Algérie: Ouverture du procès de Saïd Bouteflika, Tartag, Médiene et Hanoune  22/09/2019

Algérie: Ouverture du procès de Saïd Bouteflika, Tartag, Médiene et Hanoune























Les regards seront braqués ce lundi sur le tribunal militaire de Blida, où devra s’ouvrir, sauf imprévu, le procès de Saïd Bouteflika, le frère conseiller du Président démissionnaire, du général Mohamed Médiene dit Toufik, ancien patron du DRS, du général Bachir Tartag, ex-coordinateur des services secrets et de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, pour avoir pris part à des « réunions secrètes » entre les 27 et 31 mars derniers.

Les quatre accusés, en détention préventive à Blida, sont poursuivis pour « atteinte à l’autorité de l’Etat et de l’armée ».

La journée d’aujourd’hui restera sans doute gravée dans la mémoire des Algériens et plus particulièrement des habitants de la ville des roses, qui sera le théâtre de ce procès tant attendu de personnalités politiques et militaires du régime de Bouteflika.

En cas de déroulement du procès, trois autres inculplés toujours en fuite à l’étranger et qui font l’objet d’un mandat d’arrêt international seront, sauf imprévu, jugés par contumace par le tribunal militaire de Blida, qui dépend de la 1ere Région militaire.

Il s’agit de Khaled Nezzar, général-major à la retraite et ancien ministre de la Défense, de son fils Lotfi, patron de la société de télécommunication SLC, et Farid Belhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie (SAP).

Ces derniers sont poursuivis entre autres pour : « Complot dans le but de porter atteinte au commandant d’une compagnie militaire. » Fait prévu et réprimé par l’article 284 du code de justice militaire et dont la condamnation va de 5 à 10 ans de réclusion criminelle et « complot pour changer le régime » fait prévu et réprimé par l’article 77 du code pénal.

Les avocats constitués dans l’affaire estiment que le dossier de l’instruction judiciaire établi par le juge d’instruction militaire « est vide » et ne repose sur aucune base juridique ».

L’enquête judiciaire a été axée sur des « réunions secrètes » entre le frère de l’ex- Président de la République Abdelaziz Bouteflika, en l’occurrence Saïd Bouteflika et les trois autres mis en cause, que le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, a dénoncés dans son discours du 16 avril dernier et évoqués dans sa déclaration virulente du 30 mars dernier en parlant de « parties qui complotent contre les revendications populaires et l’armée »

Selon des avocats, il y aurait eu trois réunions à la villa Dar El Afia appartenant à la Direction de la sécurité intérieure (DSI), dont deux ont eu lieu le 27 mars. La première, a regroupé, dans la matinée, le général Toufik avec Saïd Bouteflika, suivie d’une autre l’après-midi, à laquelle ont pris part Louisa Hanoune, le général Toufik et Saïd Bouteflika. C’était au lendemain de la déclaration de Gaïd Salah où il demandait l’application de l’article 102 qui prévoit la démission du Président ou l’empêchement.

Le 31 mars dernier, le vice-ministre de la Défense nationale Gaïd Salah réunit au siège de l’état-major les chefs des forces armées, les commandants des six Régions militaires et le secrétaire général du MDN. Le ton monte. Il exige l’application « immédiate » de l’article 102 et dénonce avec virulence « ceux qui complotent contre le peuple et son armée ». Saïd Bouteflika est pris de panique ; il prend attache avec l’ancien ministre de la Défense, le général à la retraite Khaled Nezzar, auquel il exprime sa peur de voir Gaïd Salah débarquer à la résidence du Président, à Zéralda.

Le 1er avril, en fin de journée, un communiqué de la Présidence fait état de la démission de Bouteflika « avant » le 28 avril (fin de son mandat), d’une « période de transition et d’importants changements ».

Le 4 mai dernier, le général Toufik, le général Tartag et Saïd Bouteflika sont embarqués par

les officiers de la DSI puis présentés, après une nuit de garde à vue, au tribunal militaire, qui les a placés sous mandat de dépôt. Le 9 mai, Louisa Hanoune est convoquée par la même juridiction comme témoin, avant d’être inculpée et placée en détention.

Le 14 mai, Khaled Nezzar est convoqué par le tribunal militaire pour être entendu comme témoin. Il n’est pas seul ; son fils qui l’accompagne au rendez-vous, ainsi que Farid Belhamdine, qui avait mis sa maison à la disposition de Nezzar et Bouteflika sans prendre part aux discussions, sont également auditionnés. Le 6 août, le tribunal militaire lance un mandat d’arrêt international contre ces trois mis en cause (qui étaient à l’étranger) après les avoir inculpés des mêmes faits reprochés aux quatre autres accusés. De nombreuses interrogations pèsent sur ce dossier.

Il convient de signaler que la date du procès a été fixée par le tribunal militaire en date du 12 septembre en cours.

http://www.jeune-independant.net/Ouverture-du-proces-de-Said.html

Al-Khedhri appelle à envoyer des cargaisons d'aide médicale à Gaza  22/09/2019

Al-Khedhri appelle à envoyer des cargaisons d'aide médicale à Gaza























Le député et président du comité populaire anti blocus, Jamal al-Khedhri, a appelé l’émissaire du secrétaire général des Nations Unies au Moyen Orient, Nikolai Mladinov, à acheminer par voix aérienne des cargaisons d’aide médicale vers la bande de Gaza.

Le député palestinien a indiqué que les avertissements de Mladinov concernant la détérioration de la situation humanitaire dans la bande assiégée, ne suffisent pas et doivent être concrétisés par des mesures concrètes. Il a exhorté l’émissaire onusien à inviter toutes les institutions médicales et humanitaires internationales à commencer par adresser des vols aériens à Gaza pour éviter les menaces d’une catastrophe humanitaire.

Al-Khedhri a assuré que la situation dans la bande de Gaza exige un grand effort onusien pour lever définitivement le blocus israélien, ce qui est un pas important et essentiel pour résoudre toutes les crises. Ce blocus, a ajouté al-Kedhri, doit être levé car il s’oppose aux conventions internationales et représente une forme de punition collective.

Le responsable palestinien a révélé que 50% des médicaments de base sont inaccessibles à Gaza alors que les laboratoires et les banques de sang sont privés de 60% des produits médicaux.


https://french.palinfo.com/53915
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Deuxième soirée de manifestations anti-Sissi en Egypte  22/09/2019

Deuxième soirée de manifestations anti-Sissi en Egypte


























Pour la deuxième soirée consécutive, des centaines d’Egyptiens ont bravé samedi la police d’al-Sissi, l’un des dictateurs les plus sanguinaires de la planète, dont la France est honteusement complice.

Selon le site Middle East Eye, la principale manifestation de samedi, après celles de vendredi au Caire et dans plusieurs autres villes, a eu lieu à Suez, où 200 personnes environ ont affronté, aux cris de « Sissi, dégage ! », les forces de répression. Des tirs à balles réelles ont été entendus, et un nombre indéterminé de manifestants blessés et/ou arrêtés.

Depuis le coup d’Etat militaire qui a porté Sissi au pouvoir en 2013 et renversé Mohamed Morsi, le seul président jamais démocratiquement élu en Egypte, toute manifestation est interdite par la dictature.

Le point de départ de ces manifestations a été un appel, lancé sur les réseaux sociaux par un personnage a priori peu reluisant : le nommé Mohamed Ali, un homme d’affaires –aujourd’hui réfugié en Espagne- qui s’est mis à décrier la corruption du régime Sissi parce qu’il n’avait pas touché lui-même sa part de pots-de-vin.

Mais le mécontentement, qui a fait prendre à ces Egyptiens le risque d’être tués, blessés et torturés dès lors qu’ils descendaient dans la rue, a des causes plus profondes.

En particulier la situation économique proche de la famine de millions d’habitants : près d’un tiers des 100 millions d’Egyptiens disposent pour survivre de moins d’1,3 € par jour.

Leur situation s’est aggravée depuis que le Fonds Monétaire International (FMI), dirigée par la Française Christine Lagarde, a imposé en 2016 des mesures ultra-libérales (suppression des subventions sur des produits de première nécessité, notamment) en échange d’un prêt de 12 milliards de dollars à Sissi, que ce dernier a engloutis en achat d’armements à l’Occident et en avantages pour lui-même et sa clique de militaires.

Sissi lui-même est arrivé dimanche matin à New-York pour se montrer à l’Assemblée Générale des Nations-Unies. Il y a été accueilli par une manifestation d’opposants exilés aux Etats-Unis.

CAPJPO-EuroPalestine

http://europalestine.com/spip.php?article510

Un policier repousse violemment un manifestant de la marche pour le climat - vidéo  22/09/2019

Un policier repousse violemment un manifestant de la marche pour le climat - vidéo























Une vidéo mettant en évidence des violences policières lors des manifestations à Paris du 21 septembre a été reprise en boucle par de nombreux internautes. Sur les séquences devenues virales, un manifestant se fait violemment repousser à plusieurs reprises et agresser avec une matraque par les forces de l’ordre.

Lors de la marche pour le climat à Paris, un agent de police armé d’une matraque a bousculé un manifestant, comme le montre une vidéo postée sur Twitter par le journaliste Taha Bouhafs et reprise en boucle par plusieurs utilisateurs.

Sur les séquences, un participant de la marche pour le climat s’approche d’un agent de police avant d’être à maintes reprises repoussé à coups de pied et de matraque. Selon le journaliste, les manifestants ont été empêchés ainsi de rejoindre l’autre partie du cortège.



Devenue virale, la vidéo a recueilli pour le moment plus de 150.000 vues.
Le bilan de la journée de manifestations

L’acte 45 des Gilets jaunes et la première des Journées du patrimoine se sont déroulés simultanément dans de nombreuses villes en France, mais la capitale a cumulé les tensions en ajoutant à cela la marche pour le climat et une manifestation contre la réforme des retraites.

Un important dispositif des forces de l'ordre a été déployé à Paris en prévision d’un samedi à risque, avec notamment des effectifs compris entre 7.000 et 8.000 agents, des véhicules blindés et des canons à eau. L’usage de gaz lacrymogènes a débuté dans la matinée, en plusieurs endroits de la capitale durant toute la journée, y compris près de la gare Saint-Lazare, aux Champs-Élysées et dans le parc de Bercy. Les manifestations ont été émaillées d’affrontements entre participants et forces de l’ordre.

https://fr.sputniknews.com/france/201909221042137719-un-policier-repousse-violemment-un-manifestant-de-la-marche-pour-le-climat-avec-une-matraque--/

Plusieurs enquêtes ouvertes après la violente interpellation d’un Grenoblois – vidéo  22/09/2019

Plusieurs enquêtes ouvertes après la violente interpellation d’un Grenoblois – vidéo























Suite à une interpellation musclée effectuée par la police grenobloise, un homme a été hospitalisé, son état de santé étant incompatible avec une détention, selon des médias français. Des enquêtes ont été ouvertes sur les violences commises par la police.

Trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes à Grenoble après la publication d’une vidéo filmée le 20 septembre laquelle montre des policiers recourir à la force à l’encontre d’un homme dans la rue lors de son interpellation. Celui-ci, frappé au visage, a dû être hospitalisé.



Comme l’a expliqué la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), dans la soirée du 20 septembre, un dispositif policier a été mobilisé à la suite d’un signalement de deux hommes vraisemblablement ivres qui «vociféraient» dans la rue. Toujours selon la même source, à l’arrivée des forces de l’ordre, l’un des deux individus a prétendu se nommer «Adolf Hitler» et se prénommer «Va te faire en*****».

La DDSP, citée par le quotidien Le Dauphiné libéré, a indiqué que l’homme en question avait refusé de se faire menotter, avait attrapé le bras d’un policier et armé son poing serré. C’est alors que le fonctionnaire lui a asséné un coup au visage, le plaquant contre un mur et provoquant sa chute, d’après ce que l’on voit sur les images. En tombant, l’homme se serait ouvert une arcade sourcilière. La DDSP ne s’est pas exprimé quant à l’usage de la force par la police.

La séquence a été rendue publique sur Twitter par un tiers, qui affirme l’avoir reçu par voie électronique. La vidéo ne présente toutefois pas toute la scène, puisqu’elle a été coupée et montée.
Plusieurs enquêtes ouvertes

Après avoir été hospitalisé au CHU de Grenoble, l’homme blessé en est sorti samedi 21 septembre. Son état a été jugé vendredi incompatible avec une détention. Trois policiers ont porté plainte.

La cellule déontologie du commissariat de Grenoble a été chargée de l’enquête sur les violences commises par des policiers, laquelle s’ajoute à deux autres enquêtes, administrative et celle ouverte pour outrages contre l’homme interpellé, selon le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant.

https://fr.sputniknews.com/france/201909221042137644-plusieurs-enquetes-ouvertes-apres-la-violente-interpellation-dun-grenoblois--video/

Brexit: "un moment tragique pour l'Europe", estime Jean-Claude Juncker  22/09/2019

Brexit: "un moment tragique pour l'Europe", estime Jean-Claude Juncker
























La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne prévue le 31 octobre "est un moment tragique pour l'Europe", déclare le président sortant de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un entretien publié dimanche par le quotidien espagnol El Pais.

Le chef de l'exécutif européen, qui abandonnera son poste justement le 31 octobre, fait valoir que le Brexit "va à l'encontre du sens de l'histoire et de l'esprit de (l'ancien homme d'Etat britannique Winston) Churchill qui en son temps plaida pour des Etats-Unis d'Europe".

"Je crois que nous avons encore la possibilité de parvenir à un accord" avec Londres, estime cependant M. Juncker, qualifiant de "constructive et en partie positive" sa rencontre lundi dernier à Luxembourg avec le Premier ministre britannique Boris Johnson.

"Je ne partage pas l'idée de ceux qui pensent que Johnson joue avec nous et avec lui-même. Je crois qu'il tente de chercher un accord acceptable aussi bien pour le Parlement britannique que pour le Parlement européen", dit-il.

M. Juncker exprime dans cet entretien un regret: que la Commission ait "décidé de ne pas intervenir" en 2016, quand le Royaume-Uni organisa un référendum sur son appartenance à l'UE et près de 52% des votants se prononcèrent en faveur d'une sortie.

M. Juncker évoque "une campagne de mensonges et fake news" avant ce référendum et ajoute: "à la Commission, nous avions décidé de ne pas intervenir, à la demande de David Cameron (Premier ministre du RU de 2010 à 2016, ndlr) et ça a été une grande erreur".

Interrogé sur "la crise en Catalogne", M. Juncker se refuse à "commenter les procédures judiciaires en cours en Espagne", où la Cour suprême doit rendre sa sentence à l'issue du procès des dirigeants indépendantistes jugés pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017.

Mais le dirigeant européen sur le départ ajoute sans ambages: "je ne suis pas favorable à un nationalisme stupide, parce que cela ne mène nulle part".

"Ce n'est pas un commentaire contre la Catalogne que je respecte comme elle est aujourd'hui", tempère-t-il aussitôt, les indépendantistes, de gauche et de droite, étant à la tête de la région du nord-est de l'Espagne aux 7,6 millions d'habitants.

"L'Europe est un petit continent qui est en train de perdre de l'importance économique et démographiquement", plaide M. Juncker, "ce n'est donc pas le moment des regroupements nationalistes mais plutôt d'unir les peuples".

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/brexit-un-moment-tragique-pour-l-europe-estime-jean-claude-juncker_2098948.html

Onu : la Chine et la Russie opposent leur veto à l’Allemagne  22/09/2019

Onu : la Chine et la Russie opposent leur veto à l’Allemagne



















Le Conseil de sécurité a opéré un voyage dans le temps, le 19 septembre 2019. Les arguments échangés étaient en tous points conformes à ce qu’ils étaient, il y a cinq ans à la conférence de Genève 2 sur la Syrie : d’un côté la Chine et la Russie dénonçant le soutien militaire occidental aux jihadistes en violation du droit international [1], de l’autre des Occidentaux accusant la Syrie d’assassiner son propre peuple sous couvert de lutte contre le terrorisme [2].

Les seules choses qui ont changées, un demi-million de morts plus tard,
- c’est que les combats ne sont plus disséminés dans toute la Syrie, mais uniquement dans une partie du gouvernorat d’Idleb ;
- et que les États-Unis et l’Arabie saoudite ne conduisent plus le bloc des irréductibles occidentaux, mais l’Allemagne et le Koweït.

Alors que les États-Unis et la Russie se concertent pour trouver une solution en Syrie sans perdre les avantages qu’ils ont acquis, l’Union européenne, conduite par l’Allemagne, poursuit le double jeu abandonné par Washington : l’Allemagne et la France fournissent des armes et de l’assistance aux jihadistes et encadrent leurs troupes, tout en utilisant des civils comme boucliers humains face aux attaques de l’armée arabe syrienne.

Rappelons que l’Allemagne et la France élaborent chaque jour une position commune au Conseil de sécurité [3].

Nous avons plusieurs fois souligné que ces deux pays avaient maintenu leur aide aux jihadistes qu’ils avaient engagés pour renverser la République arabe syrienne. Depuis plusieurs années, ce sont des ONG subventionnées par ces deux pays qui alimentent la population d’Idleb, les jihadistes ne subvenant pas à leurs besoins. Ces deux puissances sont donc co-responsables de l’édification de l’Émirat islamique d’Idleb par Hayat Tahrir al-Cham. Au contraire, pragmatique, Washington, considérant que leur mission a échoué, efface les traces de son engagement passé [4].

Dans ce cas précis, chacun peut constater les mensonges occidentaux dans la prétendue « guerre au terrorisme ». Chacun peut également constater l’efficacité de la censure en France où ce veto est ignoré par les médias.


[1] « Projet de résolution de la Chine et de la Russie sur la Syrie », Réseau Voltaire, 19 septembre 2019.

[2] « Projet de résolution de l’Allemagne, de la Belgique et du Koweït sur la Syrie », Réseau Voltaire, 19 septembre 2019.

[3] « L’Allemagne et la France exerceront ensemble la présidence du Conseil de sécurité en mars et avril 2019 », Réseau Voltaire, 9 février 2019.

[4] « Les États-Unis bombardent Al-Qaëda à Idleb », Réseau Voltaire, 1er septembre 2019.

https://www.voltairenet.org/article207699.html

Qui se cache derrière l’Égyptien Mohamed Aly ?  22/09/2019

Qui se cache derrière l’Égyptien Mohamed Aly ?


















Quelques centaines d’Égyptiens ont manifesté contre la corruption supposée du président Abdel Fattah al-Sissi à l’appel de Mohamed Aly. Les manifestions ont été interdites et ont donné lieu à 74 arrestations selon l’AFP. La majorité des citoyens arrêtés sont connus pour leurs liens avec la Confrérie des Frères musulmans.

Mohamed Aly Aly Abdelkhalek est originaire de Gizeh. Il a été champion de lutte, acteur, et promoteur immobilier pour le compte de l’armée. Il est aujourd’hui exilé en Espagne.

Mohamed Aly est sorti de l’anonymat en juillet 2019, au Luxembourg, en étant l’un des récipiendaires du Prix de la paix décerné par la Shengen Peace Foundation (photo) ; une nouvelle et bien étrange fondation, présidée par le très suspect homme d’affaire Dominicus H. Rohde.

https://www.voltairenet.org/article207700.html

À Quimper, un combat de boxe «à la loyale» entre un policier et un jeune - vidéo  22/09/2019

À Quimper, un combat de boxe «à la loyale» entre un policier et un jeune - vidéo























Une enquête administrative a été ouverte pour connaître les circonstances qui ont amené un policier à enfiler des gants de boxe face à un homme, il y a quelques jours dans un quartier de Quimper, relate l’AFP.

Dans une vidéo postée sur le site du journal Le Télégramme, on voit deux hommes, l'un en tenue sombre, son adversaire semblant torse nu, engagés dans un combat aux poings.

La scène, filmée sur une pelouse au pied des immeubles du quartier de Kermoysan en présence d'une voiture de police, dure environ une minute et montre les deux adversaires gants de boxe aux poings échanger des coups, se repousser, maintenir la garde pour se protéger notamment la tête.



Selon Le Télégramme, le combat avait été organisé à la loyale: le fonctionnaire de police était venu honorer un rendez-vous fixé par son adversaire, un jeune homme d'origine tchétchène ayant grandi dans le quartier et les deux hommes se sont affrontés protégés, avec gants de boxe et protège-dents. Il s'agirait de boxeurs confirmés.

Selon des médias locaux, le combat avait été organisé une semaine après des violences urbaines dans le quartier où des voitures avaient brûlé. Pompiers et policiers avaient été pris à parti et essuyé des jets de projectiles.

La préfecture du Finistère a confirmé l'implication d'un policier dans un «combat de boxe» le jeudi 19 septembre.

«Un fonctionnaire de police de la direction départementale de la sécurité publique du Finistère s'est trouvé impliqué dans un combat de boxe organisé sur la voie publique dans le quartier de Kermoysan à Quimper», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

«Le préfet du Finistère a immédiatement demandé l'ouverture d'une enquête administrative afin de préciser dans quelles conditions cet événement, dont les images ont été diffusées, s'est produit. En fonction du résultat de cette enquête, des sanctions pourraient être prises», a ajouté la préfecture.

Samedi soir, une source policière a confirmé à l'AFP qu'une enquête administrative a été ouverte pour connaître les circonstances qui ont amené ce policier à enfiler des gants de boxe.

https://fr.sputniknews.com/france/201909221042137231-a-quimper-un-combat-de-boxe-a-la-loyale-entre-un-policier-et-un-jeune---video/

Un officier de police hors service interpellé à Paris pour avoir insulté ses collègues  22/09/2019

Un officier de police hors service interpellé à Paris pour avoir insulté ses collègues























Un capitaine de police, qui était en civil et hors service, a été placé en garde à vue parce qu’il aurait insulté les forces de l'ordre qui dispersaient une manifestation des Gilets jaunes à Paris.

Selon une information de BFM TV, un capitaine de police a été interpellé ce samedi 21 septembre.

«Parmi les personnes qui ont été verbalisées dans le périmètre interdit, il y a […] un capitaine de police qui était hors service, qui était en civil et qui a été interpellé pour outrage et rébellion», a indiqué à la chaîne de télévision Dominique Rizet, consultant police-justice.



L’officier, qui ne fait pas partie d'un service actif du ministère de l'Intérieur, a insulté ses collègues qui assuraient le maintien de l'ordre, selon une information confirmée au Point par les autorités.

Les policiers ont alors décidé de l’interpeller, mais l’officier se serait rebellé, a indiqué une source policière citée par Actu 17. Si le capitaine est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, il pourrait également faire l’objet d’une procédure disciplinaire administrative.
Les manifestations de ce samedi

Selon la préfecture de police, 163 personnes ont été interpellées au comptage de 18h00. Le parquet a fait état pour sa part de 99 gardes à vue.

Selon le Nombre Jaune, plus de 91.000 personnes sont descendues dans les rues ce samedi pour des manifestations, entre 45e mobilisation des Gilets jaunes, marche pour le climat et manifestation contre la réforme des retraites.

La veille, Emmanuel Macron avait lancé un appel au calme puisque que ce week-end coïncide avec les Journées du patrimoine.

Craignant un retour des violences, le préfet de police Didier Lallement avait annoncé de son côté qu’un dispositif sécuritaire «identique à celui du 1er mai» serait mis en œuvre à Paris et que quelque 7.500 membres des forces seraient déployés. Plusieurs établissements ont été fermés, notamment le Grand Palais et l'Arc de Triomphe.

https://fr.sputniknews.com/france/201909211042136706-un-officier-de-police-hors-service-interpelle-a-paris-pour-avoir-insulte-ses-collegues/

«Gazés en plein visage», un couple de touristes est évacué des Champs-Elysées (VIDEO)  22/09/2019

«Gazés en plein visage», un couple de touristes est évacué des Champs-Elysées (VIDEO)
























Après une journée de mobilisation émaillée par des tensions entre forces de l'ordre et manifestants, des heurts ont perduré dans la soirée, sur les Champs-Elysées. Un couple de touristes y explique avoir été gazé en plein visage, par des policiers.

Marqué par l'acte 45 des Gilets jaunes et l'organisation de marches pour le climat, ce 21 septembre a vu fleurir des rassemblements dans plusieurs grandes villes de France. La nuit tombée à Paris, alors que des tensions entre certains manifestants et les forces de l'ordre perduraient sur l'avenue des Champs-Elysées et aux alentours, un couple de touristes a affirmé avoir été gazés par des policiers pendant qu’ils tentaient de quitter les lieux. Il était environ 21h30 quand un reporter de Sputnik les a rencontrés sur la célèbre avenue, en pleine diffusion d'une vidéo en direct sur Facebook.

«Nous nous dirigions vers notre voiture [et] des policiers sont arrivés, ils ont commencé à nous pousser, nous leur avons dit : "Nous sommes en train de partir, c’est tout". Et ils nous ont gazés en plein visage, après que nous leur avions expliqué que nous allions simplement à notre véhicule», explique alors le couple, encore traumatisé par l'incident.



Comme en témoigne la vidéo intégrale, le couple a été pris en charge par des pompiers.

Dans la capitale, malgré les échauffourées de la journée, la préfecture de police s'est félicitée d'être parvenue à contenir les débordements. «Une journée agitée mais qui s’est globalement bien passée [...] La situation a été maîtrisée. Les casseurs n’ont pas pu trouver de champs d’expression. Ils ont été incapables de se créer des opportunités, grâce à l’anticipation et à la réactivité des forces engagées», a commenté la préfecture citée par Le Figaro.

A 20h, 120 personnes étaient en garde à vue, dont un capitaine de police en poste au ministère de l'Intérieur, selon une source judiciaire confirmant une information du Point.

https://francais.rt.com/france/66041-gazes-plein-visage-couple-touristes-evacue-champs-elysees-video

Des soldats israéliens assassinent de sang-froid une femme palestinienne (vidéo)  22/09/2019

Des soldats israéliens assassinent de sang-froid une femme palestinienne (vidéo)

















Ces soldats de pacotille, tout juste bons à tuer des femmes et des enfants qui les terrorisent littéralement avec un simple couteau en fer-blanc (la peur reste chez eux plus forte que le goût du massacre), se retrouveront bientôt face aux forces coalisées de l’Axe de la Résistance qui les éradiqueront sans grande difficulté.

Les forces israéliennes ont abattu mercredi une femme palestinienne près du poste de contrôle de Qalandiya séparant Ramallah de Jérusalem en Cisjordanie occupée.

La police israélienne a affirmé qu’Alaa Wahdan se dirigeait vers ses forces par un sentier réservé aux véhicules quand elles lui ont demandé de s’arrêter.

Ils ont ajouté que la jeune femme de 28 ans du camp de réfugiés voisin de Qalandiya avait sorti un couteau avant qu’un agent de sécurité ne lui tire dessus et la blesse à la jambe.



Dans la vidéo ci-dessus, Wahdan ne semble présenter aucun danger plausible pour quiconque se trouvant autour d’elle lorsqu’elle se fait tirer dessus.

« Ils auraient pu la maîtriser », a déclaré Mohammed Hammad Jaradat à la publication Middle East Eye.

« Ils étaient cinq soldats et elle était à environ sept mètres. »

Selon des témoins oculaires, les forces israéliennes ont laissé Wahdan se vider de son sang en lui refusant les premiers soins. (photo)

Des photos montrent la femme allongée sur le sol dans une grande flaque de sang.

Elle a finalement été transférée à l’hôpital Hadassah de Jérusalem pour y être soignée, où elle a été déclarée morte.

Les forces israéliennes ont empêché le personnel médical du Croissant-Rouge palestinien de se rendre auprès de Wahdan pour lui fournir des soins d’urgence, a déclaré le groupele groupe.

Les forces d’occupation ont pour usage de refuser les premiers secours aux Palestiniens qu’ils ont abattus, les laissant se vider de leur sang.

Aucun soldat israélien n’a été blessé lors de l’incident, comme dans de nombreux cas dans lesquels un prétendu attaquant palestinien a été tué.

Des Palestiniens dans un véhicule à proximité ont filmé l’assassinat et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Dans la vidéo ci-dessus, on peut les entendre dire : « Il lui a tiré dans la jambe ».

Un objet en métal semble tomber près de Wahdan, et l’un des Israéliens armés l’éloigne d’un coup de pied.

Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a tweeté une photo du couteau qui aurait, selon lui, été porté par Wahdan.

Rosenfeld a affirmé que Wahdan avait été « légèrement blessée », bien qu’elle soit décédée peu de temps après avoir reçu une balle.

Bien que Wahdan ait été identifiée par le journal israélien Haaretz, les médias palestiniens de langue arabe ne l’ont pas nommée. Certains reportages ont indiqué qu’elle était dans la cinquantaine.

Saleh Higazi, directeur adjoint du programme pour le Moyen-Orient d’Amnesty International, a déclaré que Wahdan « ne semblait pas porter une arme à feu et ne constituait pas une menace immédiate pour les gardes ou la vie des personnes se trouvant à proximité quand ils ont ouvert le feu ».

« Cela suggère fortement que son meurtre semble avoir été illégal », a déclaré Higazi.

Higazi a ajouté que « l’absence totale de comptes à rendre pour les forces israéliennes qui commettent des violations des droits de l’homme » est ce qui permet de perpétuer les homicides illégaux récurrents.

Il a souligné le « bilan horrible d’Israël en matière de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire ».

L’organisation de résistance palestinienne Hamas a qualifié l’assassinat de « sang froid » de Wahdan comme une continuation du « sadisme criminel de l’armée d’occupation consistant à tuer et à tirer sur des faibles et des personnes sans défense ».

Les forces israéliennes ont tué une jeune femme et son frère adolescent au même checkpoint en avril 2016.

Source : Electronic Intifada, 18 septembre 2019

Traduction : lecridespeuples.fr

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/des-soldats-israeliens-assassinent-218038

Débats présidentiels en Tunisie: Karoui autorisé lors du deuxième tour  22/09/2019

Débats présidentiels en Tunisie: Karoui autorisé lors du deuxième tour














La Haute autorité indépendante de la Communication audiovisuelle (HAICA) a approuvé la demande de permission au candidat à la présidentielle Nabil Karoui de s'adresser à l'électorat et de participer aux débats prévus au deuxième tour, a rapporté vendredi l'agence Tap, citant la télévision tunisienne. Les débat de M. Karoui se dérouleront soit en se présentant aux studios, en enregistrant les interventions ou en les diffusant directement de la prison où il se trouve. Dans un communiqué relayé par la Tap, la télévision tunisienne a précisé avoir envoyé une correspondance à ce sujet au ministère de la Justice, à l'Administration générale des prisons et de la réhabilitation, au juge d'instruction et au procureur de la Cour d'appel. Elle a indiqué qu'elle avait suivi les procédures administrative et judiciaire dans sa démarche, par le biais de son avocat qui a demandé un examen urgent de ces autorisations d'interventions télévisées, notant que la HAICA avait "déjà apprécié le souci de la télévision tunisienne de respecter les principes de l'égalité de traitement entre les différents candidats et de consolider les pratiques démocratiques". La HAICA, a adressé une correspondance aux autorités judiciaires pour permettre à Nabil Karoui, candidat au second tour de la présidentielle, d'accéder aux médias et de présenter son programme et sa vision sur plusieurs questions nationales, a affirmé le président l'Instance Nouri
Lajmi lors d'une conférence de presse. Kais Saied, candidat indépendant et universitaire (18,4% des voix), et le président du parti "Qalb Tounes" (Au Cúur de la Tunisie) Nabil Karoui (15,6% des voix) étaient arrivés en tête du premier tour de la présidentielle.
L'homme d'affaires, et publicitaire Karoui, poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, a été arrêté le 23 août, dix jours avant le début de la campagne électorale. La demande de sa libération a été rejetée le 5 septembre par la chambre d'accusation de la cour d'appel de Tunis. Les deux candidats disputeront le deuxième tour dont la date sera fixée après l'examen des recours à propos des résultats préliminaires formulés par six ex-candidats. Le dépôt des recours annule le déroulement du second tour de la présidentielle initialement prévu le 29 septembre, et renforce l'hypothèse de son déroulement soit le 6 ou le 13 octobre prochain.

https://www.lexpressiondz.com/info-en-continu/debats-presidentiels-en-tunisie-karoui-autorise-lors-du-deuxieme-tour-318660

Eurovision : L’Islande condamnée à une amende à cause de banderoles aux couleurs palestiniennes  22/09/2019

Eurovision : L’Islande condamnée à une amende à cause de banderoles aux couleurs palestiniennes












Les organisateurs du concours de l’Eurovision ont infligé une amende à l’Islande pour sanctionner le déploiement par le groupe islandais Hatari de banderoles aux couleurs palestiniennes au cours de la dernière édition de la compétition musicale organisée en Israël, ont-ils indiqué samedi.

« Lors du grand final du concours de la chanson Eurovision 2019, les artistes islandais Hatari ont déployé une banderole à l’écran, enfreignant la règle 2.6 qui interdit la politisation de l’évènement », a expliqué l’Union européenne de Radio-télévision (UER), organisatrice du concours.
La règle 2.6

Les membres du groupe Hatari, connus pour leur opposition déclarée à l’occupation israélienne des territoires palestiniens, avaient déployé, à Tel-Aviv où se déroulait le concours, des banderoles aux couleurs palestiniennes au moment de l’annonce des résultats, suscitant des sifflets dans le public.

La règle 2.6 prévoit que « les diffuseurs participants » doivent entreprendre les démarches auprès des équipes en lisse pour « faire en sorte que le concours ne soit en aucun cas politisé ou instrumentalisé ».

De ce fait, l’UER a décidé que la chaîne publique islandaise, membre de l’UER, devait se voir infliger « une sanction financière en accord avec les règles de la compétition ». L’UER n’a pas voulu révéler le montant de l’amende. Après appel, la sanction a été maintenue, a-t-elle simplement précisé.
Madonna rappelée à l’ordre

Lors du même concours, la chanteuse Madonna, qui s’était produite sur scène, avait été critiquée par la ministre de la Culture israélienne car des danseurs de la star arboraient sur leur dos des drapeaux palestiniens.

« C’était une erreur, on ne peut pas mélanger la politique à un événement culturel, avec tout le respect que je dois à Madonna », avait affirmé la ministre israélienne de la Culture Miri Regev.

Le prochain concours de l’Eurovision se déroulera en mai 2020 aux Pays-Bas, le candidat de ce pays, Duncan Laurence, ayant remporté l’édition 2019 avec la ballade « Arcade ».

https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2609935-20190921-eurovision-islande-condamnee-amende-cause-banderoles-couleurs-palestiniennes?xtor=RSS-176

Le premier candidat en lice pour la présidentielle algérienne est un ancien ministre  22/09/2019

Le premier candidat en lice pour la présidentielle algérienne est un ancien ministre
























L'ancien ministre du Tourisme en Algérie, l'islamiste Abdelkader Bengrina, a annoncé samedi qu'il se présenterait à la présidentielle du 12 décembre pour laquelle il est le premier candidat.

Après la démission du président Abdelaziz Bouteflika en avril, sous la pression conjuguée de la rue et de l'armée, une élection avait été fixée pour le 4 juillet pour lui trouver un successeur, mais elle avait été annulée, faute de candidats.

Le pouvoir a fixé la semaine dernière la date du scrutin au 12 décembre.

"J'annonce que je me présente à l'élection présidentielle", a déclaré samedi Abdelkader Bengrina, lors d'une conférence de presse à Alger.

Il a précisé que son objectif était "de rompre avec la tyrannie et la corruption et de rétablir la confiance entre le peuple et les institutions de l'Etat".

Abdelkader Bengrina a été ministre du Tourisme de 1997 à 1999 dans un gouvernement de coalition auquel a pris part son ancien parti, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), principal parti islamiste. Il a ensuite créé en 2013 le Mouvement El Bina avec d'autres dissidents du MSP.

Il s'était déjà présenté à la présidentielle du 18 avril, qui avait finalement été reportée suite à la démission de Abdelaziz Bouteflika le 2.

Il s'agit du premier candidat à la présidentielle prévue le 12 décembre, rejetée par le mouvement de contestation, qui a débuté en février, à l'origine pour protester contre un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika.

Ce mouvement réclame aujourd'hui le démantèlement du "système", l'appareil hérité des 20 ans de présidence Bouteflika avant tout scrutin ainsi que la mise en place d'institutions de transition, ce que refuse le pouvoir.

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_un-ancien-ministre-1er-candidat-en-lice-pour-la-presidentielle-algerienne-du-12-decembre?id=10321366

Rétropédalage ? Onfray tresse des louanges à Asselineau avant de le comparer au gourou Raël  22/09/2019

Rétropédalage ? Onfray tresse des louanges à Asselineau avant de le comparer au gourou Raël
























Le philosophe Michel Onfray a reconnu dans une conférence soutenir les thèses de François Asselineau pour sa critique de l'Union européenne. Quelques heures plus tard, il a affirmé être victime de récupération politique de la part de l'UPR.

Les militants de l'UPR, le parti de François Asselineau (pro-Frexit), pensaient, en la personne de Michel Onfray, tenir une personnalité de renom parmi leurs soutiens officiels. Sauf que le philosophe a publié une vidéo condamnant avec virulence «la récupération politique» de la part de l'UPR et de son leader. Tout est parti d’une série de questions-réponses à l’occasion d’un salon de la librairie Mollat à Bordeaux le 19 septembre. Interrogé par un sympathisant de l'UPR, le philosophe Michel Onfray a clairement semblé soutenir les thèses du chantre du Frexit. «Asselineau dit la vérité», dit-il notamment, révélant son «outing» pour François Asselineau, dont il a affirmé partager les analyses.

Pour Michel Onfray, l'UPR dénonce, comme il le fait lui-même avec ses mots, l’«empire Maastrichtien», du nom de l'un des traités fondateurs de l'Union européenne dont l'UPR veut faire sortir la France, avec le «Frexit». «Tout ce que j'ai entendu de lui, je n'ai pas trouvé de choses à redire», a-t-il même confessé durant les échanges. Pour Michel Onfray, si les propos de François Asselineau sont d'ailleurs si peu diffusés «c'est parce qu'il dit comment fonctionne l'empire maastrichtien».
Un soutien de courte durée

Une saillie qui a rapidement fait le tour du web, relayée notamment par des militants de l'UPR, très actifs sur internet, considérant que Michel Onfray soutenait par voie de conséquence «officiellement» le parti.



Dans un communiqué relayé sur Twitter, François Asselineau s'est aussi lui félicité de l'intervention de Michel Onfray : «Je remercie Michel Onfray pour son soutien public et sans ambiguïté. Son courage n’est pas si fréquent au sein du monde intellectuel français.»



Sauf que le philosophe a décidé de rectifier le tir dans la soirée du 20 septembre en publiant une vidéo sur son site internet, critiquant au passage les soutiens de l'UPR. Il assure ainsi que ceux-ci assistent régulièrement à ses conférences et peuvent être comparés à des «raëliens». «Je trouve cette récupération indigne», ajoute-t-il. «Ce n'est pas parce que je dis qu'il y a des propos intéressants chez François Asselineau, concernant la critique de l'Europe que, pour autant, je défends ce monsieur, que je défends la totalité de sa politique», poursuit-il, expliquant pourquoi il ne peut rejoindre les troupes de François Asselineau.

"Je ne veux pas être prêtre honoraire de Monsieur Asselineau"

«Il a quand même dit un certain nombre de choses un peu problématiques qui relèvent du complotisme». Michel Onfray n'étaye pas ce dernier point, à savoir quels propos de François Asselineau pouvaient relever de la théorie du complot. Il explique aussi apprécier les critiques de l'UE que font Florian Philippot ou Jean-Luc Mélenchon, sans les soutenir politiquement. Il conclut sa vidéo en jugeant François Asselineau «détestable». «Je ne veux pas être prêtre honoraire de monsieur Asselineau», précise encore le philosophe.

https://francais.rt.com/france/65948-retropedalage-onfray-tresse-louanges-asselineau-avant-de-le-comparer-au-gourou-rael

Un automobiliste fonce sur la mosquée de Colmar, sans faire de blessé  22/09/2019

Un automobiliste fonce sur la mosquée de Colmar, sans faire de blessé
























Un homme a foncé volontairement en début de soirée du 21 septembre sur l'entrée de la Grande Mosquée de Colmar, sans faire de blessé – hormis lui-même – selon la préfecture du Haut-Rhin. Il a été interpellé sur place par la police puis hospitalisé.

«Un individu a projeté son véhicule contre l'entrée de la Grande Mosquée [de Colmar] un peu avant 20 heures», a fait savoir à l'AFP la préfecture du Haut-Rhin.

«Il n'y a pas de blessé» à part le conducteur et «une enquête est en cours», a ajouté cette même source. «Le véhicule a percuté des plots en bois avenue de Paris, avant de défoncer le portail de la mosquée puis de s'encastrer contre un mur du bâtiment», a précisé le journal local Les Dernières nouvelles d'Alsace.

L'homme, sur lequel aucune information n'a été communiquée, a été rapidement interpellé sur place par la police, selon une source policière citée par l'AFP.

Selon le procureur de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, interrogée par l'agence de presse, l'homme s'est lui-même blessé à l'arme blanche et a été hospitalisé, devant subir une intervention chirurgicale. «Il sera examiné par un psychiatre dès que possible», a poursuivi la magistrate, estimant qu'à première vue, il souffrirait «de problèmes psychiatriques».

Des témoins ont affirmé qu'«il aurait dit Allah akbar», cette information restant toutefois à confirmer, a également déclaré le procureur de Colmar, ajoutant qu'«il sera[it] placé en garde à vue et entendu dès que possible.» «On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là», a-t-elle relevé. «Des investigations sont faites sur le véhicule», toujours selon le procureur.

https://francais.rt.com/france/66036-automobiliste-fonce-sur-mosquee-colmar-pas-de-victime

Gaza : Des dizaines de blessés dans les manifestations du « Vendredi des camps libanais »  21/09/2019

Gaza : Des dizaines de blessés dans les manifestations du « Vendredi des camps libanais »




























Les forces d’occupation israéliennes ont réprimé les manifestations de la « Marche du Retour » au nord de la bande de Gaza, blessant des dizaines de Palestiniens.

Le ministère de la santé palestinien a indiqué que 74 citoyens, dont deux secouristes bénévoles, sont blessés au cours des manifestations de ce 75ème vendredi, 48 citoyens parmi eux sont blessés par des balles réelles.

Le haut comité national des marches du retour avait appelé les citoyens à participer massivement dans les manifestations de ce « vendredi des camps libanais » qui coïncide avec la 37ème mémoire du massacre des Palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila au Liban. Le comité qui a assuré que ces marches se poursuivront malgré les crimes des forces occupantes contre les manifestants pacifiques, a appelé les chefs d’Etats des pays arabes à intervenir pour mettre fin au blocus injuste imposé aux Palestiniens dans la bande de Gaza.

De son côté, le porte-parole du Hamas, Abdellatif Kanoua, a déclaré que les palestiniens sont sortis aujourd’hui pour assurer leur solidarité avec les palestiniens réfugiés dans les camps libanais et leur droit au retour à leur terre et à leurs maisons dans les territoires occupés.


https://french.palinfo.com/53892
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Google prétend avoir atteint la «suprématie quantique»  21/09/2019

Google prétend avoir atteint la «suprématie quantique»
























Une étude des chercheurs de Google décrivant cette innovation, vue par des journalistes du quotidien économique, a été brièvement publiée sur le site de la Nasa cette semaine avant d’en être retirée.

Le géant informatique américain Google prétend avoir franchi une étape importante désignée sous le nom de «suprématie quantique» en fabriquant une machine aux capacités bien supérieures à celles des ordinateurs classiques les plus puissants, selon le Financial Times vendredi.

Ces calculateurs d’un nouveau type sont capables, pour certaines tâches, de les réaliser bien plus rapidement que les machines actuelles car ils peuvent utiliser des propriétés étonnantes des particules permettant d’échapper aux règles de la physique classique.

Une étude des chercheurs de Google décrivant cette innovation, vue par des journalistes du quotidien économique, a été brièvement publiée sur le site de la Nasa cette semaine avant d’en être retirée.

Les chercheurs y affirmeraient que leur processeur est capable de mener une opération en trois minutes et vingt secondes là où il faudrait 10.000 ans au plus avancé des ordinateurs actuels.

Ils auraient atteint ainsi la «suprématie quantique», en démontrant clairement qu’un ordinateur quantique bat en performance un ordinateur classique.

Alphabet, le maison mère de Google, n’avait pas dans l’immédiat répondu aux sollicitations de l’AFP.

Selon les chercheurs de l’entreprise californienne, la machine ne peut résoudre qu’un seul calcul à la fois et l’utilisation des machines quantiques pour de réelles applications industrielles ne se fera pas avant plusieurs années.

Mais c’est «une étape essentielle vers l’informatique quantique à grande échelle», écrivent-t-ils dans l’étude selon le Financial Times.

S’il existe déjà des prototypes d’ordinateurs quantiques, ces derniers ne peuvent actuellement que réaliser des tâches similaires à celles effectuées par un ordinateur normal, mais plus rapidement.

Des ordinateurs quantiques aboutis pourraient changer la donne dans des domaines telles que la cryptographie, la chimie ou l’intelligence artificielle.

L’entrepreneur de la tech Andrew Yang, en lice pour la primaire démocrate, a salué cette avancée.

«Que Google mette en oeuvre l’informatique quantique est une étape importante. Cela signifie, entre autres choses, qu’aucun code n’est indéchiffrable», a-t-il écrit sur Twitter.

https://www.lesoir.be/248851/article/2019-09-21/google-pretend-avoir-atteint-la-suprematie-quantique

Egypte: manifestation place Tahrir au Caire pour réclamer le départ d'Abdel Fattah al-Sissi  21/09/2019

Egypte: manifestation place Tahrir au Caire pour réclamer le départ d'Abdel Fattah al-Sissi
























Des manifestations se sont déroulées au Caire mais aussi dans plusieurs villes égyptiennes, pour demander le départ du président Abdel Fattah al-Sissi. Les forces de l'ordre sont rapidement intervenues pour les disperser.

Haut-lieu de la révolution de 2011 qui avait abouti au renversement du président Hosni Moubarak, des manifestants se sont rassemblés, le 20 septembre, sur la place Tahrir au Caire, afin d'exiger le départ du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.



Ce rassemblement, comme ceux de moindre ampleur dans d'autres villes égyptiennes, faisait écho à des appels lancés sur les réseaux sociaux, émanant notamment d'un homme d'affaires égyptien en exil, Mohamed Ali. Depuis l'Espagne, cet entrepreneur de la construction a publié plusieurs vidéos virales appelant au renversement d'Abdel Fattah al-Sissi et des militaires, qu'il accuse de corruption.



Les forces de l'ordre sont rapidement intervenues pour disperser les manifestants, chargeant et faisant usage de gaz lacrymogènes, selon un journaliste présent sur place.







Interdites en vertu d'une loi adoptée en 2013 après le coup d'Etat militaire dirigé par le général al-Sissi contre le président islamiste Mohamed Morsi, les manifestations antigouvernementales sont une occurence rare en Egypte. Depuis, le gouvernement égyptien mène une répression sans merci contre l'opposition, emprisonnant des milliers d'islamistes, d'activistes de la société civile ou encore de blogueurs.

https://francais.rt.com/international/65950-egypte-manifestation-place-tahrir-caire-reclamer-depart-abdel-fattah-al-sissi-videos

1 2 3 4 5 » ... 3647


Publicité

Brèves



Commentaires