MONDE

United fake of america


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Le Bouc Emissaire
Vendredi 6 Novembre 2015

United fake of america

Dans le monde singulier qui est le nôtre, où rien ne ressemble plus à une femme qu’un homme, où les herbivores mangent de la viande et où les guerres, tels des vaccins, sont préventives, les apparences sont systématiquement trompeuses. Dès lors il est fort logique qu’un innocent soit coupable et qu’un criminel soit honoré et respecté. C’est la règle antinaturelle des choses.

Pour appréhender correctement notre monde et éviter ses multiples pièges, il faut, avant toute autre considération, le cerner convenablement. Pour cela, user des codes de la photographie s’avère être très efficace. Par l’observation il faut le « photographier », c’est le négatif. En procédant au développement du cliché, par l’analyse et la réflexion via notre esprit critique, notre bain à la fois révélateur, fixateur et stabilisant, on obtient le positif et alors la véritable image apparaît. Mais que peut bien donner le négatif d’un monde négatif ? Rien de positif, c’est une certitude.

Faire usage de son esprit critique reste la seule arme utile et non létale qui offre une fenêtre d’observation inédite sur ce monde factice. Il permet d’identifier clairement le vrai du faux. Passer au scanner de l’esprit critique n’importe quel événement historique tel que rapporté par « ceux qui nous dirigent » et vous verrez alors des montagnes de questions vous submerger. Un arrière goût de mensonge vous assaillir et une soif inextinguible de vérité vous poursuivre sans cesse. Il est évident que de faire usage de son esprit critique est systématiquement attaqué de toute part. L’école obligatoire, l’Entertainment, le prêt-à-penser idéologique, la littérature officielle et les penseurs certifiés laïcs par la loge du grand orient, qui ont pignon sur télévision sont les armes utilisées dans ce projet criminel.

C’est grâce à l’effondrement de la pensée critique que la création d’un pays fictif, totalement illégitime, criminel et belliqueux a pu voir le jour. Mais nous reparlerons de l’état imposteur d’Israël une prochaine fois. Avant d’en arriver là il a fallu créer un État-Nation pensé et conçu selon des plans bien précis, qui servira, entre autres, à poser les bases de la falsification universelle dans laquelle nous nous trouvons actuellement.


Cette concoction étatique, « la mère des fake » s’appelle United Fake of America.


Une fois sorti du néant, United Fake of America va aussitôt qualifier les habitants du territoire qu’il spolie comme étant des criminels dans le but de légitimer leur extermination. Fausse accusation et véritables crimes, c’est la signature intemporelle d’un fake état. Une fois les autochtones occis, il peut tranquillement peupler les terres avec de nouveaux habitants « triés sur le volet » que l’on qualifiera de colons ou de pionniers, selon le point de vue de chacun. Ce n’est ni plus ni moins qu’un remplacement de population, le fake état est le dépositaire du concept. Mais bizarrement Éric Zemmour1, le chantre du remplacement de population, ignore royalement ces faits. Peut-être parce qu’il est lui-même partie prenante d’un remplacement de population qu’il s’évertue à occulter. Les mots n’échappent pas à l’appétit vorace du fake état, jugé plut tôt : Si on s’en tient au fait que pionnier veut dire premier, l’extermination des Amérindiens par ces pionniers annule de facto le terme pionnier puisque les Amérindiens étaient là avant eux. Le terme véritable reste Colon.

Mais plus encore United Fake of America doit importer de la main d’œuvre qu’il fera travailler gratuitement sur les terres spoliées. Pour cela il met en place l’esclavage des noirs. Le fake état vient de poser ses bases dégoulinantes de sang. Et comme chacun sait, le sang a cette fâcheuse tendance de laisser des traces pour le moins inesthétiques. Qu’à cela ne tienne, un coup de fake Histoire et le bourreau criminel se fait une virginité. Dans ce domaine c’est en Californication, la succursale du diable, que cela se passe. A Hollywood précisément et sa machine à rêves. Cette étrange machine de propagande cinématographique est alimentée par des flots incessants de billets verts qui prennent tous leurs sources au cœur des pires perversions que ce monde a à offrir.2,3
« Mais c’est l’abolition de la prohibition début 1933 qui marque le coup d’envoi de l’idylle entre gangsters et entertainment. Si initialement le Volstead Act a pour but de moraliser la société américaine, dans les faits cette mesure permet de constituer de gigantesques empires criminels bâtis sur la contrebande d’alcool – leur chiffre d’affaires est estimé à 5% du produit national brut. Cette nouvelle donne se traduit donc par une perte nette de plusieurs millions de Dollars pour l’Outfit (la mafia chicagoane). Conséquence, il devient grand temps pour tout ce joli monde d’émigrer et d’investir ses capitaux dans de nouvelles sources de revenus. Cela tombe bien, le cinéma est un excellent prétexte au blanchiment d’argent. La production de films nécessite l’apport de grosses sommes utilisables immédiatement. Des sommes que les banques se montrent longtemps réticentes à avancer, du fait du manque de viabilité à leurs yeux de cette industrie (trop volatile, faibles garanties de retours sur investissement…). Cette période consacre « l’âge d’or d’Hollywood », les années fastes de la pègre et le triomphe du film noir. »

Hollywood, blanchisserie officielle du « Nouveau Monde » since 1886 4, spécialisé dans l’Histoire vous la rendra plus blanche que blanche. Elle nettoie absolument tout, excepté les vêtements. Vous êtes une nation criminelle créée de toutes pièces et vous avez des pages de votre jeune histoire rouges de sang qui gâchent votre image de bienfaiteur de l’Humanité, pas de problème, Hollywood sait ce qu’il vous faut. Doté d’un savoir mentir unique au monde, d’une armée de scénaristes falsificateurs, libéré de toute limite financière qui offre ce luxe inouï d’acheter à peu près tout le monde, Hollywood vous rendra fréquentable une fois vos crimes et mensonges passés sous l’œil de ses caméras. Mieux encore vous serez considéré comme étant une pauvre victime pour l’éternité et au-delà.

L’illusion et la tromperie sont les deux mamelles du mensonge universel d’United Fake of America

Dans le monde contrefait qui est le nôtre, la règle d’or veut que la monnaie soit aussi fausse que la nation qui l’a vue naitre. Un mensonge ne peut engendrer qu’un mensonge. Entre alors en scène notre cher Dollar américain (USD) , le fameux « billet vert » , le sang qui irrigue les veines du fake état. Cette monnaie de singe est devenue la devise la plus utilisée de par le monde. Pire, c’est la plus utilisée de toute l’Histoire humaine. C’est tout simplement fabuleux, surtout lorsque l’on sait que sa valeur a chuté de 97% depuis la création de la FED (sa mère maquerelle) en 1913. Comment expliquer cet extraordinaire paradoxe ? La rationalité n’a clairement pas sa place dans la réponse. Rien de rationnel n’explique notre monde actuel, mais ceci est un autre débat.

Pour comprendre comment le Dollar américain a pu coloniser l’économie mondiale, il faut en premier lieu connaitre sa nature primordiale. Une rapide observation d’un billet suffit à le comprendre . Les explications sur sa symbolique maçonnique, cabalistique sont légion sur le net et dans la littérature. L’un des premiers à révéler le côté occulte du Dollar c’est William Guy Carr dans son livre « Des pions sur l’échiquier ». C’est d’ailleurs le billet le plus chargé ésotériquement au monde. Ce sont justement ces symboles qui font sa force et l’on rendu « indispensable » dans le commerce mondial. Le Dollar américain n’est en réalité qu’un « talisman ». Pour les arabophones il est l’équivalent du Kteb, ce document ésotérique que rédigent les sorciers. Autrement dit le Dollar c’est la feuille de route qui permet de communiquer avec le monde occulte, celui des démons, afin de les solliciter. Le Dollar moderne a été conçu spécifiquement dans ce but. Et au vu de la situation économique mondiale, tout laisse à penser que le sortilège qu’il véhicule a bien fonctionné.

Pour saisir l’ampleur du dépouillage des richesses mondiales qu’a permis ce talisman verdâtre à l’odeur de drawing gum périmé ( reniflez-en un à l’occasion ) il faut remonter à la Deuxième Guerre mondiale.En effet c’est à cette époque, en juillet 1944 suite aux accords de Brettons Wood5,6 qui ont restructurer l’économie mondiale au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, que le Dollar américain devient la monnaie de réserve internationale. La raison de ce choix tient dans le fait que les États-Unis disposaient à cette époque des plus grosses réserves d’or au monde. Niveau confiance il faut avouer que l’or vous rend tout de suite plus crédible. Mais comment les États-Unis ont-ils constitué leur stock d’or ? C’est « LA » question qui révèle une construction intéressé et démoniaque. Car c’est ici que réside la base de l’escroquerie. Les accords de Brettons Woods ont donné naissance à un monstre économique assoiffé de richesse : le FMI. Sa charte d’adhésion stipule que chaque pays membre doit s’acquitter d’un « dépôt » en or physique. C’est la condition obligatoire.


 

« Lors de la fondation du FMI en 1944, il avait été établi que 25 % des souscriptions initiales et des augmentations ultérieures de quotes-parts devaient être réglées en or. Cela représente la principale source d’avoirs en or du FMI »7


 

Disposant d’environ 80% des stocks d’or disponible sur la planète, United Fake of America impose son Dollar comme devise de référence, d’autant plus que ce dernier est échangeable à tout moment contre de l’or. 35 Dollars pouvait être échangé contre 1 once d’or (31gramme), les accords de Bretton Woods le garantissaient. Cette convertibilité, le fameux étalon-or, faisait office de garantit inaliénable pour les nations. Hélas ! La convertibilité a surtout servi d’anesthésiant. L’escroquerie est apparue au grand jour en 1971 quand Nixon a officiellement annoncé que son faux pays venait d’abolir la convertibilité des Dollars en or, se parjurant à la face de l’humanité tout entière. Désormais le Dollar se suffit à lui-même. En clair le fake état pouvait imprimer des Dollars sans aucune limite, sky is the limit (dixit Imran Hosein ) dans la mesure où il n’y a plus d’or en face (quantité limitée) pour le contrôler.

Ceux qui utilisent leur esprit critique savaient que l’abandon de l’étalon-or était programmé dès le départ. « Ceux qui nous dirigent » attendaient simplement de trouver (ou susciter) un prétexte pour le faire. Il s’est présenté 25 ans plus tard suite aux réclamations, entre autres, de l’Allemagne et de la France d’échanger leurs Dollars en or. Durant les deux années qui suivirent, rien ne change vraiment, comme si l’annonce de Nixon n’était qu’un rêve sans conséquence. L’anesthésie programmée faisait encore son effet…Mais la guerre de Kippour en 1973 et le premier choc pétrolier qui est son corolaire direct vont offrir le monde sur un plateau à Oncle Sam. En effet Henry Kissinger a eu l’idée de génie de proposer aux Saoudiens, en complément du pacte de Quincy8 , le principe des pétrodollars :
« Le président des États-Unis Richard Nixon et son Secrétaire d’État Henry Kissinger savaient que l’abandon du système d’étalon change-or pour le Dollar US (1971) et l’adoption du système de changes flottants (1973) engendreraient un déclin de la demande globale de Dollars US, affectant l’économie des États-Unis. Afin de maintenir artificiellement une forte demande de Dollars US, Henry Kissinger passe en 1973 des accords secrets avec la famille royale d’Arabie Saoudite. Les États-Unis lui offrent une protection militaire et un approvisionnement en armement, contre l’assurance que l’Arabie Saoudite vendra désormais son pétrole contre des Dollars US uniquement, et investira les profits excédentaires dans les bons du Trésor et les billets américains. D’autres accords passés en 1971 et 1973 obligent l’ensemble des pays de l’OPEC à vendre leur pétrole en Dollars US, ce qui créé une demande permanente de Dollars sur le marché international des échanges. La plupart des pays du monde étant dépendants des importations de pétrole, le pétrodollar devient la monnaie de réserve dominante dans le monde, remplaçant l’or comme monnaie-étalon. Depuis lors et jusqu’à aujourd’hui, les pays importateurs et exportateurs se voient donc dans l’obligation d’acheter des Dollars US auprès de la réserve fédérale des États-Unis (Federal Reserve System, ou FED), qui est la seule institution autorisée à émettre cette monnaie. »9

L’état fictif américain venait de créer le plus extravagant des aspirateurs de richesses jamais imaginés. Il existait déjà sous forme de prototype depuis quelques siècles, mais ce que United Fake of America va réaliser, est unique. Jamais une nation n’aura spolié, volé, détourné les richesses de l’humanité de cette manière. Le principe de ce dépeçage a été précisément mis au point pour passer inaperçu aux yeux des nations. Voici, concrètement comment cela fonctionne.

Le commerce du pétrole se faisant désormais uniquement en Dollars, il est nécessaire au pays qui souhaite s’en procurer, et tous les pays du monde consomme du pétrole, de se fournir en Dollars auprès d’Oncle Sam le fournisseur officiel. Ce dernier imprime aussitôt la quantité de Dollars souhaitée, en contrepartie le pays doit fournir l’équivalent en marchandises, biens ou services. Par exemple la France a besoin de 2 milliards de Dollars pour acheter son pétrole, elle doit en échange apporter 2 milliards de marchandises à Oncle Sam quelle paie sous forme de nourriture, voitures, électroménager, vêtements, meubles, etc. De la véritable richesse contre du papier imprimé. À ce stade-là, quelque chose devrait vous choquer. Si ce n’est pas le cas alors vous pouvez retourner regarder secret story.

Une fois le système des pétrodollars établis de nombreux pays disposaient d’importants stocks de Dollars. Par souci de commodité ils les utilisent entre eux pour régler différentes transactions commerciales sans passer par United Fake. Exemple : La chine utilise directement ses billets verts auprès des producteurs de pétrole, l’Iran par exemple. Puis l’Iran achète avec ces mêmes Dollars du blé de Russie, la Russie achète avec ces Dollars des abricots secs à la Turquie, la Turquie achète du pétrole aux Saoudiens, les Saoudiens achètent du bétail à l’Australie, l’Australie achète des avions à la France, la France achète des fruits à l’Espagne, l’Espagne achète du pétrole à l’Algérie, l’Algérie achète des voitures à la Corée, la Corée achète….etc. Le résultat de ce petit jeu de dupe c’est que les Dollars, qui correspondent en réalité à la dette que doit United fake à la planète entière, restent en dehors du fake état. Oncle Sam a délocalisé sa dette. C’est magique !

L’alternative la plus logique aurait été que les nations achètent directement des marchandises auprès d’United Fake of America afin de se débarrasser de cette monnaie fictive. Ce fut brièvement le cas, mais oncle Sam a délocalisé la plupart de ses industries ces quarante dernières années. Il ne produit quasiment plus rien pour l’export hormis des armes. Une mise en faillite planifiée créant artificiellement son insolvabilité afin de conserver le fruit de son vol. Une véritable technique de crève-la-dalle .

Telle une victime consentante, incapable de la moindre réaction, l’humanité s’est fait intégralement dépouiller par le biais de ce billet vert. C’est magnifique, diabolique, dajjalesque. Ce plan est tout sauf humain ! À se demander si Henry Kissinger lui-même est humain.

Après avoir tué les Indiens, massacré les bisons, coupé les arbres, pollué les rivières, importé des esclaves par millions et fait la guerre sur les cinq continents ces 100 dernières années, l’Amérique dépouille les richesses de l’humanité en toute impunité. Il y a 14 siècles, un homme dans le désert annonçait pourtant :

Abu Bakr ibn Abi Maryam a rapporté qu’il entendit le Messager d’Allah dire : « Une époque arrivera certainement sur l’humanité dans laquelle il n’y aura (plus)rien qui soit utile (ou bénéfique) à part un Dinar (une pièce d’or) et un Dirham (une pièce d’argent). »

Cette époque est arrivée, c’est la nôtre. La solution pour se prémunir de ce cauchemar vert nous est résumée dans ces quelques lignes. Il serait temps d’entendre les enseignements prophétiques, il y a urgence.


1 Éric Zemmour : Grossiste en huile d’olive berbère ascendant ragondin neurasthénique qui, selon le calendrier chinois serait née l’année du cafard.
2 http://lignesdefrappe.com/mafia-a-hollywood/
3 Lire « mafia à Holywwod » de Tim Adler. « Pour la première fois, un ouvrage dévoile les liaisons dangereuses entre l’industrie du cinéma américain et la Mafia. Dès la Prohibition, les gangs rackettent aussi bien les exploitants de salles que les studios. Après une résistance toute symbolique, les grands Moguls accueillent à bras ouverts les Al Capone, Lucky Luciano ou plus tard Sam Giancana dans la jet set hollywoodienne. Ainsi débute une fascination réciproque, qui va influencer le film « mafieux » nourri aux meilleures sources, de Scarface au Parrain.De Joe Kennedy, le père de JFK, amant de Gloria Swanson et propriétaire du studio RKO, aux stars du grand écran, ce livre révèle les amitiés des « parrains », qui s’aventurent parfois dans la production. On y apprend bien des « secrets de famille », tels que le meurtre par Lana Turner de son gangster d’amant ou le financement par une famille mafieuse du premier grand succès du porno, Gorge profonde…On croisera ici des acteurs dont la carrière a été soutenue par la Mafia: Frank Sinatra, Dean Martin ou Steven Seagal. Mais aussi des stars mêlées, malgré elles, à des agissements frauduleux, comme Kim Novak, maîtresse de Sammy Davis Jr, ou Marilyn Monroe surveillée par le FBI. Dans les années 1970 et 1980, plusieurs studios comme Warner ou Universal continuent à entretenir des liens avec la Mafia. Et, dans les années 1990, le financier Giancarlo Parretti rachète la MGM avec des fonds d’origine mafieuse et l’aide du Crédit lyonnais…Désormais plus discrète, la Mafia reste cinéphile! »
4 http://cinemaclassic.free.fr/hollywood/origines.htm
5 http://www.lefigaro.fr/economie/2008/10/10/04001-20081010ARTFIG00284-les-accords-de-bretton-woods-moteur-des-trente-glorieuses-.php
6 https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_de_Bretton_Woods
7 http://www.imf.org/external/np/exr/facts/fre/pdf/goldf.pdf
8 https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_du_Quincy
9 https://karamareporter.wordpress.com/des-petroDollars-aux-petrowars/



Vendredi 6 Novembre 2015


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires