MONDE

Une affaire qui n’est pas liée à la médecine


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Alexandra Dibizheva, Polina Tchernitsa, Rédaction en ligne
Jeudi 5 Juillet 2012

Une affaire qui n’est pas liée à la médecine

Les autorités palestiniennes ont ordonné l’exhumation du corps de l’ex-leader Yasser Arafat afin d’élucider la cause de sa mort. Elles sont prêtes à coopérer dans cette affaire avec n’importe qui, a déclaré Mahmoud Abbas.

C’est la veuve d’Arafat qui a demandé l’exhumation en se basant sur l’information de la chaîne TV Al-Jazzira qui dit qu’Arafat a été tué par le polonium-210.

L’enquête des journalistes a duré 9 mois. Les vêtements d’Arafat qu’il portait les dernières semaines de sa vie ont été donnés par sa veuve, les matériaux biologiques ont été étudiés pour voir s’ils contiennent du poison. Le résultat obtenu en novembre 2004 était négatif. Pourtant, une nouvelle recherche a trouvé un élément suspect. Et les spécimens ont été envoyés à l’institut radiophysique à Lausanne. Et là les analyses ont démontré : les affaires personnelles d’Arafat contiennent le polonium dont la concentration dépasse de 10 fois la norme. La demi-durée de vie de cet élément est de 138 jours, mais il a été trouvé 8 ans après la mort ce qui prouve qu’il a été fabriqué en labo.

Mais c’est l’aspect politique qui provoque les discussions. La version de l’empoisonnement a vu le jour juste après la mort. L’Egyptien Ibrahim Mustapha, médecin d’Arafat en avait parlé au début, mais à présent il refuse de confirmer cette information en disant que les services spéciaux l’ont interdit. Voici l’opinion du professeur à l’institut des relations internationales Nikolaï Sourkov :

« Cette affaire est louche, Israël pourrait y être mêlé. A ce moment, les services spéciaux israéliens et egyptiens coopéraient étroitement ».

Pour Israël Arafat appartient au passé. Ses services spéciaux s’intéressaient aux autres leaders de FATH où il y avait des terroristes.

Il existe une version plus plausible : Arafat a été tué par les Palestiniens, tant par ses adversaires que par ses proches, estime l’expert Vladimir Sotnikov:

« Il se peut qu’il soit tué par les Palestiniens, au sein de l’OLP il avait plus d’ennemis que d’amis. Ses partisans aussi auraient pu le faire. Mais ce ne sont que des hypothèses ».

L’apparition de cette information à la chaîne qatari n’est pas due au hasard, estime Vladimir Sotnikov:
« Nous sommes témoins de la crise syrienne, la situation au Proche-Orient est bien tendue. Ce n’est pas la frénésie qui était l’objectif de la chaîne qatari ».

french.ruvr.ru



Jeudi 5 Juillet 2012


Commentaires

1.Posté par antips le 05/07/2012 15:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais pourquoi précipité la mort d'un "mourant" apparemment personne n'avait d’intérêt a voir Arafat assassiner.
La veuve d'Arafat joue un jeu tres tres dangereux car on ignore s'est intention politique bien que l'on devine quel son ses ennemis politique .
Car s'est bien une action politique.
je parie que la piste va passer de la russie a la syrie en passant parle liban et pour finir a Gaza sur les talons du Hamas
Cordialement

2.Posté par Columbo le 05/07/2012 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si au contraire , Arafat , de son aura historique pouvait rassembler les Palestiniens. ce sont les sionistes qui l'ont tué pour que le fatah soit décapité , et mettre un abbas plus docile , n'ayant pas la carrure de Arafat .
La meme chose pour Cheikh yassine .

3.Posté par Columbo le 05/07/2012 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mort d'Arafat: la demande palestinienne d'enquête gagne du terrain 5/7/12 - 15 h 15

Les dirigeants palestiniens attendent le soutien de la Ligue arabe pour demander une enquête internationale sur la mort de Yasser Arafat, après la découverte de quantités anormales de polonium, qui redonne crédit à la thèse d'un empoisonnement.

La Tunisie, où vécut le chef historique palestinien de 1982 à 1994, avant de rejoindre les Territoires palestiniens, a repris cette revendication jeudi, réclamant également une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe.

"Nous attendons que cette initiative tunisienne se traduise par une action et que la réunion soit organisée. Nous demanderons ensuite la constitution d'une commission d'enquête internationale semblable à celle créée sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri (en 2005) afin que puissions résoudre toutes les questions sans réponses", a indiqué le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

"Nous voulons montrer que l'Autorité, la direction et le peuple palestiniens sont tous impatients de connaître tous les détails de la mort d'Arafat, afin de clore ce dossier", a assuré le ministre à la radio officielle Voix de la Palestine, au lendemain de l'aval donné par le président Mahmoud Abbas à une analyse du corps.

L'Institute for Radiation Physics de Lausanne (Suisse), qui a analysé des échantillons biologiques prélevés sur les effets personnels d'Arafat, remis à sa veuve par l'hôpital militaire français de Percy, où il est mort le 11 novembre 2004, y a découvert "une quantité anormale de polonium", selon un documentaire diffusé mardi par Al-Jazeera.

Le polonium est une substance radioactive hautement toxique, qui a servi à l'empoisonnement en 2006 à Londres d'Alexandre Litvinenko, un ex-espion russe devenu opposant au président Vladimir Poutine.

Mercredi, la veuve, Souha Arafat, qui avait refusé une autopsie après la mort de Yasser Arafat, a annoncé à l'AFP qu'elle allait "immédiatement adresser une lettre officielle au laboratoire suisse qui a conduit les tests pour autoriser la collecte d'échantillons sur les restes du martyr Arafat afin de vérifier les résultats".

Le neveu du défunt, Nasser al-Qidwa, autre représentant de la famille dont le consentement est nécessaire, ne s'est pas encore officiellement exprimé.

La plus haute autorité islamique palestinienne, le mufti Mohammad Hussein, a pour sa part déclaré à l'AFP qu'aucune règle religieuse n'interdisait l'exhumation du corps de Yasser Arafat, qui repose dans un mausolée au siège de la présidence à Ramallah.

"S'il est nécessaire d'analyser un corps pour les besoins d'une enquête, et qu'il faille en prélever tout ou partie, rien ne s'y oppose", a-t-il estimé.

Le directeur de l'Institut médico-légal israélien, Yéhuda Hiss, a rappelé que "le polonium était un poison radioactif relativement nouveau".

Dans le cas de Yasser Arafat, "je suggérerais de prélever des échantillons de la terre autour de sa tombe et d'effectuer des prélèvements sur ce qui reste du corps après plusieurs années, notamment le squelette, les dents et les ongles", a-t-il indiqué à la radio publique israélienne.

"Le polonium se désintègre avec le temps, mais il est possible aujourd'hui de retrouver sa trace grâce à ses composants les plus stables", a-t-il précisé.

Dans un éditorial intitulé "notre peuple a le droit de savoir", le quotidien palestinien Al-Quds souligne que le documentaire "soulève davantage de questions qu'il ne donne de réponses sur les auteurs de l'assassinat" de Yasser Arafat, dont les causes de la mort n'ont jamais été élucidées.

"La question la plus importante est: Israël aurait-il pu commettre ce crime seul, sans l'aide de ses collaborateurs (palestiniens)? Ou sans défaillance flagrante des mesures de sécurité censées protéger le président ?", interroge le journal.


AFP

4.Posté par Columbo le 05/07/2012 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

notez dans le dernier paragraphe ;
"""Collaborateurs (palestiniens ) """"
Encore une enflure de journaleux .au lieu d'écrire collaborateurs Palestiniens ,son inconscient ou sa conscience ne veut pas reconnaitre l'état Palestinien.

5.Posté par Saber le 06/07/2012 01:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allah yarhmkoum Ya Arafat wa ya Si Houari Boumediene

6.Posté par VIRGILE le 06/07/2012 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour moi, il ne fait aucun doute qu'Isra¨l est derrière la mort de Arafat. D'une part, les israéliens ont toujours annoncé qu'ils voulaient en finir avec Arafat. D'autre part, j'ai lu dans un livre sur le Mossad, que les généticiens juifs étaient très avancés sur le génotype et qu'il y avait moyen de tuer en ciblant des génotypes, notamment Palestiniens. (Livre de Thomas Brown. Je vous donnerais les références ultérieurement car je ne les ai plus en tête).
Aux infos. nationales, un journaliste rapportait qu'il s'agirait probablement d'un empoisonnement au plutonium par Israël. Qu'importe, il suffit de se demander "à qui profite le crime". Cela n'a jamais été aussi clair.
Arafat, combattant infatigable pour la Liberté des Palestiniens. Paix à ton âme.

7.Posté par taboocom le 06/07/2012 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Section de l'entretien ," confessions" de l'espion israélien comment il a empoisonne pendant des années le président palestinien Yasser Arafat?

Après que mon père est mort deux mois plus tard, j'ai reçu un jeune homme que j'ai rencontré son nom .........
Et m'a emmené à Jérusalem et Chglna il. Une semaine plus tard m'a présenté à quelqu'un qui s'appelle "Yoram" Nous avons convenu de travailler avec lui.
Puis nous sommes allés au centre de Maale Adumim, près de Beit Hanna
Il m'a présenté à deux jours après que les soldats et m'a donné une carte de la Alpsona lendemain, un uniforme militaire et m'a donné une arme et formés là pendant deux ou trois mois ........
Yoram me conduisait ensuite à Jérusalem et m'a présenté aux jeunes sont ..........
Après leur identification, et après la formation m'a contacté pour voir Joram dans le bureau ..........
Puis nous sommes allés rencontrer le groupe de jeunes officiers de
Avant d'aller au centre m'a présenté .........
Les maisons des hommes recherchés et les hauts fonctionnaires, tels que Abou Rdainah
Après environ deux ou trois mois que nous étions à Jérusalem et Yoram Contactez-nous pour le rencontrer au centre et il y avait un groupe d'environ 10 à 20 officiers, y compris Yoram
Et puis nous a ouvert et nous avons vu un grand écran grâce à Ramallah et le bâtiment et pont de district et le président de la Chambre (Abou Ammar) et la cuisine
Ils nous ont dit Stnzlon à la province de regarder ces choses
Avec les jeunes et moi avons eu notre voiture s'est arrêtée à l'extérieur de la province, et dit que tu vas nous rencontrer ........
Nous avions vu sa photo
Et nous nous sommes rencontrés et nous avons souligné nos cartes, nous savions que nous étions venus pour le problème et mettre en œuvre un processus contre le Président
Nous sommes allés à la cuisine où nous avons trouvé deux grands cuisiniers de l'âge, je ne me souviens pas de leurs noms, dont deux à Ramallah
Nous sommes allés à la cuisine et nous regarder et puis nous sommes allés à
Et nous retournons vers le centre. Ils nous ont dit qu'il n'y allez-vous empoisonner le Président
Et nous a donné de l'argent. Ce qui s'est passé en 76 ou 7 de l'année 2004
Ils nous ont dit que si vous n'êtes pas à la hauteur nous allons vous tuer
Et payé 100 mille shekels chacun de nous dans le sac
Ils nous ont ordonné de retourner à Ramallah
Descriptions du paquet ils nous ont donné le poison, est une affiche de boîte en plastique couvercle rouge et noir en lui écrivant un Hébreu
Je sais que l'un des agents interrogés, un porte-parole Ovijaa Adraei de l'armée israélienne
Je l'ai vu au centre et je sais que des jeunes comme on le voit à la télé
Donnez-nous une boîte de poison lorsque nous étions menacés de mort et la destruction de nos vies si nous ne sommes pas à la hauteur, et nous avions peur
Nous sommes allés à Almqatahoakhberna garde là que nous travaillons dans la cuisine
Et avant cela nous avions une voiture, nous sommes allés au taxi provincial sur le bord de la Cisjordanie et Rkinaha loin du bâtiment de comté
Nous sommes entrés dans et nous avons rencontré ......... Vsalna Êtes-vous prêt?
Nous avons dit oui nous sommes prêts, puis nous sommes allés à la cuisine
Le ....... Debout à la porte, mais avant, nous avons vu l'un des gardes pour se rendre à la cuisine.
Il a dit où tu vas?
Nous avons dit que nous travaillons dans la cuisine. Il a dit non, vous ne vous y travailler
Nous avons dit Demandez ....... Il a demandé ..... Qui a dit que oui, ils y travaillent
......... Été nous observent que nous sommes entrés dans la cuisine
Je ne me souviens pas quel rang ........ Mais il était une star sur ses épaules
Nous sommes entrés dans la cuisine et la porte en bois était blanc et fond blanc et les supports de structure et Mgusltan, ustensiles de cuisine et des laveries de couleur argent
Les vêtements portés cuisson Tabakhan, uniformes blancs. Ils étaient entrés dans la Jhza alimentaire
Sahnan un bol de riz, ou Sahnin AllAfrica de soupe et de poulet rôti et les îles
Manger des plats en blanc sauf pour le poulet, était dans le bac
Entré ....... Et ........ Tiré de la cuisine à notre entrée et attendit dans la rue
Il a dit quand nous reviendrons à l'Tanthon centre
Entré ........ Il a dit à la cuisinière prendre le poison court mis dans la nourriture
Dit le cuisinier ne le mettrais pas, je crains
D'autres médecins dit que je mettrai le poison ne crains rien
Bien sûr, mettre du poison dans le riz et la soupe que, comme je l'ai vu
Je suis entré et les cuisiniers et ......... Et le reste des jeunes, nous sommes entrés nous tous au bureau de la présidence
Et se tenait devant la porte de l'intérieur pour fournir des aliments
Nous avons pris un salut au président d'un individu, nous
Nous avons la nourriture pour lui et était avec lui en la personne de bureau appelé Abyssinie ou de la dinde
Je ne me souviens pas exactement son nom, et était avec eux, Saeb Erekat, Nabil Abou Rdainah et un certain nombre de ministres, les fonctionnaires et les cadres supérieurs ne me souviens pas
Nous avons mis de la nourriture devant le seul président, et puis nous sommes sortis et Hieddinah
Tabakhan dit que les choses sont normales, comme si rien ne s'était passé et est retourné au travail et à l'arrière ....... Pour la maison
.......... Dit de ne pas avoir peur je ne vais pas prononcé un mot
Nous sommes retournés à la voiture et nous avons traversé la barrière de Kalandia et nous sommes partis après avoir traversé et a sauté dans un taxi, dirigé pour nous de Beit Hanina et de Shu'fat, à Jérusalem
Nous a apporté la voiture à la station de Jaafar près le tribunal de Jérusalem, près de la Salah El-Din
Puis nous sommes allés à pied au bureau où les agents étaient
S i ....... Nous sommes entrés et ont demandé Yoram Nous lui avons dit que nous avons accompli une tâche
Il ne dit pas même le plus honnête je vois et entends que le président est mort ou la maladie, alors le processus est le plus sûr
Donner à chacun de nous 100 mille shekels dans un sac
Et nous a avertis, en disant, si nous savons que tout ce que vous exposez nous allons vous tuer .. Ce serait un danger pour votre vie et votre Snkr maisons
Nous avons eu peur, et je parle tout le monde
Donnez-nous l'argent, en plus de cartes d'identité israéliennes et un appartement pour chacun de nous dans un seul bâtiment sur la route de Jaffa à proximité de la centrale Thana
Après une semaine ou deux avec vous ....... Seules les personnes et les jeunes n'étaient pas avec nous, je ne me souviens pas où ils étaient
Yoram m'a appelé et m'a demandé d'aller à son bureau sur mon propre
J'ai été accueillie à la Yoram centre m'a dit et nous avons convenu de se rendre à l'étranger pour un traitement président
Après une semaine ou deux, je vais vous appeler pour vous dire ce qui s'est passé après le voyage du Président
Après la réunion, je suis retourné à Dqh ...... Et lui ai dit ce qui s'était passé, dit-il ...... Ne dites à personne et ne pas aller à Ramallah, mais après 6 ou 7 mois, euh, au moins un an
Après un mois ou un mois et Yoram de contact moitié, et me dit, ouvrir la télévision et j'ai vu l'île
Je l'ai dit je ne vais pas allumer la télé et je suis venue pour vous personnellement
Arrivé à sa rencontre dans l'après-midi dans le centre et était avec lui un certain nombre d'officiers autres que ceux qui les voyaient pour la première fois
Yoram m'a dit que le président est mort et j'ai terminé la tâche, et m'a demandé de ne pas visiter Ramallah
Mais j'ai demandé à y aller rendre visite à ma famille pendant une semaine
Dit d'aller à vos propres risques et être prudent
Une semaine après je l'ai appelé et lui ai dit que je veux visiter Jérusalem
Vous me demandez là, dans le campus d'un groupe de gardes-frontières où êtes-vous?
Je l'ai dit de l'Ouest
Ils ont dit que vous rebondir et a commencé à Bastvzazi
Nous avons commencé Ndtlasn Fahaddna noir un avec un bâton, puis a sorti un couteau
Vahjm aux membres du groupe et m'ont arrêté et m'ont emmené au centre de composé
Où fait avec moi et une semaine plus tard a rendu une décision dans un tribunal de Jérusalem[

8.Posté par Éric le 06/07/2012 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les médias traditionnels vont bien sur faire des tas d’hypothèses sur l'élimination d'arafat car le rôle de ces médias est la désinformation mais dans ce cas précis il ne faut pas chercher midi à quatorze heures, ceux qui avait intérêt à éliminer arafat sont les mêmes qui aujourd'hui comme hier tape sur la palestine et les palestiniens, que ce soit directement ou indirectement les coupables sont sionistes mais ce sera vraisemblablement impossible à prouver.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires