International

Washington continue d'invoquer des prétextes contre l’Iran



Mardi 11 Mars 2008

Le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, Saïd Jalili, a déclaré aux cérémonies d'inauguration de la Conférence internationale sur le programme et les activités nucléaires iraniens que Washington invoquait, constamment, des prétextes, en avançant ses nouvelles allégations sur le nucléaire iranien. D'après Jalili, la question nucléaire iranienne est un modèle à suivre pour la Communauté internationale, de la part d'un membre actif de l'AIEA et signataire du TNP qui respecte, à la fois, ses engagements et tente, seulement, de faire valoir ses droits. Jalili a ajouté qu'aucun pays n'avait à dire quoi que ce soit contre les activités nucléaires actuelles de l'Iran, car tous les rapports de l'AIEA et, notamment, le récent rapport d'Al-Baradeï, prouvaient leur nature pacifique et alors que l'Iran avait répondu à toutes les questions et dissipé toutes les ambiguïtés, en respectant à la lettre tous ses engagements. Quant au sujet des activités iraniennes, dans le passé, certaines puissances ont mis en avant des allégations sans fondement, sans pouvoir les étayer de preuves. Les mêmes pays, qui accusaient l'Iran de déployer des efforts pour se doter de l'arme nucléaire, parlent, encore, d'ambiguïtés. Mais les ambiguïtés, dont parlent Washington, Londres et Paris, sont dépourvues de toute preuve et l'on ne peut priver aucun pays de ses droits légitimes par des allégations sans fondement. Quant aux futures activités iraniennes, l'idée que les Occidentaux s'en font, ne devrait pas servir de base à des sanctions et à l'adoption de résolutions contre l'Iran; ces mêmes gouvernements occidentaux et, notamment, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France, qui continuent d'invoquer des prétextes concernant la question nucléaire iranienne, en violant l'article 6 du TNP qui précise que les puissances nucléaires doivent détruire leurs armes de destruction massive, et qui, non seulement, continuent à produire des armes nucléaires, mais encore, observent un silence de mort sur l'arsenal nucléaire du régime sioniste, en lui livrant les équipements et les matériels nécessaires à la production des armes nucléaires. C'est pourquoi, le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale de la RII pose cette principale question qui est de savoir, si le caractère fallacieux des allégations sans fondement de certaines puissances contre l'Iran est dévoilé, allégations sur la base desquelles elles lui ont imposé des sanctions, quelle instance devra en répondre ? L'Iran sera, donc, en droit de demander des dédommagements, par le biais des instances internationales, aux quelques puissances, qui ont imposé de lourds frais économiques et de grands préjudices politiques au peuple iranien, en avançant leurs vaines allégations


Mardi 11 Mars 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires