Néolibéralisme et conséquences

Sarkozy : "on ne peut pas garder de bureaux de poste pour tout le monde"


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 9 Septembre 2018 - 03:10 La frivolité de la Valeur, ce cochon de Picasso



Olivier Bonnet
Jeudi 3 Février 2011

Sarkozy : "on ne peut pas garder de bureaux de poste pour tout le monde"
En pleine campagne pour les cantonales, et dieu sait si le thème est fédérateur au plan local, il a osé le dire ! Selon Nicolas Sarkozy, il faut arrêter « de penser que l’on peut, à l’inverse du monde, multiplier les emplois de fonctionnaires. On ne peut pas toujours dépenser plus. Si vous voulez qu’on fasse plus de TGV, on ne peut pas garder de bureaux de poste pour tout le monde… » Pour l’heure, seuls les blogs ont réagi, à la suite de Pour tout vous dire, qui précise le contexte : le chef de l’Etat était « en déplacement dans le Cher, interpelé par plusieurs élus au sujet de la disparition de services publics dans leur commune ». N’importe quoi comme d’habitude ! Les usagers de la Poste et les clients du TGV sont-ils les mêmes ? Il est parfaitement absurde de mettre les deux en parallèle, d’autant plus lorsqu’on vient d’autoriser la hausse scandaleuse des tarifs du TGV ! Et puis leur demande-t-on leur avis, aux Français, de savoir s’ils veulent plus de trains et à quel prix ? Les interroge-t-on avant de supprimer ou pas des bureaux de Poste et des dizaines de milliers d’emplois de fonctionnaires, dans les écoles, les commissariats, les gendarmeries, les hôpitaux, partout ? Et puisqu’il faut sans cesse revenir aux fondamentaux du débat public, on en a plus qu’assez de toujours entendre Sarkozy et sa clique prétendre qu’ « On ne peut pas toujours dépenser plus » alors même qu’ils se privent sciemment, par idéologie et intérêt de classe, de ressources fiscales, en menant une scandaleuse politique d’exonération massive des entreprises et des riches privilégiés. Et après, on va dire à ceux qui ne profitent aucunement de ces cadeaux-là, au peuple donc, qu’on n’a plus d’argent pour ses services publics, lui qui n’a pourtant plus que ça ? L’UMP organise l’insolvabilité de l’Etat pour mieux le dépecer et l’offrir à l’avidité des actionnaires. Et ce faisant, ces escrocs dilapident le patrimoine national, volent la collectivité, spolient l’intérêt général et pillent le bien commun. Ainsi, ces profits qu’ils offrent généreusement à leurs amis du Fouquet’s et du Cac 40, ils vont les chercher directement dans la poche des petites gens : Sarkozy est bien le Robin des Bois inversé qui prend aux pauvres pour donner aux riches ! Est-il utile de préciser que ça commence à bien faire ?


Illustration : Azim pour plumedepresse 2011.



Jeudi 3 Février 2011


Commentaires

1.Posté par ROBER GIL le 03/02/2011 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la destruction du bien public a malheureusement commencé sous des gouvernements de gauche...voir ci-dessous
http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/la-liquidation-des-biens-publics-en-france/

2.Posté par Roland le 03/02/2011 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est comme ce qui s'est passé avec le service de probation de Nantes;

Voilà ce que c'est de supprimer des fonctionnaires, et encore et encore !
et ce n'est pas le seul domaine. Et les fonctionnaires qui restent avec le boulot, et le public qui attend après, et les chomeurs, tout le monde pâtit de cette dérive perverse.

Tout ça pour avoir plus de fric à distribuer aux banquiers à primes et autres copains parasitaires !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires