MONDE

TUNISIE, ALGÉRIE : L’armée en question !


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 28 Juin 2018 - 02:04 UNE OBSESSION MALÉFIQUE



abbas
Mardi 18 Janvier 2011

  TUNISIE, ALGÉRIE : L’armée en question !
Bien sur que la joie est immense de voir ce peuple tunisien se libérer du
président benali ! Bien sur que nous souhaitons tous le renouveau, la liberté,
la paix et le bonheur de ce pays.  
Ce sentiment est accompagné de larmes pour les victimes qui sont tombées
sous les balles de la police et de respect pour ce peuple qui n’a pas eu peur
de s’opposer !  
Mais quelques questions se posent et notamment au sujet du rôle de l’armée
tunisienne. Inutile de revenir sur l’hypocrisie et la lâcheté des politiques
français et des déclarations odieuses de MAM. Il n’y a plus rien
d’étonnant maintenant et il faudrait se souvenir de tous ces gens lors de la
prochaine campagne électorale, les Sarkozy, DSK, députés UMP et socialistes
dans le même sac et pourtant je suis sur que ce sont les mêmes qui seront
réélus malgré toutes les preuves de leurs ignominies.  
L’armée s’est détachée du pouvoir, ce qui a permis cette révolution
mais dans quel but ?  
Le premier ministre qui a annoncé le départ du président est aux cotés de
cet homme depuis des années et les médias occidentaux le dépeignent comme
quelqu’un d’intègre !!  
Dans la nuit qui a suivie le départ de benali, il y a eu des saccages, des
émeutes, des vols, des agressions et pourtant l’armée n’est pas intervenue
pour protéger la population !
Que va-t-il se passer ?  
Les politiques ringards français, les journalistes et intellectuels foireux
ne pensent qu’à faire barrage aux « islamistes » tunisiens alors que
personne en Tunisie ne s’est exprimé sur ce sujet !
Nous nous souviendrons surtout des larges sourires des responsables français
à la réélection de benali alors que le peuple crevait sous la misère et la
oppression !
En Algérie, le problème est tout autre.
L’armée n’accompagne pas le pouvoir, elle est le pouvoir et le scénario
de la révolte tunisienne parait improbable dans ce pays dés lors que
l’armée exercera une répression réelle empêchant toute nouvelle voie de
s’exprimer.  
L’intelligentsia française n’a eu de cesse de nous expliquer que le
peuple tunisien était bien plus éduqué que ces peuples voisins s’appuyant
sur le fait que l’islamisme a été éradiqué en Tunisie alors que ce n est
pas vraiment le cas en Algérie !  
Quelle curieuse façon de juger un peuple quand on sait que l’islamisme est
financé par l’Arabie saoudite, pays ami des USA et des occidentaux en
général et comme par hasard terre d’accueil de benali !  
Le peuple algérien doit être respecté mais l’état algérien parait de
plus en plus suspect d’être en cheville avec la France, notamment au sujet de
l’AQMI, sorte de nébuleuse infiltrée par les services secrets algériens.  
Le peuple n’est pas l’état et aujourd’hui, nous souhaitons de tout
cœur nous débarrasser de ces tyrans agréer par l’occident en nous passant
des conseils pernicieux des intellectuels français à la solde de l’élite.  
Espérons qu’un jour, les deux populations sauront se reconnaître et faire
front devant ces renégats qui nous dirige aussi bien en France qu’en
Algérie.

Abbas  

http://abbas--b.blogspot.com/


Mardi 18 Janvier 2011


Commentaires

1.Posté par rajwiya le 18/01/2011 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d'accord avec cette analyse.

Nos démocrates autoproclamés d'Algérie savent pertinemment que c'est l'armée qui détient le pouvoir et non notre Benali de Bouteflika. Mais ils refusent de dénoncer celle-ci craignant le retour des islamistes. Et l'armée n'a de cesse d'intriguer en créant des maquis terroristes pour justifier son rôle de "protecteur du peuple"

C'est malheureux de voir les jeunes algériens dénoncer le pouvoir du président algérien au lieu de demander EN PREMIER LIEU le départ de l'armée qui doit rentrer dans les casernes et cesser de faire de la politique. Demander le seul départ de Boutef c'est se fourvoyer car l'armée le remplacera aisément par quelqu'un de plus docile, par exemple son poulain Ouyahia. Il faut donc demander ET le départ de l'armée Et l'éviction de Boutef

La situation est donc très différente de celle de la Tunisie. Ici, Benali est l'ennemi d'une armée réduite à 30 000 hommes et dont il a assassiné 9 généraux vers 2003 mais s'appuiant sur près de 120 000 policiers. Là, Boutef n'est qu'un pantin ou fusible agréé par la pseudo muette.
Ce qui n'enlève rien à la responsabilité de "notre" président dans les malheurs de notre pays

2.Posté par Zaheer le 18/01/2011 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon article

3.Posté par Zaheer le 18/01/2011 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faudrait en faire une autra analyse, tout aussi pertinente sur le Maroc et les rapports de forces qu'y est exercés .

4.Posté par HAMMANA le 18/01/2011 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A RAJWIYA

Tout à fait d'accord avec vous,bien que dans mes commentaires j'utilise toujours le terme de"pouvoir" et"système" qui désignent le président de la république ,le gouvernement,le parlement,l'armée,la police et toutes les forces occultes qui détiennent le pouvoir.
En s'attaquant au président de la république,il ne faut pas croire qu'il est le seul à etre dans le collimateur mais son statut de premier magistrat du pays le rend,qu'il veuille ou non ,responsable de tout ce qui se rapporte au fonctionnement des rouages de l'Etat et de la dérive du pays indépendamment des auteurs car dans tous les pays du monde ,c'est lui qui incarne le pouvoir .
BOUTEFLIKA,malgré incapable d'avoir une autorité sur l'armée demeure toutefois le symbole à abattre et que si le peuple algérien réussit à le faire(ce qui est improbable dans la conjoncture actuelle),l'armée serait amenée à abdiquer quoi qu'on dise sur sa prédominance sur la scène politique nationale.C'est une question de bravoure car si le peuple arrive à franchir le rubicon de la peur en déboulonnant BOUTEFLIKA,il sera capable non seulement d'amadouer l'armée mais de déférer ses généraux devant la justice pour etre jugés.il s'agit de franchir le premier pas ,le reste viendra tout seul.Notre armée n'est ni plus terrible ni plus soutenue que celles des pays de l'amérique latine dont les peuples ont réussi à les contraindre à se conformer à la constitution,l'exemple vénézuelien est là pour servir de preuve.Seulement qu'on ne veut pas suivre l'exemple des autres on se trouve évidemment contraint de diaboliser l'armée en l'investissant de tous les attributs du monde et c'est pourquoi tous les peuples accèderont à la démocratie sauf nous algériens.C'est malheureux de le dire mais c'est une évidence à laquelle nous devons nous rendre et il n'y a pas de honte à le faire.

5.Posté par AS le 18/01/2011 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AQMI appartient a Sarkozy

6.Posté par lamia le 18/01/2011 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous êtes complètement à côté de la plaque Monsieur ABBAS, votre analyse appartient à l'age de la pierre, qui a intérêt pour que l'AQMI frappe au sahal? la France bien sur et pour l'armée algérienne vous avez tore car elle est composée des enfants de ce peuple et elle s'est peu à peu retirée de la cène politique algérienne au point où on ne sent plus son existence sauf pour frapper fort les ennemies de l'humanité le terrorisme créé et financé par les USA et ses partenaires pour déstabiliser les pays arabes et maitre ses mains sur leurs richesses mon vieux, réveillez vous on n'est en 2011 et pas en 1993, le monde évolue et les pensées aussi

7.Posté par lamia le 18/01/2011 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quant à l'armée tunisienne vraiment chapeau c'est une vraie armée républicaine qui a sauvé le pays de la dérive et sauvegardé l'unité et l'intégrité du pays, arrêtez s'il vous plais de dire n'importe quoi et regardez la vérité en face vous avez la responsabilité entant que journaliste de rapporter les faits et ne pas de les modifier à votre guise et comme bon vous semble, ce site à ma connaissance est là pour rapporter la vérité et pas le contraire!

8.Posté par le_tout_puissant le 19/01/2011 06:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi les gradés de l'armée se sont-ils d'un seul coup et au premier signe de bouillonnement populaire retourné contre Ben Ali? Nous pouvons sentir là l'odeur de la corruption. Rien de plus facile pour les forces occultes en action de promettre quelques dizaines de millions d'euro au 10 plus haut gradés de l'armée tunisienne afin qu'ils se rangent instantanément du côté du peuple.

Et que l'on ne parle plus de révolution pour désigner ce chahut! Dans une révolution il y a un changement de paradigme! Il y a une inversion des valeurs, un projet idéologique, philosophique, une vision du monde qui vient s'imposer et finit par supplanter un ordre ancien traditionnel. En Tunisie il n'en est rien de cela! Il ne s'agit ni d'une révolution, ni d'un mouvement réactionnaire. Nous avons juste vu un clan de voleurs se faire chasser à grand coups de pieds au cul, rien de plus.
Cette "révolution" tunisienne va transformer ce pays en "démoncratie" avec à sa tête de bon laquais au service du nouvel ordre mondial.

DSK était un faux ami de Ben Ali. DSK se comportait à l'égard de Ben Ali comme le bouana bienveillant à l'égard de son docile bougnoule. Quand le bougnoule semble montrer des signes de coopération le bouana l'encourage, lui fait part de sa satisfaction dans l'espoir que le bougnoule se plie toujours un peu plus aux exigences du maître, ceci n'a rien à voir avec de l'amitié...en revanche Sarkozy éprouve probablement une amitié sincère à l'égard de Ben Ali.

Cette éviction de la clique Ben Ali est très liée à l'intelligentsia de gauche. Depuis des années la presse de gauche française avait dans le collimateur Ben Ali, or à qui est liée la presse de gauche? A l'humanisme luciférien dans son expression la plus pure, les sionisto-francs-maçons de "gauche" dont les représentants orbitent autour du monde de la finance et de l'escroquerie écolo.
De plus en provoquant l'éviction de Ben Ali un message clair est lancé. Une démonstration de puissance et un avertissement aux autres dictatures arabes dont le contenu pourrait se résumer de la manière suivante:

"Chers Bougnoules, vous êtes nos fidèles alliés depuis déjà plusieurs décennies. Vous avez soutenu le projet sioniste avec une ardeur qui a dépassé nos espérances...cependant les évènements à venir risque de provoquer quelques chamboulement géo-stratégique...afin de nous assuré de votre fidélité absolu durant les moments les plus durs à venir nous vous lançons un petit avertissement de ce que nous pouvons faire..."

En effet l'Occident aura besoin de tout ces alliés, notamment avant l'effondrement financier complet et une guerre contre l'Iran l'Occident aura besoin de s'assurer de la fidélité absolu de ses alliés arabes. Il est fort possible que Ben Ali fut sacrifié afin de servir de forme de chantage.


9.Posté par le_tout_puissant le 19/01/2011 07:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le commentaire de rajwiya est éclairant. je ne savais pas que Ben Ali était responsable de l'assassinat de neuf généraux. Si effectivement il existait des tensions d'une telle ampleur entre l'armée et le clan Ben Ali il est alors fort possible que cette éviction ait pu se réaliser sans l'intervention de forces occultes extérieures. En d'autres termes il s'agit donc d'une affaire purement tuniso-tunisienne.

Ceci dit il semble néanmoins absurde qu'un dictateur s'aliène de la sorte son armée! Il est invraisemblable que Ben Ali n'ait pas choyé aussi bien ses généraux que ses policiers! Comment peut on prendre de tel risque? Car même si une armée est réduite à peau de chagrin elle dispose néanmoins d'armes lourdes pouvant infliger de sérieux dégâts en cas de rébellion. Etrange...

10.Posté par DESSACK le 19/01/2011 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FRANCE 24, LA TELEVISION DU MENSONGE ...
En effet cette station pourrit qui a soutenu les sionistes dans leur agression contre GAZA est egalement restee silencieuse comme le gouvernement francais sur les evenements en tunisie ...jusqu'a ce qu'il ne soit plus possible de se taire....Cette station ordurierre sans verifier ses sources a commencer a dire qu'un leader Islamiste etait a la tete des manifestations....Mais france 24 n'hesite pas a ouvrir ses portes au FN ....
Juaqu'a quand les journalistes en France vont ils rester aussi laches et hypocrites au lieu de respecter deontologiquement une aussi noble fonction....

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires