Materazzi: coup de boule, deuxième, cette fois Zidane n'y est pour rien  29/01/2007

Six mois après son altercation avec Zinedine Zidane en finale du Mondial allemand, le défenseur de la Squadra Azzurra Marco Materazzi a de nouveau reçu un "coup de boule", mais cette fois dans un match de Série A italienne.

Dimanche dernier, son équipe de l'Inter Milan affrontait la Sampdoria dans son antre de Gênes et, à la 7e minute du match, le milieu de terrain génois Gennaro Delvecchio lui asséna un coup de tête "à la Zidane", ce qui valut à l'agresseur une expulsion en bonne et due forme. La rencontre s'est achevée par la victoire des intéristes sur le score de 2-0.

Comme le rapporte Eurosport, Delvecchio affirme avoir été provoqué par Marco Materazzi, qui a évidemment nié toute parole indécente à son encontre, expliquant avoir tout simplement tenté de défendre son gardien Julio Cesar.

"Il a affirmé que je voulais blesser Adriano et Julio Cesar, mais c'est faux. Bien sûr, je me suis mal comporté, mais lisez-donc sur ses lèvres ce qu'il a dit", a avancé pour sa défense le malheureux exclu.

"Je n'ai rien dit de tel, je lui ai seulement demandé de s'arrêter. Avant cela il avait déjà durement attaqué Adriano, avant de tenter de faire de même sur notre gardien. J'aime le football accroché, mais quand tu vois que le gardien a récupéré la balle, tu dois t'arrêter", a commenté Materazzi.

"Delvecchio m'a frappé de la tête et m'a éclaté la lèvre", s'est plaint le célèbre défenseur italien. Affaire à suivre.
RIA Novosti

Entretiens Ahmadinejad-Ivanov  29/01/2007

« Certaines puissances transrégionales ne veulent pas que l’Iran et la Russie accomplissent leur rôle saillant dans le rétablissement de la sécurité et la stabilité dans la région voire à l’échelle internationale », a affirmé le Président iranien. Dimanche après midi, à Téhéran, le Secrétaire du Conseil de la sécurité nationale russe a remis au Président Mahmoud Ahmadinejad le message écrit de son homologue russe Vladimir Poutine. « Le règlement des problèmes compliqués avec lesquels est aux prises le Moyen-Orient, exige des mesures globales, basées sur le respect mutuel des droits de tout un chacun », a affirmé le président Ahmadinejad. « Les Américains sont aujourd’hui incapables d'avoir une juste conception des réalités de la crise irakienne. Ils y ont accumulé échec sur échec, et la surenchère militaire ne parviendrait pas au bout de leurs mésaventures», a-t-il ajouté. « S’agissant de son dossier nucléaire, l’Iran s'est toujours basé sur la logique, restant ouvert au dialogue sans préalable. Mais l’approche inappropriée du trio européen, durant ces dernières années, a compromis les chances de régler l’affaire et éveillé la méfiance du peuple et des responsables iraniens », a souligné le Président Ahmadinejad avant d'affirmer qu'il est hors de question que le peuple iranien admet des négociations que les autres cherchaient à lui imposer, afin de le priver de ses droits inaliénables en matière nucléaire. Pour sa part, le Secrétaire du conseil de la sécurité nationale russe, Igor Ivanov a qualifié de satisfaisante la coopération Moscou-Téhéran, dans différents domaines. « Moscou tient à ce que la question nucléaire iranienne puisse se résoudre via des solutions négociées, bien que certaines puissances tentent de la compliquer. », a-t-il précisé. Ivanov a, en plus, critiqué les plans washingtoniens pour monopoliser la planète.
IRIB

Hassan Nasrallah critique l’attitude des responsables de Beyrouth  29/01/2007

Le Secrétaire général du Hezbollah libanais a critiqué "les efforts" de certains responsables du pays, appuyés par les Occidentaux, pour semer la discorde entre Chiites et Sunnites, au Liban. « Nous sommes contre tout conflit interethnique ou guerre civile, et nous ne tirerons jamais sur nos frères », a ajouté Seyed Hassan Nasrallah, cité par l’AFP, devant les participants à la cérémonie de deuil du mois de muharram, à Beyrouth. « Tout complot domestique bénéficierait à Israël », a affirmé le leader du Hezbollah libanais.
IRIB

Vladimir Poutine a adressé des messages au leader spirituel et au président de l'Iran  29/01/2007

Vladimir Poutine a adressé des messages au leader spirituel de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, et au président iranien, Mahmoud Ahmadinejad.

Les missives ont été remises par le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, Igor Ivanov, arrivé à Téhéran dans la nuit de samedi à dimanche.

""L'idée maîtresse de ces messages est que la Russie est déterminée à développer des rapports de bon voisinage avec l'Iran, son partenaire de longue date", a dit Igor Ivanov en indiquant que les intérêts de la Russie et de l'Iran coïncidaient dans beaucoup de domaines.

"Nous relevons avec satisfaction que le leader spirituel de la République islamique, le président et les autres dirigeants de ce pays se prononcent pour le développement multiforme de la coopération", a dit Igor Ivanov.

Le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie a également annoncé que durant sa visite en Iran les parties avaient procédé à un échange d'opinions sur la situation dans la région qui, de l'avis d'Igor Ivanov, "reste une région de crises aiguës". Elles ont notamment fait le point de la situation en Irak, au Liban et en Afghanistan ainsi que sur le règlement proche-oriental, a-t-il ajouté.

"La Russie et l'Iran ont tout intérêt à ce que les situations conflictuelles soient réglées par des moyens politiques", a relevé Igor Ivanov.

Durant sa visite à Téhéran le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie s'est entretenu avec Ali Khamenei et Mahmoud Ahmadinejad ainsi qu'avec le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Larijani, et le ministre des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki.
RIA Novosti

Le leader spirituel de l'Iran envisage une OPEP du gaz avec la Russie  29/01/2007

Le leader spirituel de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Khamenei, a émis l'idée de créer conjointement avec la Russie une organisation de coopération gazière.

"Nos pays pourraient, à des fins d'entraide, constituer une organisation de coopération gazière, similaire à l'OPEP", a déclaré l'ayatollah Khamenei au cours d'une rencontre avec le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, Igor Ivanov, arrivé à Téhéran dans la nuit de samedi à dimanche. L'ayatollah a également indiqué que la moitié des réserves mondiales de gaz se trouvaient en Russie et en Iran.

L'ayatollah Khamenei a salué le message du président russe que lui avait remis le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie et souhaité la poursuite de l'extension et de l'approfondissement de la coopération avec la Russie dans différents domaines.

"Nos pays peuvent devenir des partenaires complémentaires dans les domaines de la politique, de l'économie ainsi que dans le règlement des problèmes régionaux et internationaux", a souligné l'ayatollah Khamenei dont les propos ont été repris par l'agence d'information officielle IRNA.
RIA Novosti

Le ministre iranien de la Défense : 'éviter une escalade de violence est une des nécessités les plus vitales dans la région'  28/01/2007

Le ministre iranien de le Défense considère que l'intelligence, la modération, arrêter tout geste conflictuel ou violent, éviter toute action provocatrice instaurant des dissensions et la mobilisation de tous les moyens permettant de favoriser l'unité entre les nations et les gouvernements de la zone constituent des plus vitales nécessités actuelles de la région.

Le général Mostafa Mohammad Nayyar a déclaré que la sécurité, la stabilité et la paix dans la région ne pourront être réalisées que par la coopération, la convergence, la prévention des tensions et des conflits, le dialogue, une interaction constructive et le retrait le plus tôt possible des forces étrangères.


"Les allégations dénigrantes des Etats-Unis n'auront d’autre conséquence que l'accroissement de la tension et de discréditer chaque jour davantage l'image de ce pays chaque jour plus haï par les peuples et les gouvernements de la région" a-t-il poursuivi.


Mostafa Mohammad Nayyar a souligné que "pour compenser ses échecs dans la zone, Washington fait tout son possible pour accentuer les conflits religieux et ethniques."

Le ministre iranien de le Défense qui prononçait un discours devant un public de responsables du ministère qu'il occupe, a ajouté que "dans la façon de traiter et d’exécuter Saddam Hossein, les Etats-Unis ont voulu donner à comprendre que l'exécution de ce dernier répondait seulement au désir chiite et dans le cadre de la détention des diplomates iraniens en Irak, les Etats-Unis ont voulu aussi démontrer subrepticement que l'insécurité dans ce pays est liée aux chiites iraniens."

Le ministre iranien de le Défense a souligné que "créer des dissension entre chiites et sunnites en Irak, l'ingérence et le caractère conflictuel organisés par les autorités américaines dans les affaires internes du Liban, dont le gouvernement a demandé d'opprimer le peuple, constituent quelques exemples des politiques qui produisent des tensions et crispations voulues et ourdies par les Etats-Unis dans la zone."

"Les responsables américains sont persuadés que s'ils veulent maintenir leur présence illégitime au Moyen-Orient , qui reste une région stratégique et continuer à piller leurs ressources, ils doivent continuer à maintenir vivace la flamme de la guerre, du conflit, de la tension et de l'insécurité" a souligné le ministre iranien de le Défense.


irna

Mohammad Ali Hosseini a annoncé que des responsables américains avaient transmis un message  28/01/2007

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini a déclaré dimanche que l’Iran avait été destinataire d’un message reçu de certains responsables et hommes politiques américains.

Mohammad Ali Hosseini a révélé cette information tandis qu’il répondait aux questions des journalistes dans le cadre de sa conférence de presse hebdomadaire.


"Pour l’instant nous sommes à l’étape préliminaire et nous étudions ce message, si nous arrivons à un certain résultat, nous l'annoncerons" a-t-il déclaré.


Interrogé sur le contenu du message, il a refusé d’en préciser la teneur, se contentant d’annoncer qu’en temps voulu la teneur en serait communiqué."

Il s’est refusé également à donner les noms des responsables et hommes politiques américains
irna

Manifestation des centaines de milliers d'Américains  28/01/2007

Des centaines de milliers d'Américains, étant de connivence avec les congressistes démocrates, hostiles au militarisme de George Bush, sont descendu dans les rues.

Les manifestants, prenant part à ce défilé, coordonnée samedi par le groupe " Union pour la paix et la justice", ont insisté sur l'impératif de la sortie rapide des militaires de l'Irak et la démission du Président Bush.

Plus de 1200 effectifs de l'armée US participaient à cette manifestation.

Les coordinateurs de cette manifestation ont promis la tenue d'une autre marche similaire partout aux Etats-Unis.

Suite à la victoire des démocrates aux élections législatives, c'est la deuxième fois que les voix se sont élevées en Amérique contre la rhétorique de Bush.
IRIB

La Russie: Les Etats-Unis doivent donner des explications sur l'envoi des renforts dans la région  28/01/2007

Le Patron de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a déclaré que les Etats-Unis devaient donner des explications sur l'augmentation de ses forces au Proche-Orient.

Lavrov a dénoncé hier samedi le ton agressif des décideurs de la maison blanche et les tentatives de Bush d'envoyer les soldats supplémentaires en Irak.

" Nous attentons des explications de Washington à ce propos.", a-t-il ajouté.

Selon le Chef de la diplomatie russe, les sanctions, imposées par l'Iran sous le prétexte des activités nucléaires iraniennes étaient non-constructive et cela ramènera l'Iran de revenir sur le processus des négociations nucléaires.
IRIB

Nucléaire iranien  27/01/2007

A l’issue de son entretien avec son homologue biélorusse, Sergueï Martinov, le Ministre iranien des A.E, Manoutchehr Mottaki, a annoncé, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, la visite imminente du Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale russe, Igor Ivanov, en Iran, pour une série de consultations, au sujet du dossier nucléaire civil iranien et de la résolution 1.737 du Conseil de sécurité. Le point important à retenir des déclarations de M. Mottaki, c’est qu’il a affirmé qu’il était encore possible d’arriver à un accord global sur le dossier nucléaire civil iranien. Par ailleurs, les rumeurs sur une coopération nucléaire irano-nord-coréenne ont été, catégoriquement, démenties, par le Ministère nord-coréen des A.E, qui a rejeté les fausses informations, diffusées, par le quotidien britannique, "Daily Telegraph". Cette fausse nouvelle était tellement tendancieuse qu’elle a, même, été rejetée, par la Secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, qui l’a qualifié d’infondée. De son côté, l’Ambassade de la RII, à Londres, a émis un communiqué, dans lequel elle a démenti la dépêche du "Daily Telegraph", estimant que ces accusations étaient dépourvues de tout fondement.
IRIB

Les Etats-Unis risquent de voir expulsé leur ambassadeur au Venezuela  27/01/2007

L'ambassadeur américain à Caracas risque de se voir expulsé du Venezuela, s'il n'abandonne ses ingérences dans les affaires internes du pays, a averti Hugo Chavez. "Il serait probable que William Brownfield se voit renvoyé de Caracas, à cause de ses propos interventionnistes sur la nationalisation de l'industrie pétrolière vénézuélienne. "Au cas où l'ambassadeur des Etats-Unis à Caracas continue ses immiscions dans les affaires qui ne lui sont pas concernées, il sera considéré personae non grata et renvoyé du pays", a ajouté le Président Hugo Chavez. L'ambassadeur américain a récemment critiqué la politique du gouvernement Chavez qui a abouti à la nationalisation de l'industrie pétrolière.

IRIB

Le Groupe salafiste algérien annonce avoir changé de nom sur ordre du 'terroriste numéro un'  27/01/2007

Le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a annoncé qu'il changeait de nom sur ordre d'Oussama ben Laden, le leader du réseau terroriste international Al-Qaïda.

Ce groupe s'appellera désormais "Organisation d'Al-Qaïda dans les pays du Maghreb islamique", lit-on dans un communiqué repris partiellement samedi dans la presse algérienne.

"Après le ralliement du GSPC à l'organisation d'Al-Qaïda et après avoir prêté allégeance au lion de l'islam, Oussama ben Laden, il était absolument nécessaire que le groupe change de nom pour montrer la véracité de la liaison des moujahidine en Algérie avec leurs frères d'Al-Qaïda", est-il indiqué dans le communiqué.

Le groupe salafiste algérien relève qu'il était soucieux de changer de nom mais qu'il n'avait pas pu le faire avant de consulter le chef d'Al-Qaïda. "Cheikh Oussama ben Laden nous a transmis son ordre", écrit le GSPC.

Le 11 septembre 2006, le numéro deux d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, avait annoncé le ralliement du GSPC à Al-Qaïda.

Le GSPC est tristement célèbre en Algérie par ses actions audacieuses. En 2003, il avait enlevé 32 touristes étrangers et en juin 2005, c'est une base militaire qu'il avait attaquée en Mauritanie.

Selon la presse, le Groupe salafiste pour la prédication et le combat est fortement affaibli consécutivement aux actions résolues des services de renseignement algériens. Néanmoins, cette organisation tente de s'implanter dans d'autres pays du Maghreb arabe et d'Afrique occidentale.
RIA Novosti

Le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie attendu dans la capitale islamique (Mottaki)  27/01/2007

Le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, Igor Ivanov, est attendu incessamment à Téhéran pour des négociations sur la problématique nucléaire, a déclaré samedi le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki.

Le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie devrait arriver dans la capitale de la République islamique dans la soirée de samedi.

"Les pourparlers que mènera Igor Ivanov seront consacrés à la recherche d'une formule globale pour le règlement du problème nucléaire iranien", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères.

"L'Iran se félicite de la recherche d'une telle formule et estime qu'il est possible de la trouver", a ajouté Manouchehr Mottaki.

De l'avis du chef de la diplomatie iranienne, cette formule doit garantir le droit de la République islamique de maîtriser les technologies nucléaires, et aussi éliminer les raisons de la préoccupation de la communauté mondiale face à une éventuelle dérive militaire du programme nucléaire civil iranien.
RIA Novosti

Téhéran demande le rappel du chef des inspecteurs de l'AIEA en Iran  27/01/2007

L'Iran a demandé à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de démettre de son poste Chris Charlier, le chef de l'inspection du programme nucléaire de la République islamique, annonce la BBC.

Selon la corporation de radio-télédiffusion britannique, le siège viennois de l'AIEA a reçu une lettre des autorités iraniennes dans laquelle celles-ci exigent que Chris Charlier "ne soit pas autorisé à consulter les rapports concernant le programme nucléaire iranien".

Précédemment l'Iran avait refusé d'accorder des visas d'entrée à 38 inspecteurs de l'AIEA chargés d'effectuer des contrôles dans ses sites nucléaires.

Le 23 décembre 2006, Conseil de sécurité de l'ONU avait voté à l'unanimité la résolution 1737 sur l'Iran après le refus de Téhéran d'arrêter ses activités d'enrichissement d'uranium comme le lui demande la communauté internationale.

Cette résolution prévoit des sanctions contre les programmes nucléaires militaires mais elle n'interdit pas les déplacements de fonctionnaires et la présence d'entreprises iraniennes sur les marchés internationaux. Les sanctions s'étendent aux activités ayant trait à l'enrichissement d'uranium et à la production des vecteurs d'armes nucléaires.
IRIB

Du nucléaire iranien  27/01/2007

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, en faisant un tapage sur le nucléaire iranien, s'opposent toujours au progrès scientifique de la nation iranienne.

Ils se montrent inquiets sur l'accès des pays aux armes nucléaires, tandis que les puissances hégémoniques parlent explicitement de la prolifération des armes nucléaires et de leur recours à de telles armes.

Le Ministre britannique de la défense, Des Browne, dans un discours, à l'université de King's Collage, a déclaré à ce propos que les armes nucléaires n'étaient pas essentiellement diaboliques, mais qu'elles pourraient avoir parfois un rôle positif.

Le gouvernement de Blair vient de faire part de son intention de remplacer d'ici 2024 les actuels missiles par les nouveaux, avant que la vie utile de ces missiles prenne fin.

A en croire un grand nombre d'activistes opposants aux armes nucléaires, ce projet du gouvernement britannique va à rebours du TNP.

Entre temps, le Directeur général de l'AIEA, Mohammad El-Baradeï, dans ses derniers propos, a indiqué que les inspecteurs de l'AIEA n'avaient trouvé aucun document prouvant le caractère militaire du programme nucléaire iranien.

Dans son récent rapport, concernant les activités nucléaires iraniennes, El-Baradeï avait mis l'accent sur la coopération complète de l'Iran avec les inspecteurs de l'Agence, en ajoutant que les activités nucléaires iraniennes étaient tout à fait légitimes et dans le cadre du TNP.

En marge du forum économique mondial, à Davos, en Suisse, le Directeur général de l'AIEA a déclaré sur l'antenne de la CNN que les Iraniens n'avaient pas interdit aux inspecteurs de l'Agence d'accéder à leurs sites nucléaires et que c'étaient plus d'un mille inspecteurs qui pourraient se rendre en Iran.

Par ailleurs, il a rejeté toute démarche non-diplomatique contre l'Iran, avant de souligner que le dialogue direct était la clé du règlement de la crise actuelle.
IRIB

El-Baradeï: Le recours à l'option militaire contre l'Iran sera catastrophique pour la région  27/01/2007

Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, AIEA, a affirmé que toute attaque militaire contre l'Iran entraînerait des retombées catastrophiques dans la région.

Dans son entretien exclusif avec la chaîne de télévision "Al-Arabiya", El-Baradeï a demandé à l'Iran de suspendre son programme de l'enrichissement d'uranium en contrepartie de la suspension des sanctions internationales, imposantes à l'Iran dans l'affaire du nucléaire.

" Le recours à l'option militaire contre la RII ne réglera jamais le problème actuel et on ne doit pas parler sitôt de l'attaque contre l'Iran, d'autant plus que le temps n'avait pas encore été perdu pour négocier avec l'Iran sur son programme nucléaire.", a dit El-Baradeï.

Et de préciser:" Je demande à l'Iran d'arrêter complètement ses activités nucléaires et de retourner à la table de négociations et à la communauté internationale de suspendre la mise en application des sanctions internationales pour régler les divergences sur le nucléaire iranien et les dossiers irakien et libanais sur la table de négociations.
IRIB

Bush: 'C'est moi qui décide en dernière instance'  27/01/2007

En réaction au vote hostile du Sénat contre son projet d'envoyer de nouvelles troupes en Irak, Bush a affirmé qu'il revenait à lui et à lui seul de décider à ce sujet.. "Pourquoi vous croyez-vous capable d'appliquer votre politique sans aval du Congrès, lui a demandé un journaliste. Et Bush de répondre: " Les congressistes ont tous souligné que notre échec en Irak serait une catastrophe et c'est justement pour éviter cette catastrophe que j'ai décidé agir de la sorte". "J'ai été contraint de trouver une issue à cette crise, une issue qui soit réalisable d'où mes concertations avec les commandants de l'armée et le ministre de la Défense Gates qui ont tous approuvé mon choix", a poursuivi Bush.
IRIB

L'Onu, otage des aides financières américaines  27/01/2007

Le Secrétaire général des Nations unies a avoué les liens étroits qui unissaient son Organisation aux Etats Unis, leurs principaux bailleurs de fond. Au journaliste de France 24 qui a souligné l'appui américain à sa candidature et à son élection à la tête de l'ONU en remplaclement de l'anti-américain Kofi Annan, Ban Ki Moon a répondu, je cite: " les coopérations massives entre l'Onu et les Etats Unis revêtent une importance majeure; nous avons besoin de la contribution massive et active des Américains car ils sont nos principaux bailleurs de fond, (fin de citation).
IRIB

L'avocat américain a qualifié d'inhumaines la situation de Guantanamo  27/01/2007

L'avocat de la défense américain, Sabine Villette, a qualifié de terrible et inhumaine les conditions des prisonniers à Guantanamo et leur isolement est cauchemardesque.

Cet avocat de 17 prisonniers turcophones qui croupissent dans la prison de Guantanamo, a annoncé que ces prisonniers étaient croupi pendant au moins 22 heures dans une cellule de métal étroite et noire et cela a influencé leur santé physique et psychique.

Quelque 400 ressortissants de plus de 40 pays du monde, sous le prétexte de collusion avec al-Qaïda et les Taliban, se trouvent sans procès à Guantanamo.

La plupart des organisations internationales, dont Amnesty international et le Comité international de la Croix rouge, CICR, ont affirmé que l'US Army torturait les prisonniers de Guantanamo.
IRIB

Le Président du régime sioniste a été suspendu de ses fonctions  27/01/2007

La corruption a envahi le régime sioniste dont les responsables à commencer par le Président et le Premier ministre ont à leur casier, plusieurs dossiers et sont éclaboussés par plusieurs scandales financiers et sexuels. Aujourd’hui, on est témoin d’un état de paralysie au sommet du régime sioniste. Le Parlement du régime a approuvé, jeudi la mise en congé provisoire de Moshé Katzav, en passe d'être inculpés de viol et d’harcèlement sexuel. A en croire les informations rapportées par les médias, la commission en charge des affaires parlementaires du parlement du régime sioniste a suspendu de ses fonctions, Katzav, par 13 voix contre 11, en le reconnaissant incapable d'exercer sa fonction et ses prérogatives. Désormais, C'est la présidente du parlement, Dalia Itzik qui assurera pendant cette période l'intérim de la présidence. Elle sera la première femme à se retrouver dans le fauteuil de président du régime sioniste. Pour ce qui est de M. Katzav, il ne cesse de clamer son innocence et refuse toujours de démissionner avant que des accusations officielles ne lui soient notifiées. Il y a deux jours, le procureur général Menahem Mazouz a annoncé avoir suffisamment de preuves à charge pour inculper M. Katzav de viol, harcèlement sexuel, abus d'influence, entrave à la justice, menaces contre témoins. Ceci dit, le Président du régime sioniste n’est pas le seul à être inculpé et accusé de viol et de corruption financière. L’ancien Ministre de la justice du régime sioniste a à son actif un lourd dossier des scandales sexuels. L’actuel Premier ministre du régime, accusé de corruption financière et d’abus du pouvoir, fait l’objet des poursuites judiciaires. C’était pareil pour ses prédécesseurs, Ehud Barak et Ariel Sharon. En tout de cause, le régime sioniste est tellement ébranlé et éclaboussé par ces scandales financiers, sexuels et politiques que même certains de ses responsables parlent, désormais, du début de la décadence et de l’effondrement du régime.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires