EUROPE

Survivre en attendant l'avènement du " printemps européen "


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 17 Juillet 2019 - 00:35 La course à la domination de l’Espace



Diana Gorchetchnikova
Jeudi 1 Mai 2014

Survivre en attendant l'avènement du " printemps européen "
L'Europe étouffe. Les dettes en hausse, les investissements au plus bas, un chômage galopant : les espoirs d'un avenir meilleur s'évanouissent de jour en jour. Les Européens sont assaillis sur tous les fronts : l'économie stagne, la productivité du travail est en chute libre et le développement innovant est devenu l'apanage des autres.L'Europe a besoin d'un renouveau politique et économique bien que pour de nombreux experts le "printemps européen " soit encore loin.
Attendu depuis longtemps, ce "printemps européen " n'arrive toujours pas. Au début de la crise financière on sauvait les banques. La faillite des grandes banques était inadmissible en raison de la formule traditionnelle "Trop grand pour tomber ". Ensuite on sauvait le budget, et après l'euro. En 2011 la chancelière d'Allemagne Angela Merkel ne cessait de répéter : "La faillite de l'euro signifie celle de l'Europe ". Maintenant on a compris que la chose la plus épouvantable pour l'Europe était la faillite de son capital humain.
Selon certains experts renommés, dans plusieurs pays d'Europe le taux de chômage menace de détruire les structures sociales. Les plus touchés, en l'occurrence, sont des jeunes. Au Portugal le taux de chômage chez les jeunes est de 38 % et en Italie 37 %. La situation est pire en Grèce (56 %) et elle est tout à fait critique en Espagne (58 %) ce qui signifie la perte de toute une génération de spécialistes et la perte de l'argent. Dans l'avenir, pour guérir, l'Europe devra chercher des remèdes communs. Cependant il est d'ores et déjà clair qu'il faut changer la situation, estime Lioudmila Babynina, directrice du centre d'intégration politique de l'Institut de l'Europe :
"Les Etats membres de l'UE et l'Union européenne dans son ensemble vont lancer des programmes visant à stopper le reflux des jeunes spécialistes, des programmes de recyclage, d'embauche, d'emplois provisoires. Ils vont mettre en place un système plus flexible du marché du travail. Cela parce que tout le monde comprend que c'est un danger très grave ".
Beaucoup voudraient que le "printemps européen " arrive, mais est-ce possible ? Les élections au Parlement européen auront lieu le 22 mai. Les experts estiment que le mécontentement croissant jouera son rôle. Pourtant la chef du centre d’études euro-atlantiques Tatiana Zvereva pense qu'il ne faut pas s'attendre à des changements radicaux :
"Les partis ultras, déçus par les partis traditionnels, gagnent en popularité. Cela concerne aussi bien l'extrême droite que l'extrême gauche qui critiquent violemment l'UE. C'est un processus démocratique normal. Les élections européennes existent pour que les mécontents puissent exprimer leur opinion. Le temps montrera quel sera le rapport des forces. Je ne crois pas qu'il y ait de changements radicaux, les partis traditionnels auront eux aussi leurs sièges au Parlement européen ".
Cela veut dire que dans l'avenir aussi Bruxelles tentera d'imposer à tous une méthode unique. Ainsi la zone euro et l'UE dépendent fortement de l'Allemagne et les Allemands réclament une discipline financière rigoureuse, une austérité budgétaire et des réformes du marché du travail. Lioudmila Babynina fait remarquer que cela ne plaît pas à beaucoup dans la zone euro, mais l'Allemagne n'est pas disposée à renoncer à ses exigences, d'autant plus que personne ne s'y oppose concrètement :
"En attendant personne n'a annoncé son intention de quitter l'UE en dépit de toutes les décisions antidémocratiques de cette dernière. Sur le plan économique, elles peuvent paraître antidémocratiques, mais elles ont une logique, celle du libéralisme économique. Pour les pays comme la Grèce il n'y a pas d'alternatives à ces exigences, car ils demandent eux-mêmes de l'aide, notamment à l'UE. La logique est purement économique indépendamment de savoir si cela plaît à la population ou non ".
L'incertitude économique et les risques restent considérables pour l'Union européenne et personne ne peut dire quand la situation en Europe se normalisera. T

La Voix de la Russie


Jeudi 1 Mai 2014


Commentaires

1.Posté par evolution le 01/05/2014 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a une volonté de démanteler les nations européennes .En effet leurs systèmes sociaux sont des exemples pour le monde.Les usa et autres spectres financiers n'en veulent pas.Car si on enlève les acquis sociaux on pourra exploiter encore plus les peuples du monde .Ce n'est pas un probleme économique mais politique.Cette crise est peut_etre bien voulue.La comission européenne ne fait que prendre des decisions pour appauvrir les peuples,augmenter l'insécurité et détruire les acquis sociaux et diminuer leur capacité policière et militaire au profit d'un groupe de fils à papa dirigeants des spectres financiers .La desindustrialisation,les privatisations pour offrir les profits aux actionnaires....etc n'en sont que des preuves.

2.Posté par ange le 01/05/2014 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a une autre vision du futur qui fait rêver quand la nature sera inclue dans la ville , quelques idées, http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/monde-futur/620-notre-habitat-dans-un-monde-futur.html

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires