International

UNE LOI POUR LIMITER L'AUTORITÉ DU PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS À COMMANDER DES ATTAQUES NUCLÉAIRES CONTRE DES PAYS NE POSSÉDANT PAS D’ARMES NUCLÉAIRES.


Vingt-deux physiciens américains demandent au Congrès de restreindre l'autorité du Président Bush à commander des attaques nucléaires contre des États n’ayant pas d’armes nucléaires.


danyquirion@videotron.ca
Mardi 13 Février 2007

Lettre ouverte adressée au Congrès des États-Unis par des physiciens

Le 1er février 2007

Chers membres du Congrès,

À titre de physiciens et membres de la profession qui a permis la création des armes nucléaires, nous vous écrivons pour vous inciter fortement à voter une loi pour restreindre l’autorité du Président à commander des attaques nucléaires contre des États qui ne possèdent pas d’armes nucléaires.

L’année dernière, la Société Américaine de Physique a publié un communiqué faisant part de sa « grande préoccupation » concernant « l’utilisation possible d’armes nucléaires contre des États non-nucléaires pour des fins de non prolifération de telles armes. » En plus, 2000 de nos confrères physiciens se sont associés à une pétition (1) s’opposant aux récentes modifications apportées aux règles concernant l’utilisation d’armes nucléaires par les USA, contre des équipements souterrains de pays n’ayant pas d’arme nucléaire pour « une fin rapide de la guerre en faveur des États-Unis ».Certains d’entre-nous ont écrit au Président pour l’inciter fortement à s’abstenir d’utiliser des armes nucléaires contres des adversaires ne possédant pas d’armes nucléaires.

Parmi l’ensemble des armes de destruction massive, les armes nucléaires sont uniques. L’utilisation d’armes nucléaires tuerait un nombre incalculable d’innocents civils dans les secteurs ciblés et leurs retombées radioactives pourraient tuer plusieurs milliers de personnes dans d’autres pays situés très loin du secteur ciblé. Il n’y a pas de différence significative entre les petites armes nucléaires « tactiques » et les grandes, ni entre les armes nucléaires conçues pour attaquer des équipements et celles conçues pour attaquer des armées ou des villes. Franchir le seuil du nucléaire, même avec des armes de faible intensité, effacerait 60 ans d’interdiction d’utilisation d’armes nucléaires et en rendrait plus probable leur utilisation par d’autres. Si la victime est un État ne possédant pas d’armes nucléaires, un tel geste détruirait, ou du moins minerait sévèrement, le Traité de Non Prolifération Nucléaire avec des conséquences désastreuses pour la sécurité des États-Unis et pour le reste du monde.

En raison des tensions de plus en plus grandes avec l’Iran et du potentiel d’une confrontation militaire et considérant la déclaration publique du 18 avril 2006, du Président Bush, à l’effet qu’une attaque nucléaire contre l’Iran est une option « sur la table », nous croyons qu’il est essentiel que le Congrès aborde cette question le plus tôt possible. Dans le cas d'adversaires ne possédant pas d'armes nucléaires, il n'y a pas d'extrême urgence d'associée à une riposte ou à devancer une attaque nucléaire contre notre pays ou nos alliés. Nous sommes fermement convaincus que le Congrès devrait avoir son mot à dire sur la ligne de conduite qui servirait le mieux les américains, quant à l’utilisation d’armes terribles que notre profession a aidé à créer.

Une décision qui aurait un impact majeur sur le cours de l’histoire et qui pourrait finalement menacer la survie de la civilisation ne devrait pas être dans les seules mains du Président, à moins qu’elle ne soit absolument inévitable. Nous incitons fortement le Congrès à voter une loi pour interdire les États-Unis d’utiliser des armes nucléaires contre des pays qui ne possèdent pas d’armes nucléaires, sauf si une autorisation préalable pour une telle action est explicitement donnée par le Congrès.

Sincèrement,

Philip Anderson, Lauréat du prix Nobel de physique
Michael Fisher, Lauréat du prix Wolf de physique
Jerome Friedman, Lauréat du prix Nobel de physique
Kurt Gottfried, Membre de Union of Concerned Scientists
David Gross, Lauréat du prix Nobel de physique
John Hall, Lauréat du prix Nobel de physique
Jorge Hirsch, Professeur de physique
Leo Kadanoff, Récipiendaire de la médaille de la science, sciences physiques
Wolfgang Ketterle, Lauréat du prix Nobel de physique
Daniel Kleppner, Lauréat du prix Wolf de physique
Walter Kohn, Lauréat du prix Nobel de chimie
Joel Lebowitz, Récipiendaire de la médaille Boltzmann
Anthony Leggett, Lauréat du prix Nobel de physique
Eugen Merzbacher, Président de la Société américaine de physique, 1990
Douglas Osheroff, Lauréat du prix Nobel de physique
Norman Ramsey, Lauréat du prix Nobel de physique
Edwin Salpeter, Récipiendaire de la médaille Dirac
Andrew Sessler, Président de la Société américaine de physique, 1998
Jack Steinberger, Lauréat du prix Nobel de physique
George Trilling, Président de la Société américaine de physique, 2001
Steven Weinberg, Lauréat du prix Nobel de physique
Frank Wilczek, Lauréat du prix Nobel de physique

Traduction par Dany Quirion pour Alter Info

(1)http://www.planetenonviolence.org/IRAN-USA-ATTENTION-DANGER-DE-GUERRE-NUCLAIRE-Plus-de-1800-physiciens-americains-disent-NON_a733.html


Mardi 13 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires