Le blog de Kamal Znidar

Retour sur le jeudi noir de Casablanca

Inacceptable, injustifiable et inexcusable ce qui s'est passé à Casablanca jeudi dernier. Très graves ces incidents qui ont précédé le match de football opposant l'équipe du Raja de Casablanca à celle des FAR en plein centre ville de la métropole économique.



Retour sur le jeudi noir de Casablanca
Les autorités publiques assurent que toutes les mesures avaient été prises pour cette rencontre qui opposait les deux premiers du championnat marocain. 3.000 membres des forces de l'ordre avaient été mobilisés, révèlent des médias locaux.

En dépit de toutes ces précautions préventives, des actes de vandalisme et de destruction de biens publics et privés ont été perpétrés. Au-cours de ces actes, ont été brisées les vitres de 8 voitures de Tramway, de 7 autobus de transport public et de 13 véhicules, outre des dégâts infligés aux façades de 15 magasins commerciaux.

Les mesures de sécurité prises pour assurer l'ordre lors de ce match, normal qu'elles soient insuffisantes. Stade Mohammed V, sa capacité est de 67.000 places. En cas de dérapage, ce ne sont pas les 3.000 membres des forces de l'ordre mobilisés qui vont contenir la situation… sauf si ces membres des forces de l'ordre sont tous des supermans !

Quant à cet an jusqu'à cinq ans de prison et cette amende de 1.200 jusqu'à 20.000 DHS que le code pénal réserve à ces incidents, ils sont à revoir. La prison n'apeure plus les délinquants d'aujourd'hui. Je peux même me permettre de dire qu'elle est un sort que ces délinquants conçoivent comme une sorte de paradis.

Perçue de cette manière, la prison ne combat plus la délinquance mais elle l'encourage. La conformité à l'ordre de nos délinquants, pour qu'elle soit assurée, il lui faut des sanctions plus sévères que ça. Pas la peine de mort, certes. Mais pourquoi pas la flagellation "un certain nombre de coup de fouet par jour pendant un certain nombre de jours voire de mois" !

En tous cas, la réadaptation des sanctions de notre code pénal à la mentalité et la psychologie-comportementale de nos délinquants, s'avère une nécessite. Ces sanctions doivent être façonnées d'une manière qui sèmera la terreur dans leurs rangs sinon la siba régnera encore et encore notre bled.
Vendredi 19 Avril 2013
Kamal Znidar



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Avril 2013 - 01:18 L'islam inquiète trois français sur quatre

Vendredi 19 Avril 2013 - 01:09 Qui peut s'opposer au roi au Maroc ?