ANALYSES

TERREUR ET TERRORISME AU CARREFOUR DU MONDE CONTEMPORAIN


Dans un monde bi-polarisé, à chacun son clan!


SOUMAILA Ahmed
Mercredi 13 Mars 2013

TERREUR ET TERRORISME AU CARREFOUR DU MONDE CONTEMPORAIN

L'ignorance de l'ignorance, le virus le plus mortel de ce troisième millénaire

Article



Thème : terreur et terrorisme au carrefour du monde contemporain


SOUMAILA  Ahmed (doctorant)



Université de Tuléar(Madagascar)
Lakana2@yahoo.fr

Nous vivons dans un monde où deux concepts suffisent pour nous rendre la vie en cauchemar. En Orient comme en Occident, l’être humain marche en titubant sur son propre terrain, par peur de se trouver à la merci des pièges de son confrère. Ceci, à cause du comportement d’irrationnel de l’homme barbu et du détenteur de la connaissance scientifique, qui se sont engagés à une guerre sans merci, avec comme armes : terreur et terrorisme. Chose qui nous a conduits à vivre dans un état de méfiance totale, non seulement envers autrui, mais également envers nous-mêmes.


Introduction

« Ce qui se ressemble s’assemble ! »  On pourrait dire que ces deux concepts connotent le même idéal d’action.
Ici et là, on apprend par terreur, le mécanisme et l’exercice des mesures violentes prises par un gouvernement, un groupe, pour briser toute tendance liée à une  opposition politique. Quant au terrorisme, il se traduit par l’emploi de la violence, pour atteindre son but en politique. [Encyclopaedia Universalis, version 2011]. Mais, comme tout le monde  le constate, ces concepts forment, sinon divisent notre monde, en deux clans farouchement opposés. Pour connaître lequel de ces deux clans tu devrais adhérer, il suffit de nous dire qui tu hais. En se sens, par hardiesse, nous dirions même que, pour tout un chacun, le dé a été jeté préalablement.
 Oui, dans un monde bipolarisé à chacun son camp !
Ceux qui optent pour la « démocratie » et  «  l’Etat de droit » sembleraient aujourd’hui jouer la carte de la terreur, pour intimider leurs adversaires ; camp des Etats les plus forts.
Par contre, ceux qui se sentent affaiblies par les détenteurs des droits de veto  et des « lois universelles », s’adonnent au « terrorisme » pour se faire connaître ; camp des croyants fervents.
Entre ces deux mondes, se dessine un innocent qui jouit d’une liberté sans précédente ! Celle de faire un choix. Ici, nous pourrions  nous inspirer de la proposition de l’existentialiste français, Jean Paul Sartre, pour qui : « La France n’a jamais été libre, que sous la domination allemande ». Ce propos de sens  paradoxal et à la fois prophétique, trouve sa place la plus achevé, dans la quotidienneté du monde contemporain.
Certes, le choix de notre homme, s’avère prédéterminé ! Si t’es musulman, ne t’en fait pas mon vieux, tu pourrais échapper à l’enfer et, accéder facilement  au paradis ! Il suffit d’avaler méchamment les idéaux des certains « guides » de mauvaise foi, et  tu mourais  en martyr.
Par contre, si tu es né dans un pays où le soleil se fait voir rarement, là où le mot « enfer » n’a même pas sa raison d’être, tu pourrais dormir tranquillement mon frère! Car, c’est par les médias et la télévision que tu assisterais et apprécierais aux  atrocités que ton pays et ses alliés feront subir les ennemis de la « démocratie » depuis leur pays.
 Dans cette perspective, une  série de questions saute aux yeux ! Dans quel état d’extase se trouve l’être le plus intellect de tous les êtres vivants? Qu’est-ce qui l’a rendu daltonien pour confondre rouge et vert ? Pourquoi marche-t’il en titubant dans son monde qu’il a bâtit lui-même ? Aura-t-il vraiment le courage de se mirer sous la glace? Quel opium a-t’-il avalé pour qu’il perde les pédales ?
 Pour répondre à ces questions qui s’avèrent d’une importance grandiose, il nous semble plus indiqué de  porter une vision minutieuse  sur la démarche de la science contemporaine, avec sa technologie de pointe. Comportant un regard scrutateur, la voie est tracée pour un champ d’étude qui se focalisera sur deux points précis, à savoir :
La science, un couteau à double tranchant ! Et puis, l’ignorance de l’ignorance, le virus le plus mortel de ce troisième millénaire.

I-    La science, un couteau à double tranchant !

Par science, nous entendons habileté et un savoir faire que donnent les connaissances.  En effet, vu par certains savants comme étant le dernier, l’homme contemporain, jouit d’une puissance grandiose sans précédente ! Par sa mémoire plus que cognitive, il détient dans ses mains, un bâton magique qui lui sert tant en bien qu’en mal. Doté d’une  connaissance scientifique très avancée, il arrive à réaliser ce dont ses rêves lui projettent. Oui, on pourrait se demander si vraiment il  est plus sage qu’Aristote avec ses connaissances encyclopédiques. La réponse serait bien sûr négative ! Aristote égalait la machine d’aujourd’hui ! Mais, ce que nous devons savoir, c’est que ce pauvre grand génie est mort sans pour autant connaître que c’est le soleil qui est au centre de l’univers. Et si, on pourrait lui ressusciter et lui faire vivre parmi nous, il allait avoir de malaise à manipuler un téléphone portable. Tout ceci, pour montrer combien la connaissance humaine s’avère être en rénovation incessante. Nous dirions même que la vitesse est supersonique. La question est de savoir si notre hyper sage contemporain, arrive à user ses connaissances scientifiques  pour son épanouissement et le bien être de toute l’humanité.  Ou alors, à force de vouloir tout connaître et tout dominer, il est parvenu à un stade, où tout lui échappe, et par conséquent,  tout se prépare à sa destruction.
Certes, les choses sont passées si vite ! Du chemin de fer au métro, la lecture est plus explicite. Par la science, l’homme rejette ses connaissances antérieures comme les responsables d’une équipe de foot licencient un entraîneur jugé non productif.  Ceci, connote un dilemme envers la pensée scientifique. Aux yeux du savant Gaston Bachelard,
Face au réel, ce qu’on croit savoir clairement offusque ce qu’on devrait savoir. Quand il se présente à la culture scientifique, l’esprit n’est jamais jeune. Accéder à la science, c’est spirituellement rajeunir, c’est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.  

Ce que Bachelard nous apprend dans ce passage, confirme bien ce que nous avons avancé précédemment. Sur-ce, force est de souligner que tous ceux dont leur matière grise fonctionnent à merveille, constatent ce pas géant que l’homme de nos jours a pu réaliser. Et comme nous l’avons soulevé, il est tant d’entrer au vif du sujet !
Autrement-dit, qu’est-ce qu’on entend par science comme couteau à double tranchant ?
 Ici, nous voulons seulement souligner l’usage humain de la science qui, d’un côté, mérite des louanges et, de l’autre,  provoque la nausée !
Certes, nombreux sont nos aïeux qui, malgré eux, auront dû aimer vivre notre époque. Une époque dont, pour pouvoir satisfaire nos besoins, on n’a pas forcement besoin de se battre contre la nature et ses abîmes. Aujourd’hui, la science a illuminé le chemin de ceux qui veulent pousser leur curiosité intellectuelle jusqu’à la hauteur de leur capacité. En ce sens, par le truchement d’une technologie de pointe poussée jusqu’à l’extrême, la science nous a offert un instrument qui fait de nous, des êtres qui arrivent à franchir l’infranchissable, des êtres auxquels, ce qui, jadis s’avérait être dans l’obscurité, parviennent à  le rendre vulgaire.
A ceux qui croient à la science, et ses performances, on pourrait comprendre facilement le mécanisme. Par exemple, que l’homme pourrait un jour, aller vivre dans une autre planète que la sienne. C’est d’ailleurs le projet de nos grands qui exploitent d’une manière touristique la Lune aux désireux, à un prix allant jusqu’à un milliard et demi de dollar.  Mais pour les fanatiques religieux, il s’agirait d’un blasphème pur et simple. D’autres qui n’adhèrent dans aucune de ses camps, se trouvent dans un état d’ineffable.  C’est dire, qu’ils n’arrivent pas à avoir le mot à dire !
Pourquoi alors dit-on qu’il ait deux camps ? D’où viennent-ils ?
Ici, nous tenterons de dire que ce qui est à l’origine de la bipolarisation, c’est d’un coté, la mauvaise lecture que nous faisions aux écrits saintes et, de l’autre, cette folie de grandeur qui cherche à tout connaître, pour mieux diriger.  
En effet, ces dernières, qui ont bien sûr pu puiser la science jusqu’à l’extrême, se contentent d’être les rationnels exclusifs, et, par cette même occasion, les seuls à avoir le dernier mot à dire dans tous les domaines.
Personne ne doutera que ceux qui passent leur temps au laboratoire le matin, sortent le soir avec un sac plein de solutions aux problèmes les plus délicats. Si le contemporain n’a besoin que de savoir comment cliquer et sur quel bouton appuyer pour accéder à un arsenal de donnés à ses questions, c’est encore une fois, grâce au savoir faire de nos hommes de science, et surtout de leur générosité. Accordons-leur donc un « alléluia » juste pour geste de reconnaissance. Même au coin le plus arriéré, l’homme qui y réside, pourrait accéder aux fruits de la science. Et là, nous n’avons cité que le cas le plus banal et non éblouissant des activités scientifiques. Mais si vous voulez bien, nous pourrions faire une étalassions. Qui aurait dû imaginer que par la connaissance humaine, nous serions apte aujourd’hui à accéder à la quasi-totalité de nos besoins par un simple appareil dit « téléphone portable » ? Dans le monde du transport, tout est incroyable !  De la mer aux cieux, en passant par la terre, le chemin a connu un raccourcissement sans précédent.
Si tel est le cas, alors pourquoi qualifions-nous la science d’un couteau à double tranchant ? Qu’est-ce qui est à l’origine de cette double face de la science ?

Comme c’est naturel, « A force de raisonner, on finit par déraisonner ».  Oui, après avoir exploité la nature jusqu’à son noyau, les scientifiques ont détenu à leurs mains, la clé du voûte d’une vie qui devrait être qualifié de paradisiaque.   Le camp doté de cette technologie de pointe, s’en use non seulement pour faire le bien, mais aussi pour semer la terreur un peu partout dans le monde. Ainsi, des conflits incessants en Afrique et au moyen Orient se perpétuent. Ces conflits nourris par des chefs d’Etats des pays vachement riches, qui, bien sûr veulent se faire craindre, en affichant un caractère mégalomane, suscite la colère et la rage de certaines croyants aux idéaux dogmatiques qui n’ont d’ailleurs, ni quartier général, ni drapeau. Ce sont ces derniers qui forment le camp opposé, à savoir : le camp des faibles, berceau du terrorisme contemporain. Ainsi, naît un monde bipolarisé. Ceux qui jugent insensé et illogique la réaction des supers grands face aux autres pays non démocratiques, optent pour le terrorisme.
Cependant, pour ceux dont seule  la raison devrait être guide de tout acte humain,  ils préfèrent se mettre à l’abri du parapluie nucléaire, en adhérant au camp des plus forts. Ici, nous croyons que le conflit israélo-palestinien pourrait nous servir de bon exemple.
Les gens de culture arabo-musulmane, soutiennent la cause des palestiniens et implorent Allah pour que leurs frères musulmans connaissent la paix. Mais dans les pays dits « civilisés », le ton est le même ! Quels que soient les dégâts matériels et humains qu’Israël va commettre sur la terre voisine, ils diront, « Israël a le droit de défendre son territoire » !

II-L’ignorance de l’ignorance, comme virus mortel de ce troisième millénaire

Par ignorance, nous entendons une incompétence dans un domaine précis. Pourquoi alors parlons-nous de ce concept dans un monde comme le nôtre ?
Oui ignorance y a-t-elle dans tous les camps ? Aux scientifiques, nous pourrions-+- leurs reprocher d’avoir une attitude parfois incompréhensible dans leurs actes, en agissant d’une manière aveugle dans certains cas. A titre d’exemple, on engage des milliards de dollars pour exploiter la Lune pendant que l’être humain meurt de faim sur la Terre. Aux terroristes, il n’y a pas de doute ! C’est qu’ils traduisent mal les écrits saints. Sinon, ils les traduisent à leur guise. Car, comme cela paraît évident, le mot Islam, signifie paix. Mais, pour des fins personnelles, certains soit disant « cheiks », entraînent malheureusement,   la jeune génération des pays musulmans, à une voie sans issue qui est le terrorisme. Et le comble, c’est que ces derniers se croient agir au nom de l’Islam. Comme s’ils ignorent que la religion musulmane condamne les assassins. En effet, « quiconque aura tué un homme sans raison valable, est considéré comme si, il a tué l’humanité toute entière. » nous enseigne l’Islam.
Ceci prouve que, jamais l’Islam en tant que religion de paix, ne pourrait soutenir le terrorisme.
Ceci dit, voyons un peu la position de l’homme de chez nous. Je veux dire, l’homme du vieux continent. Tranquille dans sa coquille, à la manière d’une marionnette, l’homme noir continue à avaler ignoramment et méchamment les idéaux de deux camps. Pour lui mettre dans ton panier, il suffit d’un peu d’éloquence ! C’est d’ailleurs pour cette raison que les deux camps arrivent à s’y installer facilement. Et par conséquent, l’œuvre de ces derniers fait saigner beaucoup plus que le VIH et le Paludisme associés, dans ce pauvre continent.
Je croyais qu’après avoir déraciné l’arbre qui ombrageait l’Afrique, en tuant Kadhafi et les siens, les africains allaient tirer une leçon. Mais, comme si cela devrait être ainsi, ce sont eux qui deviennent les guides de ceux qui veulent continuer à incendier le berceau de l’humanité. Quelle ignorance ?

Ainsi, nous nous inquiétons de constater que, ce qui nous fait tant de  mal aujourd’hui, ne provient pas hors de nous, mais de l’intérieur de nous même. Que faire alors face à une telle situation ? Nous croyons que, le mieux serait de jouer la carte du non violent qui est bien sûr celle de l’indulgence !
Toi l’homme barbu à la tête en ruban, laisses ton fils foncer vers son avenir, en lui donnant la chance d’aller à l’Ecole. Là-bas, il apprendra la bonne manière de se conduire dans la vie, et surtout de comprendre qu’autrui pourrait avérer son semblable.
Quant à l’accession au paradis, saches que Dieu, dans son immense bonté, si bon lui chante, lui en accordera une place. Il n’aura pas besoin de se faire tuer en faisant avaler à des innocents, leur extrait de naissance. Chose intolérable, du moins, pour tout être doué d’une foi digne de ce nom.
Toi l’hyper sage, saches que la couleur du sang est la même ! Un mort est un mort ! Qu’il soit tué par une bombe artisanale en Israël,  ou un missile « intelligent » en Afghanistan.
S’il est vrai que la vie est quelque chose de sacré, nous devrons tous œuvrer pour la préserver, avec comme pierre angulaire, l’arrêt immédiat de toute guerre quelle que soit sa nature. De la sorte, nous pourrions assister aux sourire de nos enfants, et écouter de nouveau, les chants des oiseaux.
En effet, force est de souligner  que, comme par la culture, on a pu créer un « village mondain » à l’aide du ballon rond, par la « tolérance », nous pourrions bâtir un monde paisible avec comme figure emblématique, Nelson Mandela.


SOUMAILA Ahmed
 



Mercredi 13 Mars 2013


Commentaires

1.Posté par joszik le 14/03/2013 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En effet ! L'ignorance est un virus mortel!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires