Néolibéralisme et conséquences

Shanty Hotel : le luxe de vivre comme un pauvre



Lundi 1 Décembre 2014

Shanty Hotel : le luxe de vivre comme un pauvre
Capitale de la province sud-africaine de l’État libre, Bloemfontein était à l’origine un fort britannique et un bourg rural. C’est aujourd’hui la capitale judiciaire du pays. Ville emblématique de la culture afrikaner, Bloemfontein a connu une ségrégation extrême : développement d’un centre-ville et de banlieues résidentielles blanches de très faible densité et très bien équipées, interdiction d’installation pour les Sud-africains d’origine indienne et relégation des populations noires dans des townships selon leur origine ethnique (Sotho, Tswana et Xhosa).
Bloemfontein a bien évidemment ses bidonvilles. L’un d’entre eux est pourtant très particulier, bien qu’à première vue, rien ne pourrait le distinguer des autres : cabanes en tôle ondulée, toilettes extérieures, lampe à pétrole, pneus servant de chaises, amas de poubelles et sculptures de boîtes de conserve… Sauf que tout est factice.
En effet, chaque nuit dans cet hôtel de luxe vous coûtera 850 rands, soit l’équivalent d’une soixantaine d’euros. Le tarif ouvre droit au chauffage au sol ainsi qu’à une connexion Wi-Fi. Et nul risque d’y faire une mauvaise rencontre : le complexe se trouve à l’intérieur d’une réserve naturelle privée. Le convive peut aussi bénéficier, moyennant un modique supplément, d’un petit-déjeuner et bénéficier d’un spectacle musical aux couleurs locales.
Ce type de « tourisme », qui consiste à vivre et séjourner dans des régions pauvres, a paraît-il le vent en poupe. Pour l’entrepreneur Buks Westraad, propriétaire de ce complexe hôtelier comprenant également un centre de conférence et un spa, le touriste peut de cette manière devenir un Africain pauvre.
Le Shanty Hotel a vu le jour il y a déjà plusieurs mois. L’information a pour le moment été très peu relayée en Europe. Aux États-Unis, le célèbre animateur de télévision, humoriste et satiriste Stephen Colbert, a raillé ce concept pour le moins saugrenu dans son émission « The Colbert Report  ». Pour lui, ce qu’a fait Buks Westraad peut soit laisser indifférent, soit être vu comme de la « pornographie de la pauvreté ». Sauf qu’il est plus facile de louer la pauvreté que de la supporter…
Capitaine Martin 
http://www.resistance-politique.fr/article-shanty-hotel-le-luxe-de-vivre-comme-un-pauvre-125108782.html
 


Lundi 1 Décembre 2014


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 01/12/2014 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Effectivement, on peu parler de "pornographie de la pauvreté" ! C'est plus qu'indécent. C'est instrumentaliser la pauvreté pour en faire un élément de luxe. En d'autres termes, au lieu d'agir pour éliminer la pauvreté et la misère, on l'utilise pour en faire un modèle exotique de luxe ! C'est vraiment répugnant !!!

2.Posté par Finely le 02/12/2014 03:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"On ne doit jamais faire l''apologie de la pauvreté !" Jacques Attali

Pourquoi ?

1. Car nous devons faire de ce monde celui de nos enfants de demain.
2. Il est souvent plus conscient donc capable que le riche
3. Là,c''est se moquer de la mort !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires