International

ZIMBABWE: Responsabilités partagées


La pseudo élection de Robert Mugabe à la présidence du Zimbabwe va certainement perpétuer la grave crise qui sévit dans ce pays d’Afrique australe. Il ne fait aucun doute que cette élection n’est qu’un simulacre de démocratie dans un contexte où le pays croule sous la répression, la malgestion et l’implosion sociale et économique. Il est donc naturel que les pays africains de même que l’ONU et ses États-membres refusent de cautionner cette arnaque. Reste à voir si les condamnations verbales vont être suivies d’actions réelles. On peut se poser la question, car l’écart entre la rhétorique démocratique et la pratique ne cesse de s’aggraver un peu partout dans le monde.

par Pierre BEAUDET


Mardi 1 Juillet 2008

Une crise qui vient de loin

Personne ne peut affirmer sérieusement d’avoir été surpris par la tournure des évènements au Zimbabwe. En effet, la crise de ce pays perdure depuis plusieurs années. Avant l’indépendance même (1980), le pays avait connu une violente guerre anticoloniale. Appuyé par l’Afrique du Sud de l’apartheid, le régime rhodésien avait déjoué la pression internationale plutôt ambigüe puisque les pays occidentaux, majoritairement, appuyaient le régime de l’apartheid censé représenter un « rempart » contre l’avancée soviétique en Afrique. Ce cruel choix a beaucoup contribué à créer les sources du problème actuel.

Plus tard au moment de la transition, les États-Unis et la Grande Bretagne avaient imposé au mouvement de libération africain à la veille de prendre le pouvoir des engagements à ne pas modifier la structure coloniale de l’économie zimbabwéenne, notamment la très inéquitable distribution des terres qui excluait la majorité africaine des zones les plus fertiles. M. Mugabe avait accepté à cette époque ce « compromis » en espérant que l’indépendance allait un peu par magie régler les problèmes.

Par la suite dans les années 1980, le Zimbabwe comme la majorité des pays africains a été piégé par l’endettement et les politiques dites d’ajustement structurel mises en place par le FMI et la Banque mondiale, inspirées par les orientations néolibérales des États-Unis. Le gouvernement avait alors du réduire drastiquement les services publics, sabrer dans les emplois et rembourser une dette héritée de la période coloniale. Ces injustices certes n’expliquent pas tout, car M. Mugabe a lui-même contribué à aggraver le conflit.

Par exemple en 1983, une violente répression était déclenchée dans l’ouest du pays faisant plusieurs milliers de victimes. Mais à l’époque, le président était bien vu des pays occidentaux puisqu’il avait accepté de suivre les politiques en question.

L’implosion

Tout au long des années 1990, la situation s’est aggravée. Avant la fin du régime de l’apartheid, le Zimbabwe a de plus souffert des agressions sud-africaines dans un contexte où les pays occidentaux, jusqu’à la dernière minute si on peut dire, ont permis cette situation inacceptable. En 1994 enfin, l’apartheid passait à l’histoire et on pouvait espérer le rétablissement de la situation en Afrique australe.

En dépit des espoirs cependant, l’Afrique du Sud n’a pu jouer le rôle que tout le monde espérait. En partie à cause des orientations du président Mbeki, plutôt porté vers une gestion conservatrice de la crise africaine, en partie faute de moyens, dans le sillon des politiques macro-économiques imposées et qui ont obligé l’Afrique du Sud à rembourser les dettes hérités du régime de l’apartheid. Pendant que le Zimbabwe sombrait dans un trou noir, on a pratiquement rien fait.

Pour faire échec à la pression populaire, M. Mugabe a mis en place des mesures populistes, dont une pseudo réforme agraire qui tout en faisant imploser le système de production agricole n’a pu donné à la majorité africaine l’accès aux terres. Ce pays qui exportait des aliments est devenu affamé. Près de 20% des adultes sont atteints du SIDA, alors que les hôpitaux et les cliniques n’ont plus ni médecins ni médicaments.

Deux poids deux mesures

Certes des pays occidentaux ont dénoncé les manipulations du régime Mugabe ainsi que les violations de droits qui abondent dans ce pays. Mais quelle est la valeur de ces condamnations ? À un premier niveau, les condamnations lorsqu’elles ne sont pas accompagnées de gestes concrets valent peu. À un deuxième niveau, le régime Mugabe, comme beaucoup de gouvernements africains, ne peuvent réellement être impressionnés puisque les pays occidentaux n’ont cessé, sous divers prétextes, d’appuyer des dictatures un peu partout sur le continent et ailleurs, quitte à les encourager à organiser des simulacres d’élections.

C’est ainsi que le régime Moubarak en Égypte continue de dominer dans un contexte de répression et de manipulation politique qui est connu par tout le monde, à commencer par Washington. Londres, Ottawa, etc.

Ailleurs sur le continent, des « démocratures » appuyées par la France ou les États-Unis se portent bien merci au Tchad, au Togo, au Cameroun, au Congo, parmi d’autres. Des régimes aux abois, décriés par leurs propres populations et dénoncés régulièrement par Amnistie Internationale, continuent d’agir à leur guise parce qu’ils sont considérés par les pays occidentaux comme des alliés ou des clients.

On comprend dans ce contexte que M. Mugabe pense, comme plusieurs gouvernants dans le monde, pense qu’il peut s’en tirer.

Quelles sont les alternatives ?

La crise zimbabwéenne, à l’image de plusieurs crises en Afrique en ce moment, est le résultat de plusieurs causes à la fois internes et externes.

À l’intérieur du pays, l’opposition démocratique représente un début d’alternative, en autant qu’elle puisse agir et promouvoir un programme de reconstruction nationale crédible.

À l’extérieur du pays, un nouveau consensus international doit émerger pour mettre de côté les funestes politiques qui ont creusé le lit des crises, dont l’étranglement économique via la dette et d’autres politiques causant la misère et l’exclusion. Parallèlement, il faut sanctionner les dictatures et les « démocratures », mais sans faire de distinction, comme cela est le cas maintenant, entre les « bons dictateurs » (Moubarak, Musharaf) et les « mauvais dictateurs ». À l’échelle régionale enfin, l’Afrique du Sud doit exercer un leadership éclairé et généreux, réintégrer la communauté des États d’Afrique australe autour d’un projet de transformation démocratique à long terme.




Mardi 1 Juillet 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires