Sciences et croyances

Un simple pictogramme peut-il déclencher une révolution scientifique ?


Dans la même rubrique:
< >


David Talbott
Mercredi 13 Avril 2016

Un simple pictogramme peut-il déclencher une révolution scientifique ?

Explication du pictogramme de Kayenta par Tony Peratt :
Extrémités
Colonne de plasma [deux courants de Birkeland entrelacés]
Instabilités du plasma [créées par les interaction entre les deux courants de Birkeland]
Tore de plasma (plasmoïde)

 

Anthony Peratt, spécialiste de la physique des plasmas, rejoint la communauté de l’Univers électrique

 

    L'histoire du spécialiste de la science des plasmas Anthony Peratt, et le coût personnel de son implication avec la communauté de l'Univers électrique, méritent d'être racontés simplement et fidèlement. Bien que je puisse raconter l'affaire de mon point de vue personnel, d'autres pourront compléter le contexte et les détails importants.
 

    Le message majeur est le préjudice qu’un autoproclamé inquisiteur, dépourvu de toute connaissance sur les sujets en question ici, a pu faire à la carrière exceptionnelle de quelqu'un qui méritait beaucoup mieux.
 

    Il y a quelque chose de profondément contraire à l'éthique et troublant dans l'histoire des collègues se tenant là, assistant en spectateurs au traitement calomnieux administré à Tony, et ne prenant pas l’initiative d’arrêter les attaques infondées qui ont brusquement mis fin à sa carrière. Ces attaques ont surtout mis fin à son travail scientifique, méthodique et rigoureux de reconstitution des événements électriques célestes qui changèrent la Terre dans l’antiquité. Cacher ou refuser d’admettre cette histoire, c’est violer toutes les normes de l'intégrité scientifique.
 

    Il se trouve que le pictogramme de Kayenta en Arizona, a été le premier parmi les nombreux que j'ai envoyé à Tony à sa demande. Ce qui déclencha son intérêt fut sa prise de conscience que les images d'art rupestre que j’avais rassemblées pendant de nombreuses années, représentent des formations de plasma appelées « instabilités de Peratt », aperçues jadis dans les cieux proches de la Terre.
 

    La découverte la plus étonnante, pour moi, c’est que la forme précise décrite par la gravure sur la roche de Kayenta, fait partie d’une gamme de configurations de décharges électriques intenses bien connues expérimentées au Laboratoire national de Los Alamos, et que ses collègues ont baptisées du nom même de Tony. Dans nos courriers, Tony a immédiatement reconnu que la correspondance entre ce pictogramme et une forme de décharge de laboratoire évoluant avec violence, est bien trop précise pour autoriser tout autre explication.
 

    Le pictogramme de Kayenta se retrouve dans d'autres pays sous de nombreuses variantes, dont les noms sont du genre « l'échelle du ciel » et « colonne vertébrale du ciel », toutes associées à ce que j'ai appelé une « phase nomade » dans le démembrement de l'ancienne Configuration Polaire, à la reconstitution de laquelle j’ai consacré beaucoup de ma vie. Mais quels événements célestes ont pu faire apparaître des formations de ce genre sur terre, dans le sud des cieux au-dessus de témoins humains ? L'origine de ce pictogramme était particulièrement sensible, car une grande partie de l'activité du Laboratoire national de Los Alamos, la recherche sur les armes nucléaires, est classée secrète. Selon Tony lui-même, en voyant le pictogramme, sa première réaction fut de penser que quelqu'un avait piraté son ordinateur. Si c’était le cas, le plus probable événement suivant serait la saisie et le « nettoyage » de son ordinateur, et peut-être son arrestation.
 

    Toutefois, si le pictogramme de Kayenta a été effectivement gravé dans la pierre en Arizona (et c’est le cas), Tony en a très bien compris les implications. Cela soulève immédiatement la possibilité que, jadis, des événements électriques proches de la Terre ont pu expliquer les énigmatiques images d'art rupestre trouvées dans le monde entier, y compris dans sa propre « arrière-cour », dans le sud-ouest des États-Unis. Ces gravures sur pierre intriguent les archéologues depuis des siècles.
 

    Et ainsi Tony entama une enquête intensive sur l'art rupestre dans le monde s’étendant sur plusieurs années. Ses conclusions, incluant le pictogramme de Kayenta et d'autres images que je lui avais envoyées, ont été présentées dans une série d'articles novateurs, écrits en collaboration avec nos propres collègues de Thunderbolts, Donald Scott, professeur retraité de l'ingénierie électrique, et M.A. Rens Van der Sluijs, chercheur et linguiste accompli.
 


Programmée par Anthony Peratt d’après les interactions entre particules chargées, cette simulation sur super-ordinateur montre la formation des galaxies spirales au point d'entrelacement d’au moins deux gigantesques courants de Birkeland
 

    J'ai personnellement rencontré Tony à plusieurs reprises, à Portland, Phoenix, et Albuquerque, au moment où ces articles étaient en préparation. Son inspiration était contagieuse, et toute personne le rencontrant n’aurait pu douter que son travail remît en question les hypothèses scientifiques fondamentales. En particulier, les conclusions de Tony excluent catégoriquement le « principe d'uniformité » qui entrave la recherche scientifique depuis bien trop longtemps. Aujourd'hui encore, la plupart des sciences théoriques supposent simplement que les événements se produisant à notre époque sont la clé pour comprendre le plus ancien passé : « Aujourd'hui tout comme auparavant ». Or, avec quelque compréhension des événements naturels extraordinaires qui se déroulèrent dans les temps plus anciens, le principe d’uniformité est le premier dogme idéologique à faire passer à l’as.
 

    La vérité est que le ciel calme d'aujourd'hui n’a aucune analogie avec les spectacles insondables des cieux de nos premiers ancêtres. Gravée dans la pierre dans le monde entier, racontée dans les mythes et les symboles archétypaux, l'activité électrique ébranlant la Terre a suscité une réaction collective chez les anciens peuples, comme si leur vie en dépendait. En fait la vie de millions de gens a dépendu de leur réaction à ces événements, puisque (comme Peratt l’a lui-même reconnu) le rayonnement synchrotron fut très probablement mortel. Les humains survécurent en se retirant dans des grottes, et dans de nombreux cas, les artistes en plein air seraient morts sans le blindage fourni par les falaises avoisinantes.
 

    Les détails de cette histoire comportent l’incessante campagne personnelle d’un individu particulier pour juguler Tony. Ces détails seront donnés plus tard dans la section Thunderblogs. Il se pourrait donc que votre aide, en attirant l'attention des autres personnes sur cette affaire, influence l'avenir de l'investigation critique en sciences.
 


    David Talbott est fondateur et directeur de The Thunderbolts Project. Son livre, The Saturn Myth (1980), a contribué à inspirer le travail de plusieurs autres maintenant réunis dans ce projet participatif. En 1996, il a travaillé sur le documentaire Remembering the End of the World du cinéaste canadien Ben Ged Low. Avec le physicien australien Wallace Thornhill, il est coauteur de deux livres, Thunderbolts of the Gods et The Electric Universe. Trois épisodes de sa série documentaire long métrage Symbols of an Alien Sky, ont figuré parmi les présentations vidéo les plus populaires de Thunderbolts Project YouTube Channel. Il poste actuellement la série Discourses on an Alien Sky.
 

The Thunderbolts Project, David Talbot, 8 avril, 2016

Original : www.thunderbolts.info/wp/2016/04/08/plasma-scientist-anthony-peratt-meets-the-electric-universe/
Traduction Petrus Lombard



Mercredi 13 Avril 2016


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires