insolite, humour, conspiration...

URGENCES : Saison 2011 - Episode 1


Dans la même rubrique:
< >

Des familles pauvres hébergées aux urgences : « C’est le retour au Moyen Age »

PROFESSEUR BRUNO RIOU chef du service des urgences de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris


Dozone Ervedo
Mercredi 29 Juin 2011

Des familles pauvres hébergées aux urgences : « C’est le retour au Moyen Age »

Professeur Bruno RIOU chef du service des urgences de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris


Patron des urgences du plus grand hôpital de France, le professeur Bruno Riou dénonce une situation qu’il juge indigne d’un pays moderne, et à laquelle sont confrontés depuis peu la plupart de ses confrères des hôpitaux parisiens.

C’est la première fois que des familles à la rue vous demandent asile ?
PROFESSEUR BRUNO RIOU. A la Pitié-Salpêtrière, je n’avais jamais vu ça. C’est arrivé vendredi soir. Un père et une mère, avec leurs trois enfants en bas âge de 1, 3 et 6 ans, sans domicile fixe, se sont présentés aux urgences de l’hôpital en nous disant qu’ils étaient envoyés par le Samu social qui ne pouvait pas leur payer l’hôtel. Ce n’est pas notre mission et nous n’avons pas les moyens de les accueillir dignement. Mais, face à leur détresse, nous leur avons aménagé comme nous pouvions un local, avec des brancards pour dormir et nous leur avons donné à manger. Ils sont restés jusqu’à lundi matin, puis ils ont été pris en charge par une assistante sociale.

Où sont-ils aujourd’hui ?
Je ne sais pas. J’espère qu’ils ont trouvé un logement. Mais ils dorment peut-être dehors. Que pouvions nous faire? Il était impossible qu’ils restent chez nous dans ces conditions. Or j’ai bien peur que ce genre de situation ne se reproduise et ne s’accentue vu la diminution des moyens financiers du Samu social. J’ai en effet mené mon enquête durant le week-end en téléphonant à tous les patrons des urgences de Paris, sauf un, et j’ai découvert que tous ont vu débarquer des familles en détresse — beaucoup de femmes seules avec enfants — ces dernières semaines. Pour Necker, Bicêtre et Bichat c’est, comme à la Pitié-Salpêtrière, une première. A Lariboisière, Saint-Antoine et Robert-Debré, c’est un phénomène plus ancien mais, depuis un mois, il est en nette augmentation.

Que comptez-vous faire ?
Les urgences sont déjà beaucoup sollicitées. Notre mission est de soigner les gens, pas de les héberger. Là, c’est un retour au Moyen Age! Il est urgent de redonner aux associations comme le Samu social les moyens de venir en aide aux plus démunis.



Source : Le Parisien

© Photomontage : Urgences (la série), campagne 2011 Samu Social, 115, Do-Zone Parody


Mercredi 29 Juin 2011


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires