La guerre au Liban a été planifiée par les Etats-Unis (cheikh Nasrallah)  22/09/2006

La guerre au Liban a été planifiée par les Etats-Unis et menée d'après un scénario américain, a déclaré le secrétaire général du mouvement Hezbollah cheikh Hassan Nasrallah lors d'un meeting consacré à la "victoire sacrée et historique" du mouvement contre Israël.

Ce rassemblement était organisé "en l'honneur des morts et des blessés de la guerre contre Israël, des détenus des prisons israéliennes et de ceux qui appuient la résistance".

"Cette guerre a été planifiée par les Etats-Unis et menée d'après un scénario américain, conformément à leur volonté", a déclaré le leader du Hezbollah.

Le cheikh dont c'était la première apparition en public depuis le début, le 12 juillet, de la guerre au Liban, est intervenu devant des centaines de milliers de partisans du Hezbollah. Les organisateurs du meeting affirment qu'il s'agit de la plus importante manifestation de l'histoire libanaise.
Ria novosti

Paris: le dossier nucléaire iranien et la situation au Liban au menu des pourparlers russo-français  22/09/2006

Les présidents russe et français se pencheront à Paris sur des problèmes de l'ordre du jour international, dont la situation autour du dossier nucléaire iranien, selon un diplomate haut placé en poste dans la capitale française.

Le président français a nettement exprimé sa position sur cette question, indiquant qu'il préférait la négociation. En même temps Jaques Chirac a invité l'Iran à faire preuve de réciprocité et à suspendre ses opérations d'enrichissement de l'uranium.

"Cette position est proche de celle de Moscou, autant dire que Chirac et Poutine ont beaucoup de points de convergence dans la recherche d'une résolution du problème nucléaire iranien", a déclaré le diplomate.

Un autre thème important de la rencontre bilatérale sera la situation au Liban et dans l'ensemble du Proche-Orient.

"Là aussi les positions de la France et de la Russie coïncident dans la plupart des cas et on peut donc s'attendre à ce que les chefs des deux Etats se prononcent pour la reprise du processus de paix et de la réalisation de la "feuille de route" élaborée par le quartette des médiateurs internationaux" (Russie, Etats-Unis, l'Union européenne et ONU), selon la même source.

Les deux présidents ne maqueront pas d'aborder les relations entre la Russie et l'Union européenne dans le contexte de la préparation d'un nouvel accord de partenariat.

L'accord et partenariat et de coopération entre la Russie et l'Union européenne en vigueur depuis 1997 sert de base juridique aux relations entre les deux partenaires. Ce document expire en 2007.

Les deux parties estiment que le nouveau document doit être global et juridiquement obligatoire.

"Les dirigeants français considèrent la Russie comme un partenaire privilégié et sont invariablement favorables à une participation plus énergique de la Russie aux affaires européennes dans le domaine politique, économique et d'autres", a déclaré le diplomate.
Ria novosti

D'alema appelle à la fin du blocus sur la Bande de Gaza  22/09/2006

Le ministre italien des Affaires étrangères a insisté sur la nécessité de résoudre les problèmes des Palestiniens dans la Bande de Gaza et de mettre un terme au blocus sur cette région. Massimo D'alema a affirmé jeudi à New-York que le bouclage de la Bande de Gaza par les militaires israéliens devait être terminé pour mettre fin à la situation pénible dans laquelle se trouve les Palestiniens. Rappelons que depuis 6 mois, le régime sioniste en encerclant la Bande de Gaza, a rendu difficile et intolérable la vie à 1,400 000 (Un million quatre cents mille) Palestiniens habitant cette région.
irib

Président Assad : Israël peut attaquer, la Syrie se tiendra forte  22/09/2006


Le quotidien libanais Assafir a cité le président syrien Bashar Assad en disant que la possibilité d’une nouvelle guerre ayant lieu dans la région ne devait pas être écartée.

« Cette option est possible, car Israël cherche un moyen pour sortir de la crise dans laquelle elle est, à travers une nouvelle aventure, par laquelle elle restaurera sa sécurité », a dit le président syrien.

Assad a estimé qu’Israël pouvait attaquer la Syrie sous prétexte qu’elle aide l’Iran, « mais la Syrie résistera, se tiendra forte et ne cédera jamais ».

Le président syrien a estimé que les pressions sur Damas augmenteraient, mais a dit qu’il ne ferait pas de concessions et que « le peuple syrien est uni face à tout ceci ». Il a aussi averti contre la possibilité que le Liban dans les problèmes de l’internationalisation.

Assad a ajouté que son pays travaillait pour assurer la stabilité du Liban, et a exprimé son inquiétude sur la situation interne dans le pays voisin « car l’occident tente de séparer le Liban de la région arabe ».

Traduction : manar-fr.com
Al Maner

Les propos du Guide suprême, à l’exposition des forces armées de la marine  22/09/2006



Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah ol-Ozma Khameneï, lors de sa visite à l’exposition des forces armées de la marine, à Nochahr, dans le nord iranien, a déclaré que les forces armées de la RII avaient atteint un tel degré de préparation qu'elles étaient capables de répliquer, de manière foudroyante, à toute agression et menace. Le Guide suprême a souligné que la puissance des forces armées devait atteindre un niveau qui dissuade tout ennemi potentiel de toute mauvaise intention. La victoire de la Révolution islamique a changé, fondamentalement, tout le système, en Iran, ainsi que l’armée. Les forces armées iraniennes ont réussi à produire, grâce aux efforts des experts iraniens, des armes et des équipements des plus sophistiqués, et l’on peut prétendre que l’armée iranienne est l’armée la plus autosuffisante de la région. Pourtant, ce qui caractérise l’armée iranienne et la fait se distinguer des autres armées du monde, ce ne sont pas ses équipements modernes, mais les convictions religieuses qui animent son personnel. L’occupation de l’Irak, par les Etats-Unis et la grande-Bretagne, a montré que les armées les plus sophistiquées du monde ne résistent pas devant les attaques, si elle ne sont pas dotées de la foi religieuse. De même, la guerre imposée, par l’Irak, à l’Iran, a été une scène déterminante, qui a mis en évidence le rôle de la foi et des convictions religieuses, dans la résistance des forces armées iraniennes, face à l’ennemi; guerre, qui a, finalement, abouti à l’échec cuisant de l’armée de Saddam. Les forces armées iraniennes ont, à présent, atteint un tel niveau de puissance et de préparation qu’il est peu probable que les ennemis du peuple iranien courent le risque d'agresser l’Iran. Bien que la RII soit dotée de forces sophistiquées et dévouées, elle n'a jamais cherché et ne cherchera jamais à agresser un autre pays. Elle n'a, non plus, aucune confiance en des pays qui se prétendent pacifistes, et elle saura résister à leurs objectifs hégémoniques. C'est au nom de leur prétendue "Démocratie" que les grandes puissances ont créé des crises, dans la région, et engendré des affrontements sanglants, en Afghanistan et Irak. La paix que prétendent instaurer les Etats-Unis est un rameau d'olivier entrelacé sur une épée. Le prétendu processus de paix, en Palestine, vient à l'appui de cette affirmation, car la paix désirée, par l’Occident et les Sionistes, a le goût de la mort et de la destruction pour les Palestiniens. En tout état de cause, compte tenu de la situation névralgique que connaît la région, le Guide suprême a souligné que les forces armées iraniennes devaient atteindre un tel niveau de compétence et de puissance que tout ennemi potentiel réfléchisse, à deux fois, avant de s'en prendre à l'Iran.
irib

Le Conseil mondial de l'Islam demande des excuses  22/09/2006


le Conseil mondiale de l'Islam appelle le Pape Benoît XVI à présenter ses excuses à tous les musulmans du monde. Dans un communiqué publié jeudi, le Conseil exige que le Pape retire ses propos et qu'il ouvre la porte au dialogue avec l'Islam. " Les Propos du Souverain Pontife font partie d'une vaste campagne de désinformation qui vise l'Islam et ses adeptes, affirme le texte. La semaine dernière en Alelmagne, le Pape a accusé l'Islam de défendre la violence. Le tollé suscité par ces propos se poursuit à travers tous les pays inslamiques.
irib

Paris: le dossier nucléaire iranien et la situation au Liban au menu des pourparlers russo-français  22/09/2006

Les présidents russe et français se pencheront à Paris sur des problèmes de l'ordre du jour international, dont la situation autour du dossier nucléaire iranien, selon un diplomate haut placé en poste dans la capitale française.

Le président français a nettement exprimé sa position sur cette question, indiquant qu'il préférait la négociation. En même temps Jaques Chirac a invité l'Iran à faire preuve de réciprocité et à suspendre ses opérations d'enrichissement de l'uranium.

"Cette position est proche de celle de Moscou, autant dire que Chirac et Poutine ont beaucoup de points de convergence dans la recherche d'une résolution du problème nucléaire iranien", a déclaré le diplomate.

Un autre thème important de la rencontre bilatérale sera la situation au Liban et dans l'ensemble du Proche-Orient.

"Là aussi les positions de la France et de la Russie coïncident dans la plupart des cas et on peut donc s'attendre à ce que les chefs des deux Etats se prononcent pour la reprise du processus de paix et de la réalisation de la "feuille de route" élaborée par le quartette des médiateurs internationaux" (Russie, Etats-Unis, l'Union européenne et ONU), selon la même source.

Les deux présidents ne maqueront pas d'aborder les relations entre la Russie et l'Union européenne dans le contexte de la préparation d'un nouvel accord de partenariat.

L'accord et partenariat et de coopération entre la Russie et l'Union européenne en vigueur depuis 1997 sert de base juridique aux relations entre les deux partenaires. Ce document expire en 2007.

Les deux parties estiment que le nouveau document doit être global et juridiquement obligatoire.

"Les dirigeants français considèrent la Russie comme un partenaire privilégié et sont invariablement favorables à une participation plus énergique de la Russie aux affaires européennes dans le domaine politique, économique et d'autres", a déclaré le diplomate.
Ria novosti

Visite de Vladimir Poutine en France  22/09/2006

Le président russe Vladimir Poutine se rend vendredi en France pour une visite de travail de deux jours.

D'après une source au Kremlin, vendredi 22 septembre, le chef de l'Etat russe et le président de la République française mèneront des pourparlers bilatéraux et prendront part à la cérémonie d'inauguration, au Bourget, d'un monument à la mémoire du légendaire régiment russo-français Normandie-Niemen qui avait glorieusement combattu pendant la Seconde guerre mondiale.

Samedi 23 septembre, à Compiègne, se tiendra le quatrième sommet russo-germano-français.

Après l'inauguration du monument Vladimir Poutine et Jacques Chirac se réuniront pour passer en revue l'état et les perspectives d'une série de projets économiques et commerciaux conjoints.

Dans le cadre de la visite, les parties envisagent de signer une lettre d'intention entre les ministères des Transports des deux pays, ainsi qu'un Mémorandum de compréhension et d'intention entre le ministère russe des Transports et la société française Vinci, portant sur la réalisation d'un projet de construction et d'exploitation d'une autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg et sur l'assistance au développement global du réseau routier russe, a expliqué le porte-parole du Kremlin.

La France est l'un des partenaires économiques et commerciaux prioritaires de la Russie. Selon les statistiques russes, au cours des cinq premiers mois de 2006, le chiffre d'affaires des échanges commerciaux bilatéraux a atteint 4,9 milliards de dollars, les exportations russes s'étant montées à 3,17 milliards de dollars et les importations de produits français à 1,77 milliard de dollars.

Un diplomate haut placé à Paris a estimé qu'au cours de leur entretien les présidents aborderont le problème de la coopération entre la Russie et le groupe EADS dont la banque russe Vneshtorgbank a acquis récemment une participation au niveau de 5% pour 1 milliard de dollars.
Ria novosti

Visite de Vladimir Poutine en France  22/09/2006

Le président russe Vladimir Poutine se rend vendredi en France pour une visite de travail de deux jours.

D'après une source au Kremlin, vendredi 22 septembre, le chef de l'Etat russe et le président de la République française mèneront des pourparlers bilatéraux et prendront part à la cérémonie d'inauguration, au Bourget, d'un monument à la mémoire du légendaire régiment russo-français Normandie-Niemen qui avait glorieusement combattu pendant la Seconde guerre mondiale.

Samedi 23 septembre, à Compiègne, se tiendra le quatrième sommet russo-germano-français.

Après l'inauguration du monument Vladimir Poutine et Jacques Chirac se réuniront pour passer en revue l'état et les perspectives d'une série de projets économiques et commerciaux conjoints.

Dans le cadre de la visite, les parties envisagent de signer une lettre d'intention entre les ministères des Transports des deux pays, ainsi qu'un Mémorandum de compréhension et d'intention entre le ministère russe des Transports et la société française Vinci, portant sur la réalisation d'un projet de construction et d'exploitation d'une autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg et sur l'assistance au développement global du réseau routier russe, a expliqué le porte-parole du Kremlin.

La France est l'un des partenaires économiques et commerciaux prioritaires de la Russie. Selon les statistiques russes, au cours des cinq premiers mois de 2006, le chiffre d'affaires des échanges commerciaux bilatéraux a atteint 4,9 milliards de dollars, les exportations russes s'étant montées à 3,17 milliards de dollars et les importations de produits français à 1,77 milliard de dollars.

Un diplomate haut placé à Paris a estimé qu'au cours de leur entretien les présidents aborderont le problème de la coopération entre la Russie et le groupe EADS dont la banque russe Vneshtorgbank a acquis récemment une participation au niveau de 5% pour 1 milliard de dollars.
Ria novosti

Chavez traité de «voyou» par la chef de l'opposition américaine  22/09/2006


Le président vénézuélien Hugo Chavez a été traité jeudi de «voyou» par la chef de l'opposition démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, au lendemain de son discours où il a qualifié de «diable» le président américain.

«Je crois que Hugo Chavez se prend pour un Simon Bolivar moderne, mais il n'est qu'un vulgaire voyou», a déclaré Mme Pelosi, elle-même l'une des critiques les plus sévères de l'administration.

«Hugo Chavez a abusé du privilège qui lui permettait de s'exprimer aux Nations unies. Ce faisant, avec la manière dont il a évoqué le président, il s'est rabaissé lui-même et il a rabaissé le Venezuela», a encore dit Mme Pelosi.




Le président Chavez, connu pour ses critiques virulentes contre les États-Unis et Israël, a qualifié mercredi M. Bush de «diable», de «menteur» et de «tyran», devant l'Assemblée générale de l'ONU.

Jeudi, en visite dans le quartier new-yorkais de Harlem, il en a rajouté, en lançant: «Bush est un alcoolique, un malade bourré de complexes».

Le représentant démocrate Charles Rangel, élu de New York, s'est lui aussi indigné des propos de M. Chavez.

«Je voudrais que le président Chavez comprenne que, même si beaucoup de gens aux États-Unis critiquent le président, nous n'apprécions pas qu'il vienne aux États-Unis et critique le président Bush».



Agence France-Presse

SELON PERVEZ MUSHARRAF Les États-Unis auraient menacé de bombarder le Pakistan  21/09/2006







Les États-Unis ont menacé de bombarder violemment le Pakistan après les attentats du 11 septembre, à moins qu'il ne coopère dans la guerre contre le terrorisme, a déclaré le président pakistanais Pervez Musharraf dans une entrevue rendue publique jeudi.

Le président Musharraf a rapporté que la menace émanait de l'ex-secrétaire d'État adjoint Richard Armitage, mais qu'elle lui avait été signifiée par le directeur du Renseignement américain

«Le directeur du Renseignement m'a déclaré que (le secrétaire d'État adjoint Richard Armitage) avait dit : ‘soyez prêts à être bombardés. Soyez prêts à revenir à l'âge de pierre’», a déclaré le dirigeant pakistanais dans une interview avec l'émission 60 minutes qui doit être diffusée dimanche sur la chaîne américaine CBS.



M. Musharraf, dont le soutien à la guerre déclenchée par Washington en Afghanistan a été décisif dans la chute du régime des talibans après les attentats de 2001, a qualifié la remarque de «très brutale», selon les extraits de l'entretien rendus publics par CBS.

Mais «on doit réfléchir et prendre des mesures dans l'intérêt de la nation et c'est ce que j'ai fait», a-t-il dit.


Un eurodéputé vient de critiquer les récentes déclarations du Pape Benoît XVI sur l’Islam  21/09/2006

Jan Marinus Virsma, député socialiste néerlandais au Parlement de l’Europe a critiqué les récentes déclarations du Pape Benoît XVI contre l’Islam, en les qualifiant d’irrationnelles. Il a déclaré au journaliste de l’Agence de presse iranienne, IRNA, que les propos anti-islamiques du chef de l’Eglise catholique risquent d’attiser des conflits religieux qui seraient préjudiciables pour tout le monde. Rappelons que lors de sa récente visite en Allemagne, le Pape Benoît XVI a mis en cause certaines notions fondamentales de l’Islam, ce qui n’a pas manqué à susciter la colère des musulmans du monde entier.
irib

Les hauts responsables iranien et italien se sont entretenus sur les plus importantes questions régionales et internationales  21/09/2006


Mahmoud Ahmadinejad, président iranien et Romano Prodi, premier ministre italien, se sont réunis hier mercredi par tard, heure locale, au siège des Nations Unies et ont échangé des idées et des impressions sur l’actualité internationale la plus brûlante et de la région.

Dans cette rencontre, qui a eu lieu en marge de la LXI Assemblée Générale de l'ONU, Mahmoud Ahmadinejad a insisté sur le fait que Téhéran a toujours évité les conflits et les tensions et qu'il croit que si les pays de l'UE adoptent une politique indépendante quant au litige nucléaire iranien, tout pourrait être résolu.


Le président iranien a rappelé le rôle crucial et la position privilégiée dont l'Iran jouit au Moyen-Orient et dans les relations internationales, et a déclaré : « la haine des nations de la zone envers l'attitude des USA et leur ingérence permanente dans les affaires internes de pays tiers est chaque jour plus grande et nous espérons que les pays européens comprennent bien la situation en adoptant les positions qui s’imposent.”

Le président iranien a fait l’éloge de la position de l'Italie pendant l'agression du régime de Tel-Aviv contre Liban et a ajouté que: « les Etats-Unis et la Grande-Bretagne , qui sont préoccupés par le fait que la République Islamique d'Iran accède à la technologie civile nucléaire, non seulement se taisent devant les ventes d’arme du régime sioniste mais en outre ont aidé à leurs responsables dans leur agression contre le Liban en fournissant les armes les plus sophistiquées.”

De son côté, Prodi a manifesté l'intérêt de Rome pour promouvoir les relations multilatérales avec Téhéran, et s’est félicité du bon niveau des relations économiques, qui atteignent le chiffre de 4.000 millions de dollars : « l'Italie juge que le débat est la meilleure sortie pour le contentieux nucléaire et nous espérons que les négociations continueront.”
irna

Point de presse du porte parole du Quai d'Orsay  21/09/2006

PROCHE-ORIENT

Question: Mme Tzipi Livni, a invité hier la communauté internationale à convaincre les Palestiniens de renoncer au retour des réfugiés. Elle a également, appelé à déterminer des frontières, autres que celles de 1967, pour un futur Etat palestinien. Quelle est votre réaction à cette déclaration ? La France, qui exige du gouvernement palestinien la reconnaissance de l'Etat d'Israël, demanderait-elle à Israël de reconnaître un Etat palestinien dans les frontières reconnues par la communauté internationale et de respecter les droits au retour des réfugiés palestiniens ? Peut-on envisager des mesures quelconques contre Israël afin de l'amener à reconnaître cela ?


R.: Pour la France, les paramètres d'un règlement du conflit israélo-palestinien n'ont pas changé. Ils ont été rappelés par le président de la République dans son discours prononcé devant la 61ème Assemblée générale des Nations unies : ''la coexistence, dans la sécurité, de deux Etats viables, déjà largement admise par les deux peuples concernés ; des frontières sûres et reconnues ; une solution juste pour les réfugiés, comme pour Jérusalem''.

Pour la France, tout comme pour l'Union européenne, toute modification des frontières de 1967 doit faire l'objet d'un accord entre les parties, sachant, comme le Quartet l'a rappelé hier dans son communiqué, que la solution au conflit israélo-palestinien passe par le dialogue et la mise en oeuvre en parallèle des obligations respectives des deux parties.




http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp
Zeynel CEKICI

Israël fait faux bond  21/09/2006

Le régime sioniste a annoncé vouloir maintenir sa présence, au sud du Liban, jusqu'à vendredi, en dépit de ses promesses de retrait. Rappelons qu'Israël s'était engagé à retirer ses troupes, aussitôt après le déploiement d'une Force interimaire (FINUL) composée de 5.000 hommes, dans les régions du sud. Le seuil exigé étant atteint, Israël refuse, tout de même, de tenir ses engagements. Notons qu'outre les 5.000 soldats onusiens, le sud du Liban accueille les 9.000 effectifs de l'armée nationale, dépêchés sur place, depuis l'instauration de la trêve. "Nous pensions que le retrait pourrait avoir lieu d'ici vendredi, mais, dans les contacts que nous avons avec les Nations-unies et l'armée libanaise, il reste encore des questions en suspens.", a prétendu le Chef d'Etat-major sioniste, Dan Haloutz, sans donner davantage de précisions. Le Ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, avait déclaré, lui aussi, un peu plus tôt, qu'il espérait que ce retrait interviendrait d'ici vendredi, "s'il n'y avait pas d'accrocs et de retards dans la coordination avec l'armée libanaise et la force de l'ONU."
irib

El Bechir, inquiet des risques d'une désintégration du Soudan  21/09/2006

Le Président soudanais, Omar El Bechir, s'est opposé, une nouvelle fois, au déploiement des forces onusiennes, au Darfour, un plan, forgé, dixit, "par l'Occident, qui cherche à désintégrer le Soudan et à rendre service à Israël". El Bachir, qui s'exprimait, en marge de l'Assemblée générale des Nations-unies, à New York, a appelé, à nouveau, l'Union africaine à maintenir sa présence, au Darfour. Selon les diplomates, l'Organe panafricain n'écarte plus, désormais, la possibilité d'une prolongation de sa mission, au Soudan, jusqu'à la fin de l'année en cours
irib

Bush a défendu les déclarations offensantes du Pape sur l'Islam  21/09/2006

Le Président américain a défendu les déclarations offensantes du Pape Benoît XVI, le Chef des Catholiques du monde, contre l'Islam, qui ont soulevé l'indignation et la colère du monde musulman.

Le Président américain, George W. Bush, évoquant ce qu'il a appelé l'extrémisme islamique, a, en effet, déclaré: "Les récentes déclarations du Souverain pontife sur l'Islam confirment la nécessité de lutter contre l'extrémisme islamique, au nom de la civilisation."

Le Président américain a ajouté que les propos anti-islamiques du Pape Benoît XVI s'accordaient, parfaitement, avec la lutte américaine contre le terrorisme.
irib

L'armée américaine, inquiète des liens Iran-Venezuela  21/09/2006



"Washington s'inquiète des perspectives d'une généralisation à l'échelle de tout le continent de l'instabilité qui sévit au Venezuela, a prétendu mercredi l'un des haut commandants de l'armée américaine. " La hausse des cours du pétrole a permi à Chavez de se payer de nouvelles alliances, a estimé le général Bantez Kradack, peu après l'allocution du Président vénézuelien devant l'Assemblée générale de l'ONU où il a qualifié Bush de Satan. "Chavez est une grande menace et une source d'insatbilité, a estimé ce militaire qui assume le commandement sud de l'armée US. Kradack a évoqué les contrats de vente d'armes signés entre Moscou et Caracas et les coopérations économiques et éventuellement militaire entre l'Iran et le Venezuela. " Tous ces événemenst préoccupent au plus haut degrès nos autorités, a reconnu ce général américain.
irib

Rice: L'Iran doit suspendre son enrichissement  21/09/2006

La Secrétaire d'état américaine a à nouveau menacé l'Iran d'une saisine du Conseil de sécurité, s'il continue à enrichir son uranium. Interrogé par la presse, Rice a évoqué le chapitre sept de la chartre de l'Onu et son article 41 qui autorise, selon elle, à renvoyer l'Iran devant le Conseil. "Comme vous le savez, M Solana tente de faire avancer le dialogue avec les Iraniens et nous aussi, pour notre part, nous cherchons à encourager l'Iran à accepter l'offre européenne dans la perspective d'un règlement pacifique de la question. Mais il ne faut pas que ce processus prenne trop de temps, a-t-elle poursuivi. "Lorsque la communauté internationale demande à l'Iran d'abandonner l'enrichissement, c'est qu'elle le veut vraiment. Tout refus iranien est synonyme d'un retour au Conseil de sécurité, a menacé Rice.
irib

Khaled Meshaal : 'Le gouvernement palestinien ne se soumet pas aux diktats américano-israéliens.'  21/09/2006


« Le gouvernement d’Union nationale palestinien ne se forme pas à l’aune des diktats des Etats-Unis et d’Israël. », a martelé le Président du bureau politique du Mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, (Hamas), Khaled Meshaal, dans un entretien avec le journaliste de l’IRNA. « Ce gouvernement est celui de la coalition nationale palestinienne et se base sur les intérêts nationaux du peuple palestinien et non pas sur ceux des Européens ou d'Israël. », a-t-il souligné. En vue de régler le conflit israélo-palestinien, le Quartette, regroupant l’ONU, l’U.E, les Etats-Unis et la Russie, avait, rappelons-le, proposé que le gouvernement de coalition nationale palestinien, qui devrait être mis sur pied, dans un très proche avenir, reconnaisse Israël. Or, le Hamas a rejeté une telle proposition.
irib



Publicité

Brèves



Commentaires