Sciences et croyances

Velikovsky, ce génie méconnu


Dans la même rubrique:
< >


Peter Mungo Jupp
Vendredi 6 Novembre 2015

Velikovsky, ce génie méconnu

« Lightning Strike » (Coup de foudre) d’Adam Paquette
 

    Immanuel Velikovsky, l’homme qui provoque toujours une incroyable controverse.
 

    Dans les années 1950, Immanuel Velikovsky écrivit un livre intitulé Mondes en collision, dont le thème principal élucidait la destruction cataclysmique sur Terre due à des planètes et comètes du Système solaire. Il pensait que les mythologies et les légendes devaient être interprétées littéralement.
 

    Son interprétation littérale intégrait les forces malignes attribuées au père des dieux, Baal/Jupiter. Il s’attira la colère du monde scientifique, mais la plupart de ses prévisions faites en 1960, ont été depuis prouvées correctes par la NASA. Par exemple, Jupiter émet des ondes radio et est un astre électromagnétique. Il prédit également que la surface de Vénus était à la température de 800°C, et est totalement différente de celle de la Terre. Il affirma que le Système solaire est instable, puisque la Lune et Mars semblent avoir été ravagées par des forces célestes attribuées aux corps planétaires. Dans le cadre de sa théorie, il pensa que Vénus était une comète sortie jadis de Jupiter.
 

    Immanuel Velikovsky chercha la preuve de l’instabilité du Système solaire dans de nombreuses sources, puisqu’il s’était aperçu que les mythologies avait une trame de vérité ! Il cite l’ouvrage Théogonie de l'ancien philosophe grec Hésiode, où est raconté, par exemple, que Vénus fut éjectée de Jupiter. Dans son œuvre L'Iliade, Homère décrit la guerre destructrice entre planètes comme principal facteur présidant à la destruction de Troie, lors de la fameuse guerre. Dans Mondes en collision, Immanuel Velikovsky avança que de nombreux mythes et traditions des peuples et cultures anciens s’appuient sur des événements réels : généralisés dans le monde entier, des cataclysmes d'origine céleste eurent effectivement de profondes répercussions sur la vie, les croyances et les écrits de l’humanité antique.
 

    Le Professeur Emilio Spendicato a récemment fait remarquer :
 

    Mondes en collision est un livre sur des guerres qui se déroulèrent dans les temps historiques dans la sphère céleste. La planète Terre participa aussi à ces guerres. Le récit historico-cosmologique de ce livre repose sur le témoignage des textes historiques de nombreux peuples du monde entier, sur la littérature classique, sur les épopées des races du Nord, sur les livres sacrés des peuples de l'Orient et de l'Occident, sur les traditions et le folklore des peuples primitifs, sur des inscriptions et des cartes astronomiques anciennes, des découvertes archéologiques, et aussi sur des données géologiques et paléontologiques.

 

    Ayant atteint la place de numéro un dans la liste des best-sellers, Mondes en collision fut banni d'un certain nombre d'institutions académiques, et il créa un tohu-bohu scientifique sans précédent, devenu connu sous le nom d’« Affaire Velikovsky ». En 1956, Velikovsky écrivit une suite, Les grands bouleversements terrestres, qui présentait des preuves géologiques probantes de cataclysmes terrestres.
 

    « J’ai exclu [de ces pages] toute référence à la littérature ancienne, aux traditions et folklores ; et j’ai fait cela afin que les critiques irréfléchis ne puissent traiter de "contes et légendes" l'ensemble de mon œuvre. Les pierres et les os sont les seuls témoins. »
 

    Ces théories très controversées restèrent néanmoins anathème pendant quarante ans dans le monde académique. Puis, en juin 1994, se produisit un événement qui changea radicalement la pensée scientifique et rendit les théories de Velikovsky crédibles. Autrefois rejetés, les mythes et légendes durent être réexaminés. Que fut cet événement catastrophique ?
 

    Une comète friponne, Shoemaker-Levy 9, s’approchait de Jupiter. Sur Terre, les observateurs s’aperçurent rapidement qu'elle était sur une trajectoire de collision. Mais ce qui arriva ensuite fut totalement inattendu. Sans prévenir, elle se brisa en vingt-trois gros morceaux. Un par un, ces débris plongèrent sur Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire. Cela arracha d'énormes cratères dans cette énorme planète ; la taille de chaque cratère faisant quatre fois la Terre. Les cratères persistèrent pendant des mois sur la surface instable de Jupiter. Cela libéra simultanément un nuage de gaz, venant de l'enveloppe de la surface de la planète. Ce nuage toxique persista également pendant des mois.
 

    Pour la première fois, l'homme moderne venait d’assister à une collision entre une comète et une planète ! Le Système solaire que l’on pensait jusque là stable, était désormais un lieu où pouvait surgir l'inattendu. Cela pourrait-il se produire sur Terre ? Est-ce que l'humanité assista effectivement à un événement de ce genre ? Cela pourrait-il arriver sur Terre dans le futur ? Personne ne pourra nier aujourd'hui l'une de ces possibilités. Baal, alias Jupiter, et les autres planètes eurent peut-être des effets dramatiques sur Terre. La preuve n’est pas définitive, mais ce n’est plus une théorie hérétique irréfléchie, étayée par des idées bizarres. Velikovsky pouvait être pris au sérieux.
 

Parlons d’Immanuel Velikovsky et du développement de l'Univers électrique avec le physicien Wal Thornhill.

 

    Peter Mungo Jupp : En tant que spécialiste de la physique des plasmas, quelle opinion avez-vous sur les livres de Velikovsky ?
 

    Wal Thornhill : Je pense qu'il a exposé quelques vérités importantes. Certes, je pense qu'il a vu juste sur les planètes en tant que cause d’événements cataclysmiques sur Terre. Mais aussi important, il a perçu que la vérité de l'univers électrique, qui a un effet sur toutes les parties du Système solaire, est résumée par l'histoire et l'évolution de l'humanité. La recherche moderne révèle maintenant le lien électronique très fort entre les volcans, les tremblements de terre, la météo et le Soleil. Dans le registre du plasma, cette recherche propose un outil pour comprendre les calamités qui dévastèrent l'humanité dans ses débuts historiques.
 

    Peter Mungo Jupp : Nous avons donc des preuves de décharges électriques entre la Terre et d’autres planètes ou comètes ? Si nous en avons, étaient-elles liées aux dommages d’énormes séismes et transferts (resculporting ?) électriques de la Terre ?
 

    Wal Thornhill : Ce qui se passe sur Terre aujourd'hui n’est que l'ombre de l'histoire de l'humanité antique. L’évidence suggère qu’il y a seulement quelques milliers d'années, se mouvant près de la Terre, des planètes produisaient des phénomènes électriques intenses par leur beauté et la terreur qu’ils inspiraient. Témoins de ces merveilles célestes, les anciens adorateurs du ciel et les cultures éloignées consignèrent ces événements dans les grands mythes, symboles et pratiques rituelles de l'antiquité. Je pense qu'ils ont vu les corps célestes (illuminés) entourés de particules chargées du plasma dense du Système solaire. Ces astres, y compris la Terre, communiquaient électriquement entre eux et couvraient le ciel de décharges électriques. Ces planètes étaient les dieux. Jadis, l'humanité les craignait et les vénérait. Au cours de la restructuration chaotique du Système solaire, la foudre cosmique évoluait violemment d'une configuration de décharge à l'autre. Les hommes ont imité les dessins des formes observées lors d’expériences plasmatiques de haute énergie. Ces phénomènes électriques ont aussi été observés récemment dans l'espace profond.
 

    Peter Mungo Jupp : Wal, vous dites que l'humanité a été témoin de ces manifestations cosmiques. Quelle preuve avons-nous de cela ?
 

    Wal Thornhill : Partout dans le monde nos lointains ancêtres ont gravé les dessins de ces formations électriques sur des rochers. Ces dessins ont entre eux d’étroites similitudes, qu’ils soient des Amériques, d'Australie, d'Europe ou d'Asie. Dans leurs mythes, ils les appelaient, « foudres des dieux ». Plus incroyable, ils ont une ressemblance marquée avec les décharges de plasma produites en laboratoire ou par modélisation sur super-ordinateur.
 

    Peter Mungo Jupp : Cela semble aller à l'encontre des interprétations classiques de la mythologie. Pourquoi résiste-t-on à ces idées ?
 

    Wal Thornhill : Pour deux raisons, je pense. Tout d'abord, l'idée d'un Système solaire mû électriquement conteste radicalement la cosmologie classique. Celle-ci est solidement arrimée au paradigme gravitationnel, même si, jour après jour, la NASA révèle des faits impossibles à expliquer par la gravité seule. La cosmologie est la « reine des sciences », mais la théorie électrique et la science des plasmas sont rarement abordées par ses disciples. Les physiciens et les spécialistes de l’électronique sont familiers avec la force de l'électricité qui est des milliards, de milliards, de milliards de fois plus intense que la gravité. Les cosmologues doivent reconsidérer radicalement leurs préjugés en faveur de la gravitation.
    Deuxièmement, je pense que la doctrine de l'uniformitarisme est universellement prêchée dans beaucoup de disciplines scientifiques. Elle dit, en gros, rien n’est arrivé sur Terre qui n’arrive aujourd'hui. Le changement lent et progressif est la règle. Ce dogme soutient en particulier que le Système solaire est stable depuis des millions d'années et n’a guère changé. Je crois que c’est totalement faux. Un simple coup d'œil à l'Univers changeant comme en témoigne la NASA aujourd'hui, nous fait prendre conscience que les étoiles sont en constante évolution et attestent de la nature électrique de l’Univers.

 

    Peter Mungo Jupp : Ainsi, beaucoup de mythologie et destructions anciennes commencent à paraître sensées quand nous les interprétons dans l’optique du modèle de l'Univers électrique.
 

The Thunderbolts Project, Peter Mungo Jupp, 4 octobre 2015

Original : www.thunderbolts.info/wp/2015/11/04/velikovsky-the-unsung-genius/
Traduction Petrus Lombard

 

Dernier article apparenté traduit

Prédictions pour la cométologie à la suite de la mission Rosetta  : Bilan provisoire rapide des principaux résultats de la mission Rosetta envoyée vers la comète 67P.



Vendredi 6 Novembre 2015


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires