupe, en Guyane et à Saint-Domingue : « est-ce un crime contre l’humanité, peut-être, je ne sais pas… ».

Parce que la République a reconnu le 21 mai 2001 l’esclavage colonial comme crime contre l’humanité

Parce qu’en 1802, Bonaparte a remis en esclavage des Guadeloupéens et des Guyanais, devenus libres et français le 4 février 1794

Parce que ce rétablissement s’est accompagné de la disparition de 10% de la population Guadeloupéenne et par des actes de barbarie envers les Haïtiens

Parce que ce rétablissement intervient 13 ans après la déclaration universelle des droits de l‘Homme

Parce que Monsieur Max GALLO est un ancien ministre de la République, un historien de renom, et qu’à ces titres il se doit, plus que quiconque, de respecter la loi lors de ses déclarations publiques.

Le Comité Marche du 23 Mai 1998 (CM98) a décidé, pour défendre l’honneur des victimes de l’esclavage colonial, d’attaquer Monsieur Max GALLO pour contestation de crime contre l’Humanité.

Le procès se déroulera le mercredi 31 mai 2006 au tribunal de
grande instance de Paris à 14h30, salle de la 17ème chambre

CONTACT PRESSE
José GRARD : 06 14 84 17 10 / 06 26 85 38 28

BREVES MONDIALES  30/05/2006



AFGHANISTAN : Le couvre-feu a été instauré lundi 29 mai 2006 à Kaboul la capitale après de violents affrontements qui ont suivi un accident de la route impliquant un véhicule de l'armée américaine qui aurait renversé plusieurs voitures de civils avant d'essayer de fuir. Un civil a été blessé et 6 autres blessés. Une foule en colère a pris d'assaut le véhicule militaire. Les soldats américains ont alors ouvert le feu sur la foule faisant 4 morts. Selon des témoins, il y aurait eu 7 morts et 9 blessés. Les forces de sécurités afghanes sont intervenues, sans parvenir à ramener le calme. La foule s'en est également prise aux agents de police qu'elle a qualifiés d'"esclaves des Etats-Unis". Le président Hamid Karzaï (photo) a lancé un appel au calme et a annoncé d'une enquête serait ouverte. Dans une allocution télévisée, le président a accusé des "agitateurs" d'avoir attisé les manifestations.
COMORES : Le président Ahmed Abdallah Sambi, élu le 14 mai avec 58,02% des suffrages, a prêté serment vendredi 26 mai 2006 devant la Cour constitutionnelle à Moroni la capitale en présence de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement et d'une forte délégation américaine d'une vingtaine de membres. Rappelons que le gouvernement Bush a versé une aide d'1,8 millions de dollars aux Comores dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Ahmed Abdallah Sambi, 43 ans, a formé son premier gouvernement, composé de 8 ministres. Il a confié le domaine de la Défense, à son directeur de cabinet, Mohamed Abdoulwaha. Une seule femme au sein de ce gouvernement : Siti Kassim, est nommée à l’Agriculture, la Pêche, l’Industrie, l’Artisanat et l’Environnement.
MYANMAR (BIRMANIE) : La junte militaire a prolongé pour un an la mise en résidence surveillée de la cheffe de l'opposition, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991, malgré Les appels des Etats-Unis et du secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. Lire notre édition du 25 mai 2006 (Myanmar)
INDONESIE : Après le violent séisme d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, évaluée par des experts américains, qui a frappé samedi 27 mai 2006 la région de Yogyakarta sur l'île de Java, un dernier bilan provisoire fait état de 4 500 morts, de plus de 20 000 blessés et 200 000 sans abris. 4 000 maisons auraient été détruites. Les autorités ont lancé un appel à la communauté internationale.
TIMOR ESTE : Après les troubles qui ont débuté au mois de mars 2006 date à laquelle près de 600 militaires, soit près de 40 % des forces armées du pays, ont été renvoyées pour s'être mis en grève, affirmant être victimes de discrimination dans l'armée du fait de leur origine de l'Ouest du pays alors que les chefs viennent de l'Est, 90 000 personnes ont fui les combats. Lundi 29 mai 2006 une centaine de déplacés a attaqué un dépôt alimentaire du Programme Alimentaire Mondial (PAM) à Dili la capitale. Les forces étrangères (Australie, Malaisie et Nouvelle-Zélande), sont intervenues avec des blindés pour stopper les pillages. Le président Xanana Gusmao a lancé un appel à la réconciliation nationale pour mettre fin aux violences.
IRAK : Le cameraman Paul Douglas, 48 ans, le preneur de son James Brolan, 42 ans, de nationalité britannique, travaillant pour la chaîne américaine CBS News, ont été tués lundi 29 mai 2006 dans l'explosion d'une voiture piégée alors qu'ils accompagnaient une unité militaire américaine dans une opération. Une Américaine Kimberly Dozier, correspondante en Irak, âgée de 39 ans, a été grièvement blessée. ** Selon un communiqué des forces de sécurité irakiennes," 12 civils ont été tués et 24 blessés dans l'explosion d'une voiture piégée visant une patrouille de la police à Adhamiya", quartier sunnite de Bagdad. ** Le réseau terroriste Al-Qaïda en Irak a revendiqué sur un site internet l'assassinat dimanche 29 mai 2006 à Bagdad d'un chef tribal sunnite, Oussama al-Jadaane, travaillait pour les forces américaines et irakiennes, et menacé de réserver le même sort à d'autres "traîtres". ** 8 témoins de la défense ont été entendus lundi 29 mai 2006 devant le Tribunal Spécial Irakien, à Bagdad, tribunal d'exception mis en place par l’ancien administrateur américain Paul Bremer, le 10 décembre 2003, 3 jours avant sa capture, lors du procès de l'ancien président déchu Saddam Hussein. La prochaine audience se tiendra mardi 31 mai 2006.
TERRITOIRES PALESTINIENS : L'armée israélienne a lancé une incursion terrestre, la première depuis son retrait le 11 septembre 2005 après 38 ans d'occupation, dans la nuit de lundi à mardi 30 mai 2006 dans la bande de Gaza et en Cisjordanie pour "arrêter les tirs de roquettes vers le territoire israélien" tuant 7 résistants palestiniens, et en blessant 9 autres personnes dont 2 journalistes. ** Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a démenti lundi 29 mai 2006 avoir accepté de participer au gouvernement dirigé par le Hamas, soulignant que sa position sur le gouvernement reste inchangée.
LIBAN : La force intérimaire des Nations unies pour le Liban (FINUL) a réussi à obtenir un cessez-le-feu dimanche 28 mai 2006 entre Israël et les activistes au Liban, suite aux récents violents affrontements le long de la frontière, selon des sources bien informées. Le Jihad islamique palestinien a revendiqué des tirs de roquette depuis le Liban sur le nord d’Israël, où cours desquels un soldat israélien a été blessé pour "venger le meurtre d’un membre du Jihad et de son frère par Israël au Liban sud" vendredi.
BELGIQUE : Le 14e Dalaï Lama, Tenzin Gyatso, 71 ans, a débuté lundi 29 mai 2006 sa quatrième visite dans ce pays du 29 mai au 5 juin 2006, où il inaugurera sur les hauteurs de Tihange un nouveau temple destiné à devenir un des haut-lieux du bouddhisme en Europe. Rappelons que les autorités belges avait demandé au Dalaï Lama d'annuler sa visite prévue du 3 au 11 juin 2005, le roi Albert II étant en visite officielle en Chine, la première depuis celle du roi Baudouin en 1981.
ITALIE : Selon des résultats encore partiels, la gauche devrait conserver la gestion des villes de Rome, Turin et Naples à l'issue des élections municipales de dimanche et lundi 29 mai 2006.
FRANCE : ANTISEMITISME : Selon un communiqué du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme BNCVA présidé par Sammy Ghozlan, une manifestation à caractère antisémite a été organisée , dimanche 28 mai 2006, rue des Rosiers à Paris, célèbre rue d'un des quartiers juifs de la capitale. Des membres de la Tribu KA. groupe "extrémiste" composé de Noirs sans arme recherchaient des Juifs membres de la Ligue de défense juive et du Betar accusés d'avoir "ratonné des Noirs" à l'occasion de manifestations à la mémoire d'Ilan Halimi. Roger Cukierman, vice-Président du WJC (Congès Juif Mondial), vice-Président du EJC (Congès Juif Européen) et Président du Conseil représentatif des institutions juives de France CRIF, en contact direct avec Nicolas Sarkozy, Ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l’UMP, a obtenu l'assurance d'une "intervention rapide" de la police. Les policiers ont procédé au contrôle d'identité de 19 Noirs, ne portant "aucune arme", alors que les témoignages évoquaient des "hommes de couleurs armés de bâtons et battes de base-ball". Selon des témoins, les Noirs ont crié "mort aux juifs". La Préfecture de police de Paris a augmenté la présence policière dans les quartiers juifs. Nicolas Sarkozy a souhaité que soit diligentée en "urgence absolue" une procédure judiciaire contre le groupe "Tribu KA". Le site Internet "Tribu KA" a été fermé le lundi 29 mai 2006. Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, lui-même membre de la communauté juive, a dénoncé "ces comportements insupportables" et a assuré "les Juifs de Paris de (son) amitié et de (sa) solidarité." Mais, Nicolas Sarkozy ne s'est jamais opposé à ce que les membres de la Ligue de défense juive et du Betar, engagés dans la lutte contre le "fascisme islamique", s’entraînent dans des bâtiments officiels de la police à Paris, où ils suivent des cours de krav maga, l'art martial de l'armée israélienne employé quotidiennement contre les Arabes palestiniens ou irakiens. Selon l'hebdomadaire de Jean Daniel Bensaïd, "Le Nouvel Observateur", "La Ligue de Défense juive et le Bétar sont également considérés comme des groupes extrémistes violents militant pour la cause juive et la défense d'Israël". Le jeune leader noir de "Tribu KA", Kémi Séba, a été mis en examen dans une autre affaire pour "diffamation publique et incitation à la haine raciale". "Tribu KA" s'inspire du Khémitisme (K) qui vient de khemet ou encore Kemet qui, en ancien égyptien, désignait la terre d'Egypte, la terre noire, "ta kemet", A désignant Aton, un ancien dieu solaire égyptien. Ses membres emploient le terme "antikhémitisme" envers ceux qui les combattent. Enfin, le leader politique noir français et humoriste Dieudonné a déclaré ne pas adhérer aux thèses de "Tribu KA" lors d'une réunion organisée en mai 2006 au théâtre de la Main d’Or à Paris où le groupe avait annoncé qu'il ne laisserait entrer ni blancs, ni arabes.
RDC : Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ, Committee to Protect Journalists), une ONG de défense de la liberté de la presse basée à New York, a demandé, vendredi, la libération "immédiate et sans condition" du journaliste congolais, Patrice Booto, rédacteur en chef du magazine, "Le Journal" et son adjoint, jugé lundi 29 mai 2006 pour "publication de fausses nouvelles, offense au chef de l'Etat et outrage au gouvernement". Patrice Booto avait publié un article en septembre 2005 faisant état d'un don de 30 millions dollars que le chef de l'Etat Congolais aurait remis au secteur éducatif de la République de Tanzanie au moment où un conflit de travail opposait en RDC le gouvernement aux syndicats du secteur de l'enseignement. Le Ministère Public a requis 3 ans de prison ferme et une amende de 1 000 dollars à l'encontre de Patrice Booto.
ALGERIE : Le nouveau Premier ministre Abdelaziz Belkhadem, 61 ans, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) majoritaire à l'Assemblée et proche allié du président Abdelaziz Bouteflika, a reconduit jeudi 25 mai 2006 l'ensemble du gouvernement précédent d'Ahmed Ouyahia, qui a donné sa démission, à l'exception de la nomination de Hachémi Djiar au poste précédemment vacant de ministre de la Communication. Abdelaziz Belkhadem a annoncé que sa priorité serait d'amender la Constitution et d'augmenter les salaires.
EGYPTE : La police a arrêté 33 militants des Frères musulmans à Alexandrie dans le nord du pays alors qu'ils s'apprêtaient à participer aux élections à la Chambre de commerce. La confrérie islamiste, officiellement interdite mais tolérée, avait remporté une victoire historique lors des législatives de novembre-décembre 2005 en présentant des candidats sous l'étiquette d'"indépendants". Elle avait remporté 88 des 454 sièges du Parlement, devenant ainsi la principale force d'opposition.
ETHIOPIE : La police a annoncé lundi que "42 personnes ont été blessées samedi 27 mai 2006 à Jijiga, dans l'est du pays, par l'explosion simultanée de 3 bombes visant 2 cafés et un hôtel" ajoutant que ces attentats n'avaient pas encore été revendiqués. Plusieurs dizaines d'étudiants musulmans avaient lancé des pierres mercredi 24 mai 2006 sur des propriétés de Chrétiens à Jijiga, après avoir découvert que le patron chrétien d'un restaurant utilisait les pages du Coran pour envelopper des aliments.
COLOMBIE : Le président sortant Alvaro Uribe a été élu avec 62% des voix après l'élection présidentielle qui s'est tenue dimanche 28 mai 2006. Selon les observateurs étrangers le vote s'est déroulé de manière régulière. Les résultats obtenus par Alvaro Uribe est le plus important jamais réalisé par un président colombien avec 7,1 millions d'électeurs. Le candidat de gauche Carlos Gaviria a obtenu 22 % des suffrages.


Fil-infon-France.com

Synthèse nucléaire en Iran  29/05/2006


TEHERAN, 29 mai - RIA Novosti. Les chercheurs iraniens ont effectué des recherches sur la synthèse nucléaire, a déclaré lundi à la télévision iranienne un représentant de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran, Sadat Hosseini.

"L'Iran a effectué des recherches dans le domaine de la synthèse nucléaire, autant dire que les atomistes iraniens sont entrés en compétition avec les Etats possédant des technologies high-tech de production d'énergie nucléaire par les méthodes de synthèse", a-t-il déclaré.

Les premières recherches en matière de synthèse nucléaire ont été réalisées en Iran il y a cinq ans, a-t-il ajouté.

Ria-Novosti

Ahmadinejad : les complots de l’ennemi visant à créer des différents ethniques a échoué grâce à la vigilance du peuple  29/05/2006


Le chef d’Etat iranien, Mahmoud Ahmadinejad, dimanche après-midi, au cours du conseil des ministres a déclaré que le complot de l’ennemi visant à créer des différents ethniques dans le pays a été ourdi en raison de leur échec face à la résistance du peuple iranien sur la question nucléaire.

Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que les ennemis parce qu’ils n’ont toujours pas réussi à comprendre le grand peuple iranien, leur foi en Dieu et leur allégeance au « velayat », croient qu’en ourdissant des complots similaires ils peuvent parvenir à quelques chose ; mais cette ci encore ils ont échoué grâce à la vigilance de la population.


Ahmadinejad a souligné que le peuple azéri naturellement sans l’appui du gouvernement et des partis politiques a manifesté et a défendu son honneur et fait preuve de vigilance et désormais pour les ennemis le meilleur choix est de renoncer à leur complot et de revenir à la voie des prophètes qui est la voie des sauveurs de l’humanité.


irna



Publicité

Brèves



Commentaires