International

Sakhaline : une nouvelle donne énergétique mondiale


La première usine russe de production industrielle de gaz naturel liquéfié (GNL), d'une capacité annuelle de 9,6 millions de tonnes, a été solennellement inaugurée le 18 février dans le cadre du projet Sakhaline-2, en présence du président russe, Dmitri Medvedev, et du premier ministre japonais, Taro Aso. Avec le lancement de cette usine, Sakhaline devient un nouveau lieu de production important de ce combustible prometteur pour toute la région Asie-Pacifique. Le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont déjà acheté du GNL de Sakhaline pour les vingt-cinq années à venir.


Vendredi 20 Février 2009

Sakhaline : une nouvelle donne énergétique mondiale

Par Oleg Mitiaïev, RIA Novosti



La Russie et les investisseurs étrangers ont élaboré le projet Sakhaline-2 afin d'exploiter les gisements d'hydrocarbures de la mer d'Okhotsk et du plateau continental nord-est de Sakhaline, et de les vendre ensuite sur les marchés énergivores de la région Asie-Pacifique. La compagnie Sakhalin Energy, une coentreprise fondée en 1994, est l'opérateur du projet.

Le projet Sakhaline-2 est réalisé dans le cadre d'un accord sur le partage de la production (PSA), aux termes duquel les investisseurs étrangers bénéficient d'importants avantages fiscaux. C'est grâce à ces avantages que, dans les années 1990, lorsque le prix moyen du pétrole était inférieur à 20 dollars le baril, des investisseurs étrangers importants avaient pu être attirés dans ce projet visant à développer l'extraction des hydrocarbures dans les rudes conditions du climat subarctique, dans une région éloignée et peu explorée, où l'infrastructure industrielle n'existait pratiquement pas.

En acquérant le bloc de contrôle de la coentreprise (50% plus une action), grâce à une transaction conclue fin 2006 - début 2007, Gazprom, le géant russe du pétrole et du gaz, a rejoint les actionnaires de Sakhalin Energy : l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell (27,5%) et les japonais Mitsui (12,5%) et Mitsubishi (10%).

Les principaux ouvrages de Sakhaline-2 sont déjà tous mis en service, notamment les trois plates-formes off shore d'extraction des hydrocarbures et le système d'oléoducs et de gazoducs traversant l'île (300 km sur le fond de la mer et 800 km sur terre), destinés à acheminer les hydrocarbures de l'extrémité nord-est de l'île vers sa partie sud. C'est là qu'a été construite, dans la localité de Prigorodnoïé, la première usine russe de production de gaz naturel liquéfié, d'une capacité annuelle de 9,6 millions de tonnes, qui seront ensuite transportées par des méthaniers vers les clients finaux.

Les réserves extractibles de ce projet sont évaluées à 150 millions de tonnes de pétrole et 500 milliards de m3 de gaz. Le projet a coûté, au total, environ 20 milliards de dollars, dont la majeure partie a été dépensée pour cette première usine russe de GNL.

D'après de nombreuses prévisions, le gaz naturel liquéfié est appelé à dominer à l'avenir le marché mondial du gaz. D'ici 2030, la part du GNL dans le commerce international du gaz atteindra environ 60%, contre 30% aujourd'hui.

En accédant à ce marché dynamique et compétitif du GNL, la Russie pourra participer à la création d'un marché global du gaz et accéder à de nouveaux débouchés qui lui étaient jadis inaccessibles pour des raisons géographiques, ces débouchés pouvant englober, à terme, non seulement la région Asie-Pacifique, mais aussi le littoral atlantique de l'Amérique. L'accroissement de la demande mondiale de GNL pourrait entraîner, à l'avenir, une hausse considérable des prix de ce combustible.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Vendredi 20 Février 2009


Commentaires

1.Posté par Roland le 20/02/2009 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il me semble qu'il ne s'agit pas d'un marché global du gaz (je me demande d'aileurs quel pourrait bien être le sens de cette expression !) mais d'un marché planétaire du gaz.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires