EUROPE

USA-UE : l'inéluctable création d’une zone de libre-échange



Irina Popova
Mardi 9 Juillet 2013

USA-UE : l'inéluctable création d’une zone de libre-échange
Même si les pourparlers sur la création de la zone de libre-échange transatlantique (Transatlantic Free Trade Area, TAFTA) risquent de s’étaler sur plusieurs années, personne ne doute de leur issue positive.

Dans les conditions de la concurrence internationale de plus en plus rude et surtout de l’influence grandissante des pays asiatiques, l’Europe et l’Amérique ont décidé de s’unir. Les Etats-Unis et l’Union européenne ont entamé lundi à Washington les pourparlers en vue de la création de la plus grande zone de libre-échange dans le monde avec 800 millions de consommateurs à la clé. Aujourd’hui, les Etats-Unis et l’UE effectuent environ un tiers de tous les échanges commerciaux dans le monde avec un chiffre d’affaires s’élevant à 4,5 billions de dollars en 2011.

Même si la décision n’interviendra pas prochainement, l’important est que les pourparlers aient été lancés comme prévus et que les parties manifestent leur grand intérêt à la création d’une zone de libre-échange.

Celle-ci est considérée d’ailleurs comme une sorte de réponse à la crise financière et économique globale.

De tous les cas, les deux parties seront gagnantes. Le processus de création s’annonce difficile mais les premiers résultats sont à attendre dès la fin 2014, a déclaré à La Voix de la Russie Schmucker Claudia de la Société allemande de la politique extérieure (DGAP) :

« Une zone de libre-échange avec les Etats-Unis constitue une mesure appropriée pour l’Europe. Il y a certes différentes études qui arrivent à des conclusions différentes. Par exemple, des études de l’Institut des études économiques IFO, du Fonds Bertelsmann (Bertelsmann Stiftung) ou des centres de recherches américains. Mais dans toutes ces études, il est affirmé que l’Europe et les Etats-Unis gagneront tant en ce qui concerne la création d’emplois que la croissance économique. Trouver un compromis est en effet très difficile parce qu’il y a des sujets extrêmement sensibles qui sont discutés ».

Les deux parties sont donc intéressées par ces pourparlers et il n’existe pas de causes objectives qui empêcheraient la réalisation du projet. Cependant, les révélations d’Edward Snowden compliqueront certainement les pourparlers.

Dmitri Danilov, directeur du département de la sécurité européenne de l’Institut de l’Europe de l’Académie des sciences de Russie, fait remarquer que le scandale autour la surveillance électronique par les services secrets américains risque d’exercer une certaine influence sur le processus des négociations mais uniquement à court terme.

« Le scandale d’espionnage s’est déjà répercuté sur ce processus en compliquant la recherche de consensus au sein de l’Union européenne. Les Européens vont certainement essayer de convaincre les Américains de donner au processus des négociations et aux relations transatlantiques un caractère mutuellement avantageux et transparent. Je ne peux cependant pas dire que ce scandale d’espions sera à long terme un facteur d’influence pour la processus de création de la zone de libre-échange transatlantique ».   N



Mardi 9 Juillet 2013


Commentaires

1.Posté par BOB le 09/07/2013 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette intégration USA/UE permettra d’accorder des droits sans précédent aux entreprises, leur permettant de poursuivre des gouvernements pour des législations ou réglementations qui interfèreraient avec leurs profits, (on pense à l’extraction des gaz de schiste ou l’utilisation d’OGM entre autre). Il s’agit de « fluidifier » les échanges internes, ce qui permettrait, selon la commission européenne, d’augmenter de 28 % les exportations de l’UE vers les USA. Cela se traduirait par, tenez-vous bien, 547 euros d’augmentation de revenu par an pour une famille de 4 personnes ! Et entraînerait, bien sûr, une reprise de l’emploi… Mais on sait ce que valent ces prévisions de « spécialistes ». Et il est probable qu’un tel accord poussera à un alignement par le bas de diverses législations, sur les normes de qualité, sur les normes sanitaires, ou les « exceptions culturelles ». Ce type d’accord vise à libéraliser la circulation des marchandises, c’est-à-dire des biens, des services, des travailleurs, des capitaux et des capacités d’investissement, et à éliminer toutes les entraves au commerce et au bizness. Nos droits, notre niveau de vie vont reculer partout : seuls les superprofits des multinationales en bénéficieront.
voir :
http://2ccr.unblog.fr/2013/06/26/le-grand-marche-transatlantique-et-puis-et-puis-et-puis/

2.Posté par daniel paul le 10/07/2013 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

inéluctable est il dit...alors cela est de la propagande...la vérité est que l’inéluctable n'a jamais existé sauf la certitude de la mort du corps..

que cela soit dit, que cela soit écrit et que cela soit répété..

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires