MONDE

Yémen : Ali Abdallah Saleh est en Arabie saoudite


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



IRNA
Dimanche 5 Juin 2011

Yémen : Ali Abdallah Saleh est en Arabie saoudite
Blessé lors du bombardement de son palais par des opposants tribaux, le dictateur yéménite, très contesté, est arrivé à Ryad où il doit recevoir des soins.
L'entourage d’Ali Abdallah Saleh a confirmé samedi le transfert du chef d'État en Arabie saoudite, une information qu'il avait d'abord démentie.

Ali Abdallah Saleh a été blessé vendredi par des tirs d'obus sur son palais,
Des contestataires du régime yéménite célébraient ce dimanche « le départ » du président Ali Abdallah Saleh, blessé et évacué en Arabie saoudite, mais le flou demeure sur son maintien au pouvoir.

Au lendemain de l'annonce de l'hospitalisation de Saleh à Ryad pour des brûlures et des égratignures, les «jeunes de la révolution » ont commencé à célébrer ce qu'ils considèrent comme « la chute du régime ».

« C’est fini, le régime est tombé »

« Aujourd'hui, un nouveau Yémen est né », chantaient les dizaines de jeunes enthousiastes sur le lieu du sit-in permanent près de l'Université de Sanaa. «
C'est fini, le régime est tombé », répondaient d'autres alors que ceux qui arrivaient sur la place se félicitaient pour ce qu'ils considèrent comme « la fuite du dictateur yéménite », qui est au pouvoir depuis 33 ans.

Le président contesté depuis fin janvier avait toujours refusé de partir.
Saleh, dictateur contesté qui refuse de céder le pouvoir, blessé dans un bombardement vendredi de la mosquée de son palais présidentiel est arrivé samedi soir à Ryad.

Le président avait diffusé vendredi soir un message audio assurant qu'il allait bien, après plusieurs heures d'incertitude sur son état. Sept officiers ont été tués dans la chute d'un obus sur la mosquée du palais présidentiel, et cinq hauts responsables de l'État, dont le premier ministre, blessés, ont également été conduits en Arabie saoudite pour y être soignés.

L'opposition parlementaire a mis en garde samedi contre le risque de guerre civile. Dans un communiqué, elle a exhorté les pays «frères» et la communauté internationale à «agir d'urgence pour sauver le Yémen et son peuple du risque de sombrer dans la guerre» civile.

Elle a condamné le «tournant dangereux» pris dans ces combats après les attaques contre «des maisons d'habitants, le palais présidentiel et des installations vitales» du pays, prônant «la lutte pacifique et démocratique».

L'Union européenne a également activé un mécanisme visant à aider et à coordonner l'évacuation de ses citoyens résidant au Yémen et voulant partir en raison des violences, selon sa chef de la diplomatie Catherine Ashton.


Dimanche 5 Juin 2011


Commentaires

1.Posté par toto le 05/06/2011 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pas trop tot. Un assoifé de pouvoir qui a ruiné son pays à des fins personnels.
Il n'a aucunes intelligence, et ce n'est qu'un simple collabo de l'OTAN

2.Posté par tribus le 05/06/2011 23:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca ne veut pas dire pour autant que son régime de pantins à dégager!!

3.Posté par AS le 06/06/2011 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qu'il y creve chien de sioniste a la solde de tel aviv

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires