MONDE

UN JUBILÉ DOUBLE-FACE


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



ZEINAB ABDELAZIZ
Samedi 12 Décembre 2015

UN JUBILÉ  DOUBLE-FACE
Ce 8 décembre 2015, date de l'Immaculée Conception, un "Jubilé extraordinaire", hors du rythme ordinaire des Jubilés, a été inauguré. En ouvrant les portes de la basilique Saint-Pierre, le pape prononce en italien la formule rituelle : « Ouvrez les portes de la justice » ! Le pape François avait insisté sur l'actualité du Concile Vatican II (1962-1965), le jubilé ayant été décidé pour commémorer sa fin il y a 50 ans. Celui-ci, a-t-il souligné, "a été une véritable rencontre avec les hommes de notre temps", et incita cette "Eglise poussée par l'Esprit Saint à sortir des obstacles qui l'avaient refermée sur elle-même". Les "obstacles", ici, désignent certains dogmes imposés par l’Eglise durant les siècles précédents, à ne citer que ceux qui donnèrent lieu à l’antisémitisme ! D'autres Portes saintes seront ouvertes dans les différentes cathédrales du monde, pour participer à cette célébration. Le pape a innové, et voulu ouvrir le jubilé au plus grand nombre. Dimanche dernier, il avait ouvert la Porte sainte de la cathédrale de Bangui, par anticipation, et déclara : "Que le peuple de la Centrafrique devienne le cœur du monde" ! La Centrafrique a fini par être à 80 % de chrétiens et 10 % de musulmans, d’où cet intérêt "cardiaque" qu’il espère imposer à tout le monde !   
Si l'initiative du pape François s'inscrit dans sa démarche visant à rendre l'Eglise plus ouverte et plus tolérante, il y a toujours une autre facette à ses gestes. Le 1e septembre 2015 n’a-t-il pas demandé aux prêtres de pardonner à toutes les femmes catholiques qui ont avorté ou provoqué l’avortement ? La tolérance ici se rapporte aux dogmes, bien sûr, mais changer les dogmes de nos jours, sous n’importe quel prétexte politique, social ou religieux, prouve que les dogmes sont variables,  que cette variabilité crie haut et fort qu’ils ne sont point révélés, mais dépendent de la fantaisie des circonstances ecclésiastiques. Pour preuve, l’idée du jubilé remonte à sept siècles, c’est-à-dire : Jésus n’en a aucune idée, comme d’ailleurs la formation même du christianisme, qui eut lieu, surtout pour l’essentiel, le long des quatre premiers siècles et tout ce qui s’en suivit.
La grandeur inouïe de cette festivité voulue, revient au fait que le pape veut le faire "Un évènement planétaire, célébré pour la première fois dans le monde entier" : c’est pourquoi la cérémonie inaugurale  a été transmise en mondovision. Mais en réalité, cette longue célébration d’un an, non seulement elle vise à raviver la foi de 1,2 milliard de catholiques qui s’est affadie, et pour cause,  mais cette fanfare et cet exhibitionnisme fallacieux, s’inscrivent, selon Vatican II, sous le signe de l’œcuménisme et de l’évangélisation du monde !
Un faste pas très catholique :
Un spectacle son et lumière sur la façade de la Basilique Saint-Pierre, projetant de magnifiques photographies sur la nature, donc en relation avec la fameuse COP 21, termine l’inauguration du jubilé. Cette œuvre d’art impressionnante  offerte au pape François a été projetée et retransmise sur tous les réseaux. Réalisée par un groupe des plus grands photographes et cinéastes mondiaux, cette production fabuleuse a été financée par des organismes mondiaux et des multinationales qui dépendent de la Banque Mondial. Parmi les donateurs : Le  "Connect 4 climat" en rapport avec le ministère italien pour l’environnement, il promeut aussi l’avortement, les théories du genre, l’égalité hommes-femmes et autres folies destructrices ; la "Vulcan Inc. " de Paul Allan qui explore les frontières de la technologie et de la connaissance humaine, travaille pour changer le futur, et il est le co-fondateur de Microsoft ; la "Li Ka Shing Foundation", courroie de transmission du globalisme, se lance à travers l’éducation et la santé ; l’"Okeanos foundation" qui investit dans le climat ; et l’"Obscura Digital" qui travaille à changer le monde. Tous ces donateurs ne sont, en fait, que des agents de la mondialisation et du changement en préparation. 
On est étonné de voir le pape François, qui se dit  "fervent défenseur des pauvres, des banlieues, des sans-dents", accepter un cadeau pareil de cette Banque et ses milliardaires, dont le but n’est autre que réaliser toujours plus de profits pour des financiers qui sont déjà milliardaires ! S’il est une signification qui ressort de cette mésaventure papale, c’est l’indéniable preuve de la face, qui se croit cachée, mais qui implique le pape, son Vatican, son Saint-Siège, et les enfonce dans le NOM. D’autres preuves ou préparations ont déjà été démontrées dans l’article intitulé :           "Le Nouvel Ordre Mondial et la religion d’Astana ".
Vatican II :
Pour ceux qui ne le savent pas, Vatican II a promulgué 4 Constitutions, 3 Déclarations, et 9 Décrets de format très varié. Il a formé deux conseils papaux, l’un pour l’évangélisation du monde, l’autre pour l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Les principales décisions : Il a réhabilité les juifs du meurtre déicide, grâce au perfide document Nostra Aetate. Après les avoir maudits pendant presque 2000 ans, et leur fit subir tout ce qui est écrits dans les minutes des Conciles ou des références historiques. L’effet de cette dérision sur les adeptes est une des causes principales de leur éloignement de l’Eglise. De même, il planifia l’élimination du communisme dans les années 80, y compris la théologie de libération, pour que n’y demeure aucune concurrence au capitalisme, auquel le Vatican est intimement lié ; planifia l’éradication de l’Islam dans les années 90, afin que le troisième millénaire commence avec un monde tout christianisé. Et pour la première fois de sa vie, l’Eglise/Vatican II imposèrent la participation des laïcs et des églises locales à l’évangélisation du monde. C’est pourquoi il fallait l’appeler "le désastreux Concile" et non célébrer son cinquantenaire !
Ceux qui ont suivi les écrits promulgués par Vatican II, saisiront que la grande fraude commise dans le document intitulé Nostra Aetate, à l’égard des juifs, contredit foncièrement les dogmes du christianisme, et savent très bien que ce concile a été infiltré par le cardinale Béa, qui endossa le projet de leur réhabilitation avec les prêtres d’origine juive, convertis, et contribuèrent à faire avancer les déviations de Vatican II. Sans ces convertis au catholicisme l’Eglise ne serait pas tombée dans ces concessions et ces compromis à l’égard de ses dogmes et ses écrits.
Les 6 millions de morts Juifs auxquels il faut croire, coûte que coûte, a été imposé au monde par le tribunal Nuremberg. La première pancarte signalant la shoah comprenait 1.5 millions, cf. Roger Garaudy : "les mythes fondateurs d’Israël", et autres références. Selon Nostra Aetate, l’Eglise ne parle plus de sa mission à l’égard des Juifs, mais regarde vers le jour qui verra «tous les peuples s’adresser au Seigneur d’une seule voix » ! Ce qui sous-entend : la christianisation des musulmans, étant ceux qui représentent plus d’un milliard et demi, et dont la foi renie catégoriquement la déification de Jésus, sa filiation divine, (incompréhensible même de ses adeptes), sa résurrection et le fait de s’être assis à la droite de Dieu qui est lui-même !
Tout ce qui se passe sur terre depuis l’imposture du 9/11, et tout ce qui en découle, n’est-il pas la réalisation de cet infâme décret de christianiser les musulmans et d’éradiquer m’Islam ?! N’est-il pas temps de revoir tous ces décrets racistes et discriminatoires, qui visent à déraciner les musulmans et leur imposer une foi façonnée à travers les papes et les conciles ?
Encore une célébration à venir : le 16 décembre 2015, un grand rassemblement se prépare au siège des Nations Unies, pour célébrer le 50e anniversaire de Nostra Aetate "qui a marqué la fin de la haine chrétienne du judaïsme", comme dit Bernard-Henri Lévy qui rencontra le pape ce 9 décembre, accompagné du grand rabbin David Rosen et l’américain Michael Landau, en réunion de travail, pour fixer la méthode et les buts de cette réunion qui se préparent en collaboration avec le Yad Vashem, qui semble guider le Vatican du bout du nez !!
Une sécurité hors norme :
« Rome est en état de siège », affiche l’Observateur avec raison ! Un important dispositif de sécurité autour des événements du Jubilé a été imposé : Barrage routier, militaires lourdement armés dans les transports ;  en accord avec les forces militaires et les autorités de l'aviation civile, une "no fly zone" (zone interdite de survol) est établie autour de certains sites ; un protocole particulier a été prévu pour les drones inconnus ;  tout le quartier de la place Saint-Pierre a ainsi été requalifié en "zone rouge", avec des patrouilles de police et de l'armée. Les nombreux vendeurs et guides amateurs n'ont  plus droit de cité. Plus de 3.000 policiers, militaires, carabiniers mobilisés, des cuirassés, des rues interdites à la circulation, 300 lits supplémentaires dans les hôpitaux, des mesures de sécurité et des contrôles tatillons, comme celui des sacs à l’entrée de la place.  Des agents en uniforme et en civil patrouillent aux arrêts de métro et dans les rues. Tout cet état de siège n’est point pour un seul jour, mais il semble qu’il durera jusqu'au 20 novembre prochain ! Pour ne rien dire des 2500 "volontaires" de l’Ordre Souverain de Malte, la milice secrète du Vatican, mobilisés à Rome et resteront déployés un an à place Saint-Sulpice.
Des dessous pas très catholiques :
Le pontificat de François semble être à un tournant. Trois incidents ternissent récemment la papauté, pour ne rien dire de tout ce qui lui porte atteinte depuis des siècles et l’accablent lourdement. Les Vatileaks saison 2 : deux livres qui révèlent des frasques financières avec des photocopies de documents réservés qui mettent en évidence "le manque de transparence, de clarté et de propreté" dans l’Eglise.   Pourtant, ces frasques  ne sont pas les seules à allonger leur ombre sur cette Institution. Le 5 octobre, peu avant l’ouverture du synode sur la famille, la sortie de monseigneur Charamsa qui déclara publiquement ce jour-là non seulement son homosexualité qui pouvait conditionner lourdement les pères synodaux, mais parla de 8000 sosies, au Vatican, mais la phrase a vite été biffée et disparu de circulation ; puis la  lettre réservée au Pape, signée par 13 cardinaux et rendue publique le 11 octobre, qui dénonçait le caractère peu démocratique du déroulement du synode. Tout ce hurlement interne ne dévoile-t-il pas quelque chose de macabre qui se meut dans ces murs pieusement protégés ?
Quant au fait de placer ces festivités extravagantes sous le signe de l’Immaculée conception, là aussi c’est un calfatage pur et simple, car Marie sans péché ne figure pas dans l’Évangile, exactement comme la Transfiguration et la Résurrection qui, eux aussi, ont été tissé plus tard. Les deux dogmes de l'Immaculée Conception et de l'Assomption datent respectivement de 1854 et de 1950, et sont liés à la déification de Jésus, inventée et imposée au premier concile de Nicée en 335. Jésus ayant été fait vrai Homme et vrai Dieu, il lui fallait une Maman qui soit à la hauteur ! À noter que l’Assomption n’a même pas été décrétée par un concile, mais par la pure fantaisie d’un pape au milieu du XX° siècle !
Pour revenir au fameux et luxueux jubilé, Bergolio ne l’a point étendu aux dimensions de la planète parce qu’il espère faire partager et vivre l’expérience de la miséricorde, mais pour évangéliser les peuples. Un journaliste demanda un jour à Jean-Paul II qui eut aussi son jubilé : que pensait-il du nombre de ceux qui quittent l’église ? Il répondit calmement avec un large sourire : "Peu m’importe, il me suffit ceux qui y rentrent en Afrique" ! 
À propos de l’Afrique, outre les  tueurs classiques ou traditionnels  que sont le paludisme, le VIH-Sida, la famine, le terrorisme cléricale, la colonisation depuis cinq siècles et son ombre macabre, l’évangélisation,  la famine et la mort rôdent impunément sur le continent qui souffre, depuis des siècles, de l’avidité des deux innommables fléaux : l’Occident chrétien raciste, accaparateur, et l’institution vaticane qui, tous deux, ne voient l’Afrique qu’à travers leur rapacité vorace : "un continent qui nage sur des trésors variés". Puissent les photos qui suivent, le résultat de leur Grande Œuvre de colonisation, d’évangélisation, et de géométrie extrêmement variées, réagir sur leur conscience et les fassent penser et agir humainement…


 
                                                                                       Zeinab Abdelaziz
                                                                                                  Samedi, le 12 décembre 2015    
 http://www.alterinfo.net/Le-NOUVEL-ORDRE-MONDIAL-et-la-RELIGION-d-ASTANA-_a118515.html

UN JUBILÉ  DOUBLE-FACE


Samedi 12 Décembre 2015


Commentaires

1.Posté par Antoine Bastien le 13/12/2015 08:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sauf erreur de ma part que notre sœur Zeinab qui a analysé les documents corrigera, l'évêque de Rome actuel ne dit rien sur les musulmans dans son appel à l'évangélisation ?
Or quelle est la situation des croyants en France ?
Il y aurait à peu près 5 millions de français de famille musulmane, et d'après une enquête d'il y a quelques années, 41% seraient “pratiquants” et 25% athées. Parmi les français de famille chrétienne, on estime à moins de 10% les “pratiquants” et à plus de la moitié ceux qui se disent athées ou agnostiques même s'ils se considèrent comme de culture chrétienne. Et ceux qui se déclarent “pratiquants” font généralement référence à leur pratique cultuelle, la messe ou les cinq piliers de l'Islam, mais leur connaissance des textes sacrés est généralement très faible. Nous sommes donc ici dans un désert spirituel.
Que le Vatican essaie de revitaliser la dynamique d'évangélisation me parait plutôt positif ”Allez enseignez les nations” disait le prophète Jésus. Les musulmans n'ont rien à craindre si nos frères chrétiens commencent à lire l’Évangile et constatent que les dogmes et les hiérarchies dites chrétiennes sont à écarter, cela ne peut que les rapprocher de nous. Il est extrêmement rare qu'un croyant qui est entré spirituellement dans le texte du Qu'ran l'abandonne, surtout pour aller vers un “christianisme” d'Eglise aussi éloigné de l’Évangile. Les quelques “chrétiens” de famille d'origine musulmane que j'ai rencontré l'ont fait pour faire partie d'un groupe de croyants dans lequel ils se sentaient mieux ou parce que ce qu'ils ont vu et entendu des “musulmans” autour d'eux leur a donné envie de s'en éloigner.
Il faut donc reprendre la dynamique spirituelle dans le monde musulmans, en particulier en France où l'environnement est profondément matérialiste et individualiste. Nous devons retravailler notre ijtihad sur la base du texte du Coran, réfléchir à la meilleure manière de faire vivre le Qu'ran dans un contexte extrêmement différent de celui que le prophète Mouhamad a connu, à l'inverse des salafistes qui veulent un retour impossible vers un passé qu'ils s'imaginent glorieux.
Quant à l'Afrique tropicale, hors Maghreb et Afrique du Sud, les croyances des africains chrétiens ou musulmans sont encore très mélangées de traditions locales variables et choisir l'une ou l'autre des religions monothéistes n'est pas très déterminant dans leur pratique spirituelle. C'est aussi une terre où la revitalisation de l'enseignement intelligent du Qu'ran est plus que jamais nécessaire. J'ai voyagé en Centrafrique sac à dos, je sais qu'il y a un potentiel considérable pour y développer le véritable Islam et il est plus facile de le faire avec un bon chrétien acquis à l'Evangile qu'avec un barbare violent et superstitieux dont l'évangélisation peut être une première étape de spiritualisation. Un vrai travail d'évangélisation ne peut que nous aider à répandre le Qu'ran.
J'ai confiance dans l'Afrique de demain car c'est un monde de jeunes qui tireront les leçons des erreurs de leurs aînés, en particulier les rivalités politiques et religieuses manipulées par les ambitieux et revitaliseront leur continent, spirituellement et économiquement.
Donc, ma sœur Zeinab, ne voyez pas que le mauvais côté de l’aggiornamento de l'église romaine, et profitons en pour dynamiser notre ijtihad et notre Appel au vrai Qu'ran, au Fond de la continuité prophétique partagée, même partiellement par les fils d'Abraham. Non, les églises chrétiennes quelles qu'elles soient n'ont aucune chance comme vous le craignez “d'éradiquer l'Islam”, au contraire car leur ouverture nous permettra de parler plus facilement du Qu'ran aux chrétiens.
Je relève également dans votre texte que votre lecture du Qu'ran vous conduit à rejeter la Résurrection du prophète Jésus à laquelle croient la plupart des chrétiens. Or le texte du Qu'ran “ils ne l'ont pas tué, il leur a seulement semblé ainsi” peut s'interpréter différemment car il s'adresse avant tout aux juifs de Médine. Les pouvoirs juifs de l'époque voulaient se débarrasser du prophète Jésus, il ont tué l'homme mais pas le prophète car Allah l'a ressuscité. Les hommes trament mais Allah est le meilleur dans la réalisation de Ses plans.
Cette lecture explique une des grandes difficultés que vous avez avec la Révélation d'Arès, celle d'un témoin de la réalité physique actuelle de la Résurrection de Jésus dont il a entendu la voix et senti la main. Jésus est l'annonce de l'heure, le Qu'ran ne dit pas qu'il faille attendre le Jour où Allah fera une seconde création.

2.Posté par njama le 14/12/2015 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Zeinab

Les 50 ans de Vatican II sont surtout l'occasion de faire un BILAN, et me donne l'occasion de resservir mon commentaire de votre article précédent Le pape FRANÇOIS en AFRIQUE du 4 décembre 2015 ici sur Alterinfo


Concernant l'appauvrissement de l'Afrique ou même seulement de Centre Afrique, je ne crois que l'on puisse compter sur "l'évêque des favelas" de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, pour renflouer l'Afrique, déjà qu'en Argentine et en Amérique du Sud cela n'a pas été probant. L'Église demande surtout à son clergé de consoler les pauvres ... leur promettant la richesse dans le royaume de cieux. (serait-elle la Banque du Paradis ?)

Si l'Église s'occupe des pauvres, elle ne s'occupe pas de la pauvreté. ...

« Je nourris un pauvre et l'on me dit que je suis un saint. Je demande pourquoi le pauvre n'a pas de quoi se nourrir et l'on me traite de communiste. »
Dom Helder Camara, "l'évêque rouge" du Brésil

on peut même ajouter qu'elle soutenait les monarchies, les dictatures, la grande bourgeoisie, qu'elle n'a jamais reconnu les droits de l'homme, et qu'elle pourfendait et pourfend encore les idées marxistes ... donc le prolétariat.

"Que dirá el Santo Padre"

magnifique chanson de Violeta Parra *, et très bon article sur la THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION en Amérique latine sa naissance, puis sa mise en échec et la répression pontificale qui s'en suivit ... qui résume à mon sens toute l'hypocrisie de Vatican II.

* lien vidéo et traduction des paroles en français dans l'article du Grand Soir : http://www.legrandsoir.info/violeta-parra-que-dira-el-santo-padre.html

Extraits (fin de l'article) :

"Le synode des évêques de 1985 réuni par Jean-Paul II marque également la volonté d’un contrôle accru sur le clergé. Toute référence à la théologie de la libération est bannie des séminaires. En Amérique latine, les évêques et prélats réformateurs sont progressivement remplacés ou réduits au silence.

En 1984, Leonardo Boff doit se soumettre devant l’ex-saint Office qui le condamne au mutisme et à la privation de toutes ses charges.

L’année suivante, pour remplacer don Helder Camara, Jean Paul II choisit José Cardoso Sobrinho, un évêque ultraconservateur, totalement opposé à la théologie de la libération. Prenant le contrepied de son prédécesseur, il démantèle en quelques mois les pastorales populaires et renoue avec la tradition des princes-évêques en se réinstallant dans le palais épiscopal. (6)

La dilapidation de l’héritage de Vatican II est invoqué comme une figure de style imposée, vidée de toute signification. Pour avoir refusé sa mue en dilapidant l’héritage de Vatican II ou en réduisant au silence les courants progressistes en son sein, l’Église catholique voit son influence reculer très fortement en Amérique latine. Elle voit ainsi ses positions reculer face à la croissance fulgurante des Églises ou sectes pentecôtistes."

3.Posté par zeinab abdelaziz le 15/12/2015 09:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 1 – Antoine Bastien

Bonjour frère,

Avant de me demander de « corriger », veuillez s’il-vous-plait lire tout ce que Vatican II a promulgué de catastrophique , les 4 Constitutions, les 3 Déclarations, et les 9 Décrets de format très varié ; tout ce que les trois papes postconciliaires ont fait, décrété et imposé ; tout ce qui s’est passé comme évènements découlant du Vatican, son Saint-Siège, et de Vatican II ; ensuite, regardez honnêtement si ce n’est pas vous qui allez « corriger », non seulement votre commentaire, mais toute votre attitude qui mélange textes et évènements dans un prosélytisme qui crie l’incompréhension ou le parti-pris.

La citation que vous mentionnez : « Allez enseignez les nations » est incorrecte et amputée. Matthieu dit (in bible de Jérusalem) : « Allez donc de toutes les nations faites des disciples au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (28 :19). C’est un des versets qui prouve haut et fort la falsification des évangiles, car la Trinité n’a été inventée et imposée qu’au premier Concile de Nicée en 325. Autrefois les textes vaticanais citaient ce verset en entier, puis, se rendant compte ou à causes des critiques, leur citation s’arrête après disciples : « Allez donc de toutes les nations faites des disciples » employée dans tous les textes concernant l’évangélisation jusqu’à nos jours !!

Bonne journée

4.Posté par njama le 15/12/2015 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vraisemblablement ce Jubilé ne manquera pas d'éclats médiatiques, mais derrière le décor des festivités liées à cet anniversaire la réalité de l' Église sur le terrain a bien moins de lustre. Sous ce vernis qui fait bonne figure, les églises sont dramatiquement dépeuplées, comme le fait remarquer ci-dessus Antoine Bastien. Les vocations avaient déjà commencé à s'effondrer bien avant la promulgation de Vatican II (1965). Mai 68 qui passe souvent pour le bouc émissaire de cette débandade n'a que peu à voir dans cet effondrement car la baisse s'annonce dès le début des années 1950 comme l'indiquent très clairement les différents graphiques dans cette Page : "La crise des vocations sacerdotales", Évolution du nombre des ordinations sacerdotales en France, de 1900 à 1999
http://www.eleves.ens.fr/aumonerie/en_ligne/toussaint04/seneve004.html

La barque de Pierre qui parcourt tous les continents prend l'eau, malgré de nombreux "calfatages", et le nautonier toujours sur le pont ne semble pas changer de cap, malgré différents signes qui devraient pourtant l'alerter.

Fidei Donum 1957 [1]
Tout ne se passe pas toujours comme prévu. L'Afrique au secours de Rome.

Pour faire face à la crise des vocations et au clergé français vieillissant (moyenne d’âge 72 ans chez les prêtres français) les autorités ecclésiastiques font de plus en plus appel à des prêtres étrangers.
« Selon le Guide 2014 de l’Église catholique de France, elle compte 1.620 prêtres »venus d’ailleurs« , dont 916 Africains et 314 Européens (dont une moitié de Polonais). A rapprocher du nombre total des prêtres présents en France, soit 16.830 hommes. »

Cette immigration de main d’œuvre étrangère (appelons un chat un chat, et nous pourrions dire la même chose d'imams venus de l'étranger) est réglementée par le Vatican et ses diocèses, elle se fait au titre de Fidei donum (« don de la foi »), du nom d’une encyclique publiée par Pie XII en 1957, initialement prévue pour mettre en œuvre l’évangélisation de la planète, car à la base cette encyclique visait surtout l’évangélisation de l’Afrique pour commencer. Vatican II (1962) poursuit d’ailleurs les mêmes objectifs prosélytes mondiaux.
Les « Fidéi donum », prêtres sans frontières! [2]

L’Église, multinationale intercontinentale, considérant qu’il « n’y a pas d’étrangers dans l’Église » comme l’explique la Conférence des évêques de France.
L’Église, un statut supra-national ?

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Fidei_donum
[2] http://www.la-croix.com/Religion/Spiritualite/Les-Fidei-donum-pretres-sans-frontieres-_NG_-2007-05-04-522174

note : « Tous les prêtres africains en France n’ont pas le même statut. Certains disposent d’une sorte de contrat de trois ans renouvelable dans le cadre d’un accord entre deux églises : ce sont les Fidei donum. D’autres sont prêtres-étudiants dans des instituts catholiques ou à l’université et interviennent à mi-temps dans des paroisses. D’autres encore séjournent en France pour raisons médicales et rendent de menus services quand leur santé le leur permet. Enfin, certains assurent pendant les mois d’été le remplacement de prêtres en vacances. Dans tous les cas, qu’ils soient curés de paroisse ou membres d’équipes sacerdotales, un accord entre les évêques des paroisses d’origine et ceux des paroisses d’accueil est indispensable. » (source : jeuneafrique.com)

5.Posté par njama le 15/12/2015 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Antoine Bastien
”Allez enseignez les nations” disait le prophète Jésus

J'avoue avoir de sérieux doutes sur ce verset de Matthieu 28 :
18 Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre.
19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.
(Bible Louis Segond 1910)


> le "faites de toutes les nations des disciples" (idée prosélyte) est une variante de "instruisez (ou enseignez) tous les nations" (version plus éducative qui s'accorde parfaitement avec le "pas de contrainte en religion" du Coran)

> le mot "nation" avait-il le sens qu'on lui donne de nos jours ? la lecture de la révélation d'Arès suggérerait qu'il s'agirait assez clairement des différentes tribus du Champ d'Israël, Peuple d'Israël.

Comme le note l'excellent Dictionnaire Encyclopédique de la Bible A. Westphal [ http://456-bible.123-bible.com/westphal/westphal.htm ] ce mot a recouvert différents sens au fil des tribulations du peuple d'Israël
extrait :
"Tout d'abord, la distinction entre Israël et les nations était purement ethnique et géographique; Yahvé était le dieu d'Israël, sa sphère d'action était considérée comme limitée: il agissait à l'intérieur de son peuple. A ce moment on trouvait naturel que chaque nation eût ses propres dieux (1Sa 26:19 et suivant), exerçant leurs droits dans une certaine région. Mais dès qu'on fut arrivé à se représenter Yahvé comme le Dieu de toute la terre, l'opposition fut plus tranchée. Désormais, on conçut Israël comme le peuple qui seul connaît le vrai Dieu, et les nations comme adorant de vaines idoles.
Dans le parallélisme des poètes, nations et méchants devinrent des termes interchangeables (Ps 9:6)."
http://456-bible.123-bible.com/westphal/3681.htm

Fallait-il tirer de cette parole de Jésus l'idée d'un prosélytisme planétaire ?

> le verset 19 de Matthieu a servi de base au concept trinitaire, alors que le mot Trinité, ni la doctrine explicite de la Trinité n'apparaissent dans le Nouveau Testament ; Jésus et ses disciples n'avaient pas l'intention de contredire le Chema de l'Ancien Testament, savoir : « Écoute, Israël! l'Éternel, ton Dieu, est Un. ».

> v. 20, "tout ce que je vous ai prescrit" est parfois traduit par "tout ce que je vous ai commandé". Or entre une prescription et un commandement ce n'est pas tout à fait la même chose. Le premier est suivi si on le juge utile, le second ne s'accorde pas avec la liberté.

6.Posté par njama le 15/12/2015 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce dont l'Église ne tient pas compte à mon avis, c'est de sa propre responsabilité historique dans les défections des fidèles, et donc de l'athéisme mis souvent sur le dos des philosophies matérialistes et de leurs expressions politiques.

Si le mot atheysme apparaît au milieu du XVI° siècle, sa fréquence littéraire n'apparaît pas avant le XIX°, le terme de nihiliste (du latin nihil, rien) lui étant préféré auparavant pour désigner l'hérétique qui ne croyait pas en la personne humaine de Jésus-Christ.

Dans la Page de l'article des élèves de l'ENS ** la juxtaposition du graphique des "bacheliers depuis 1951" avec celui des "ordinations depuis 1951" est assez significative pour montrer que leur évolution est inversement proportionnelle. Et que peut-être il y aurait un souhait profond sous-jacent d'émancipation et de s'affranchir du paternalisme du clergé, de sa hiérarchie, de ses oripeaux ?

** http://www.eleves.ens.fr/aumonerie/en_ligne/toussaint04/seneve004.html

7.Posté par Antoine Bastien le 15/12/2015 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@zeinab
Salam ma sœur,
Vous m'avez mal lu, je parlais de "corriger mes erreurs" parce que contrairement à vous, je ne m'intéresse pas du tout aux documents du Vatican, seulement aux textes bibliques et coraniques et aux relations avec mes frères croyants. En ce qui concerne le texte empoussiéré des évangiles, il est clair que la partie "au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit" a été rajoutée puisque les historiens constatent qu'elle ne figure pas dans les manuscrits les plus anciens mais uniquement dans de plus récents : ici aucun doute sur la falsification des Écritures dans le sens du dogme trinitaire.
Quant à "enseigner les nations", je le rapproche de "Je n'ai été envoyé que pour les brebis perdues de la Maison d'Israël", ce que confirme la Révélation d'Arès avec le reproche que le prophète Jésus fait à ses disciples de s'être égarés sur les “friches” païennes au lieu de travailler d'abord vers les “nations d'Israël” (RA 5/7). C'est bien dans ce sens que je comprends le mot "nation". De même la Révélation d'Arès donne un champ prioritaire de mission, mais élargi par rapport aux temps de la prédication palestinienne. Par contre l'appel au "prosélytisme" correspond bien aux recueils évangéliques, les disciples ayant été envoyés deux par deux pour prêcher dans les villages et synagogues juives.
Je posais donc sous forme de question l'absence étonnante de référence aux musulmans dans le texte du Vatican en vous demandant de me corriger éventuellement car votre article ne pouvait évidemment pas être exhaustif.

Je ne dis pas que j'ai raison en ne m'intéressant pas aux documents émanant des systèmes religieux chrétiens, je n'ai simplement pas le temps et n'oublie pas la recommandation de la RA : il est "impie d'entendre les docteurs qui bavardent" (RA 32/6) -docteurs au sens de théoriciens des idéologies justifiant les pouvoirs-. Chez les chrétiens, nous dit le prophète Jésus, il faut “abattre les idoles de l'esprit comme ont été abattues les idoles de bois” (RA 23/8). Il a fallu quatre millénaires pour que le polythéisme égyptien soit abattu par le prosélytisme des disciples des prophètes d'Allah. Le système dogmatique chrétien tient depuis à peu près 17 siècles, il n'en a plus pour longtemps, d'où mon désintérêt pour lui. "Encore quelques princes à Rome, ailleurs aussi, et le dernier sera tiré de son lit à l'aube" dit la RA (28/8).
Je ne comprends donc vraiment pas le lien que vous faites entre la RA et le Vatican ???
Je m'intéresse par contre aux documents produits dans le monde islamique pour mieux le comprendre, mais avec mesure. Par exemple on se noie vite dans la littérature immense du perse al-Tabari, d'ailleurs explicitement cité comme illustration des théologiens à écarter (RA 5/12).

Je suis désolé que vous voyiez du parti pris dans mon analyse. Je ne prends parti que pour Allah et personne d'autre, même pas entre sunnites et chiites tout en restant lucide sur les déviations des uns et des autres, mais je m'inquiète des propos agressifs contre les chiites que je vois dans certains commentaires sur alter info -qui respecte à juste titre la liberté d'expression de leurs auteurs- et permet de mesurer les difficultés à surmonter dans le monde musulman. Je crois que c'est en grande partie par contagion des tensions politiques souvent violentes qui ravagent le Moyen Orient, en particulier entre arabes et perses, mais c'est aux musulmans de la région d'apprendre à faire la Paix du Saint entre eux et à résister aux profiteurs de guerre de toutes origines qui les montent les uns contre les autres.

Quant à la question de l'ijtihad et de la revitalisation de la foi musulmane, la question se pose évidemment très différemment en France où il y a un très gros travail d'information de base à faire et en Egypte où ce sujet est intrinsèquement lié aux rivalités pour la conquête du pouvoir ou le maintien au pouvoir. De plus, le niveau de connaissance des ulemas y est beaucoup plus élevé qu'en France même si l'université Al Azhar a en partie perdu son rôle de référent dans le monde musulman. Mais en contrepartie, comme dans tout domaine de recherche universitaire, il est souvent très difficile aux pontes en place de remettre en cause leur travail antérieur et les préjugés intellectuels dans lesquels ils ont été baignés. En Egypte se pose aussi la douloureuse question de la maltraitance de la minorité copte dont beaucoup ont du à regret émigrer.
Là l'Appel du Saint à l'”alliance fraternelle”, à l'absence de “contrainte en religion”, résonne aussi mais reste à entendre par nos frères locaux.

Encore un mot sur les photos associées à votre article, le contraste saisissant entre des africains faméliques et des obèses d'ailleurs pourrait laisser penser que les obèses se nourrissent au détriment de l'Afrique ce qui méconnaîtrait les réalités agricoles et socio politiques. Les dramatiques famines africaines sont avant tout la conséquence de guerres, de rivalités ethniques, religieuses ou politiques et d'une infrastructure défaillante. L'Afrique doit produire beaucoup plus de nourriture et nous pouvons mieux les aider pour cela au lieu de leur vendre des armes et des idéologies mortifères, et l'Egypte est un bon exemple, gros importateur de blé alors qu'elle fut très longtemps le grenier de la région comme l'illustre l'histoire de Joseph.

8.Posté par njama le 16/12/2015 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Zeinab

Voilà deux articles d'une certaine Francesca de Villamundo * (journaliste ?) qui publie sur Medias-Presse-Info qui rejoignent en bonne partie vos réflexions et analyses sur les récentes contradictions théologiques de l'Église romaine.

* tous ses articles : http://www.medias-presse.info/author/francesca-de-villasmundo

b[50 ans de Nostra Aetate : un pas de plus dans l’abandon de la théologie catholique au profit d’une nouvelle théologie du salut qui reconnait les juifs comme porteurs de la Parole de Dieu]b

citation:
"On peut se demander cependant quel est l’objectif principal des Juifs dans ce dialogue révolutionnaire. Travaillent-ils, vraiment, si intensément, depuis 50 ans, à «un approfondissent de la dimension théologique du dialogue entre juif et catholique » uniquement dans le but de changer la théologie du salut de l’Église catholique ? Où se servent-ils de ce dialogue révolutionnaire comme moyen pour hâter l’avènement de l’ère messianique annoncée par les prophètes où Israël retrouvera son héritage, son rôle d’unique peuple sacerdotal et sa vocation d’apporter le salut aux nations ? "

http://www.medias-presse.info/50-ans-de-nostra-aetate-un-pas-de-plus-dans-labandon-de-la-theologie-catholique-au-profit-dune-nouvelle-theologie-du-salut-qui-reconnait-les-juifs-comme-porteur-de-la-parole-de-dieu/45448


Message du pape François pour la 49ème journée mondiale de la paix : un condensé d’idéaux francs-maçons
citation:
"Le pape a pourtant bien évoqué l’indifférence envers Dieu comme cause de conflits et d’individualisme : «La première forme d’indifférence dans la société humaine est l’indifférence envers Dieu, dont procède l’indifférence envers le prochain et envers la création.» Mais le Dieu dont il parle est-il le Dieu des catholiques ou le Dieu unique de toutes les religions ? On ne sait plus trop tellement sa pensée est révolutionnaire sur le sujet !"

http://www.medias-presse.info/message-du-pape-francois-pour-la-49e-journee-mondiale-de-la-paix-un-condense-dideaux-francs-macons/45703

9.Posté par njama le 16/12/2015 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Zeinab

Pensée du jour
Il me semble voir une très étrange idée dans tous ces Conciles et dans les religions d'une manière générale de vouloir greffer le même logiciel à tous les êtres humains (ce qui dans sa version profane s'appelle mondialisation), aussi l'idée d’évangéliser la planète me semble en soi très absurde.
D'autant plus absurde que le monde n'avait pas attendu le Christ pour exister, et que rien ne permet au Vatican et autres chrétiens du Concile de Nicée d'affirmer que l'humanité était "perdue" avant Sa Manifestation !

Si Dieu n'a pas créé l'Homme en "OPEN SOURCE", ce qui suppose une capacité à communiquer et échanger LIBREMENT avec différents OS (Operating System, Systèmes d'Exploitation" cultures-, les informaticiens me comprendront), c'est soit que Dieu est TRÈS NUL et a carrément raté Sa Créature humaine, soit que les logiciels des religions sont pris en défaut par rapport au SOFTWARE ADAM (de adamah, être humain en hébreu, nom commun)

Je penche par Intuition pour la seconde hypothèse...

10.Posté par njama le 17/12/2015 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je poste ce commentaire de Zeinab reçu par mail, elle a de petits soucis informatiques en ce moment pour se connecter sur Internet

@ Antoine Bastien – 7

En ce qui concerne les photos, oui, le sens est voulu entre tant d’autres. Les dirigeants politiques, financiers et militaires de l’Occident raciste, accaparateurs, de même que le Vatican, à travers leurs compagnies, leurs associations, leurs firmes, s’accaparent de toutes les ressources de l’Afrique, laissant les gens dans la misère et accumulent leurs richesses. Les guerres de toutes sortes, les rivalités et les famines aussi. Ils graissent les pattes de quelques supérieurs, imposes le système qui leur convient, et les affaires passent à merveille !

@ njama - 8 et 9

Merci pour les articles de Francesca de Villasmundo, qui prouvent que je ne suis pas la seule à voir le Vatican dans sa triste réalité, dans le sens où il ne cesse de se montrer multi-faces, qui aide à l’installation du Nouvel Ordre Mondial, et surtout ses concessions dégradantes envers les juifs et les sionistes, non seulement par rapport au christianisme, mais par rapport au monde, à ne citer que la Palestine.

Si les gens ne lisent pas, ce n’est pas ma faute, mais toute personne ayant lu les textes qu’il a décrété, surtout à Vatican II, ne pourra jamais dire autre chose que de le montrer sous son vrai jour.

11.Posté par Antoine Bastien le 19/12/2015 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@BAB
@zeinab
Comme l'évangélisation est un axe essentiel de cet article, c'est l'occasion de partager avec vous quelques réflexions sur l’Évangile dit de “Jean” pour répondre aussi à BAB qui en avait formulé la demande dans un post à un précédent article, mais nous étions vraiment hors sujet.

Normalement, une évangélisation au sens premier du terme, c'est répandre la bonne nouvelle de l''enseignement du charpentier de Nazareth, c'est positif à la fois pour les chrétiens de toutes obédiences et pour les musulmans à qui le Qu'ran demande de ne “faire aucune différence entre les prophètes” dont Jésus fait incontestablement partie.
Il faut donc bien distinguer la réalité historique de ce que les prophètes ont dit et fait et les discours construits ensuite par les hommes et structures qui s'en réclament. Pour Mouhamad, c'est assez facile car nous pouvons travailler avec le Qu'ran et réfléchir à sa bonne lecture. Mais contrairement à ce que beaucoup de musulmans traditionnels pensent, il ne suffit pas de lire le Qu'ran pour connaître l'enseignement des prophètes précédents car le Qu'ran parle de certains, de leurs actes mais peu de leur enseignement dans les circonstances dans lesquelles ils étaient placées, généralement très peu connues par les arabes contemporains de Mouhamad. Pour Isaïe, par exemple, ce n'est pas très difficile même si beaucoup de ses rouleaux ont disparu, on sait par la recherche des historiens et linguistes sérieux que seuls les livres 1 à 40 sont dans l'ensemble de lui. Pour Jésus, c'est plus difficile. Il faut d'abord à l'évidence écarter tous les épîtres et l'apocalypse, un gros ménage dans les doctrines chrétiennes très influencées par Paul, missionnaire remarquable mais théologien incorrigible à la pensée très éloignée de celle du prophète Jésus qu'il combattit.

Reste l’Évangile de Jean que la Révélation d'Arès en 16/12 nous demande de traiter comme “parole d'homme” et non Parole transmise par un prophète. Voici quelques éléments de réflexion qui peuvent aider les chrétiens culturels à lever cet obstacle des écritures falsifiées qui les éloigne du Qur'an et de Jésus :
1 Il n'y a eu qu'un prophète Jésus, il ne devrait y avoir qu'un Évangile si les apôtres et disciples s'étaient mis d'accord pour rédiger ensemble un texte de ses enseignements et actions validé par un consensus apostolique assez large. Cela n'a pas été fait et de nombreux textes différents circulaient avant que les hiérarchies ecclésiastiques ne décident arbitrairement de retenir seulement certains textes pour le Nouveau Testament que nous connaissons et d'écarter d'autres comme apocryphes. Chaque texte était plus spécialement utilisé dans l'une ou l'autre des premières communautés chrétiennes très hétérogènes et dispersées, l’Évangile de Jean était un texte de référence dans la région d’Éphèse, un endroit particulièrement influencé par les courants gnostiques.
2 L’Évangile de Jean est le plus tardif, assez proche de la fin du siècle, il est donc quasiment impossible qu'il ait été rédigé directement par un témoin contemporain de Jésus, d'autant plus que la plupart des historiens pensent que l'apocalypse de Jean est du même auteur et est encore plus tardive. On ne sait pas qui l'a rédigé et les parties du texte qui visent à en justifier l'origine et le caractère intact ne sont pas crédibles, beaucoup de manuscrits de l'époque contiennent le même genre de mise en garde sur celui qui oserait toucher le texte.
3 Les analyses approfondies des quatre textes évangéliques montrent qu'il y a deux univers différents, celui des trois évangiles dits synoptiques, Marc, Luc et Matthieu, assez cohérents sur les faits, et celui de Jean qui présente un ministère prophétique différent et souvent incompatible chronologiquement
4 Le texte de Jean annonce sans ambiguïté qu'”il a été écrit pour que vous croyez que Jésus est le fils de Dieu”, donc avec une intention théologique affirmée. Il commence par un prologue dont on ne sait qui parle, certainement pas Jésus et qui pose la dogmatique retenue, le Fils unique de Dieu, expression tout à fait contradictoire avec la Bible qui parle d'Adam comme premier fils de Dieu. Fils a un sens très large en hébreu, il fait écho à la manière dont Jésus priait en appelant Dieu “Abba”, Père. Rien à voir avec la théorie ecclésiastique du "fils unique engendré non pas créé" que le Qu'ran rejette clairement
5 Il y a dans Jean beaucoup de discours censément être de Jésus, en particulier celui du dernier repas qui prend presque la moitié du texte et dont on ne trouve pratiquement aucune trace dans les synoptiques. Si Jésus avait réellement tenu un discours aussi long, on le retrouverait dans les autres Évangiles, et comment imaginer que le rédacteur se souvienne un siècle après de ses propos au mot près. La thèse d'une rédaction biaisée de théologien est beaucoup plus réaliste que l'hypothèse de l'Esprit de Dieu guidant la main du rédacteur.

J'ai déjà été trop long pour un post sur ce sujet, mais il faut briser le mur d'incompréhension élevé entre la culture musulmane et la culture chrétienne au fil des siècles et je sais à quel point les hiérarchies et théologiens chrétiens se servent de l’Évangile de Jean pour créer confusion et division.
J'espère que cela aidera notre frère BAB pour lire sans préjugé le saint Qu'ran, mais aussi nos frères musulmans pour recadrer les efforts d'évangélisation des “ chrétiens” vers le véritable enseignement du prophète Jésus en mettant en lumière les falsifications de textes et les écrits ultérieurs d'hommes pas toujours bien intentionnés. Falsification que notre sœur Zeinab rappelle à juste titre.

L'effort de compréhension nécessaire pour retrouver dans les textes disponibles le Fond de l'enseignement de la continuité prophétique passant par Jésus et Mouhamad ne se limite donc pas à une relecture du Qur'an, il doit inclure aussi la relecture des textes bibliques pour y retrouver la lumière enfouie sous des erreurs séculaires. On peut se priver de la puissante Lumière que le texte de la Révélation d'Arès apporte pour bien lire ces textes, c'est regrettable, mais le plus important est de faire le pont entre l'univers chrétien et l'univers musulman en revisitant les textes auxquels ils font référence. Et ce faisant, il n'y a aucun risque pour les musulmans à étudier avec circonspection les textes bibliques car ils disposent avec le saint Qu'ran d'un texte sublime.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires