International

Syrie: Washington soutient comme toujours Tel-Aviv



IRIB
Vendredi 14 Septembre 2007

Un silence de mort règne sur les Nations unies et les autres instances ‎internationales. Aucune n'a encore réagi à la violation de l'espace aérien d'un pays ‎souverain, la Syrie, par deux chasseurs de l'aviation sioniste. Mais, le Big Brother va au ‎devant de toute critique ou suggestion. Il vole au secours de son protégé, planté au sein ‎du Moyen-Orient et le rassure de son soutien généreux. « Le raid visait une cargaison ‎d'armes à destination du Liban, transitant à travers la Syrie », ont indiqué les autorités ‎américaines, alors qu'Israël lui n'en dit pas un mot, laissant le soin des explications à son ‎grand allié. Une telle justification n'a pas convaincu personne, en premier lieu Damas, ‎qui s'est interrogé si la cargaison s'acheminait vers le Liban pourquoi, le raid israélien ‎n'a pas eu lieu au nord du territoire syrien, sur les frontières avec la Turquie. C'était un ‎jeudi, le six septembre que deux chasseurs de l'aviation sioniste ont outrepassé les ‎frontières de la Syrie, violé son espace aérien du pays et largué des bombes sur le ‎territoire. Damas en a réagi et adressé deux lettres aux Nations unies, et mis en garde ‎contre les impacts ô combien dangereux de tel aventurisme. En fait ce n'est pas chose ‎nouvelle de la part d'un régime usurpateur, ce n'est ni la première fois ni la dernière que ‎Tel-Aviv, fort du soutien absolu et sans ambages de Washington, fait fi des lois et ‎conventions internationales, dans une région si névralgique qu'est le Moyen-Orient, qui ‎serait mieux plutôt de l'appeler une poudrière.


Vendredi 14 Septembre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires