International

Un nouvel argument pour une guerre contre l'Iran trouvé en Irak


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 14 Mars 2020 - 00:05 Coronavirus au Maroc



RIA Novosti
Mercredi 14 Février 2007

Téhéran a catégoriquement démenti hier son implication dans les livraisons d'armes à l'Irak, par la voix du porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini, après la première présentation par les Américains à Bagdad des échantillons d'armes iraniennes saisies en Irak.

La présentation des "trophées iraniens" s'est déroulée dimanche dans une atmosphère de secret total dans la "zone verte" de Bagdad où se trouve l'état-major du commandement américain, fait remarquer le quotidien Kommersant. Parmi les échantillons d'armes iraniennes saisies, il y avait des missiles sol-air Mishag-1, des lance-grenades, des morceaux de projectiles de mortiers de 60 et de 81 mm, et des charges de roquettes. Les journalistes ont également pu voir les photos de caisses de dynamite iranienne portant des inscriptions en farsi, ainsi que les certificats de deux Iraniens de l'unité d'élite Quds arrêtés dans le Nord de l'Irak au cours d'un raid des troupes américaines à Erbil.

Le clou de "l'exposition" était une munition de nouvelle génération: une mine farcie de boules de cuivre à forte capacité perforante. De l'avis des experts américains, ces engins se sont avérés un moyen efficace de lutte contre les chars américains Abrams et les jeeps blindées Hummer, perçant des trous ronds dans leur carcasse. Selon l'évaluation du commandement américain, ces mines ont tué 170 des 3.400 soldats américains morts en Irak.

Selon la version américaine, les armes iraniennes transférées en Irak ont pour but de créer dans ce pays une situation de "chaos dirigé" (par Téhéran). Washington estime que l'objectif principal de la stratégie iranienne de "chaos dirigé" est de contraindre l'administration Bush à s'enliser de plus en plus profondément en Irak.

Washington est persuadé que ce sont surtout les combattants du leader chiite Moqtada al-Sadr, de tendance anti-américaine et qui agissent en contact étroit avec des agents iraniens, qui seraient impliqués dans la contrebande d'armes.

Les Américains espèrent que la présentation des armes iraniennes employées par les combattants irakiens obligera Bagdad à se détourner de Téhéran, et venir à bout de l'alliance politique irano-irakienne si indésirable pour les Etats-Unis.

La réaction du Congrès américain à la présentation de l'arsenal iranien n'a pas été univoque. "Mon attitude envers tout cela est très sceptique, compte tenu de l'expérience précédente des opérations de ce genre", a déclaré Christopher Dodd, membre du comité des affaires internationales du Sénat, exprimant une opinion largement répandue parmi les démocrates. Un autre démocrate connu, John Kerry, a indiqué que, bien que l'implication de l'Iran dans les affaires en Irak ne fasse pas de doute, il faut s'entendre avec Téhéran au lieu de provoquer la confrontation.

D'ailleurs, selon les observateurs, malgré l'absence de soutien de la part des démocrates, les représentants de l'administration Bush continueront à chercher un prétexte pour attaquer l'Iran et sont prêts à jouer leur va-tout. Une guerre secrète entre les Etats-Unis et l'Iran a en fait démarré en Irak, souligne un commentaire de la rédaction du magazine Newsweek.


Mercredi 14 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires