Sciences et croyances

Un télescope pour observer les trous noirs



Mercredi 20 Juin 2012

Un télescope pour observer les trous noirs

Les phénomènes parmi les plus mystérieux de l’univers, comme la formation des galaxies, l’explosion des supernovas ou encore la matière entourant les trous noirs, seront mieux compris grâce au tout nouveau télescope de la NASA, le NuSTAR. L’instrument a été mis sur une orbite proche de la Terre il y a quelques jours et transmettra ses premières prises de vue dans un mois.

Le NuSTAR est un télescope à rayon X. Comme l’atmosphère terrestre ne laisse pas passer les rayons X, ce type de télescope doit pouvoir réaliser ses observations depuis l’espace. Les collègues du NuSTAR, les satellites-télescope de la NASA, Chandra, et l’appareil européen Newton, travaillent déjà sur orbite. Cependant, ces instruments détectent les rayons X « doux », alors que le NuSTAR est capable de mesurer les rayons X « durs ». Lui seul pourra observer à travers les formations de particules et de gaz, explique le directeur de l’Institut de recherche spatiale RAN Mikhail Pavlinski :

« L’utilisation du télescope avec un tel diapason d’énergie le rend cent fois plus sensible que ceux existant. Il est destiné à l’observation des agglomérations de galaxies, qui contiennent du gaz chaud et produisent des rayons X. Il pourra observer le noyau des galaxies actives. Par exemple, le centre de notre galaxie, où se trouve un trou noir supermassif, d’une masse plusieurs millions de fois supérieure à celle du Soleil ».

Il y a vingt ans encore, les scientifiques pensaient que les trous noirs étaient très rares dans l’espace. On sait aujourd’hui qu’ils existent dans n’importe qu’elle galaxie importante. Cela a pu être découvert indirectement, car il est impossible de les observer directement. La force gravitationnelle à l’intérieur des trous noirs est en effet si grande, que même les rayonnements lumineux ne peuvent s’en échapper – d’où leur nom de trous noirs. Les trous noirs altèrent la représentation des galaxies lointaines se trouvant derrières eux. La matière aux environs des trous, relâchée à l’intérieur, produit des rayons X. C’est l’une des nombreuses mesures réalisées par NuSTAR. Comparé aux autres télescopes, ce dernier a un avantage : il est capable de regarder au travers du noyau de poussière de notre galaxie.

Les rayons X sont employés en médecine. Ils traversent facilement le corps humain et d’autres matières. Comment le télescope arrive-t-il à les capter ? Tout dépend de l’angle d’incidence des rayons, explique Mikhail Pavlinski :

« C’est l’effet de réflexion qui est utilisé, comme pour une pierre qui ricoche sur l’eau. Le rayon X, sous un angle très faible, atteint une surface très petite et est réfléchi. Un revêtement multi-couches de métal lourd, l’or ou le platine, permet d’augmenter la réflexion ».

Le NuSTAR a été lancé par la fusée Pégase, depuis un avion spécial. Le télescope, la fusée et l’avion ont été construits sur commande de la NASA par la compagnie privée Orbital Sciences. La NASA a commencé se tourner vers le secteur privé, raconte un membre de l’académie russe des cosmonautes, Alexandre Jelezniakov :

« La NASA de reçoit pas suffisamment de moyens financiers pour réaliser ses propres élaborations et elle s’efforce de trouver ceux qui peuvent le faire au meilleur prix. Le secteur privé s’avère être plus avantageux. Il sait compter et économiser. Je pense qu’il va jouer un rôle de plus en plus actif et que grâce à lui la NASA pourra réaliser ses projets les plus ambitieux ».

La mission du NuSTAR se poursuivra sur deux années et apportera sûrement de nombreuses découvertes qui aideront à préciser les processus de naissance et de développement de l’univers et apporteront de la lumière sur son futur.

french.ruvr.ru



Mercredi 20 Juin 2012


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires