Néolibéralisme et conséquences

Une calèche vide s’est approchée et un Tricher en est descendu… Jean-Claude Trichet quitte la présidence de la BCE en pleine tempête sur l'euro


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 02:00 AMLO : « Privatiser, c’est du vol »



Djeha
Dimanche 2 Octobre 2011

Une calèche vide s’est approchée et un Tricher en est descendu… Jean-Claude Trichet quitte la présidence de la BCE en pleine tempête sur l'euro
Dès l’origine de l’euro les Allemands se méfiaient de leurs voisins outre-Rhin, de leur amateurisme et de leur propension au verbiage stérile et aux pantalonnades. La France n’aurait jamais été ce qu’elle cesse peu à peu d'être sans un Louis XI encadré par des bourgeois éclairés (c’est rare mais ça existe), sans un Louis XIV cornaqué par Colbert et Mazarin, un Napoléon par des crapules de génie telles que Talleyrand et Fouché ou le Second Empire inspiré par les Saint-simoniens. On sait les bons conseils donnés par J. Rueff à De Gaulle (qui s’est toujours méfié des boutiquiers et la vermine amassée autour de la « corbeille »).
 
C’est pourquoi la BCE a été ancrée à Francfort et la première présidence (sous étroit contrôle teuton) attribuée à un Néerlandais rejeton de la zone Mark. Jamais l’Allemagne n’aurait renoncé à sa monnaie sans cela.
 
Les événements qui se déroulent sous nos yeux montrent tous les jours à quel point toutes ces précautions auraient gagné à être encore plus strictes… Cependant, après s’être rendu coupable de la mort (directe ou indirecte) de plus de 60 millions de morts, l’Allemagne avait beaucoup à se faire pardonner…
 
Les Allemands seront dorénavant moins précautionneux à exiger une contrepartie plus rigoureuse de l’aide qu’ils apportent à la déconfiture financière continentale, sachant qu’elle dérive en partie de ses propres performances.
Dans un article publié il y a quelques temps (bien entendu sous un autre nom), je m’interrogeais : L’Europe devra-t-elle se démettre ou se soumettre à la volonté germanique ?
 
La prolifération universelle des pleutres induit une réponse évidente. La situation aurait sans doute ravi le patronat européen entre les deux guerres, lui qui appelait à une Europe hitlérienne de tous ces vœux…
 
Djeha,
D. 02 octobre 2011
 
PS: La dépêche ci-dessous ne mérite pas une attention excessive. Trichet, poursuivi par la justice, blanchi à la va-vite, avait été nommé dans des conditions "diplomatique" (au mauvais sens du mot), c'est-à-dire dans un contexte où les rapports de forces politiques l'emportent sur l'analyse sereine et circonstanciée des compétences. Il y a des moments où les CV ne résistent pas aux pressions exercées par les "lettres de motivation".
 
Chez nous tout cela est d'un banal... La bénédiction d'un arch, d'une zaouia, l'accent d'un village haut perché... et aussitôt la tribu se reconstitue dans les usines et les administrations. Le sang appelle le sang et celui-ci coule volontiers à l'appel de la bêtise.
 
 
Jean-Claude Trichet quitte la présidence de la BCE en pleine tempête sur l'euro
AFP, D. 02/10/2011 à 11:16
Jean-Claude Trichet quitte la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) fin octobre à l'issue de son mandat de huit ans alors que la tempête fait rage sur la zone euro. "Il part en pleine crise (de la zone euro). Pour lui personnellement cela ne doit pas être satisfaisant", juge Marie Diron du cabinet Ernst&Young, à quelques jours de la dernière conférence de presse de M. Trichet sur les taux directeurs.
 
"Ce sera certainement un crève-cœur de partir alors que la machine est grippée", renchérit Gilles Moëc, économiste chez Deutsche Bank, qui l'a côtoyé dans ses précédentes fonctions à la Banque de France (BDF).
Pourtant l'ancien directeur du Trésor (français) et président de la BDF, qui aura 69 ans en décembre, n'a épargné ni sa peine ni sa réputation pour tenter de sortir l'Union monétaire de l'ornière.
 
Sous son impulsion, l'institution de Francfort (ouest), encore en chantier à son arrivée en 2003, a pris dès les prémices de la crise financière mondiale en 2007 une série de mesures pour éviter une panne de liquidités des banques de la région. C'est aussi sous sa houlette que la décision inimaginable jusque-là de racheter sur le marché secondaire des obligations souveraines de la zone euro a été entérinée au printemps 2010, pour tenter d'enrayer la crise de la dette grecque.
 
Une démarche qui lui vaut la rancoeur tenace des Allemands, qui l'accusent d'avoir dévié de sa mission première, le combat contre l'inflation, et de son indépendance. Pour nombre d'économistes, le Français a au contraire fait preuve d'un grand pragmatisme face à une situation critique. Sans ces rachats, "il y avait risque d'éclatement de la zone euro", estime Christian Schulz, économiste de la banque Berenberg.
 
"Trichet, c'est quelqu'un d'orthodoxe dans sa philosophie monétaire mais qui sait hiérarchiser les problèmes", juge Bruno Cavalier, économiste du courtier Oddo Securities. "Il y a un moment où on ne peut simplement pas s'en tenir à quelques règles conçues pour un temps normal alors qu'on est en pleine tempête".
 
Christian Schulz salue aussi sa capacité à créer le consensus au sein du conseil des 23 gouverneurs de la BCE. "Face aux grands problèmes, M. Trichet a pu agir et convaincre la majorité de ses collègues", les cinq autres membres du directoire et 17 chefs de banques centrales de la zone.
 
Pour Jean Pisani-Ferry, "cela renvoie à l'autorité personnelle" de celui qui fut l'un des pères fondateurs de l'euro. "Il a vécu l'aventure de l'euro depuis le début et a en tête l'intérêt général de la zone face à des dirigeants européens enclins à considérer leur intérêt national", dit-il. C'est "ce qui a pu l'amener à sortir de son rôle étroit pour se comporter comme un gardien du projet face à ces dirigeants", ne se privant pas de rappeler ceux-ci à leurs devoirs.
 
"Il croit à l'Europe comme peu d'autres (...). Il est l'un des derniers de son espèce", écrivait le 1er juin le quotidien conservateur allemand Die Welt, pourtant peu tendre à son égard.
 
Le lendemain, l'énarque amateur de poésie évoquait la nécessité de créer un ministère des Finances européen afin de poursuivre un processus d'intégration économique resté inachevé. Une proposition tombée à plat. L'homme au discours policé, souvent ennuyeux, est aussi capable de sortir de ses gonds. Face aux critiques allemandes, il a récemment vu rouge et réclamé des compliments pour son bilan "impeccable" sur l'inflation, maintenue sous son mandat à 2,02%.
 
"Reste à savoir s'il restera (aussi) comme l'homme qui a sauvé l'euro", s'interroge Guntram Wolff, directeur adjoint de l'institut Bruegel, pour qui cela "dépendra beaucoup de la manière dont son successeur Mario Draghi et les autres preneurs de décision agiront face aux défis qui demeurent".
 
Pour Sylvain Broyer, "il n'y aura pas révolution" avec l'arrivée du gouverneur de la Banque centrale d'Italie, "mais continuité", sur l'inflation comme sur l'exigence d'une meilleure gouvernance. Mais "la transition intervient à un moment extrêmement délicat de l'histoire de l'euro", notent Julian Callow et Frank Engels de Barclays Capital.


Dimanche 2 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par al Damir le 02/10/2011 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ferait-il partie des rats qui quittent le navire avant qu'il coule ? Il ya de très fortes chances, car il est membre de Bilderberg et de la Trilatérale comme son ami Pascal Lami, et doit se mettre à la touche pour une autre rôle une autre échéance qui se prépare déjà au niveau du Nouveau Gouvernement Mondial. On prend les mêmes et on tourne un nouveau scénario pour l'ensemble des peuples de la planète.

2.Posté par AS le 02/10/2011 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il a senti la guillotine poindre

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires