Néolibéralisme et conséquences

Saudi Prince Calls for Kingdom to Acquire WMDs


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 02:00 AMLO : « Privatiser, c’est du vol »



John C.K. Daly
Jeudi 8 Décembre 2011

Saudi Prince Calls for Kingdom to Acquire WMDs
So much for peace in the Middle East.
On 5 December Prince bin Turki al Faisal, speaking at the “The Gulf and the Globe” conference in the Saudi capital Riyadh  urged the six-nation Gulf Cooperation Council (GCC) to become a powerful regional bloc by establishing a unified armed force and defense structure.
While bin Turki’s call for the GCC to pool its military resources is nothing new, his idea of supporting Gulf countries acquiring weapons of mass destruction (WMDs) if Israel and Iran do not constrain their nuclear programs represents the edge of a precipitously slippery slope.
Bin Turki told his audience, "Why shouldn't we commence the building of a unified military force, with a clear chain of command. But, if our efforts and the efforts of the world community fail to bring about the dismantling of the Israeli arsenal of nuclear, chemical, and biological weapons and preventing Iran from acquiring the same, then why shouldn't we at least study seriously all available options, including acquiring WMDs, so that our future generations will not blame us for neglecting any courses of action that will keep looming dangers away from us."
Why?
Because Iran’s nuclear program, which Tehran insists is completely devoted to the generation of civilian nuclear power, is incipient, but subjected to increasing international pressure in the form of increased U.S. and Israeli-led international sanctions.

Israel, on the other hand, is a de facto nuclear power, despite Tel Aviv’s self professed policy of nuclear ambiguity.
The two programs cannot be reconciled, so, taking bin Turki’s statements to their logical conclusion, the GCC will eventually move towards a WMD capacity, which, in this case, means a nuclear capability.
Bin Turki’s comments should not be dismissed lightly.
Prince Turki bin Faisal bin Abdul Aziz Al Saud, the son of the late King Faisal, is a grandson of the late King Abdul-Azizz, brother of Foreign Minister Prince Saud and Prince Khalid, Governor of Mecca province and a nephew of the current King Abdullah.
Bin Turki served as the head of Saudi Arabia's main intelligence agency, al Mukhabarat al A'amah, from 1979 until 31 August 2001, two weeks before the 9-11 terrorist attacks in the U.S. Bin Turki Turki met with al Qaida head Osama bin Laden five times, the last encounter occurring in early 1990. In 2003 Bin Turki briefly served as Saudi ambassador to Britain and in 2005 he was appointed the kingdom's ambassador to the United States from July 2005 until December 11, 2006.
As Saudi ambassador bin Turki strongly advocated that Washington engage in direct talks with Iran over its differences concerning Iran's involvement in Iraq, its nuclear program and support of Hezbollah in Lebanon.
Unfortunately for bin Turki,  other high-ranking Saudi officials, including bin Turki's predecessor as Saudi ambassador to the U.S., Prince Bandar bin Sultan, favored a tougher stance against Iran in the belief that eventually direct Western military intervention action would probably be necessary to derail Iran's alleged nuclear weapons program.
Further alienating the Bush administration, bin Turki's consistently argued that Iran was not the most important U.S. challenge in the Middle East, but rather that the Palestinian-Israeli issue was more important and that the Bush Administration should focus more on reviving the peace process.
Increasingly marginalized, bin Turki abruptly resigned his post in early December 2006. When asked why he retired so suddenly he obliquely replied, "Abruptness is in the eye of the beholder."
Bin Turki is currently a co-chair of the C100 Group, an organization set up to foster understanding between Islamic countries and the West and is head of the King Faisal Center for Research and Islamic Studies.
Given his long term position at the very epicenter of Saudi power and his previous positions on Iran, bin Turki’s change of attitude is significant.
Reading the Riyadh tea leaves, bin Turki has established an explicit link between Iran’s purported nuclear armaments program and Israel’s de facto one. Given that this connection has been advanced by one of Washington’s closet Middle East allies and the world’s leading exporter of oil, expect the Obama administration to pay close attention, even as it sends out for gallons of Maalox.
By. John C.K. Daly of Oilprice.com

Could War Flare Again Between Iraq and Kuwait?

According to Iraqi Council of Representatives Oil and Energy Committee member Furat al-Sharei, the 10 oil fields that spread across the Iraqi-Kuwaiti frontier are still waiting to have a line drawn through them to delineate the border, more than eight years after a coalition led by U.S. forces toppled the regime of Iraqi President Saddam Hussein.
 
According to al-Sharei, the two countries must first collaborate in developing legislation for equitably sharing the fields before oil extraction can begin, noting, "The problem of the common fields can be resolved by developing legal mechanisms."
 
While Iraq and Kuwait are now at peace, many of the border issues that led to conflict two decades ago remain, which no amount of diplomatic bonhomie can completely paper over.
 
In 1993 the United Nations Security Council Resolution 833 precisely delineated the previous borders between Iraq and Kuwait following Saddam Hussein’s invasion of his neighbor in August 1990. Iraqi forces were summarily expelled by a 34-nation coalition led by the United States during Operation Desert Storm, which began in February 1991. That conflict left Iraq with a $22 billion reparations bill to Kuwait that it is still struggling to pay off, tithing 5 percent of its oil revenue to its tiny plutocratic southern neighbor.
 
What were some of Saddam Hussein’s grievances against Kuwait? By the time Iraq signed the ceasefire in its punishing eight year war with Iran in August 1988, Iraq was virtually bankrupt, owing $80 billion in debt to Saudi Arabia and Kuwait, which now pressured Baghdad for repayment with interest. Iraq pressured both nations to forgive the debts, but they refused. Iraq also accused Kuwait of exceeding its OPEC quotas and driving down the price of oil, thus further hurting the Iraqi economy, as collapsing oil prices further decimated the Iraqi economy.
 
Baghdad also repeatedly protested to no avail about what it claimed was economic warfare waged by Kuwait’s slant-drilling into disputed border regions, which reached as far as Iraq's Rumaila oil field
 
Despite the overthrow of Saddam Hussein’s regime in March 2003, two years later Kuwait began the construction of a 125-mile metal barrier along its land borders with Iraq in early 2005. But with a new administration in Baghdad, on 23 November 2006 Kuwait's Foreign Ministry Undersecretary Khaled al-Jarallah told reporters following talks with Iraq's Foreign Ministry Undersecretary Mohammad al-Haj, “We have signed a deal ... after which Kuwait will be able to complete the construction of the security fence,” noting that as the arrangement calls for the payment of "compensation to Iraqi farmers" on the border, the requisite amount "had been deposited with the United Nations." Al-Haj added, "We have completed the practical requirements for the demarcation of borders," based on UN Security Council Resolution 833.
 
Five years later, little has moved since "the practical requirements for the demarcation of borders." The reestablishment of bilateral Iraqi-Kuwaiti diplomatic relations has been even more glacial. Kuwait reopened its embassy in Iraq in 2008 after nearly 19 years of broken diplomatic relations, while the Consulate of Iraq was again opened in Kuwait only last year.
 
Local Iraqis based in Basra have a very different view of UN Security Council Resolution 833, stating that it led to the transfer of a significant amount of Iraqi land, hosting both oil wells and agriculture such as tomato farms to Kuwait, as well as the establishment of a wide zone of neutrality between the two countries which again favored the emirate. A high-ranking Iraqi government official in the Safwan border region, who had had some of his own land confiscated when the new border was marked out, commented that the locals describe “the unjust demarcation of borders as well as their government’s reluctance to put an end to this injustice.”
 
Once again, local Iraqis two decades later are complaining that Kuwaitis are “stealing” Iraqi oil in border areas by using directional drilling techniques. Local Basra government officials say that they have proof of the Kuwaiti theft and have forwarded it to Baghdad, offering as proof the fact that pressure in some oil reservoirs near the border has dropped significantly, which local Iraqi government officials believe has been caused by Kuwaiti drilling to tap the same reservoirs. Ratcheting up the tension, Kuwait's ambassador to Baghdad, Ali al-Mu'men recently denied Iraqi allegations and instead, accused Iraqi companies of extracting oil from Kuwaiti oil reserves.
For Farid Khalid, head of the energy committee of the Basra provincial council, the issue is simple - “No oil work was done on the Iraqi-Kuwaiti-Iranian borders by the Iraqi government for years which is why the oil reserves were open for looting.”
 
So, as in the immediate aftermath of Operation Desert Storm, Kuwait has the cash and the backing of the U.S. government – hardly a recipe for regional stability. Further weighting the scales in Kuwait’s favor, as some of the U.S. forces leaving Iraq by year’s end are due to redeploy there, with the Pentagon discussing shifting a combat brigade team of about 3,500 troops and possibly other units to Kuwait to join the roughly 20,000 U.S. forces already there.
For those seeking to read the tea leaves about Iraq’s oil future, Iraq also has ten common oilfields on its eastern border with Iran that are waiting for the demarcation process to be completed before extraction can begin, but that’s another story for another time.
By. John C.K. Daly of Oilprice.com


Jeudi 8 Décembre 2011


Commentaires

1.Posté par MOSSINGUE_MOUTSINGA le 08/12/2011 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Twitter
Tout cela est de la pure diversion, pour cacher les vrais objectifs visés.
All this is pure diversion to hide the true objectives.
Все это чистой утечки, чтобы скрыть истинные цели.
這一切都是純分流到隱藏的真正目標。
Усё гэта чыстай уцечкі, каб схаваць праўдзівыя мэты.
Todo esto es pura diversión para ocultar los verdaderos objetivos.
यह सब शुद्ध सच करने के उद्देश्यों को छुपाने के लिए मोड़ है.
Tudo isso é pura diversão para esconder os verdadeiros objetivos.

2.Posté par Rabbipoter le 08/12/2011 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà pour la paix au Moyen-Orient.
Le 5 Décembre prince Turki bin Faisal al, parlant à l'"Le Golfe et le Globe" conférence dans la capitale saoudienne Riyad a exhorté les six pays de coopération du Golfe (CCG) pour devenir un puissant bloc régional en créant une force armée unique et la défense structure.
Bien que l'appel ben Turki pour les pays du CCG à la piscine de ses ressources militaires n'a rien de nouveau, son idée de soutenir les pays du Golfe acquérir des armes de destruction massive (ADM) si Israël et l'Iran ne limitent pas leurs programmes nucléaires représente le bord d'une pente abrupte glissante.
Bin Turki dit à son auditoire: «Pourquoi devrions-nous pas commencer la construction d'une force militaire unifiée, avec une chaîne de commandement claire. Mais, si nos efforts et les efforts de la communauté mondiale ne parviennent pas à mettre sur le démantèlement de l'arsenal israélien des armes nucléaires, chimiques et biologiques et empêcher l'Iran d'acquérir la même chose, alors pourquoi devrions-nous pas au moins étudier sérieusement toutes les options disponibles, y compris les armes de destruction massive acquisition, afin que nos générations futures ne nous accusent de négliger aucune des pistes d'action qui gardera imminente dangers loin de nous. "
Pourquoi?
Parce que le programme nucléaire iranien, que Téhéran insiste sur le fait est entièrement dédié à la production d'énergie nucléaire civile, est naissante, mais soumis à une pression internationale croissante, sous la forme d'une augmentation des américains et israéliens dirigés par des sanctions internationales.

Israël, d'autre part, est une puissance nucléaire de facto, en dépit de Tel-Aviv la politique professé auto d'ambiguïté nucléaire.
Les deux programmes ne peuvent pas être réconciliés, alors, en prenant les déclarations ben Turki à leur conclusion logique, les pays du CCG finiront par évoluer vers une capacité de destruction massive, qui, dans ce cas, signifie une capacité nucléaire.
Commentaires Bin Turki ne devrait pas être rejetée à la légère.
Prince Turki bin Faisal bin Abdul Aziz Al Saoud, fils du défunt roi Fayçal, est un petit-fils de feu le Roi Abdul-Azizz, frère du ministre des Affaires étrangères le prince Saoud et le Prince Khalid, gouverneur de La Mecque province et un neveu de l'actuel roi Abdullah.
Bin Turki a servi comme chef de l'agence de renseignement de l'Arabie saoudite principal, Al Mukhabarat al A'amah, de 1979 jusqu'au 31 août 2001, deux semaines avant les attaques du 9-11 terroristes dans le Turki Bin Turki américain a rencontré la tête d'Al-Qaïda Oussama ben Laden cinq fois, la dernière rencontre survenant au début de 1990. En 2003, Ben Turki a brièvement servi comme ambassadeur saoudien à la Grande-Bretagne et en 2005 il a été nommé ambassadeur du royaume aux États-Unis de Juillet 2005 jusqu'à Décembre 11 mai 2006.
Comme ambassadeur de l'Arabie Turki bin fortement préconisé que Washington engager des pourparlers directs avec l'Iran sur ses différences concernant l'implication de l'Iran en Irak, son programme nucléaire et le soutien du Hezbollah au Liban.
Malheureusement pour Ben Turki, d'autres hauts responsables saoudiens, y compris le prédécesseur ben Turki comme ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, le prince Bandar bin Sultan, a favorisé une attitude plus ferme contre l'Iran dans la conviction que finalement l'action directe une intervention militaire occidentale serait probablement nécessaire de faire dérailler Iran présumé programme d'armes nucléaires.
De plus aliénant que l'administration Bush, Ben Turki toujours soutenu que l'Iran n'a pas été le défi le plus important des Etats-Unis au Moyen-Orient, mais plutôt que le problème israélo-palestinien était plus important et que l'administration Bush devrait se concentrer davantage sur la relance du processus de paix.
De plus en plus marginalisés, ben Turki a brusquement démissionné de son poste au début de Décembre 2006. Lorsqu'on lui demande pourquoi il s'est retiré si soudainement, il oblique répondu, "abrupte est dans l'œil du spectateur."
Bin Turki est actuellement co-président du Groupe de C100, un organisme mis en place pour favoriser la compréhension entre les pays islamiques et l'Occident et est à la tête du Centre du Roi Fayçal pour la recherche et les études islamiques.
Compte tenu de sa position à long terme à l'épicentre même du pouvoir saoudien et ses positions antérieures sur l'Iran, le changement ben Turki d'attitude est important.
La lecture des feuilles de thé Riyad, ben Turki a établi un lien explicite entre le programme iranien d'armement nucléaire présumé et un de facto d'Israël. Étant donné que cette connexion a été avancé par l'un des alliés de Washington placard Moyen-Orient et le premier exportateur mondial de pétrole, attendez que l'administration Obama de faire très attention, même si elle envoie des gallons de Maalox.
Par. John C.K. Daly de Oilprice.com

Selon le Conseil iraquien des représentants du pétrole et l'énergie, membre du Comité Al-Furat Sharei, les 10 champs de pétrole qui se répandent à travers la frontière irako-koweïtienne attendent toujours d'avoir une ligne tracée à travers eux pour délimiter la frontière, plus de huit ans après une coalition mené par les forces américaines ont renversé le régime du président irakien Saddam Hussein.

Selon al-Sharei, les deux pays doivent d'abord collaborer à l'élaboration de lois pour le partage équitable des champs avant l'extraction du pétrole peut commencer, en notant: «Le problème des champs communs peuvent être résolus par l'élaboration de mécanismes juridiques."

Bien que l'Iraq et le Koweït sont désormais en paix, beaucoup de questions frontalières qui ont conduit à un conflit il ya deux décennies encore, auquel aucune somme de bonhomie diplomatiques peut complètement le papier fini.

En 1993, les Nations Unies Conseil de sécurité de la résolution 833 précisément délimitées les frontières précédentes entre l'Irak et le Koweït après l'invasion de Saddam Hussein de son voisin en août 1990. Les forces irakiennes ont été sommairement expulsé par une coalition de 34 nations dirigée par les États-Unis pendant l'opération Desert Storm, qui a débuté en Février 1991. Ce conflit a quitté l'Irak avec une facture de 22 milliards de réparations au Koweït qu'il a encore du mal à rembourser, la dîme de 5 pour cent de ses revenus du pétrole pour son petit voisin du Sud ploutocratique.

Quels sont certains des griefs de Saddam Hussein contre le Koweït? Au moment où l'Irak a signé le cessez-le dans son punir huit ans de guerre avec l'Iran en août 1988, l'Irak était pratiquement en faillite, en raison 80 milliards de dollars de dette à l'Arabie saoudite et le Koweït, qui aujourd'hui fait pression sur Bagdad pour le remboursement avec intérêts. L'Irak sous pression à la fois les nations à annuler les dettes, mais ils ont refusé. L'Irak a également accusé le Koweït de dépasser ses quotas de l'OPEP et faire baisser le prix du pétrole, ainsi davantage nuire à l'économie irakienne, comme l'effondrement des prix du pétrole encore décimé l'économie irakienne.

Bagdad a également protesté à plusieurs reprises sans succès sur ce qu'il prétendait guerre économique menée par le Koweït oblique de forage dans les régions frontalières contestées, qui a atteint aussi loin que le terrain pétrolières de l'Irak Rumaila

Malgré le renversement du régime de Saddam Hussein en Mars 2003, deux ans plus tard le Koweït a commencé la construction d'une barrière métallique 125-mile le long de ses frontières terrestres avec l'Irak au début 2005. Mais avec une nouvelle administration à Bagdad, le 23 Novembre 2006 Ministère des Affaires étrangères du Koweït Sous Khaled Al-Jarallah a déclaré aux journalistes après des entretiens avec l'Irak étrangères Mohammad ministère Sous al-Haj, "Nous avons signé un contrat ... après quoi le Koweït sera en mesure de terminer la construction de la barrière de sécurité ", soulignant que l'arrangement prévoit le paiement d'une« indemnisation pour les agriculteurs irakiens "à la frontière, la quantité nécessaire» avait été déposé auprès des Nations Unies. " Sami Al-Haj a ajouté: «Nous avons terminé les exigences pratiques de la délimitation des frontières", basée sur la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU 833.

Cinq ans plus tard, a peu bougé depuis «les exigences pratiques de la délimitation des frontières." Le rétablissement de la bilatérales irako-koweïtienne des relations diplomatiques a été encore plus glaciale. Le Koweït a rouvert son ambassade en Irak en 2008 après presque 19 ans d'rompu leurs relations diplomatiques, tandis que le consulat de l'Irak était à nouveau ouvert au Koweït seulement l'année dernière.

Irakiens locale basée à Bassorah ont une vision très différente de la sécurité de l'ONU la Résolution 833 du Conseil, déclarant qu'il a conduit au transfert d'une quantité importante de terre irakienne, l'hébergement d'huile les deux puits et l'agriculture telles que les fermes de tomate au Koweït, ainsi que l'établissement d'une large zone de neutralité entre les deux pays qui encore une fois favorisé l'émirat. Un haut fonctionnaire du gouvernement irakien dans la région frontalière Safwan, qui avait eu quelques uns de ses propres terres confisquées lors la nouvelle frontière a été tracée, a déclaré que les habitants décrivent «la démarcation injustes des frontières ainsi que la réticence de leur gouvernement pour mettre un fin à cette injustice. "

Une fois encore, les Irakiens locaux deux décennies plus tard se plaignent que les Koweïtiens sont «voler» le pétrole irakien dans les zones frontalières en utilisant des techniques de forage directionnel. Les responsables locaux du gouvernement de Bassorah disent avoir la preuve du vol Koweït et l'ont transmis à Bagdad, en offrant comme preuve le fait que la pression dans certains réservoirs de pétrole près de la frontière a diminué considérablement, ce qui locales responsables du gouvernement irakien pense a été causé par le forage du Koweït d'exploiter les mêmes réservoirs. Monter la tension, l'ambassadeur du Koweït à Bagdad, Ali al-Mu'men récemment nié les allégations irakienne et lieu, a accusé les compagnies d'extraction du pétrole irakien à partir des réserves de pétrole du Koweït.
Pour Farid Khalid, chef du comité de l'énergie du Conseil Bassorah provinciaux, la question est simple - «Pas de travail du pétrole a été fait sur les frontières irako-koweïtienne et l'Iran par le gouvernement irakien pendant des années ce qui explique pourquoi les réserves de pétrole ont été ouverts pour le pillage ».

Donc, comme dans les suites immédiates de l'opération Desert Storm, le Koweït a l'argent et le soutien du gouvernement américain - à peine une recette pour la stabilité régionale. Pondération plus la balance en faveur du Koweït, comme quelques-uns des forces américaines quittent l'Irak en fin d'année sont dus à redéployer là-bas, avec le Pentagone discuter déplacer une équipe brigade de combat d'environ 3500 soldats et éventuellement d'autres unités au Koweït pour rejoindre les Etats-Unis environ 20 000 forces déjà sur place.
Pour ceux qui cherchent à lire les feuilles de thé sur l'avenir du pétrole irakien, l'Irak a aussi dix champs pétrolifères communs sur sa frontière orientale avec l'Iran qui sont en attente pour le processus de démarcation pour être terminé avant l'extraction peut commencer, mais c'est une autre histoire pour une autre fois.
Par. John C.K. Daly de

3.Posté par Al Dhamir le 08/12/2011 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que l'on se rassure. Les joujoux qu'ils vont leur remettre seront traités comme les avions et autres équipements militaires , c-à-d juste pour la parade. Et ils payeront rubis sur ongle avec un prix qui soulagerait le trop plein de leur dépôts dans les banques américaines et occidentales. C'est ce que les Occidentaux appellent de nos jours la Démocratie Moderne et Modérée (D.M.M.)

4.Posté par yaz le 08/12/2011 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NON AL DHAMIR ILS ACHETTENT DES ARMES AUX OCCIDENTAUX DEPUIS DES DECENNIE POUR RIEN LES OCCIDENTAUX DONNENT LE CODE DE DESTRUCTION AU SIONISTE POUR QUE LES MISSILES ET LES AVIONS AINSIE QUE TOUTES LES ARMES QUE LES ARRABES ACHETTES CHEZ LES OCCIDENTAUX NE FONCTIONNENT QUE SI ILS LE DESIRS ILS DONNENT LES CODES DE DESTRUCTIONS A L ETAT SIONISTE POUR QUIL EST TOUJOURS L AVANTAGE SUR LEURS CHIENS QUI SE SERVENT DE LEURS ARMES QUE CONTRE LEURS PEUPLES

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires