ALTER INFO

Vol MH17: exercices de la DCA ukrainienne près de Donetsk le jour du crash (source)


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 15 Juillet 2018 - 02:28 Résistance politique: La décomposition des États



Vendredi 25 Juillet 2014

Vol MH17: exercices de la DCA ukrainienne près de Donetsk le jour du crash (source)
Le jour du crash du vol MH17 en Ukraine orientale, des unités de DCA de l'armée ukrainienne se sont entraînées à ôter le verrouillage des systèmes de missiles Bouk-M1, une erreur de manipulation pourrait avoir causé le drame, a annoncé à RIA Novosti une source au sein de l'armée ukrainienne.
"Le 17 juillet, le commandant de la 156ème unité de missiles sol-air a reçu l'ordre de mener un entraînement consistant à couvrir des troupes terrestres dans la banlieue de Donetsk – il fallait déployer des divisions, assurer le suivi des cibles, et réaliser tout l'éventail d'accompagnement et de destruction des cibles des systèmes aériens Bouk-M1", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.
Selon lui, malgré le fait que les clés permettant le déverrouillage des missiles aient été fournies aux commandants des batteries, aucun tir de missiles 9М38М1 n'était prévu.
"Afin de participer aux exercices, on avait envoyé à Dniepropetrovsk deux avions Su-25 depuis la base de Koubalkino 229 de Nikolaïev, où est déployée une brigade de l'aviation tactique. Ils avaient pour mission d'assurer la reconnaissance aérienne et de fixer les cibles de contrôle dans la zone de concentration de troupes de l'opération antiterroriste à l'ouest de Donetsk", a annoncé la source.
"Après l'entrée d'un des avions dans la zone de détection des systèmes Bouk, il a été accompagné par l'équipe de servants de la batterie située près du village de Zarochtchenskoïe. De toute évidence, par un hasard tragique et malgré la différence des plans horizontaux, au bout d'un certain temps les itinéraires des vols du Boeing malaisien et du Su-25 se sont confondus sur l'écran en un seul gros point, ce qui a été fatal pour le vol civil: au moment de la fusion de deux cibles en un seul indicateur, le système d'accompagnement se focalise uniquement sur celle qui a la plus grande surface", a-t-il poursuivi.
Cependant, la source n'a pas été en mesure d'expliquer la cause du tir non autorisé du missile.
"Les membres du Service de sécurité ukrainien (SBU, ndlr) s'occupent de cette question. Vers dix heures du soir, ils ont emmené le commandant de la batterie avec l'équipage", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il ne possédait aucune information sur l'évolution de l'enquête.
"Depuis 2001, suite à la tragédie de l'avion russe Tu-154 au-dessus de la mer Noire, presque tous les exercices impliquant des Bouk ont été interdits. Par suite, les militaires ont eu une expérience limitée à la maintenance technique de l'appareil et à la conduite" du véhicule supportant les missiles, a supposé la source au sein de la défense ukrainienne, insistant sur le fait que c'était son opinion personnelle.

 
Un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet dans la région de Donetsk (est de l'Ukraine). L'avion avec 283 passagers et 15 membres d'équipage volait à 10.050 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev accusent les forces d'autodéfense de Donetsk d'être à l'origine du crash, mais les insurgés affirment ne pas disposer de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.
Les Etats-Unis ont immédiatement affirmé que l'avion avait été abattu par un missile Bouk.
L'Etat-major russe a publié lundi 21 juillet ses données sur le crash du Boeing. Selon lui, l'avion a dévié de l'itinéraire initialement prévu et une activité excessive des radars ukrainiens a été constatée près de la zone de la catastrophe. Par ailleurs, selon l'armée russe, un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l'aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien.
En 2001, un avion Tu-154 de la compagnie aérienne Sibir reliant Tel Aviv à Novossibirsk s'est écrasé dans la mer Noire. Selon les enquêteurs, le crash qui a fait 78 morts a été provoqué par un missile S-200 tiré par les Ukrainiens lors d'exercices. La majorité des victimes étaient ressortissants israéliens. Les tribunaux d'Ukraine ont toutefois refusé de reconnaître la culpabilité des militaires ukrainiens dans la tragédie.

http://fr.ria.ru/world/20140725/201935955.html



Vendredi 25 Juillet 2014


Commentaires

1.Posté par BAB le 02/08/2014 01:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rianovosti ne semble pas encore réaliser que les Etats-Unis et les Occidentaux mentent comme ils respirent et son capables des pires crimes et de coups tordus difficiles à imaginer.

La diabolisation continuelle des Russes dans les médias occidentaux les font hésiter à venir au secours de leurs frères dans le sud et l’est de l’Ukraine et porte ainsi ses fruits en faisant hésiter Putin d’agir. Il ne devrait pas se permettre de céder au chantage des mensonges sans aucun fondement des grands médias.

Les Russes sont trop honnêtes et confiants vis-à-vis des « instances internationales »(sic) et réalisent à peine qu’ils ont affaire à de vrais maffieux et qu’ils sont les victimes d’un coup fourré très bien planifié depuis longtemps pour, d’une part pouvoir justifier de nouvelles sanctions contre les Russes et d’autre part détourner l’attention de l’opinion mondiale du véritable massacre de la population de Gaza, également planifié depuis longtemps, dont le nombre de victimes et bien plus élevé que les chiffres avancés par AFP. .

Répondant à votre article concernant le vol malaisien MH 17 il est très important de comprendre qu’il s’agit du même Boeing 777 que celui du vol MH 370 disparu à jamais le 8 Mars au-dessus de l’Océan Indien avec tous ses passagers.
Il est maintenant avéré que ce 777 avait été détourné sur la base militaire de Diego Garcia dans l’Océan Indien.

Le vol régulier du MH17 aurait été annulé le 17 juillet puis le même jour le Boeing 777 du vol MH370 apparaît dans le ciel d’Ukraine commandé et piloté à distance par les deux avions de combat qui le suivent. Aucune personne vivante n’est à bord, que les cadavres sans vie des passagers disparus du vol 370.

Dès que ce cortège arrive au-dessus de la zone de combat de Donetsk les avions de combat font faire un demi tour au 777 et tirent en détruisant l’avant de celui-ci. Le 777 alors se désintègre en éparpillant les cadavres en putréfaction partout autour de l’épave dans la zone du crash.

Il est ainsi extrêmement important de tenir compte des nombreux témoignages du fait que les cadavres ramassés sur le site de l’épave n’étaient pas frais mais en état de décomposition et sentaient très mauvais, car ceci démontre sans contestation possible qu’il ne peut s’agir d’un vol régulier.

C’est très dommage que les corps furent hâtivement renvoyés dans un pays de l’OTAN avant d’avoir été bien examinés par des médecins Russes indépendants et que le site soit à présent examiné par des experts Danois et Australiens, deux pays de l’OTAN.
La vérité sera sans doute à nouveau étouffée.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires