Bachelot, Dupond-Moretti, Pompili, ces nouveaux visages à des postes clés du gouvernement  07/07/2020

Bachelot, Dupond-Moretti, Pompili, ces nouveaux visages à des postes clés du gouvernement
























Trois personnalités bien connues des médias ont été nommées à des postes clés du gouvernement Castex : il s'agit du ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, de l'ancienne ministre Roselyne Bachelot et de l'ancienne secrétaire d'Etat Barbara Pompili.

Annoncé en fin de journée le 6 juillet après plusieurs heures de suspense, le gouvernement Castex a été dévoilé, apportant son lot de surprises, notamment la nomination de personnalités déjà bien connues du grand public.

L'avocat Eric Dupond-Moretti nommé garde des Sceaux

Nommé en remplacement de Nicole Belloubet, Eric Dupond-Moretti, 59 ans, est récemment revenu sur le devant de la scène pour avoir été l'une des personnalités ayant fait l'objet d'investigations dans le sandale des «écoutes» qui secoue le Parquet national financier (PNF).

En 2014, le PNF avait ordonné l'épluchage de factures téléphoniques détaillées (les fameuses «fadettes») d'une dizaine de ténors du barreau. Ce faisant, les magistrats essayaient de trouver l'identité de la «taupe» qui aurait pu informer l'ancien président et son avocat, Thierry Herzog, que ces derniers étaient sur écoute dans une affaire de corruption pour laquelle ils seront jugés à la fin de l'année. Certains ont même été géolocalisés. Surveillé par ces enquêteurs, Eric Dupond-Moretti a porté plainte pour «violation de l'intimité de la vie privée et du secret des correspondances» et «abus d'autorité».

Pénaliste incontournable depuis la fin des années 1980, Eric Dupond-Moretti est surnommé «acquittator» pour avoir fait basculer plusieurs verdicts de cours d'assise en faveur de ses clients. Il a par ailleurs plaidé dans des affaire médiatiques comme l'affaire Balkany, celle du footballeur Karim Benzema, de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac ou encore celle d'Abdelkader Merah, le frère du terroriste Mohamed Merah.

Il a en outre à plusieurs reprises fait part de son aversion pour le parti de Marine Le Pen.

Roselyne Bachelot décroche la Culture

Âgée de 73 ans, Roselyne Bachelot reprend du service après avoir quitté son dernier ministère (des Solidarités et de la Cohésion sociale) en 2012, à la fin du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy. Elle apparaissait depuis régulièrement sur D8, RMC, LCI et RTL (dans l'émission Les Grosses Têtes).

Largement critiquée après la pandémie de grippe H1N1 de 2009 où elle s'était distinguée par des achats massifs de vaccins, cette dernière a vu, à rebours, son action saluée alors que l'épidémie de coronavirus révélait l'impréparation de l'Etat à face à ce type de crise.

Après avoir été nommée au ministre de l'Ecologie en 2002 sous la présidence de Jacques Chirac, ministre de la Santé et des Sports (2007-2010) puis des Solidarités (2010-2012) sous Nicolas Sarkozy, cette femme, qui fut membre du RPR et de l'UMP renoue avec l’exécutif sous Emmanuel Macron.

Une ancienne figure d'EELV à l'Ecologie

Jusqu'à présent présidente de la Commission développement durable à l'Assemblé nationale, Barbara Pompili a été nommée ministre de la Transition écologique. À 45 ans, cette dernière a été avec François de Rugy coprésidente du groupe écologiste sous la précédente législature. Elle a quitté le parti EELV en 2015 après François de Rugy et Jean-Vincent Placé, déclarant ne plus se reconnaître dans ce parti.

Nommée secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité aux côtés de Ségolène Royal à la fin du mandat de François Hollande, Barbara Pompili a été la première à soutenir publiquement Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle (en dépit des consignes données aux ministres). Elle a été réélue sous l'étiquette LREM dans la Somme après la victoire d'Emmanuel Macron aux présidentielles.

Parmi les nouveaux arrivants dans le gouvernement, on peut par ailleurs noter la nomination d'Elisabeth Moreno (49 ans) ministre déléguée chargée de l'égalité femmes/hommes, celle d'Alain Griset (67 ans) aux PME, de Brigitte Klinkert (63 ans) à l'insertion, de la députée LREM Nadia Hai (40 ans) à la ville et de Brigitte Bourguignon (61 ans) à l'autonomie.

https://francais.rt.com/france/76650-bachelot-dupond-moretti-pompili-nouveaux-visages-gouvernement

La vente de trois avions militaires à la France pour 2 milliards de dollars approuvée par le département d’État US  07/07/2020

La vente de trois avions militaires à la France pour 2 milliards de dollars approuvée par le département d’État US













La vente éventuelle de trois avions Advanced Hawkeye E-2D à la France pour un coût estimé à 2 milliards de dollars vient d’être autorisée par le département d’État américain, a fait savoir la DSCA.

Le département d’État américain a donné le feu vert à la vente de trois avions de guet aérien de type Advanced Hawkeye E-2D et d’équipements appropriés pour un montant total de 2 milliards de dollars, indique un avis publié ce 6 juillet par la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l'organisme responsable de la coordination du programme de vente de matériel militaire à l'étranger.

«Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à renforcer la sécurité d'un allié de l'OTAN, qui est une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Europe», indique le document.

Les appareils sont destinés aux forces navales françaises et viendront compléter ceux qu’elles possèdent déjà, ajoute l’avis, soulignant que cette décision «maintiendra l'interopérabilité avec les forces navales américaines».

La commande

L’annonce d’une commande de trois Advanced Hawkeye avait été faite à l’automne dernier par la ministre des Armées, Florence Parly.

Toutefois, cet avis de vente éventuelle, s’il est requis par la loi, ne signifie pas que la transaction aura obligatoirement lieu, ajoute le document.

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044065908-la-vente-de-trois-avions-militaires-a-la-france-pour-2-milliards-de-dollars-approuvee-par-le/

Darmanin promu à l'Intérieur: quid de la plainte pour viol?  07/07/2020

Darmanin promu à l'Intérieur: quid de la plainte pour viol?













Alors que Gérald Darmanin a été nommé ministre de l’Intérieur, la plainte pour viol à son encontre n’est «pas un obstacle», a appris l’AFP auprès de l'entourage du Président.

La plainte pour viol visant le nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin semble évoluer «dans le bon sens» et cette plainte «n'a pas fait obstacle» à la promotion d'un ministre qui «aspirait à plus», a indiqué lundi 6 juillet l'entourage du Président.

«Il semble que les choses vont dans le bon sens», a déclaré cette source sans autre précision. L'Élysée ne fait «jamais de commentaires sur les affaires en cours», a cependant ajouté cette source.

Jusqu'ici ministre de l'Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin «aspirait à plus» et «il incarne l'ordre républicain, une priorité du gouvernement», explique l'entourage du Président, cité par l’AFP.

Gérald Darmanin, un proche de Nicolas Sarkozy, remplace à Beauvau Christophe Castaner.

Jean-Michel Blanquer avait été «évoqué» pour ce poste, a confirmé la même source, mais la décision de choisir Gérald Darmanin «a été prise tôt dans la journée de lundi», ajoute l'entourage d'Emmanuel Macron.

Après sa nomination, M.Darmanin a fait part sur Twitter d’un «grand honneur»:


Interrogé sur le départ de Christophe Castaner, «personne n'a démérité mais il faut faire des choix», a répondu l'entourage du Président. En revanche, «il serait dans l'ordre des choses que Laurent Nunez soit maintenu» comme son secrétaire d'État, a ajouté cette source.

Le ministère de Gérald Darmanin s'élargit en outre à la Citoyenneté, nouveau portefeuille confié à Marlene Schiappa.

Interrogé sur la possibilité pour Gérald Darmanin de cumuler avec la mairie de Tourcoing, l'entourage du chef de l'État s'est contenté de répondre que le nouveau ministre avait démissionné dès lundi du conseil régional des Hauts-de-France, en attendant que sa situation sur la mairie de Tourcoing soit «clarifiée».
Accusations

Mi-juin, les avocates de la femme qui accuse Gérald Darmanin de l'avoir violée en 2009 avaient dénoncé le soutien apporté par le gouvernement au ministre.

Après deux ans de bataille procédurale, la cour d'appel de Paris avait ordonné début juin la reprise des investigations sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance portées contre le ministre par Sophie Patterson-Spatz.

Entendu en audition libre le 12 février 2018, M.Darmanin a confirmé avoir eu une relation sexuelle avec Mme Patterson-Spatz, mais selon lui librement consentie et à l'initiative de la plaignante.

https://fr.sputniknews.com/france/202007061044065862-darmanin-promu-a-linterieur-quid-de-la-plainte-pour-viol/

Inculpée pour avoir inventé son agression par un homme noir à Central Park  07/07/2020

Inculpée pour avoir inventé son agression par un homme noir à Central Park













Après s'être prétendue la victime d’un Afro-Américain dans Central Park pour des faits imaginaires, une femme s’est vue inculpée elle-même par les services du procureur de Manhattan.

La femme qui avait demandé à la police d'arrêter, sans raison, un homme noir dans Central Park fin mai a été inculpée lundi 6 juillet par les services du procureur de Manhattan pour dénonciation de délit imaginaire, indique l’AFP.

Lors de l'incident, Christian Cooper, venu observer les oiseaux dans le parc, avait demandé à Amy Cooper (pas de lien de parenté) de mettre son chien en laisse, ce qui est obligatoire dans cette partie de Central Park.

Irritée, elle avait alors appelé la police, assurant avoir été «menacée» par un «homme afro-américain».

Des policiers s'étaient présentés sur les lieux quelque temps après, n'avaient trouvé sur place qu'Amy Cooper et étaient repartis.

La vidéo de l'incident, postée le lendemain par la sœur de Christian Cooper, avait fait le tour du monde. Elle a été vue plus de 44 millions de fois.

Elle avait valu à Amy Cooper d'être clouée au pilori sur les réseaux sociaux et licenciée de son poste de vice-présidente de la société de gestion Franklin Templeton.
Jusqu'à un an de prison

Amy Cooper a été citée à comparaître et devra se présenter le 14 octobre au tribunal de Manhattan pour se voir signifier formellement son inculpation pour dénonciation de délit imaginaire.

En cas de condamnation, elle est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison.

Dans une déclaration transmise à la presse, le procureur de Manhattan Cy Vance Jr. a appelé «toute personne ayant été l'objet d'une dénonciation imaginaire à contacter» ses services.

Le jour de la mise en ligne de la vidéo, l'interpellation de George Floyd était filmée à Minneapolis, puis diffusée elle aussi, déclenchant un mouvement de protestation national contre le racisme et les brutalités policières contre les Afro-Américains.

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044065627-inculpee-pour-avoir-invente-son-agression-par-un-homme-noir-a-central-park/

Les autorités israéliennes avisent de démolir 30 bâtiments palestiniens à Jérusalem  06/07/2020

Les autorités israéliennes avisent de démolir 30 bâtiments palestiniens à Jérusalem























Les autorités israéliennes ont ordonné lundi la démolition de 30 structures palestiniennes dans le village d'al-Isawiya à Jérusalem occupée.

Le militant Mohammed Abu al-Hommous a déclaré que les équipes de la municipalité israélienne ont pris d'assaut lundi Al-Isawiya et distribué des avis de démolition ciblant 30 maisons et diverses installations.

Les équipages israéliens ont également pris des photos des bâtiments menacés. Certains d'entre eux sont des maisons habitées et d'autres sont encore en construction.

Outre les restrictions de construction, les résidents palestiniens d'al-Isawiya ont récemment été soumis à des campagnes de démolition intensifiées ciblant principalement les maisons et les installations commerciales.

L'occupation éloigne al-Maqdisi Abu Ramouz d'Al-Aqsa

Aujourd'hui, lundi, la police israélienne d'occupation a expulsé Abu Ramouz de la sainte mosquée Al-Aqsa pendant 6 mois.

Nizam Abu Ramouz a reçu la décision d'expulsion du poste de police d'Al-Qishleh dans la vieille ville de Jérusalem, après avoir mis fin à la semaine d'expulsion d'Al-Aqsa.

Nizam a déclaré qu'il avait mis fin à sa précédente expulsion d'Al-Aqsa il y a 4 mois, il y a environ deux semaines, et avait été arrêté par les forces d'occupation de l'intérieur de la mosquée.

Nizam Abu Ramuz, de la ville de Silwan, a été exposé à plusieurs décisions de retrait de la mosquée Al-Aqsa, dont l'issue a atteint plus de 3 ans, sachant qu'il priait quotidiennement au point le plus proche de la mosquée malgré son expulsion.


https://french.palinfo.com/57687
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57686
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Israël s'inquiète d'un risque sécuritaire concernant la vente d'images satellites américaines  06/07/2020

Israël s'inquiète d'un risque sécuritaire concernant la vente d'images satellites américaines














Des images de meilleure qualité pourraient permettre "aux ennemis d'espionner des sites sensibles" en Israël

Amnon Harari, le chef des programmes spatiaux au sein du ministère israélien de la Défense, a fait part de son inquiétude concernant le risque potentiel que représente la vente par les Etats-Unis d'images satellites de meilleure qualité des territoires israéliens et palestiniens, a rapporté lundi l'agence de presse Reuters.

En vertu d'une loi américaine votée en 1997, la résolution des images satellites en Israël et dans les Territoires - utilisées dans des applications comme Google Earth - est limitée à deux mètres de distance.

Ainsi, vendre des images avec une meilleure résolution pourrait permettre "aux ennemis d'Israël d'espionner des sites sensibles".

Cependant, le bureau américain des Affaires réglementaires a déclaré dans un communiqué que "des entreprises étrangères" fournissaient déjà des images satellites de l'Etat hébreu prises à moins de deux mètres.

"Nous sommes en train d'étudier précisément les termes [concernant les nouvelles résolutions d'images], quel est le but, et comment nous pouvons y répondre", a réagi M. Harari, indiquant par ailleurs que "les Américains n'avaient pas consulté les Israéliens par avance".

"Nous préférerons que les photos prises [de notre territoire] soient faites avec la résolution la plus basse possible. Il est préférable que les images soient floues, plutôt que de bonne qualité", a-t-il ajouté.

Selon Reuters, Israël craint notamment que "le Hezbollah et le Hamas puissent utiliser ces nouvelles images satellites pour planifier des tirs de roquettes sur des infrastructures civiles clés."

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/1594039928-israel-s-inquiete-d-un-risque-securitaire-concernant-les-images-satellites-americaines

La Turquie demande de nouveau que la France s’excuse auprès de l’Otan, de l’UE et d’Ankara  06/07/2020

La Turquie demande de nouveau que la France s’excuse auprès de l’Otan, de l’UE et d’Ankara













Lors d’un point-presse conjoint avec le chef de la diplomatie européenne, Mevlut Cavusoglu a de nouveau exigé des excuses de la part de Paris pour ses «fausses accusations» concernant l’incident naval survenu en juin.

Paris doit toujours présenter ses excuses à Ankara, à l’UE et à l’Otan pour ses accusations concernant le récent incident entre une frégate française et des bâtiments turcs, a insisté ce lundi 6 juin le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

S’exprimant lors d’un point de presse conjoint avec le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell en visite à Ankara, M.Cavusoglu a reproché à la France de «ne pas être honnête» et a de nouveau demandé des excuses de sa part.

La partie française accuse la marine turque d’avoir menacé d’ouvrir le feu sur la frégate Courbet le 10 juin en Méditerranée orientale. L’embarcation française essayait de contrôler un cargo soupçonné de faire de la contrebande d’armes pour le compte de la Turquie.
Tensions autour de la Libye

La semaine dernière, Mevlut Cavusoglu avait déjà déclaré que son pays attendait des excuses de la France pour ses «fausses accusations». Il a également rappelé qu’une enquête menée par l’Otan suite à l’incident n’avait pas corroboré la version présentée par Paris.

La France, qui accuse la Turquie, également membre de l’Otan, de ne pas respecter ses engagements sur la Libye, a décidé de suspendre temporairement sa participation aux opérations de surveillance de l’organisation en Méditerranée orientale.

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044064511-la-turquie-demande-de-nouveau-que-la-france-sexcuse-aupres-de-lotan-de-lue-et-dankara/

Craquage: un candidat au Congrès US assure que Beyoncé est une sataniste liée à Soros sous une fausse identité  06/07/2020

Craquage: un candidat au Congrès US assure que Beyoncé est une sataniste liée à Soros sous une fausse identité























La sortie lunaire d’un politique américain n’a pas passé inaperçue sur Twitter. Beyoncé «fait semblant» d’être afro-américaine, est italienne, a voué un culte à l’Église sataniste et fait partie d’un plan de George Soros en faveur du mouvement Black Lives Matter, a affirmé sur Twitter KW Miller, candidat au Congrès américain.

Dimanche 5 juillet, un candidat sans étiquette au Congrès américain dans le 18e district de Floride, KW Miller, s’est lancé dans une longue diatribe très complotiste contre la chanteuse Beyoncé. Cette dernière a récemment sorti un morceau politiquement engagé, en référence au mouvement Black Lives Matter.


«Beyoncé n’est même pas afro-américaine. Elle fait semblant pour gagner en visibilité. Son véritable nom est Ann Marie Lastrassi. Elle est italienne. Tout ça fait partie d’un plan de l’État profond de Soros pour le mouvement Black Lives Matter. Beyoncé, tu es prévenue!», écrit-il dans une première publication.

Mais il ne s’est pas arrêté là. Il affirme ensuite que le dernier titre de la chanteuse, «Formation», n’est en fait qu’un message codé destiné aux mondialistes. Selon lui, la chanson constitue en elle-même une preuve que Beyoncé était «démoniaque et qu’elle a voué un culte dans des églises satanistes en Alabama et en Louisiane». «Elle garde des symboles satanistes dans son sac», assure-t-il également.

Toujours dans ce titre, la chanteuse déclare qu’elle pourrait devenir «une future Bill Gates noire», dénonce l’homme politique. «Par conséquent, en 2020, nous observons le mouvement Black Lives Matter terroriser le pays tandis que Bill Gates promeut un vaccin contre le Covid», alerte-t-il.
Il attaque une autre chanteuse

KW Miller poursuit sa diatribe sur Patti LaBelle, une autre chanteuse afro-américaine, davantage connue dans les années 1980. Partageant quatre photos de l’artiste, dont trois où elle figure aux côtés de Barack Obama et de Bill Clinton, il assure qu’elle est une «marionnette mondialiste Illuminati» et se demande si elle voue un culte à Lucifer.

Il revient ensuite sur sa théorie de l’État profond, suggérant que Patti LaBelle a un «plan secret» pour réinstaller Barack Obama à la présidence des États-Unis. «Les artistes noirs devraient encourager la communauté noire plutôt que d’essayer de dire à leurs frères et sœurs qu’ils sont des victimes», conclut-il.

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044063064-craquage-un-candidat-au-congres-us-assure-que-beyonce-est-une-sataniste-liee-a-soros-sous-une/

Le Maroc pourrait accueillir une base de la marine américaine actuellement en Espagne  06/07/2020

Le Maroc pourrait accueillir une base de la marine américaine actuellement en Espagne













Les États-Unis n’ont toujours pas manifesté leur envie de garder la base navale de Rota, en Espagne, pour accueillir leurs navires de guerre stationnés en Méditerranée. Ils pourraient les déménager à Ksar Sghir, au Maroc, rapporte El Espanol qui fait état d’une vive inquiétude des autorités espagnoles.

Alors que l’accord militaire qui lie les États-Unis à l’Espagne sur l’occupation de la base navale de Rota, sur la côte atlantique dans le sud-ouest de l’île ibérique, arrive à expiration en mai 2021, l’armée américaine pourrait déménager ses navires vers la base de Ksar Sghir, dans le détroit de Gibraltar, au nord du Maroc, relate dimanche 5 juillet le quotidien El Espanol. La base marocaine est source d’inquiétude pour les autorités espagnoles depuis le début de sa construction, explique Yabiladi qui informe qu’un autre site naval à Agadir pourrait accueillir l’US Navy.

À l’approche de l’expiration mai 2021 de l’accord de coopération militaire qui lie les États-Unis à l’Espagne depuis décembre 1988, les inquiétudes de Madrid de voir les bâtiments de guerre américains déménager vers la base de Ksar Sghir se sont exacerbées, poursuit El Espanol. En effet, d'après la ministre espagnole de la Défense Margarita Robles, Washington n’a «toujours pas présenté de demande officielle pour prolonger la présence de la marine américaine sur la base Rota», ajoute le média.

Ainsi, «le Maroc aurait proposé aux États-Unis d’accueillir une partie de leurs bateaux de guerre stationnés en Méditerranée à la base navale de Ksar Sghir», détaille le journal espagnol, une proposition a suscité «des grincements de dents dans le haut commandement de l’armée».

Une base qui peut recevoir des sous-marins

Selon Yabiladi, «depuis le lancement de sa construction en 2008, la base navale de Ksar Sghir est source de préoccupation pour les sécuritaires du voisin ibérique [l’armée espagnole, ndlr]».

Une source militaire marocaine a confié à EL Espanol que le royaume chérifien avait mis le paquet en «multipliant par quatre la surface» de la base navale de Ksar Sghir pour qu’elle soit en mesure d'«accueillir même des sous-marins».

La même source précise que l’extension résulte d’une visite de hauts gradés de l’US Navy au chantier de Ksar Sghir pour évaluer ses capacités pour supplanter la base navale de Rota.
Agadir également dans les starting-blocks

Après le sommet de l’Otan de décembre 2019 à Londres, le site espagnol Kaosenlared.net a fait état d’une «appréhension» des autorités espagnoles à cause de la plausibilité de l’hypothèse que le Maroc puisse «accueillir les bateaux de l’US Navy à Agadir, à la place de la base Rota».

Les craintes sont nées depuis que Donald Trump, présent au sommet de l’Otan, n’a pas réagi à la proposition du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez de renouveler l’accord militaire après son expiration en mai 2021, avance le site.

Yabiladi rappelle que de nombreux navires de la marine des États-Unis «jetaient régulièrement l’ancre à Agadir à l’occasion des exercices militaires conjoints African Sea Lion». «Avant que le Pentagone ne décide l’annulation de l’édition 2020, dans le sillage de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, plus de 3.000 soldats à bord de l’USS Bataan étaient présents à Agadir», conclut le média.

https://fr.sputniknews.com/maghreb/202007061044064666-le-maroc-pourrait-accueillir-une-base-de-la-marine-americaine-actuellement-en-espagne/

L'Élysée annonce la composition du nouveau gouvernement - vidéo  06/07/2020

L'Élysée annonce la composition du nouveau gouvernement - vidéo













Le suspense est levé. Après la nomination de Jean Castex au poste de Premier ministre, vendredi 3 juillet, en remplacement d'Édouard Philippe, la liste des ministres du nouveau gouvernement est dévoilée ce lundi par l’Élysée.

La nomination du nouveau gouvernement français dirigé par le Premier ministre fraîchement nommé Jean Castex a été annoncée ce lundi 6 juillet par le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler.



L'ancienne équipe d'Édouard Philippe était constituée de 16 ministres, trois ministres délégués et 17 secrétaires d'État.


Les courses-poursuites, interdites aux policiers depuis 2015, sont de nouveau autorisées en région parisienne  06/07/2020

Les courses-poursuites, interdites aux policiers depuis 2015, sont de nouveau autorisées en région parisienne














Le préfet de police de Paris a donné le feu vert aux poursuites de véhicules en fuite à Paris et en petite couronne, a annoncé Le Parisien, rappelant qu’une note de 2015 avait proscrit cette opération.

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a signé le 3 juillet une note ré-autorisant les forces de l’ordre à engager une course-poursuite des véhicules à Paris et en petite couronne, a fait savoir Le Parisien.

«Désormais, la poursuite des véhicules refusant d'obtempérer aux injonctions de la police pourra être engagée par un équipage», indique le préfet de police de Paris.

Il ajoute toutefois que cette poursuite «fera l'objet d'un compte rendu immédiat au centre de commandement et d'information (CIC) qui évaluera le bien-fondé de cette intervention».
Les policiers satisfaits

Les syndicats de police se sont félicités de cette décision.

«C'est un soutien apporté aux effectifs. On veut juste faire notre boulot convenablement», a déclaré Grégory Goupil, secrétaire national adjoint Île-de-France d'Alliance.

Il a rappelé que la mesure précédente avait «encouragé les rodéos», alors que «d'un autre côté on verbalisait l'automobiliste qui avait un pneu lisse».

«Je me satisfais de l'abrogation. Mais cela ne doit pas être un jeu d'écriture pour calmer la colère des policiers», a indiqué pour sa part Erwan Guermeur, secrétaire départemental de l'Unité SGP Police FO 93.

Désormais, Alliance veut obtenir l'assurance que la responsabilité des policiers «ne sera pas engagée juridiquement et administrativement si, à l'issue d'une course-poursuite, une personne se fait renverser ou si un accident se produit», ajoute le journal.

«On ne peut plus travailler»

Le Parisien rappelle qu’une note du 3 mars 2015 interdisait la poursuite des véhicules, surtout des deux-roues, pour éviter tout risque d'accident, à l’exception d’un nombre limité de situations, notamment en cas de crime de sang ou d’évasion.

Pourtant, «bien avant la note de 2015, on ne pouvait plus poursuivre», se rappelle un policier en poste en Seine-Saint-Denis depuis le début des années 2000.

Le journal indique que cette décision coïncide avec la récente visite de Laurent Nunez , le secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, au commissariat de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

«Dès que nous signalons au centre d'information et de commandement (CIC) que nous sommes sur un véhicule, on reçoit l'ordre de lâcher. On ne peut plus travailler», avait alors lancé un policier.

https://fr.sputniknews.com/france/202007061044065089-les-courses-poursuites-interdites-aux-policiers-depuis-2015-sont-de-nouveau-autorisees-en-region/

La Chine retire des troupes de la frontière disputée avec l'Inde  06/07/2020

La Chine retire des troupes de la frontière disputée avec l'Inde






























La Chine a commencé à retirer lundi des troupes le long de la frontière contestée avec l'Inde, selon des sources gouvernementales indiennes, trois semaines après l'accrochage meurtrier entre les deux puissances asiatiques qui a causé la mort de vingt soldats indiens.

Des soldats chinois ont été vus en train de démanteler des tentes et des structures sur un site de la vallée de la Galwan, théâtre de l'accrochage, selon des sources gouvernementales indiennes refusant d'être identifiées car elles ne sont pas autorisées à parler aux médias.

Des véhicules se sont également retirés de la zone, ainsi que de deux autres zones frontalières contestées, Hotsprings et Gogra.

Des soldats chinois et indiens se sont affrontés dans la nuit du 15 juin pendant des heures à coups de poings, de pierres et de bâtons, certains soldats tombant dans les eaux glacées du fleuve Galwan, dans l'ouest de l'Himalaya.

La Chine n'a fourni aucun bilan officiel de l'accrochage, mais les pertes déplorées par l'Inde sont les plus lourdes dans la région disputée en plus de cinq décennies.

Des négociations ont eu lieu ces dernières semaines en vue d'un apaisement des tensions.

A Pékin, interrogé sur le fait de savoir si la Chine avait retiré des troupes de la vallée de la Galwan, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian a déclaré que les deux parties "prenaient des mesures efficaces à la faveur du désengagement et de l'apaisement de la situation à la frontière".

"Nous espérons que l'Inde fera sa part et prendra des mesures concrètes pour mettre en œuvre ce qui a été convenu par les deux parties, continuer à communiquer étroitement par les canaux diplomatiques et militaires et travailler ensemble pour apaiser la situation à la frontière", a déclaré Zhao lors d'un point presse.

https://www.boursorama.com/bourse/actualites/la-chine-retire-des-troupes-de-la-frontiere-disputee-avec-l-inde-sources-dda86027f1261b878b469c5c509f624e

La Russie inquiète des intentions turques pour Sainte-Sophie, «une menace» pour la «civilisation chrétienne»  06/07/2020

La Russie inquiète des intentions turques pour Sainte-Sophie, «une menace» pour la «civilisation chrétienne»













Après que le Président turc a proposé de reconvertir la basilique Sainte-Sophie, d’origine chrétienne, en mosquée, la Russie a exprimé son inquiétude, voyant ce projet comme menaçant la «civilisation chrétienne».

Les autorités russes et l'Église orthodoxe se sont montrées lundi 6 juillet inquiètes face à la volonté affichée par le Président turc Recep Tayyip Erdogan de reconvertir l'ex-basilique Sainte-Sophie d'Istanbul en mosquée.

Le patriarche russe Kirill s'est dit dans un communiqué «profondément préoccupé» par un éventuel changement de statut de «l'un des plus grands monuments de la culture chrétienne» et «particulièrement cher à l'Église russe», héritière des traditions byzantines.

«Toute tentative d'humilier ou de piétiner l'héritage spirituel millénaire de l'Église de Constantinople est perçue par le peuple russe -jadis comme aujourd'hui- avec amertume et indignation», a averti le patriarche de Moscou.

«Valeur sacrée»

«Une menace envers Sainte-Sophie est une menace pour l'ensemble de la civilisation chrétienne, et donc envers notre spiritualité et notre histoire», a-t-il ajouté, appelant le gouvernement turc à la «prudence».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui dit «espérer que le statut de la basilique Sainte-Sophie en tant qu'objet appartenant patrimoine mondial sera pris en compte» par Ankara.

Il a estimé aussi que Sainte-Sophie avait «une valeur sacrée» pour les Russes, tout en jugeant que la question de la reconversion ou non du lieu relevait «des affaires intérieures de la Turquie».

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinine, a également appelé Ankara à «prendre en compte l'importance mondial» de l'ancienne basilique byzantine.

Le plus haut tribunal administratif de Turquie a étudié jeudi une demande de reconversion en mosquée de l'ex-basilique Sainte-Sophie, une mesure que le Président Recep Tayyip Erdogan appelle de ses voeux au risque de susciter des tensions avec plusieurs pays.

Le tribunal doit désormais annoncer sa décision sous 15 jours.
Histoire de la basilique

Oeuvre architecturale majeure construite au VIe siècle par les Byzantins qui y couronnaient leurs empereurs, Sainte-Sophie est un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco et l'une des principales attractions touristiques d'Istanbul, rappelle l’AFP.

Convertie en mosquée après la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, Sainte-Sophie a été transformée en musée en 1935 par le dirigeant de la jeune République turque, Mustafa Kemal, soucieux de «l'offrir à l'humanité».

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044062745--la-russie-inquiete-des-intentions-turques-pour-sainte-sophie-une-menace-pour-la-civilisation/

«Un juge qui résiste aux pressions, c’est un juge qui ne fait pas une grande carrière», affirme un député  06/07/2020

«Un juge qui résiste aux pressions, c’est un juge qui ne fait pas une grande carrière», affirme un député













Le président de la commission d’enquête parlementaire sur l’indépendance de la Justice, Ugo Bernalicis, a expliqué à Marianne quelles «zones grises» permettaient encore à l’exécutif d’instrumentaliser le pouvoir judiciaire. Pour empêcher cela, il appelle à la création d’un corps d’inspection.

L’indépendance de la justice est revenue au cœur de l’actualité depuis les révélations d’Éliane Houlette, ancienne présidente du Parquet national financier (PNF), devant la commission d’enquête parlementaire sur les obstacles à cette indépendance, le 10 juin dernier. Le président de cette commission, le député La France insoumise Ugo Bernalicis, a affirmé au magazine Marianne que certaines «zones grises» permettaient encore une incursion du pouvoir politique dans les procédures judiciaires.

«La nomination d’un juge d’instruction est un bon exemple», a-t-il indiqué auprès de l’hebdomadaire. «On sait que tel juge est réputé pour “ne rien lâcher“, que tel autre est plus lent, plus docile, demande moins de perquisitions», a-t-il précisé, rappelant que le juge nommé pour l’affaire Fillon est Serge Tournaire, «réputé intransigeant».

Un autre exemple se trouve dans les moyens accordés à l’enquête. Une affaire que l’on souhaite traiter rapidement est confiée au PNF. Certaines affaires sont privilégiées, et d’autres «dorment pendant des années». Le député a également souligné les remontées d’informations demandées par le parquet, comme cela a été le cas avec Éliane Houlette.

Les magistrats subissent des pressions également par les «jeux des promotions, des mutations, pour qu’ils fassent ce qu’on leur suggère», a-t-il dénoncé, ajoutant qu’un «juge qui résiste aux pressions, c'est un juge qui ne fait pas une grande carrière».
La fin de l’impunité des politiques

L’élu de la deuxième circonscription du Nord reconnaît que les procès de Patrick Balkany ou de François Fillon ont sonné le glas de l’époque où «être politique, c'était la certitude de s'en sortir». Mais selon lui, le fait que des doutes sur l’indépendance de la Justice apparaissent à chaque affaire liée à une personnalité ne relève pas de la théorie du complot.

«Quand La France insoumise est perquisitionnée dans 17 endroits différents le 16 octobre 2018, on ne peut que constater que la débauche de moyens tranche avec ce qui se pratique dans d'autres affaires politiques», a-t-il déclaré.
Création d’un corps d’inspection

Pour garantir l’indépendance de l’institution judiciaire, il propose la création d’un corps d’inspection de la justice «avec de véritables pouvoirs», précisant que l’inspection générale qui existe actuellement ne peut être saisie que par la ministre. Il réclame également la fin des remontées d’informations par le parquet et que les magistrats puissent être auditionnés devant le Parlement.

https://fr.sputniknews.com/france/202007061044062795-un-juge-qui-resiste-aux-pressions-cest-un-juge-qui-ne-fait-pas-une-grande-carriere-affirme-un/

Le Conseil d'Etat suspend l'obligation d'obtenir une autorisation pour manifester  06/07/2020

Le Conseil d'Etat suspend l'obligation d'obtenir une autorisation pour manifester
























Dans une décision rendue publique ce 6 juillet, le juge des référés du Conseil d'État a suspendu le décret instaurant une autorisation afin de pouvoir manifester. L'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes est elle maintenue.

Le juge des référés du Conseil d'État a suspendu ce 6 juillet le décret du 14 juin instaurant une autorisation prélable de manifestation mais a maintenu l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes au regard de la situation sanitaire.


Le juge administratif, qui était saisi notamment par plusieurs syndicats, estime qu'il «existe un doute sérieux» sur le fait que cette nouvelle procédure (d'autorisation), introduite dans un décret du 14 juin, «ne porte pas une atteinte disproportionnée à la liberté de manifester».

Les rassemblements de plus de 5 000 personnes toujours interdits

Le 13 juin, le Conseil d'Etat avait déjà suspendu l'interdiction générale et absolue de manifester qui découlait du décret du 31 mai interdisant les rassemblements de plus de dix personnes. À la suite de cette suspension, le Premier ministre Edouard Philippe avait, le lendemain, modifié ce décret pour prévoir que cette interdiction ne s'appliquerait pas aux manifestations autorisées par le préfet dans le respect des «mesures barrières».

Mais ce décret avait été de nouveau attaqué par plusieurs syndicats et associations (CGT, Force ouvrière, Solidaires, FSU, Unef, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature et Droit au Logement).

Dans son ordonnance, le juge des référés relève qu'en temps normal, les manifestations sur la voie publique sont soumises à «une obligation de déclaration» auprès des autorités. Le préfet peut alors «interdire les rassemblements qui risquent de troubler l'ordre public, par exemple s'il estime que les précautions sanitaires prévues sont insuffisantes».

Le décret du 14 juin «conduit à inverser cette logique, puisque toute manifestation demeure interdite tant que le préfet ne l'a pas autorisée». En outre, le décret ne prévoit pas de délai pour que le préfet rende une décision, ce qui peut empêcher les organisateurs de saisir le juge en temps utile.

En revanche, le juge estime que l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes, qui demeure inchangée dans le décret du 31 mai, «reste justifiée au regard de la situation sanitaire à ce jour».


https://francais.rt.com/france/76630-conseil-etat-suspend-obligation-obtenir-autorisation-manifester


Irak : plusieurs attaques à la roquette contre des intérêts américains à Bagdad  06/07/2020

Irak : plusieurs attaques à la roquette contre des intérêts américains à Bagdad
























Des roquettes ont pris pour cible ces dernières 24 heures des zones abritant des intérêts américains en Irak. Non revendiquées, ces attaques pourraient viser l’autorité du nouveau Premier ministre, considéré par certains comme pro-Américain.

Selon un responsable des services de sécurité irakiens cité par l'AFP, une roquette se serait abattue dans la nuit du 5 au 6 juillet près de l'aéroport de Bagdad, où sont postés des soldats américains. Il s'agirait, selon cette source, de la deuxième attaque en 24 heures contre des intérêts américains. Si cette information a été démentie ce 6 juillet au matin par l'armée, cette dernière comptabilise néanmoins 34 attaques contre des intérêts américains en Irak depuis octobre.

Un enfant blessé la veille

La veille, le 5 juillet, l'armée avait annoncé que des roquettes avaient visé des intérêts étasuniens. «Une roquette a été tirée en direction de la Zone verte» (où se trouve l'ambassade des Etats-Unis), est-il précisé dans un communiqué de l'armée. «Elle s'est abattue sur une maison, y blessant un enfant», selon la même source. Le texte souligne qu'au même moment, «les forces irakiennes ont pu saisir des roquettes et des rampes de lancement positionnées pour une attaque contre la base militaire de Taji», qui abrite des soldats américains au nord de Bagdad.

Ces tirs ont eu lieu à l'issue d'une journée durant laquelle de fortes explosions ont résonné à intervalles réguliers du fait de tests d'un dispositif conçu pour intercepter des roquettes, le C-RAM, désormais installé aux abords de l'ambassade américaine dans la capitale irakienne.

Le nouveau Premier ministre visé ?

Les tirs de roquette sont habituellement attribués aux brigades pro-Iran même s'ils n'ont jamais été revendiqués par des factions connues. Ces nouvelles attaques sont vues comme un défi lancé au gouvernement du nouveau Premier ministre Moustafa al-Kazimi, en poste depuis le 7 mai, qui passe pour proche de Washington, adversaire de Téhéran, et qui semble vouloir donner des gages aux Etats-Unis à l'approche d'une possible visite diplomatique outre-Atlantique.

Dans la nuit du 25 au 26 juin, les autorités irakiennes avaient remporté une manche, les unités d'élite du contre-terrorisme ayant arrêté 14 hommes membres des brigades du Hezbollah en possession de plusieurs rampes de lancement de roquettes. Mais, quatre jours plus tard, ils avaient été libérés par un juge estimant «manquer de preuves», à l'exception d'un seul d'entre eux, «directement incriminé», selon un responsable gouvernemental cité par l'agence de presse.

Les responsables assurent, unanimes, que, pour les autorités, mener un tel raid est déjà en soi une réussite, alors que les précédentes attaques à la roquette contre des diplomates ou des soldats américains n'ont jamais mené à des arrestations ou même des perquisitions sous le précédent gouvernement d'Adel Abdel Mahdi. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, avait lui salué «un pas dans la bonne direction», lors d'une conférence de presse le 1er juillet. «Nous applaudissons [Bagdad]», avait-il ajouté.

Les forces pro-Iran maintiennent elles leur position. Durant leurs quatre jours de détention de leurs hommes, les brigades du Hezbollah ont multiplié les menaces, s'en prenant en particulier au Premier ministre Kazimi qu'elles accusent déjà depuis des mois d'être «complice» de l'assassinat en janvier par Washington du général iranien Qassem Soleimani à l'aéroport de Bagdad.

https://francais.rt.com/international/76622-irak-plusieurs-attaques-roquette-contre-interets-americains-bagdad

Israël est à l’origine d’une attaque contre un site nucléaire iranien, assurent des sources du New York Times  06/07/2020

Israël est à l’origine d’une attaque contre un site nucléaire iranien, assurent des sources du New York Times












Israël a pu mener un acte de sabotage en posant une bombe sur l’installation d’un site nucléaire iranien, rapporte le New York Times en se référant à ses sources.

Un responsable de services de renseignement au Moyen-Orient a déclaré au New York Times (NYT) qu'Israël était responsable de l'attaque du complexe nucléaire de Natanz du jeudi 2 juillet, en posant une puissante bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses avancées étaient en cours de développement.

Un membre anonyme du Corps des gardiens de la révolution islamique a également certifié au quotidien qu'un explosif avait été utilisé.

Le journal américain indique cependant ne pas être en état de vérifier ou de confirmer l’implication d’Israël dans la destruction du site. Certains responsables israéliens sont restés vagues lorsqu'ils ont été interrogés sur la possibilité d'une implication dans une attaque contre Natanz, bien qu'ils aient souligné le danger d'un Iran doté d'armes nucléaires.

La version d’un acte de sabotage avait été émise par plusieurs médias occidentaux.

Une succession d’accidents

Le New York Times signale que ces derniers mois, des dizaines d'événements ont touché ce secteur, dont des incendies dans des complexes industriels en Iran, et ceux-ci ont également été largement attribués à Israël.

Mais la source susmentionnée du journal, issue du renseignement au Moyen-Orient, a également déclaré que l’accident de Natanz n’avait rien à voir avec les autres incidents récents.
Une faille dans la sécurité

«Alors que les enquêteurs ont envisagé la possibilité que Natanz ait été touché jeudi par un missile de croisière ou un drone, ils considèrent qu'il est plus probable que quelqu'un ait introduit une bombe dans le bâtiment», a confié le membre des Gardiens de la révolution cité par le NYT.

«Ils ne savent pas encore comment ni quand les explosifs ont été introduits, mais l'attaque a clairement montré une lacune dans la sécurité de l'installation», a-t-il ajouté.

Dimanche 5 juillet, le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique Behrouz Kamalvandi a déclaré à l’agence de presse IRNA que l’Iran construirait un bâtiment plus grand en lieu et place de celui endommagé par un incendie sur le site de Natanz et y installerait des équipements plus modernes.

«L’incident pourrait ralentir le développement et la production de centrifugeuses avancées à moyen terme... L’Iran remplacera le bâtiment endommagé par un plus grand, doté d’équipements plus avancés», a-t-il précisé.

https://fr.sputniknews.com/international/202007061044059876--israel-est-a-lorigine-dune-attaque-contre-un-site-nucleaire-iranien-assurent-des-sources-du-new/

Les collaborateurs d’Édouard Philippe désormais appelés à se tourner vers Pôle Emploi  06/07/2020

Les collaborateurs d’Édouard Philippe désormais appelés à se tourner vers Pôle Emploi













Selon les collaborateurs d’Édouard Philippe interrogés par Le Parisien, une dizaine de minutes après la démission de ce dernier, la direction leur a demandé de «faire les cartons, rendre les téléphones et nettoyer les ordinateurs», en leur conseillant de se rapprocher de Pôle emploi.

Le remaniement du gouvernement a mis de nombreux collaborateurs de la majorité dans une situation difficile. Certains n’ont pas caché leur colère auprès du Parisien.

«On est tous dans l'expectative. On s'envoie des messages entre nous, pour essayer de savoir qui pourrait entrer ou sortir. Mais le Président verrouille tout», a indiqué au média une secrétaire d'État, qui craint «un grand chambardement» avec l’arrivée du nouveau Premier ministre et son gouvernement dont la composition doit être annoncée ce lundi.
Avenir des collaborateurs de Philippe

Quel avenir s’annonce pour les collaborateurs de l’ex-Premier ministre Édouard Philippe? Pour certains, le départ de Matignon a été particulièrement violent.

«Vendredi matin, dix minutes après le communiqué annonçant le départ d’Édouard Philippe, la direction des services administratifs de mon ministère nous demandait de faire les cartons, rendre les téléphones et nettoyer les ordinateurs. Une heure plus tard, je n'avais déjà plus accès à aucun dossier et on me conseillait de me rapprocher de Pôle emploi…», a raconté au Parisien l'un d'eux.

https://fr.sputniknews.com/france/202007061044060936-les-collaborateurs-dedouard-philippe-desormais-appeles-a-se-tourner-vers-pole-emploi/

Deux anciens espions de la DGSE devant la justice pour trahison  06/07/2020

Deux anciens espions de la DGSE devant la justice pour trahison





























D’habitude, dans le milieu du renseignement, on lave son linge sale « en famille ». Aussi, le procès, qui se tiendra à partir de ce 6 juillet devant la cour d’assises spécialisée en matière militaire de Paris, est rarissime et la publicité qui en sera faite vise probablement à en faire un exemple afin de dissuader ceux qui pourraient céder à la tentation d’imiter les accusés.

En effet, deux anciens membres de la Direction générale de la sécurité extérieure [DGSE] comparaîtront pour avoir transmis à une puissance étrangère – en l’occurrence à la Chine – des informations susceptibles de « porter atteinte à la sécurité de l’État ».

Pour rappel, cette affaire fut révélée en mai 2018 par le quotidien Le Monde et l’émission télévisée « Quotidien », puis confirmée par le ministère des Armées. À l’époque, ce dernier avait précisé que « deux anciens personnels » de la DGSE et la « conjointe de l’un d’entre-eux » venaient d’être déférés devant un juge d’instruction pour des « faits susceptibles de constituer les crimes et délits de trahison par livraison d’informations à une puissance étrangère, provocation au crime de trahison et atteinte au secret de la défense nationale. »

Le cas de l’un de ces anciens membres de la DGSE, Henri M., 73 ans, avait déjà été évoqué par Franck Renaud, dans son livre « Les diplomates : Derrière la façade des ambassades de France », publié en 2010. Ainsi, affecté à Pékin à la fin des années 1990 pour assurer une liaison dite « TOTEM » [qui consister à entretenir des relations avec le rensiegnement chinois], il avait été « retourné » par une interprète de l’ambassade de France, liée au ministère de la Sécurité de l’État [Guoanbu, renseignement extérieur et contre-espionnage].

La DGSE avait alors décidé d’évincer Henri M. en toute discrétion. Seulement, ayant pris sa retraite et s’étant installé sur l’île de Hainan avec l’ex-interprète qu’il a depuis épousée, il aurait recruté, pour le compte du renseignement chinois, Pierre-Marie H., qu’il avait connu au boulevard Mortier, dans les années 1990.

Originaire de Bourgogne [il se présentera aux élections législatives de 2017 en Saône-et-Loire, en tant que suppléant d’une candidate du parti « Souveraineté, identité et libertés »], Pierre-Marie H. s’occupait alors de tâches administratives qu’il estimait en-deçà de ses capacités et faisait face à des difficultés financières. En lien avec Henri M., il aurait alors multiplié les voyages à l’île Maurice et en Asie pour communiquer des informations sensibles à un agent traitant chinois contre rémunération. Et il aurait continué ce manège même après avoir pris sa retraite, en 2016.

Seulement, la DGSE, n’étant a priori pas dupe, ouvrit une enquête interne de sécurité. Et, au printemps 2017, son directeur, qui était alors Bernard Bajolet, signala les agissements de deux « taupes » à la justice et à la Direction générale de la sécurité intérieure [DGSI], chargée du contre-espionnage. En décembre, Henri M, officiellement reconverti dans l’import-export avec la Chine, ainsi que Pierre-Marie H et son épouse, Laurence H, furent interpellés. Les deux hommes seront ensuite inarcérés, l’un à Fresnes, l’autre à Fleury-Mérogis.

Les deux anciens de la DGSE seront donc jugés pour « livraison d’information à une puissance étrangère », « atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation » et « intelligence avec une puissance étrangère ». De quoi valoir jusqu’à 15 ans de prison. Quant à Laurence H., elle comparaîtra pour « recel de bien provenant d’intelligence avec une puissance étrangère de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. » Le verdict doit être prononcé le 10 juillet prochain.

http://www.opex360.com/2020/07/06/deux-anciens-de-la-dgse-devant-la-justice-pour-trahison-au-profit-de-la-chine/

La Chine fermera progressivement tous les marchés de volaille vivante  06/07/2020

La Chine fermera progressivement tous les marchés de volaille vivante
























La Chine fermera tous les marchés de volaille vivante étape par étape dans le but de réduire les risques pour la santé publique, a déclaré vendredi un responsable.

La Chine luttera contre le commerce illégal des animaux sauvages, interdira la consommation d'animaux sauvages et imposera des restrictions sur le commerce et l'abattage de volaille vivante, a indiqué Chen Xu, responsable de l'Administration d'Etat de contrôle du marché, lors d'une conférence de presse.

Les autorités intensifieront la surveillance des marchés agricoles afin d'assurer la sécurité des aliments dans le contexte de l'épidémie de COVID-19, a-t-il expliqué.

La Chine compte 44.000 marchés agricoles à l'échelle nationale, dont plus de 4.100 marchés de gros, a noté Hu Jianping, responsable du ministère du Commerce, à la même occasion.

Près de 70% des produits agricoles du pays sont distribués par le biais des marchés de gros, qui sont les principaux débouchés de vente pour les produits agricoles, a-t-elle expliqué.

Les marchés agricoles, de gros et de détail, ont apporté une énorme contribution en assurant l'approvisionnement du marché, alors qu'ils ont continué de fonctionner normalement sur fond d'épidémie, a indiqué Mme Hu.

Xinhua News Agency 新华社
http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29267

1 2 3 4 5 » ... 3817


Publicité

Brèves



Commentaires